Google Analytics Alternative

stérilisation chats errants

  • Région liégeoise. Grâce aux aides communales, 1.400 chats errants stérilisés chaque année

    Pour la SRPA de Liège, ces conventions sont presque indispensables. Elles permettent à la SRPA d’élargir son champ d’action. « Plus on a de moyens financiers, plus on sait fournir des soins vétérinaires », confie Fabrice Renard, inspecteur général à la SRPA de Liège.

    Depuis deux ans, certaines communes signent une convention avec la SRPA. « La commune en question débloque un budget pour qu’on stérilise des chats sur leur territoire. On fixe plusieurs dates de passages (trois par an) et on s’occupe des chats errants en les stérilisant et les identifiant », ajoute-t-il. Le but ? Éviter la prolifération des chats en milieu naturel.

    Et on peut dire que ces collaborations fonctionnent bien. « Cela fait 20 ans qu’on s’occupe des chats errants. Au début, on était à environ 700 chats stérilisés par an. Depuis deux ans, on a lancé ces conventions et maintenant on stérilise 1.400 chats errants chaque année », affirme Fabrice Renard.

    Les chats sont ensuite relâchés où ils ont été attrapés, sauf s’ils s’avèrent être sociables. Dans ce cas, la SRPA tente de leur trouver une nouvelle famille.

    Pour l’instant, sept communes ou villes travaillent avec la SRPA : Ans, Liège, Verlaine, Juprelle, Engis, Donceel et Lierneux. À cette liste s’ajoutera bientôt Sprimont.

    Et la SRPA de Liège ne peut qu’encourager les communes à signer ces conventions. « Quand un chat est stérilisé, il cause moins de désagrément comme la prolifération, les odeurs des mâles non castrés, etc. », termine l’inspecteur général.

    Le dossier complet à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.257133583.528188037.1572603099-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-02,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-02,BASSE-MEUSE,1|6

  • Wallonie. Exclusif ! 111 communes vont stériliser les chats errants

    chat errant.jpgPrès de la moitié des communes du sud du pays vont mettre en place un plan de stérilisation des chats errants. 111 sur un total de 262 ont répondu favorablement à l’appel lancé par le ministre du Bien-être animal, Carlo Di Antonio. « La population des chats errants a augmenté de manière significative ces dernières années en Wallonie, causant une surpopulation dans les refuges et de multiples nuisances (bruit, déjections, dégâts aux poubelles…). Les chats sont également susceptibles de transmettre des maladies aux humains comme la toxoplasmose ainsi qu’aux autres chats », précise le ministre wallon qui a dégagé une enveloppe de 239.450 euros pour mener le projet à bien.

    Les communes qui ne disposent pas encore d’un plan de stérilisation (73) recevront une subvention de 2.000 euros. Celles (38) qui en ont déjà un obtiendront 1.000 euros et 50 % du budget annuel déjà dédié au plan, avec un plafond total de 3.500 euros.

    De Mouscron à Pépinster en passant par Messancy, les 111 communes sont réparties équitablement sur le territoire de la Région. Mons et Tournai rejoignent 49 villes et entités qui avaient déjà un plan « Chat », comme Charleroi, Namur et Gembloux qui dépensent respectivement 15.00, 8.000 et 18.500 euros pour leur politique. Liège, par contre, n’est ni dans les 49, ni dans les 111.

    JUSQU’EN JANVIER 2016

    Dans chaque nouvelle commune participante, les stérilisations seront effectuées par les vétérinaires qui ont manifesté la volonté de s’associer à la campagne. Celle-ci ne s’adresse pas aux particuliers, propriétaires d’un animal domestique. Les actions s’étaleront jusqu’à la fin du mois de janvier 2016.

    Par ailleurs, les 111 communes désigneront un échevin pour prendre en charge le bien-être animal en plus de ses attributions habituelles. « Il pourra s’occuper de thématiques telles que la maltraitance, mais aussi des troubles de voisinage à cause des aboiements ou encore du dossier des chiens méchants », détaille le cabinet de Carlo Di Antonio. (Source La Meuse 3 oct. 2015)