Google Analytics Alternative

trottoirs bassenge

  • Vallée du Geer: quelques brèves sur l’état des voiries…

    boirs bassins remplis 3.jpgA Boirs, dans le thier de la rue d’Once, tous les bassins de rétention sont remplis d’eau et de boue. En cas de fortes précipitations et d'éventuelles coulées de boues provenant du sommet de la côte, ils ne seront pas en mesure de jouer leur rôle de rétention.

    A Emael, rue de la Vallée, un trottoir est quasiment impraticable. Il est envahi par la végétation et seule une surface de 30 cm seulement en est exempte.

    (Sources observations Regor et facebook 22 août 2014) (Photos Regor et Nancy)

    Boirs

    boirs bassins remplis 2.jpg

    boirs bassins remplis 4.jpg

    boirs bassins remplis.jpg

    A Emael...

     

    trottoirs emael 2.jpg

    trottoirs emael.jpg

     

  • Services des travaux de six communes de la Basse-Meuse : leurs réalisations les plus impressionnantes…

    service travaux bassenge, service des travaux bassengeDalhem : analyser avant de se lancer…

    À Dalhem, le service des travaux dispose de 22 ouvriers communaux. Des hommes qui prennent en charge la majorité des travaux à réaliser dans la commune. Seuls les chantiers jugés trop conséquents ou trop complexes sont confiés à des entreprises privées. “ Nous sommes extrêmement vigilants lorsque nous devons choisir les travaux que nous prenons en charge ” confie Joël Cardoni, chef des travaux à Dalhem. “ Grâce à cette pré-analyse, nous avons toujours mené à bien nos chantiers. Notre plus bel ouvrage est sans doute la pose de 100 mètres d’égouts dans la rue Sangville, à Bombaye.

    Blegny : ils rénovent une place…

    Nos ouvriers communaux réalisent un travail exemplaire” avance Ismaïl Kaya, échevin des travaux à Blegny.

    “ Actuellement, ils s’occupent principalement de la rénovation de la place de Trembleur. Ils refont le terrassement et posent de nouveaux égouts. Avant cela, ils ont remis en état la pelouse d’honneur aux anciens combattants du cimetière de Saint-Remy.

    De plus, parmi la quarantaine d’ouvriers de notre service des travaux, nous avons aussi des mécaniciens qui réparent nos véhicules. Ce qui représente une sacrée économie pour Blegny. ”

    Visé : parer aux travaux les plus urgents…

    “ Nous avons énormément de demandes et de travaux à réaliser ” explique Luc Lejeune, échevin du développement territorial, de la mobilité et de l’entretien à Visé.

    “ Nous devons donc veiller à ne pas nous occuper trop souvent de chantiers qui exigent beaucoup d’hommes et de temps. Cela afin que la soixantaine d’hommes qui composent notre service des travaux soient disponibles pour parer aux urgences de la commune. Néanmoins, une partie de nos ouvriers rénovent en ce moment des futurs logements d’accueil d’urgence.”

    Herstal : ils ont construit une école…

    “ Ce qui est formidable à Herstal, c’est que nous avons tous les corps de métier qui sont représentés parmi les 130 ouvriers communaux de notre service des travaux ”se félicite Franco Ianière, échevin des finances et des travaux à Herstal. “ Ce qui nous permet de leur confier des chantiers de tailles. Comme par exemple la construction de l’école Vert-Vinâve de Vottem. Du gros œuvre aux finitions et aux aménagements intérieurs, nos ouvriers communaux se sont occupés de tout. Et avec brio, puisqu’au terme d’un an et demi de travaux, l’école a ouvert ses portes. ”

    Bassenge : pas toujours du premier coup…

    « Une trentaine d’ouvriers sont rattachés au service des travaux-environnement de notre commune » confie Paul Sleypenn, échevin des travaux de Bassenge.

    L’un de nos plus gros chantiers a été la réparation des trottoirs de la rue Curé-Ramoux à Glons. Nous devions refaire le nivellement avant de poser les pavés. Les ouvriers se sont un peu loupés lors du premier essai. Mais il faut dire que c’était des travaux particulièrement compliqués. Les ouvriers ont dû tout recommencer mais au final, ils ont mené à bien ce chantier. Cependant, ce genre de mésaventure arrive également dans le privé. ”

    Oupeye : ils n’ont pas assez de temps…

    “ Nous disposons de 30 ouvriers à Oupeye, et malgré cela, nous avons juste le temps de nous occuper des travaux urgents à réaliser. ”regrette Serge Fillot, échevin des travaux à Oupeye.

    “ Pourquoi? À cause du manque de respect et de l’incivilité de certains de nos concitoyens. En effet, nos hommes passent un temps toujours plus important à nettoyer des dépôts clandestins d’ordures et à ramasser des déchets que les gens jettent n’importe où. C’est regrettable car sans cela, nous pourrions confier des chantiers plus importants en terme de durée à nos ouvriers.

     

    (Source La Meuse 15 mai 2012)