Google Analytics Alternative

tique

  • Santé. Les tiques sont de retour chez nous

    Depuis quelques années, on assiste à une augmentation du nombre de tiques chez nous. Cet animal, qui se trouve notamment dans les environnements ruraux et souvent dans la végétation basse, suscite la panique chez de nombreuses personnes, notamment parce qu’elle peut véhiculer la maladie de Lyme.

    Parmi les outils pour en repérer la présence, Sciensano a créé un site ainsi qu’une application qui permet à ceux qui le souhaitent de signaler une morsure. Si l’on regarde les résultats, qui ne sont clairement pas complets puisque la signalisation est volontaire et pas systématique, l’on peut recenser un grand nombre de piqûres au cours du mois écoulé. En Wallonie, parmi les zones les plus impactées figure Viroinval, avec ses 23 morsures signalées, suivie par d’autres communes, notamment dans le Brabant wallon, où 19 piqûres ont été recensées à Chaumont-Gistoux . « Les tiques sont présentes un peu partout en Belgique. Maintenant, leur intensité pourrait être plus grande dans les zones rurales », affirme Philippe Moës, garde-forestier auprès du Département Nature et Forêts et photographe naturaliste.

    Si la tique peut être vectrice de la maladie de Lyme, il est tout aussi important de rappeler que toute morsure n’est pas forcément infectante, ce qui devrait permettre d’être plus serein lorsqu’on se promène en plein air pendant les journées ensoleillées d’été.

    Précautions efficaces

    À ce propos, certaines stratégies de prévention peuvent être adoptées, comme celles signalées par Time for Lyme ASBL dans ses panneaux adoptés par une soixantaine de communes. Parmi les outils les plus efficaces, l’inspection après une promenade en plein air est indispensable, comme le pointent à la fois Sciensano et Philippe Moës : « Le bon réflexe c’est de recourir à des répulsifs chimiques, et de se doucher dès que l’on rentre d’une promenade dans les bois pour ensuite procéder à une inspection du corps », détaille le garde-forestier.

    Et si on se fait piquer ? Enlever la tique le plus tôt possible avec les bons outils, vendus en pharmacie, est la meilleure solution. À l’état actuel, de nombreux acteurs comme Lyme-Int et Time for Lyme ASBL luttent pour une meilleure prévention, pour une systématisation des outils de signalisation de la maladie ainsi que pour une amélioration du dépistage. (Source Sudinfo)