Google Analytics Alternative

Travaux et mobilité

  • Bassenge – Social. Quatre logements de transit inaugurés

    logements transit bassenge.pngAprès des années d’attente, la commune et le CPAS de Bassenge disposent enfin de logements de transit. Ces logements sont pourtant essentiels. Ils servent à reloger, en urgence, des familles dans le besoin.

    Des ménages en état de précarité, expulsés de leur logement ou dont l’habitation a été détruite par un incendie peuvent ainsi être relogés temporairement dans un logement de transit.

    Mais jusqu’ici, quand le cas se présentait à Bassenge, la commune ou le CPAS devaient demander à Juprelle ou à la Régionale visétoise d’habitation de mettre un logement à disposition. Mais dès ce mois de février, ces complications seront de l’histoire ancienne.

    Depuis une dizaine d’années, la commune occupe l’ancien couvent de Glons, via un bail emphytéotique. Plusieurs services occupent déjà les lieux mais il restait une aile vide. Et c’est là que quatre logements de transit viennent d’être aménagés.

    Retenons qu’une partie de la somme (520.000 euros) a été subsidiée par la Région et quant au reste c’est Ecetia qui a avancé les fonds et le CPAS devra rembourser l’intercommunale durant 20 ans.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 23 janvier 2020

  • Bassenge – Travaux. Sébastien Fouarge : la pire rue de Bassenge

    article rue sébastien fouarge.pngIl faut zigzaguer entre les trous pour la passer ! 

    Nous y consacrions un article sur ce blog dimanche. Et, ce mardi, ce sujet fait l’objet d’une publication dans La Meuse. Un article d’Aurélie Drion.

    Honteux ! C’est le premier mot qui vient à l’esprit quand on voit l’état déplorable de la rue Sébastien Fouarge à Wonck ! Des trous à n’en plus finir qui sont là depuis des années et qui doit certainement être la pire rue de la commune ! Les riverains sont de plus en plus excédés ! 

    On dirait un champ de mines ou qu’une pluie de météorites s’est abattue dessus ! Une chose est sûre, l’état de la rue Sébastien Fouarge a de quoi interpeller. Ce n’est pratiquement qu’une succession de trous !

    À certains endroits, le semblant de rigole ressemble plus à une mare qu’à autre chose ! Et le nombre d’ornières est tel qu’il n'y a pas d’autres solutions que de rouler dedans. Une situation qui perdurerait depuis longtemps même si c’est surtout ces quelques dernières années que les choses ont empiré. La rue Sébastien Fouarge est une rue plutôt étroite, de près de 200 mètres de long, qui relie la Grand’route à la rue du Waer. Elle abrite une dizaine de maisons situées essentiellement aux deux extrémités de la route. Elle accueille aussi le dépôt du magasin de matériaux de construction BigMat Lepot. On pourrait donc imaginer que c’est le passage de lourds camions, inadapté au coffre de la voirie, qui ont endommagé la rue. À part quelques exceptions, ce n’est pas du tout le cas puisque le magasin a aménagé des accès qui leur permettent de rejoindre directement la Grand’route. Et de toute façon, la largeur de voirie est telle qu’un camion aurait bien du mal à y circuler. Il n’empêche son état reste interpellant.

    Les quelques habitants semblent en tout cas excédés !

    Pas de travaux prévus…

    La suite de l’article dans votre journal La Meuse de ce mardi 14 janvier 2020 avec la réaction de l’échevin Bruninx.

  • Bassenge – Travaux à Wonck. L’égouttage du village est loin d’être terminé. Il y a encore plusieurs chantiers qui s’annoncent

    On le sait, l’égouttage de Bassenge est en cours depuis longtemps. Si bien que depuis près de huit ans, les chantiers s’enchaînent les uns après les autres. Et c’est Wonck qui est le plus impacté puisque tous les travaux se concentrent dans le village. 

    Suivant le plan de bataille mis en place par l’A.I.D.E., c’est en effet par Wonck que l’égouttage de la commune doit se faire. La raison est simple, c’est à Wonck qu’une station d’épuration est en cours de construction, au fond de la rue Champs des courses. Terminée probablement d’ici cet été, il faudra l’alimenter rapidement. À terme, d’ici quelques longues années, une fois que l’égouttage de la commune sera plus avancé, elle sera capable de traiter les eaux usées de 4.500 équivalents-ménages en provenance de Bassenge, Wonck, Glons, Boirs, Roclenge et Houtain-Saint-Siméon (Oupeye).

