Google Analytics Alternative

fruiticultures glons

  • Basse-Meuse-Fruiticulture. Canicule : 30 à 50 % de pommes sont perdues

    philippe hustin glons pommes pourries.jpgLes fruiticulteurs de la Basse-Meuse vont encore faire face à une récolte de pommes catastrophique.

    Les 40 degrés et le soleil brûlant de la fin juillet ont fait de sérieux dégâts dans les vergers de pommiers de tout le pays et en particulier de Basse-Meuse. Suivant les parcelles, les fruits ont été fortement brûlés entraînant de lourdes pertes.

    « C’est une vraie catastrophe pour nous, commente Xavier Laduron, fruiticulteur à Warsage. « Tout dépend des parcelles mais aussi de l’âge des pommiers. Un jeune pommier a moins de feuilles pour abriter les pommes du soleil. Tous ces éléments mis l’un dans l’autre, et sans être dans l’exagération, je pense qu’on atteint au minimum 30 % de pertes, voire même 50 %. Car les pommes ont été brûlées par le soleil et elles commencent à pourrir. On ne sait plus rien en faire. »

    A Glons, Philippe Hustin a engagé une dizaine de travailleurs pour faire tomber les pommes pourries.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-10,BASSE-MEUSE,1|8

  • Après les vignobles d’Emael, petite visite aux fruiticultures des hauteurs de Glons…

    fruits glons 1.jpgEn cette mi-juillet, nous avons rendu une petite visite aux vergers des coteaux de Glons pour agréablement constater que, là aussi, les températures clémentes que nous connaissons ont favorisé nettement la croissance des fruits. Dans les vergers, aussi loin que le regard puisse se porter, les pommes et les poires abondent, certains fruits même commencent à rougir… Pour la petite histoire, rappelons qu’à l’époque de Napoléon, sur ces mêmes coteaux situés plein sud, les vignobles glontois produisaient un vin du plus grand cru. Sa qualité était telle que Napoléon décida de mettre fin à leur production afin de ne pas concurrencer les meilleures cuvées françaises. (A Glons, une rue porte encore le nom de « rue sous la vigne »). De nos jours, ce sont les pommes et les poires de la maison Geerfruits (Hustin) qui bénéficient à la fois du bel ensoleillement de ces parcelles (plein Sud) et de la composition du sol qui, riche en calcaire, leur confèrent cette saveur de première qualité et si particulière: leur chair est blanche, fine et croquante, très juteuse, sans acidité et finement parfumée. La saison s’annonce bien.

    fruits glons 2.jpg

    fruits glons 3.jpg

    fruits glons 4.jpg