Google Analytics Alternative

christie morreale

  • Bon à savoir. "Tremplin 24 mois +", la nouvelle mesure pour les demandeurs d’emploi « longue durée »

    christie morreale.jpgSur proposition de la vice-présidente et ministre de l’Emploi, Christie Morreale, le gouvernement wallon vient de marquer son accord sur une nouvelle mesure de relance qui vise à mettre à l’emploi des chercheurs d’emplois depuis plus de 24 mois dans quatorze secteurs d’activités où les besoins de main-d’œuvre se sont accentués en raison de la crise du Covid-19.
    La durée et l’intensité de la crise covid-19 impactent en effet les emplois, l’accès à l’emploi et particulièrement celui des publics plus fragilisés. « L’objectif de cette nouvelle mesure est double », explique la ministre Morreale. « Il vise à la fois à insérer des publics fragilisés sur le marché de l’emploi et à apporter des réponses aux besoins criants de main-d’œuvre dans quatorze secteurs essentiels comme les services d’aides aux personnes à domicile, l’accueil de l’enfance, les circuits courts, les petits commerces alimentaires de proximité ou encore le secteur de l’aide alimentaire et de la lutte contre le sans-abrisme… Il s’agit d’un nouvel outil pour relancer l’emploi de ces personnes qui bénéficient très peu des dispositifs d’aides existants alors qu’elles sont les plus lourdement touchés par la crise sanitaire », ajoute-t-elle.
    D’après les estimations, cette mesure d’aide à l’emploi (budgétée à hauteur de plus de 4 millions d’euros) devrait permettre à au moins 600 personnes plus fragilisées de décrocher un emploi en 2021.
    Une explication de l’aide et un formulaire en ligne sur le site du Forem seront à la disposition des employeurs intéressés dès la mi-décembre.
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi 5 décembre 2020

  • Secteur en plein boum. Le prix des titres-service n’augmentera pas

    christie morreale.jpgEn tant que ministre de l’Emploi, Mme Morreale a aussi la tutelle sur les titres-service. Un secteur qui pèse lourd, notamment en termes d’emploi.

    Où en est le système aujourd’hui, est-ce qu’il fonctionne ? Ça concerne combien de personnes ?

    Il est toujours aussi populaire. Il y a 46.000 travailleurs, essentiellement des travailleuses. Un peu plus de 1.000 entreprises labellisées. Le budget wallon consacré actuellement aux titres-service est de près de 442 millions. Le succès continue d’être exponentiel.

    Le coût du titre-service sera maintenu à 9 euros ?

    Oui, nous ne voulons pas l’augmenter, ça ne changera pas.

    Et la déduction fiscale de 10 % ?

    En tout cas, elle ne changera pas en 2020. On fera quand même un bilan financier parce qu’on me fait état de dépassements importants.

    Il y a d’autres enjeux, autour des titres-service ?

    Déjà, il y a celui sur les salaires des travailleurs. Ils sont payés à 11 euros brut de l’heure, c’est vraiment trop peu. Ce sont souvent des femmes, des familles monoparentales.

    Et l’extension envisagée à la garde et au transport d’enfants ?

    C’est aussi dans la DPR. Il y a une demande, pour conduire par exemple des enfants à l’école. Ou bien, il y a parfois des besoins urgents de garde d’un enfant malade. Est-ce que le dispositif pose question ? Oui, en matière de formation du personnel. Ça pose des questions comme : est-ce que les personnes qui vont faire du nettoyage garderaient aussi les enfants ? Ou le feraient en même temps ? Il y a toute une série de questions, qui méritent une large concertation.

    Ce ne sera pas pour tout de suite, donc ?

    Non. Il faut d’abord répondre aux questions.

    L'entretien complet avec la Ministre Christie Morreale dans votre journal La Meuse de ce samedi.