Google Analytics Alternative

sur heez bassenge

  • Bassenge – Environnement. Carrière Sur Heez : un projet commun avec Natagora et... la Fédération de motocross !

    Un article d’Aurélie Drion publié dans La Meuse de ce vendredi.

    carrière sur heez, vente carrière sur heez, sur heez wonck, sur heez bassengeEn décembre (photo ci-contre), nous apprenions que la commune allait mettre en vente la carrière de Sur Heez, située sur les hauteurs de Wonck. Si une vente publique était envisagée, la commune pourrait finalement passer par une vente de gré à gré. Trois acteurs se sont en effet montrés intéressés de racheter, ensemble, ce site de 20 hectares : d’un côté les deux associations de protection de la nature, Natagora et Natuurpunt, et de l’autre la Fédération de motocross. Un mariage surprenant, mais pas tant que ça.

    Depuis des années, la carrière accueille des amateurs de motocross qui s’adonnent à leur passion dans l’illégalité, mettant à mal la riche biodiversité des lieux. Si un terrain permanent de motocross avait plusieurs fois été évoqué, rien ne s’est concrétisé.

    Mais l’annonce de la vente prochaine vient de relancer le projet. La carrière pourrait ainsi être rachetée par le consortium évoqué plus haut. « Natagora et Natuurpunt sont en effet prêts à racheter le site, avec ou sans la Fédération de motocross », explique Rudi Vanherck, coordinateur de Natagora Liège et Basse-Meuse. « Mais le mieux, ça serait avec. Il faut être réaliste, à moins de construire un mur de 3 m de haut tout autour du site, il sera très difficile d’empêcher la pratique du motocross à cet endroit. La meilleure solution serait donc de combiner les deux, mais en encadrant la pratique du motocross. Donner un terrain officiel et bien délimité aux motocrossmen permettrait de limiter les nuisances sur la carrière et de limiter la pratique de cette activité sur les chemins agricoles de la Basse-Meuse. » D’où ce partenariat innovant et surprenant.

    Nous avons tenté de joindre Valérie Hiance, bourgmestre de Bassenge, pour la faire réagir. Sans succès.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 17 janvier 2020