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce lundi 13 janvier 2020.

  • Wonck : la rue Sébastien Fouarge en piteux état. Les riverains pestent ! ( + photos)

    rue sébastien fouarge wonck 3.jpgA Wonck, les habitants de la rue Sébastien Fouarge manifestent leur grogne sur le réseau social Facebook. En cause, l’état désastreux de leur rue. Selon le témoignage d’une dame résidant dans la rue, les riverains ont demandé plusieurs fois à la commune d’intervenir, mais jusqu’ici, rien n’a été entrepris et ils la trouvent vraiment maussade.

    Nous avons parcouru et photographié cette rue qui fait une centaine de mètres de long. Les photos parlent d’elles-mêmes.

    Cette rue offre un spectacle digne d’une autre époque, raison pour laquelle les riverains s’interrogent « Nous payons des taxes comme tout le monde. Alors pourquoi une rue dans cet état ? »

    rue sébastien fouarge wonck 4.jpgOutre l’état impraticable de la rue et le danger présenté, l’étendue des eaux stagnantes d’origines diverses constatées sur les cents mètres de voirie amène aussi à se poser aussi des questions relevant de la salubrité publique.

    De quoi « pester », et on peut le comprendre.

    Roger Wauters

    rue sébastien fouarge wonck 5.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 7.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 8.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 9.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 10.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 11.jpg

    rue sébastien fouarge wonck 2.jpg

  • Ligne de Bus - Bassenge. L'accessibilité au plus grand zoning de Wallonie va être grandement facilitée: la ligne 7 devrait être prolongée d’ici fin 2022

    tec.jpgAlors que l'extension des Hauts-Sarts devrait démarrer d'ici une bonne année, l'accessibilité au plus grand zoning de Wallonie va être grandement facilité. La ligne de bus 7 Liège-Hermée devrait en effet être prolongée jusqu'à la gare de Milmort et traverser le parc d'activité économique.

    Jusqu'ici, pour rejoindre les Hauts-Sarts, le moyen le plus facile est la voiture. En transport en commun, c'est beaucoup plus compliqué. Certes il y a bien une ligne de bus, le 76 (Liège-Herstal-Bassenge) qui passe par les Hauts-Sarts en moyenne toutes les 20 minutes mais cela reste compliqué.

    L’article complet à lire sur Sudinfo :

    https://www.sudinfo.be/id157782/article/2019-12-20/laccessibilite-au-plus-grand-zoning-de-wallonie-va-etre-grandement-facilitee-la

  • Glons. Nouveaux équipements sur les chicanes de la route provinciale : elles y gagnent en visibilité

    manchons fluos thier de glons.jpgAprès cinq ans de tergiversations et de modifications successives, on pensait le dossier clos.  Pourtant, cette semaine, les chicanes de la route provinciale de Glons ont fait l’objet de nouveaux aménagements. Cette fois, ce sont tous les poteaux de signalisation des îlots qui ont été revêtus de manchons cylindriques affichant une couleur fluo réfléchissante. Assurément, les chicanes y gagnent encore en visibilité.

    Par simple souci de prévention, il est toutefois à noter que les coussins berlinois situés en bas du thier, non signalés et peu visibles (leur gris se fond dans celui du revêtement de la route), n’ont pas encore été mis en conformité. Prudence, donc.  

    Roger Wauters

  • De pire en pire au TEC Liège: 167 parcours supprimés ce vendredi !

    tec.jpgLa situation devient vraiment très, très inquiétante au TEC Liège. Alors qu’une centaine de trajets de bus liégeois ont encore été supprimés ce jeudi, quelque 167 voyages seront annulés ce vendredi !

    Et parmi les itinéraires concernés par ces suppressions, des lignes très « importantes » du réseau liégeois, d’où l’inquiétude.

