Google Analytics Alternative

sangliers bassenge

  • Environnement. Un plan de tir pour réduire les populations de sangliers en Wallonie

    Sur proposition des ministres de la Chasse, Willy Borsus, et de la forêt, Céline Tellier,  le gouvernement wallon a approuvé, au mois de décembre dernier, un projet d’arrêté qui prévoit un plan de tir simplifié afin de poursuivre la diminution des populations de sangliers.

    Le gouvernement wallon précédent avait déjà interdit, pour la saison de chasse 2019-2020, toute restriction de tir sur sanglier. De même, il avait prolongé la période chasse des sangliers en janvier et en février.

    Pour la prochaine saison, le gouvernement actuel, en concertation avec les chasseurs, a décidé d’instaurer en Wallonie un plan de tir simplifié au sanglier s’articulant autour de deux axes. Premièrement, ce plan de tir doit être défini au niveau local (à savoir, au niveau des conseils cynégétiques), sachant que la situation des populations de sangliers varie fortement d’une région à l’autre. Deuxièmement, il doit être défini de manière concertée au sein d’une commission réunissant l’administration, le président du conseil cynégétique et les représentants au sein de ce conseil des agriculteurs et des propriétaires publics et privés.

    Un article à lire sur " Le Sillon Belge " en suivant ce lien :

    https://www.sillonbelge.be/5286/article/2019-12-16/un-plan-de-tir-pour-reduire-les-populations-de-sangliers-en-wallonie

    Les sangliers de plus en plus nombreux dans nos régions

    Le 29 novembre dernier, Sudinfo rapportait dans un article que les sangliers sont de plus en plus nombreux dans nos régions. Et que plusieurs communes tiraient la sonnette d’alarme. Le problème, c’est que ces animaux qui se déplacent en troupeau causent souvent pas mal de dégâts matériaux. Ils labourent les terres, et sont connus pour tout retourner sur leur passage. Ainsi Flémalle a-t-il débloqué 10.000 euros pour installer une barrière anti-sangliers près du Prehistomuseum

    La commune de Flémalle va placer 700 mètres de clôtures anti-sangliers à Ivoz-Ramet près du Prehistomuseum. Ces travaux, en accord avec la société Elia, sont menés pour tenter de réduire les dégâts des sangliers, de plus en plus présents dans nos communes.

    Source

    https://www.sudinfo.be/id154170/article/2019-11-29/flemalle-debloque-10000-euros-pour-installer-une-barriere-anti-sangliers-pres-du

  • Conseil communal - Bassenge. Le PS vient au secours des agriculteurs bassengeois : il propose de chasser les sangliers sur les territoires communaux !

    sangliers sudpresse.jpgLa chasse est un sujet délicat. Pourtant, le PS de Bassenge a décidé de s’y frotter en déposant sur la table du prochain Conseil Communal une proposition visant la location du droit de chasse sur les terrains communaux.

    La résolution peut à priori surprendre. Néanmoins, elle prend tout son sens au vu du contexte actuel, comme l’expliquent les deux conseillers communaux à l’origine du projet, André Ruth, conseiller communal PS et Christopher Sortino, chef de groupe des nationales bassenge christopher sortino sécurité article la meuse christopher sortino.jpgsocialistes au conseil communal : « Les agriculteurs n’en peuvent plus. Nous sommes passés, en quelques années, de quelques traces de sangliers çà et là à des cultures entièrement saccagées à ce jour. En cause : la prolifération exceptionnelle de l’espèce en raison notamment de conditions climatiques plus clémentes. Il convenait de prendre la mesure des dégâts, de se mettre autour d’une table avec les agriculteurs et d’oser en discuter, sans tabou. Suite à ces discussions, nous avons décidé de prendre nos responsabilités au conseil communal pour autoriser la chasse sur les terrains communaux afin que ces terrains cessent de constituer des zones refuges pour les sangliers déjà chassés sur terrains privés ».

    Économie. Écologie. Sécurité.

    Outre l’impact économique lié aux ravages des cultures, l’augmentation du nombre de andre ruth.pngsangliers amplifie considérablement le risque d’accidents de la route par collusion. Elle remet également en question l’équilibre biologique naturel permettant à chaque espèce vivante constitutive de la biodiversité de prospérer. Enfin, et bien que Bassenge ne soit pas, à ce jour, reprise en zone à risque, elle augmente le danger d’une propagation de la peste porcine africaine. Tant d’éléments qui justifient la mesure, comme le soulignent André Ruth et Christopher Sortino : « Nous souhaitons inscrire cette proposition dans le cadre de la stratégie fixée par le Gouvernement Wallon. Nous rappelons à cet égard que le Ministre Wallon de la nature vient d’annoncer son souhait de réduire la population actuelle de sangliers de 50% d’ici une grosse année. Notre proposition contribuera à cet objectif, à notre échelle ».

    Les recettes serviront à dédommager les agriculteurs

    Qui dit locations dit loyers. Qui dit loyers dit recettes. Celles-ci seraient, dans la proposition des socialistes, dédiées au dédommagement des agriculteurs victimes de saccages : « L’objectif n’est pas de faire de nouvelles recettes communales pour le plaisir. L’argent récolté pourrait servir à dédommager les agriculteurs dont les cultures ont été saccagées. À terme, si la proposition porte ses fruits, ces dégâts seront de moins en moins importants, si bien qu’il sera alors possible de penser à une nouvelle affectation des recettes issues des loyers. Nous militerons alors pour que les deniers publics ainsi récoltés continuent de servir le secteur agricole bassengeois au vu du nombre de défis qu’il convient de relever dans ce domaine à Bassenge, concluent les deux socialistes.

    Roger Wauters

    (Christopher Sortino photo dessus et André Ruth photo dessous)