Google Analytics Alternative

foulards coronavirus

  • La promesse impossible du fédéral. Le plan B : une écharpe ou un bandana !

    foulard.pngTout le monde n’aura pas reçu de masque et de filtres pour le 4 mai

    Chaque Belge recevra-t-il un masque gratuit pour le 4 mai, comme cela a été annoncé par Sophie Wilmès vendredi soir ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit le ministre de la Justice Koen Geens. Mais un foulard ou une écharpe, qui couvre nez et bouche, convient aussi a rappelé Sophie Wilmès. 

    Fournir « au moins une protection en tissu normé », et distribuer « deux filtres » pouvant être lavés et réutilisés, pour pouvoir les intégrer dans des masques déjà acquis ou cousus, afin de limiter la propagation du virus lors de nos déplacements. Voilà la promesse faite vendredi aux citoyens par le fédéral, avec l’aide des régions, et des communes. Une mesure indispensable puisque tout le monde n’a pas les moyens, financiers ou sociaux, de s’acheter ou se faire coudre un masque. Or, celui-ci sera obligatoire dans les transports en commun, dans les écoles pour les élèves de plus de 12 ans, ou lorsque la distanciation sociale n’est pas possible à respecter…

    Mais à une semaine de la première phase du déconfinement, le 4 mai, le défi sera impossible à tenir, selon le ministre de la Justice en charge de la question des masques en textile, Koen Geens. Pour lui, la capacité de production de ce type de masques en tissu ne permet pas de tenir ce délai si court. Quant aux filtres, une commande auprès de deux fabricants de textile pour 22 millions de filtres a été passée, et les citoyens devraient les recevoir entre le 4 mai… et le 20 mai !

    De nombreuses communes ont lancé leur propre commande de masques en tissu, soit en se tournant vers des entreprises, soit en faisant appel à des couturières locales et à la solidarité générale. Mais là aussi, les délais sont souvent plus longs que la date du 4 mai. Des livraisons « courant du mois de mai » sont plus réalistes.

    La Première ministre Sophie Wilmès a donc nuancé ses propos au CNS. « La réalité c’est que c’est le port d’une protection qui couvre votre nez et votre bouche qui est recommandé », a-t-elle soutenu dimanche. Donc, une protection alternative, comme une écharpe ou un bandana, fait l’affaire. Les masques chirurgicaux et FFP2 devant être réservés au personnel de première ligne, aux maisons de repos et aux collectivités.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 27 avril 2020