    Des dizaines de parcours vers les hôpitaux supprimés

    Notez par exemple que 25 trajets du bus 29 seront annulés ce vendredi. Cette ligne, qui relie Liège à Chênée en passant par Grivegnée, emmène surtout les usagers vers le centre hospitalier des Bruyères. Vers le CHU sur son site du Sart-Tilman, 25 parcours (lignes 48 et 58) sont également supprimés ce vendredi !

    Bus TEC annulés: le SOS de Liège à la Région

    Dans le centre-ville de Liège, les deux lignes les plus importantes, à savoir les 1 et 4, sont également particulièrement impactées avec respectivement 18 et 13 suppressions.

    Bref, il va falloir trouver une solution rapidement afin de remédier aux « problèmes logistiques » que connaît le groupe TEC Liège-Verviers depuis maintenant plusieurs semaines.

    Voici les parcours supprimés ce vendredi

    Ligne 1

     

    Voyages nº 122, 131, 133, 138, 141, 149, 183, 193, 203, 231, 233, 243, 248, 251, 259, 293, 304 et 314

     

    Ligne 4

     

    Voyages nº 19, 21, 28, 35, 39, 64, 70, 76, 78, 85, 86, 92 et 94

     

    Ligne 5

     

    Voyages nº 65, 98, 116, 162 et 170

     

    Ligne 6

     

    Voyages nº 6, 35, 40, 46, 155, 182, 183 et 193

     

    Ligne 7

     

    Voyages nº 13, 28, 32, 33, 36, 45, 83, 91 et 101

     

    Ligne 10

     

    Voyages nº 38, 42, 88 et 96

     

    Ligne 16

     

    Voyage nº 58

     

    Ligne 17

     

    Voyages nº 41, 45, 46, 50, 51, 54, 55, 58, 61, 63, 65, 67, 108, 112, 113, 117, 118, 122, 123, 126, 129, 131, 133 et 135

     

    Ligne 22

     

    Voyages nº 121 et 238

     

    Ligne 23

     

    Voyages nº 103, 113, 126, 191 et 196

     

    Ligne 24

     

    Voyages nº 12, 16, 20, 38, 43, 49, 56, 78, 95, 101, 117, 119 et 132

     

    Ligne 27

     

    Voyages nº 14, 34, 43, 58, 78, 85 et 99

     

    Ligne 29

     

    Voyages nº 50, 56, 58, 61, 63, 64, 67, 68, 71, 72, 74, 140, 152, 154, 160, 164, 168, 174, 178, 180, 186, 188, 192, 194 et 198

     

    Ligne 30

     

    Voyages nº 13, 19, 78 et 84

     

    Ligne 31

     

    Voyage nº 24

     

    Ligne 33

     

    Voyages nº 11, 130, 143, 151, 213, 233, 238 et 241

     

    Ligne 48

     

    Voyages nº 19, 32, 36, 42, 55, 100, 108, 143, 155, 200, 208, 215 et 222

     

    Ligne 58

     

    Voyages nº 33, 38, 44, 50, 96, 101, 107 et 113

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/462076/article/2019-10-24/de-pire-en-pire-au-tec-liege-167-parcours-supprimes-ce-vendredi

  • La Basse-Meuse veut la réouverture de l’autoroute A601

    a601,réouverture a601L'autoroute A 601 rouvrira-t-elle un jour ? S'il y a deux semaines, la réponse était « non », l'espoir est aujourd'hui de nouveau de mise. Le ministre Philippe Henry semble être prêt à revoir sa position. Ce qui réjouit les autorités des communes concernées par cette autoroute. Celles-ci prônent majoritairement sa réouverture.

    Elle n'est pas très longue, mais elle fait couler beaucoup d'encre. L'A601 est fermée à la circulation depuis fin 2014 en raison de la vétusté de son revêtement. Depuis, ses 13.000 utilisateurs quotidiens sont obligés de faire au mieux un détour d'une dizaine de kilomètres pour passer par l'échangeur de Vottem.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/453214/article/2019-10-10/la-basse-meuse-veut-la-reouverture-de-lautoroute-a601

  • A proximité. L’autoroute abandonnée A601 ne va finalement pas être réhabilitée

    Rappelez-vous, le 12 avril dernier, contre toute attente, l’ex-ministre de la Mobilité wallon, Carlo Di Antonio (cdH) annonçait dans son plan infrastructures la réouverture de l’A601, une bretelle d’autoroute qui relie à double sens, sur 5 kms, la E40, à hauteur des Hauts-Sarts, à l’E313, à Milmort.

