Google Analytics Alternative

employé communal bassenge

  • Politique Bassenge - PCDR. Subsides perdus : l’erreur d’un fonctionnaire. Il écope d’une sanction disciplinaire

    subsides bassenge pcdr article.pngUn article publié récemment dans La Meuse revient sur les subsides perdus par la commune de Bassenge pour le PCDR (Plan communal de développement rural)

    L’article est à lire en suivant ce lien :

    https://basse-meuse.lameuse.be/410784/article/2019-07-10/subsides-perdus-bassenge-lerreur-dun-fonctionnaire

    Cette publication répond au souhait du Collège d’apporter des éclaircissements sur un précédent article de La Meuse qui traitait du sujet et repris en partie sur ce blog (voir ICI)

    Valérie Hiance, Bourgmestre, étant en vacances, c’est Philippe Knapen échevin des finances qui les apportent au nom du Collège et explique d’abord que « l’ancien » PCDR avait été bancal dès le départ. La raison n’est pas explicitée.

    Il souligne qu’une nouvelle société spécialisée se sert du travail réalisé en amont par la précédente société de consultance – dont on sait que le travail a coûté 170.000 euros –.

    L’échevin poursuit en expliquant que pour ce qui est de la perte des subsides (230.000 euros), une prolongation du délai devait être introduite auprès de la Région Wallonne au mois de juin 2018 (date butoir), ce qui n’a pas été fait.

    L’erreur est due à un fonctionnaire de la commune

    «  Il nous a menti plus d’une fois »

    C’est en effet la raison évoquée par l’échevin qui indique que le sujet était régulièrement abordé avec le fonctionnaire communal et que, selon ce dernier, le nécessaire était fait alors qu’il ne l’était pas.

    Ce n’est que fin février 2019, par un coup de fil reçu de la Région Wallonne, que l’échevin Philippe Knapen a pris connaissance du manquement et de la faute commise.

    Cette faute, qualifiée de « faute professionnelle grave » est assortie d’une sanction disciplinaire dont le fonctionnaire se voit frappé.

    Source l’article de La Meuse aux références citées plus haut.

    Roger Wauters