Google Analytics Alternative

eugène devue glons

  • Tongres. Grâce au glontois Eugène Devue, l’aigle d’Ambiorix a retrouvé sa place sur le socle de la statue, aux pieds du chef des Eburons…

    aigle ambiorix 2019 4.jpgLe bourgmestre de Tongres a tenu parole. Comme il l’avait annoncé en mai dernier, Patrick Dewael a fait restaurer l’oiseau symbole du pouvoir romain qu’Ambiorix tenait soumis sous son pied droit. C’est le sculpteur- restaurateur Patrick Beusen qui en a été chargé ainsi que de la reconstitution des ailes à l’identique.

    L’installation officielle a eu lieu ce vendredi 1er mars 2019.

    Cet aigle avait été « kidnappé » il y a un demi-siècle, comme le rapportait la Meuse au printemps dernier, par un groupe de fêtards qui l’avaient enlevé de son socle et ainsi privé Tongres d’une partie de son patrimoine historique.

    Aidé par le hasard, Eugène Devue, un Glontois amateur d’histoire et d’archéologie, avait réussi 50 ans après les faits, à identifier l’un des « kidnappeurs » et avait pu finalement remonter la filière jusqu’à celui qui détenait toujours l’oiseau-roi et le gardait « respectueusement » depuis cinquante ans chez lui, ne sachant trop qu’en faire.

    Dans l’aventure, l’aigle avait perdu ses ailes mais se trouvait pour le reste en excellent état. C’est à un sculpteur limbourgeois que la restauration de l’oiseau avait été confiée. aigle romain statue ambiorix tongeren tongres bureau.jpgL’aigle a été remis dans la position exacte où l’avait placé au siècle dernier Berthin, le sculpteur et concepteur de la statue du roi des Éburons.

    Eugène Devue (à gauche sur photo ci-contre), invité à la petite cérémonie d’inauguration s’est réjoui de voir aboutir le projet et de constater que la discrétion promise a été respectée. Il n’y a pas eu de tentative d’enquête ou autre menace. Seule la presse a tenté d’en savoir plus sur les auteurs, mais le « découvreur » a respecté la parole donnée et n’a révélé aucun nom, malgré la curiosité fébrile de l’un ou l’autre journaliste.

    Tout est bien qui finit bien. Le patrimoine a été préservé. Les kidnappeurs qui ne pouvaient de toute manière plus être inquiétés dormiront mieux désormais. Ils n’étaient tout de même pas très à aigle ambiorix 2019 3.jpgl’aise, et gardaient mauvaise conscience, même après 50 ans. Les sottises de jeunesse laissent parfois des traces…

    Paix à tous, même à César, l'auteur du génocide qui avait pratiquement exterminé toute la population du pays en vengeance au massacre des légions de Sabinus et Cotta.

    aigle ambiorix 2019 2.jpg

    aigle ambiorix 2019.jpg

    Aigle d'ambiorix retouve par Eugène Devue.png