    En décembre 2014, la Sofico avait décidé de la fermer car son revêtement était dans un état pitoyable, la rendant bien trop dangereuse à la circulation. Et voici qu’une enveloppe de 10 millions € était prévue pour la réhabiliter.

    C’était une très bonne nouvelle pour les 13.500 usagers qui l’empruntaient quotidiennement et qui devaient depuis faire un détour de quelques kilomètres, via l’échangeur de Vottem.

    Pour rester cohérent

    Mais patatras ce vendredi, le nouveau ministre wallon de la mobilité, Philippe Henry (Écolo), nous a confirmé l’abandon de ce projet.

    « Oui, c’est vrai, dit-il. Mais ce n’est que la traduction de l’accord de gouvernement qui prévoit un STOP au béton et aux nouvelles routes en Wallonie. Il faut être cohérent et ne pas faire l’inverse de ce qu’on a décidé avec nos partenaires libéraux et socialistes. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://basse-meuse.lameuse.be/445345/article/2019-09-28/lautoroute-abandonnee-a601-ne-va-finalement-pas-etre-rehabilitee?fbclid=IwAR2PVeYOlxJa_H8uAYe3X_ptEBG7_AkQ9eJO4MhNLUVtAE1GbeWW2EN0cUw

  • Bassenge – Carrière du Romont. Pour l’extension, c’est oui !

    Les terres qui ne sont plus exploitées redeviendront cultivables

    Exploitée depuis 1973, la carrière du Romont va pourvoir s’étendre. Après près d’un an de procédure, 24 nouveaux hectares vont pouvoir être exploités. Et une fois les gisements épuisés, les terres seront rendues aux agriculteurs. 

    En octobre dernier, une demande d’extension de la carrière du Romont était déposée sur la table du Collège communal bassengeois.

    Exploitée par C.B.R. depuis 1973, on retrouve dans cette carrière le fameux tuffeau de Maastricht mais aussi de la craie et du limon. Elle s’étend sur 550 hectares, à cheval sur les régions wallonne et flamande. Aussi, 330 hectares se trouvent sur Eben-Emael. Et sur cette superficie, seuls 220 hectares sont inscrits en zone d’extraction au plan de secteur. Pour pouvoir exploiter les gisements, C.B.R. a besoin d’un permis d’extraction mais pas seulement. Elle ne peut ainsi exploiter qu’une seule zone à la fois. Quand le gisement est pratiquement épuisé, C.B.R. doit alors demander de nouvelles autorisations pour pouvoir exploiter une nouvelle zone et ainsi étendre la carrière.

    Et c’est ce qu’il s’est passé à la fin de l’année dernière. La cimenterie a ainsi demandé à pouvoir s’étendre sur 24 hectares, répartis sur une soixantaine de parcelles. On vient seulement de l’apprendre mais, fin mai dernier, un arrêté ministériel était pris, autorisant l’extension et les expropriations. Car oui, toutes ces parcelles appartiennent à une vingtaine de propriétaires qui vont devoir être expropriés pour cause d’utilité publique.

    L’article complet avec tous les renseignements dans otre journal La Meuse de ce lundi 2 septembre 2019 :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-09-02,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-09-02,BASSE-MEUSE,1|8

  • Rue J. Derriks Roclenge. Le déboisement marque le début des travaux du nouveau lotissement : la physionomie du village s'en voit considérablement modifiée…

    engin lotissement roclenge.jpgRue Derriks à Roclenge un engin est entré en action fin de cette semaine pour déboiser entièrement la zone destinée à accueillir un important lotissement. On le sait, la surface, imposante, était à l’abandon depuis des lustres et une végétation luxuriante ainsi que de nombreuses espèces d’arbres s’y étaient développées. Devant ces premiers travaux, le moins qu’on puisse dire est que la physionomie de la rue comme celle du village tout entier a considérablement changé.

    Selon les renseignements pris auprès du chef d’équipe, les arbres abattus sont destinés au broyage.

