Google Analytics Alternative

communiqué bassenge sudinfo

  • Glons - Affaire de la tête de chevreuil. Communiqué « Mise au point » de Roger Wauters de Bassenge Sudinfo

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngCette macabre et honteuse affaire a fait la première page du journal La Meuse ce vendredi 26 avril 2019. Un article complet y est consacré. Dans celui-ci, on peut y lire que, contactées par la journaliste, la Bourgmestre de Bassenge ainsi que l’échevine du Bien-être animal n’étaient pas au courant, ce qui tendrait à laisser supposer que je sois resté passif. Il n’en est rien et je me dois de réagir et de couper court à toute supposition.

    Le sens civique impose à tout citoyen qui se trouve confronté à de telles découvertes d’en avertir les autorités. Je m’y suis conformé.

    Le samedi 20 avril dernier, j’ai publié ma note sur Bassenge Sudinfo à 11h57. A 12h02, soit exactement 5 minutes après, j’ai averti les autorités communales en leur faisant parvenir ma note (lien vers Bassenge Sudinfo) sur la page Facebook de la commune de Bassenge avec le texte suivant :

    «  Je voudrais porter ce fait à votre connaissance… ».

    Avertir les autorités bassengeoises sur la page Facebook de la commune me paraissait la voie la plus rapide et efficace considérant qu’elle est le meilleur lien entre les citoyens et les autorités.

    J’estime donc avoir rempli mon devoir civique et je tenais à ne laisser planer aucun doute sur ce sujet.

    Roger Wauters

    tête chevreuil glons page La Meuse facebook mon message.png

  • Be-Alert testé dans plus de 100 villes et communes jeudi

    Be-Alert, le système qui permet de diffuser à la population des messages par SMS, e-mails ou autres canaux lors de situations d’urgence, fera l’objet d’un test jeudi dans plus de 110 villes et communes du pays, annonce lundi le SPF Intérieur. NDLR : Mais Bassenge ne s'y est pas inscrite. Dommage. Mais les citoyens peuvent adhérer au système en se rendant sur le site (Site web ci-dessous)

    Ces 110 villes et communes enverront des SMS, messages vocaux et e-mails aux habitants de leur territoire. Un message test sera également envoyé par le Centre de crise à toutes les personnes présentes dans une zone délimitée, entre autres à Blankenberge et Kruibeke.

    Ce test vise aussi à faire comprendre aux citoyens l’intérêt de s’inscrire à Be-Alert, souligne le SPF Intérieur.

    Un an après son lancement, 403 des 589 communes belges, soit près de 70%, sont connectées à cet outil de communication d’urgence.

    « Aucune commune n'est à l'abri des risques. Afin de réagir rapidement et efficacement, il est important de vous informer sur les risques quotidiens et exceptionnels qui pourraient se produire.

    Le manque de conscience et de connaissance sur les risques (domestiques, naturels, technologiques, …) entrainent souvent des conséquences supplémentaires dans la gestion d’une situation d’urgence : panique de la population et mouvement de foule, comportements inconscients de certains citoyens,…

    C’est pourquoi, des citoyens bien informés sont davantage susceptibles de développer des comportements adéquats.

    En situation d’urgence, veillez à toujours suivre les recommandations des autorités : mise à l’abri, évacuation, prise de comprimés d’iode en cas d’incident nucléaire,… »

    Pour en savoir plus sur ce qu'il convient de faire avant, pendant et après une situation d'urgence, consultez le site web www.info-risques.be

    Et l'adresse du site où il faut s'inscrire :

    http://be-alert.be/fr/communes-be-alert