Google Analytics Alternative

mobilité douce bassenge

  • Bassenge - Mobilité - Projet. Rues cyclables à Roclenge : quelques précisions

    logo bassenge sudinfo.pngNous avons publié, hier, une partie d'un article paru dans La Meuse en vous invitant à en lire l'entièreté dans le journal.
    Il me paraît nécessaire d'apporter quelques précisions afin d'anticiper la nouvelle situation et de savoir exactement à quoi on doit s'attendre. En effet, à Roclenge, comme l'annonce l'échevin de la mobilité, ces "rues cyclables" seront rendues effectives dès cet automne.
    Une "rue cyclable" : c'est quoi ?
    Une "rue cyclable" est la dénomination donnée à une voirie où le cycliste a priorité sur les voitures. Le cycliste peut utiliser toute la largeur de la route et les véhicules à moteur ont interdiction de le dépasser. Sur une rue cyclable la vitesse est limitée à 30 km/h.
    Il faut donc distinguer "Rue cyclable" et "Piste cyclable". Cette dernière se différencie de la précédente par ses aménagements, son tracé spécifique, sa sécurisation, et son indépendance par rapport à la route, ce qui n'est pas le cas pour le projet dont question ici où sur toute la route (commune aux vélos et véhicules moteurs) les cyclistes seront prioritaires. Somme toute, la route rues cyclables,mobilité douce bassenge,rues cyclables roclenge,rues cyclables bassenge,rues cyclables vallée du geerest donnée aux vélos. Aux autres usagers de s'y adapter.
    Selon le projet de mobilité douce, les cinq premières "rues cyclables" de la Vallée du Geer seront situées à Roclenge. Il s'agit des rues Bettonville, du Pont, des peupliers, Gadiot et du Grand Brou.

    Roger Wauters

  • Bassenge et Oupeye - Mobilité douce. Une liaison douce entre Houtain et Bassenge

    mobilité douce oupeye.jpgVia l’ancienne voie vicinale

    Photo de gauche à droite : Christian Bragard, échevin et Serge Fillot, bourgmestre d'Oupeye.

    La Basse-Meuse attire de nombreux cyclistes. Malheureusement, ils doivent régulièrement s'adonner à leur passion sur des voiries inadaptées, où il n'y a aucune place pour eux. C'est le cas entre Houtain et Bassenge. Mais un projet de nouvelle piste cyclo-pédestre pourrait enfin leur permettre de relier les deux communes en toute sécurité.
    Chaque jour, mais surtout le week-end, des dizaines de cyclistes relient Houtain à Bassenge.
    Mais actuellement, peu de chemins s'offrent à eux pour rejoindre les deux villages. Le plus sécurisant est d'emprunter la rue de Roclenge à Houtain pour rejoindre la Chavée Arecht à Roclenge. Une route bétonnée qui passe à travers champs mais qui a un inconvénient de taille. Si la prendre dans le sens Houtain-Roclenge ne pose aucun problème, dans l'autre sens, le cycliste devra affronter une côte de 15% ! Autant dire que même à pied, c'est plutôt physique. Ce qui décourage nombre d'entre eux qui optent alors pour l’autre chemin: la rue de l'Etat.
    Mais ici, c’est à leurs risques et périls. Car il n'y a aucun accotement ni aucune piste cyclable à cet endroit et la circulation y est dense.
    Voulant favoriser les modes doux, Oupeye a donc planché sur une autre solution : créer une nouvelle voie cyclo-pédestre en utilisant l'assiette d'un ancien chemin vicinal. « Celui-ci part du fond de la rue de Wonck pour rejoindre la rue du Bâton blanc à Bassenge, explique Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye.
    « Notre idée est donc de bétonner ces 950 m pour en faire une voie cyclo-pédestre de 2,4 à 3 m de large. Ici la pente ne serait plus que de 9%. C’est un beau projet qui renforcera le maillage entre les RAVeL et ainsi pouvoir rejoindre d’un côté, Eben, Maastricht ou Tongres. Et de l’autre Fexhe-Slins, Rocourt et Ans ».
    Un projet qui serait en partie financé par les deux communes.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://journal.lameuse.be/?_ga=2.249169607.1761146915.1598603980-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-08-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-08-29,BASSE-MEUSE,1|9