    Voilà qui marque le début de travaux conséquents (11 maisons).

    travaux lotissement roclenge.jpg

    roclenge lotissement 2.jpg 

    Ci-dessus l'avis d'enquête comporte tous les renseignements sur ce lotissement. 

  • Dans votre journal La Meuse ce lundi « Les chantiers de la rentrée ». Voici ceux qui vous attendent en région liégeoise

    chantiers rentrée 2019.pngDans votre journal La Meuse ce lundi «  Les chantiers de la rentrée ». Voici ceux qui vous attendent en région liégeoise

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-26,BASSE-MEUSE,1|3 

  • Travaux. Bassenge : un mur de 250m de long et 6,5m de haut

    Le chantier doit être terminé d’ici la fin de l’année. En tout, 1.200 blocs de béton seront posés

    C’est le chantier le plus important actuellement réalisé sur Bassenge. Depuis début mai, un mur impressionnant de soutènement est en train d’être érigé rue Haut Vinâve. Sans lui, ce sont un talus et des maisons qui risquaient de s’effondrer. 

    Un chantier de grande envergure est actuellement réalisé sur Glons, sur une partie de la rue Haut Vinâve, côté pair, plus ou moins entre la rue Oborne et la frontière avec Sluse. À cet endroit, les maisons sont construites en hauteur, accessible via une desserte en cul-de-sac. Entre cette desserte et la rue Haut Vinâve, se trouvait un talus qui vient de donner pas mal de sueurs froides aux autorités communales. Depuis quelques années, ce talus bougeait dangereusement. Avançant d’un bon centimètre par an, il aurait pu s’effondrer à tout moment, emportant avec lui au moins deux des maisons qui se trouvent sur ses hauteurs. « On ne sait pas depuis quand il bougeait, explique Julien Bruninx, échevin des Travaux de Bassenge. On s’en est rendu compte d’abord parce que la route a commencé à s’affaisser à certains endroits. Mais il y a quatre ans, la SWDE a voulu remplacer ses canalisations. Elle a commencé son chantier mais l’a stoppé net quand elle s’est rendu compte que le talus bougeait quand même pas mal. Avec les vibrations des machines et le fait de creuser à cet endroit, tout ça pouvait faire s’effondrer le talus à tout moment. »

    Personne ne pouvait évidemment savoir quand serait atteint le point de rupture. « On a donc fait venir des ingénieurs en stabilité, placer des sondes géothermiques pour avoir un bilan précis de la situation. »

    Notons que cet impressionnant chantier est estimé à 1,4 million d’euros dont un million à charge communale.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/427214/article/2019-08-22/construit-un-mur-de-250m-de-long-et-65m-de-haut-bassenge

  • Bassenge – Logement. Quatre logements de transit dans un couvent

    paul sleypenn cpas bassenge.jpgJusqu’ici, les Bassengeois dans une situation difficile étaient relogés en dehors de la commune

    Occupé par la commune depuis une dizaine d’années, l’ancien couvent de Glons vient d’être en partie transformé en logements de transit. Les Bassengeois qui se retrouvent à la rue du jour au lendemain ne devront ainsi plus être relogés dans les communes voisines.

    En principe, dans le courant du mois de septembre, le CPAS de Bassenge va pouvoir gérer et mettre à disposition quatre logements de transit.

    (Photo Paul Sleypenn Président du CPAS de Bassenge)

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce mardi 20 août 2019

  • Bassenge. Le Service des travaux occupé à nettoyer des canaux d’assèchement… La Meuse consacre un article à ce travail…

    bruninx et noé.jpgExtrait de l’article : « À Bassenge, on retrouve plusieurs canaux d’assèchement. Leur utilité est bien réelle. Ils permettent de récolter les eaux de ruissellement qui proviennent notamment des champs et ainsi éviter, ou du moins retarder, les inondations. Pour qu’ils soient efficaces, il faut les nettoyer. »

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://basse-meuse.lameuse.be/423292/article/2019-08-13/le-canal-dassechement-de-wonck-est-nettoye

    (Photo La Meuse : l'échevin des travaux de Bassenge Julien Bruninx et le chef du service travaux Bernard Noé devant un canal d'assèchement à Wonck)