Google Analytics Alternative

cent arrondis

  • A partir du 1er décembre, on arrondit. Les 1 et 2 centimes seront vendus, échangés ou détruits

    Plus de 24 millions d’euros circulent toujours 

    Avec l’obligation d’arrondir les montants payés en cash dans les commerces, les pièces de 1 et 2 centimes se feront de plus en plus rares. Une bonne nouvelle pour les utilisateurs qui les égaraient un peu partout. Elles seront alors vendues, échangées voire détruites. 

    Perdues dans nos poches ou tiroirs, les petites pièces rouges de 1 et 2 cents ont souvent eu tendance à disparaître dans la nature. Et ce, depuis leur création. « Chaque année, il fallait en refrapper parce qu’elles ne circulaient simplement pas », confirme la Banque nationale de Belgique. Résultat ? Bien que la production ait été complètement stoppée, on recense encore aujourd’hui 798.676.390 pièces de 2 cents et 831.243.399 pièces de 1 cent. Soit un total de 24.285.961,8 euros ! À titre de comparaison, les pièces de 2 euros sont bien moins nombreuses avec quelque 411 millions de pièces en circulation.

    Bonne nouvelle cependant : dès le 1 er décembre, tous les montants payés en espèces devront être arrondis. Finis les 10,23 euros. Vous payerez désormais 10,25 euros. Un arrondi qui ne sera pas toujours au désavantage des clients puisqu’il est prévu d’arrondir aux 0 ou 5 cents les plus proches. Une note de 10,12 euros sera, par exemple, revue à la baisse.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.257515912.2027276932.1569846306-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-03,BASSE-MEUSE,1|2

  • Prix dans les commerces. L’arrondi aux 5 cent devient obligatoire

    Cette fois, c’est fait : la Chambre a approuvé, dans la nuit de jeudi à vendredi, une proposition de loi qui impose aux commerçants de pratiquer l’arrondi symétrique, c’est-à-dire d’arrondir leur addition à un multiple de 5 cent, lors d’un paiement en liquide.

    « Les pièces de 1 et 2 cent suscitent souvent un embarras pour de nombreux commerçants et consommateurs », commente le ministre Kris Peeters (CD&V). « Ces pièces sont amassées dans des tirelires, au point que cela s’est même traduit par une pénurie il y a quelques mois. Les commerçants pouvaient déjà arrondir les montants depuis 2014, mais ils faisaient très rarement usage de cette possibilité (30 % d’entre eux selon une enquête du Syndicat neutre des indépendants, NDLR). C’est pourquoi nous rendons obligatoire l’arrondi en cas de paiement en espèces. Les organisations des commerçants soutiennent cette mesure. Selon le montant, les arrondis se font vers le haut (prix se terminant par 3, 4, 8 ou 9 cent, NDLR) ou vers le bas (prix se terminant par 1, 2, 6 et 7 cent, NDLR). En moyenne, le consommateur ne payera donc pas plus qu’aujourd’hui. Les pièces de 1 et 2 cent continueront à avoir cours légal. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-06,BASSE-MEUSE,1|20