Google Analytics Alternative

vol de plaque

  • Statistiques 2015. 53 plaques volées par jour : le Hainaut est principalement victime de ce fléau

    En 2015, ce ne sont pas moins de 19.490 p.-v. qui ont été dressés pour vol de plaque d’immatriculation. Et toutes les provinces ne sont pas logées à la même enseigne puisque c’est dans le Hainaut qu’on en enregistre le plus grand nombre. 

    Le constat est interpellant. D’après les chiffres de la police fédérale, 19.490 p.-v. ont été dressés pour vol de plaque d’immatriculation en 2015. Soit 53 par jour !

    Par rapport à 2014, les chiffres sont en légères baisses (20.030 p.-v.).

    Mais il ne faut pas tirer de conclusions trop rapidement. « Nous n’avons que les données pour les personnes qui sont venues porter plainte », nous explique Kaatje Natens, porte-parole de la police fédérale. « La réalité doit donc être plus importante encore. De la même manière, certaines zones de police tardent parfois à nous envoyer leurs données. Si ça se trouve donc, dans quelques mois, lorsque nous aurons tout reçu, ce chiffre aura encore quelque peu augmenté ».

    Face à ce fléau, toutes les provinces ne sont pourtant pas logées à la même enseigne. « C’est dans le Hainaut que nous avons comptabilisé le plus de p.-v. en matière de vol de plaques d’immatriculation », continue notre interlocutrice. « 4.759 pour être précis. Suivent ensuite Bruxelles et Liège avec respectivement 3.375 et 3.126 vols signalés ».

    Mais pourquoi dérober des plaques d’immatriculation ? À quoi celles-ci peuvent-elles bien servir ?

    La réponse est simple selon David Quinaux, porte-parole de la zone de police de Charleroi. « Dans la grande majorité des cas, les plaques sont volées par des personnes qui sont en défaut d’assurance », nous explique-t-il. « Ces dernières espèrent ainsi ne pas être repérées par la police. Le deuxième cas souvent rapporté concerne les personnes qui volent des plaques pour commettre un braquage ».

    COMMIS DANS LES 24H

    Autre cas de figure mais bien plus rare cette fois : le vol de carburant. « C’est quelque chose qui est assez anecdotique mais qu’il faut tout de même souligner », nous précise Jadranka Lozina, porte-parole à la zone de police de Liège. « La personne arrive, se sert d’essence et part sans payer. Comme ce n’est pas la bonne plaque, il est donc difficile de la poursuivre par la suite ».

    Autre élément qu’il est important de préciser : les délits avec des plaques volées sont souvent commis dans les 24h car les malfrats n’ignorent pas que les propriétaires vont très vite déclarer le vol de leur immatriculation.

    Si vous êtes victime d’un tel acte, il est donc essentiel de le signaler le plus vite possible auprès de votre zone de police. « Et imaginons la situation d’une personne qui est en vacances et qui se rend compte à son retour que sa plaque a été dérobée », continue notre interlocutrice. « Pendant ce temps, sa plaque a été flashée plusieurs fois pour des excès de vitesse. Des amendes lui ont donc été envoyées. Mais si celle-ci arrive à prouver qu’elle était en vacance lorsque sa plaque a été volée, toutes les poursuites seront bien évidemment arrêtées ». (Source La Meuse jeudi 29 septembre 2016)