Google Analytics Alternative

allergies

  • Les allergiques vivent un vrai calvaire, cette année !

    logo bassenge sudinfo.pngBouleau, chêne ou graminées, le pollen bat de peu enviables records 

    Un peu oubliées à cause du coronavirus, les allergies continuent à handicaper les personnes sensibles. Cette année en particulier elles ont été plus intenses. Explications.   

    Les scientifiques se rejoignent : il est encore tôt pour dresser un bilan des allergies pour cette année. Pourtant, la saison 2020 affiche déjà quelques records, comme nous l’explique Nicolas Bruffaerts, responsable de la surveillance des pollens chez Sciensano. « Nous pouvons déjà rapporter quelques records enregistrés durant le mois d’avril, où les températures ont été exceptionnellement élevées et les précipitations anormalement faibles ». La double action de la sécheresse et de la chaleur a favorisé le développement des plantes et la circulation dans l’air des pollens. Sans compter qu’il s’agit d’une année à haute production de pollen pour plusieurs espèces d’arbres. 

    Résultat : l’indice pollinique, qui calcule les valeurs de concentration moyenne journalière des pollens, a été très élevé sur l’année. Pour le bouleau, le record de l’année 2002 est battu avec un indice de 21.092 pour cette année. Autre record pour le pollen du chêne, dont l’indice annuel (8.756) dépasse son plus haut score, qui date de 2011. 

    Pic des graminées 

    Pour les graminées la saison est toujours en cours. « Nous ne pouvons pas encore le confirmer, mais il est probable qu’on ait atteint le pic pour les graminées », nous explique le D r Valérie Hox, ORL spécialisée en allergies aux Cliniques Saint-Luc à Bruxelles. Globalement, les allergies n’auront pas été plus longues, mais juste très intenses. Et pour les graminées, cela n’est pas près de changer : l’IRM signale encore un risque élevé de développer des symptômes pour ce 25 juin. 

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 25 juin 2020 

  • Météo et…santé. Hiver trop chaud : les allergies déjà de retour !

    pollen 2.jpgEt vous, vous avez déjà eu froid cet hiver ? Beaucoup répondront par la négative. L’hiver météorologique, pour les météorologues, a lieu du 1 er décembre au 29 février. En décembre, on a eu droit à deux degrés de plus que la normale (5,9º au lieu de 3,9º) et un seul jour, à Uccle, où la température est descendue une fois en dessous de 0. On est à la mi-janvier et le seul jour, toujours à Uccle, où la température minimale est descendue sous le zéro, c’était le 1er. Depuis le début du mois, la température moyenne enregistrée est de 6,6º, soit le… double de la normale (3,3 degrés). Et pour ce qui est de la neige, pour ceux qui ne vivent pas sur le « toit » de la Belgique, c’est le calme plat.

    En regardant les prévisions à 14 jours de l’IRM, les maxima vont de 5º (du 21 au 23/01) à 11º (15 et 16/01). Pour la première fois depuis longtemps, un minimum devrait atteindre -1 degré, mais uniquement la nuit du lundi. Les minima pour cette période du 15 au 28 janvier iraient donc de -1º (le 20/01) à 9º (aujourd’hui).

    Ce manque de froid en hiver a un impact. C’est le cas notamment pour les… allergies. Cela nous a été confirmé hier au Réseau de Surveillance Aérobiologique Belge. Lucie Hoebeke travaille comme collaboratrice scientifique au service Mycologie & Aérobiologie chez Sciensano. « La saison pollinique a commencé ce week-end », explique-t-elle. Avec deux bonnes semaines d’avance sur la normale. Les arbres concernés sont l’aulne et le noisetier qui sont en fleur mais les quantités de grains de pollen dans l’air fluctuent fortement en fonction des conditions météorologiques. « Pendant les périodes sèches, les concentrations polliniques peuvent vite augmenter. Quand il pleut, c’est l’inverse ».

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.228261277.1277610679.1578390958-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-01-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-01-15,BASSE-MEUSE,1|16

  • Saisons des graminées. Un site pour contrer les allergies saisonnières : des données précises, mais aussi quelques conseils

    Qui dit printemps dit allergies. Et pour les sujets affectés, cette période peut s’avérer plutôt pénible, avec des symptômes différents. Si le suivi du médecin demeure indispensable, un outil assez pratique existe. À la portée de tout le monde, AirAllergy.be permet d’en savoir un peu plus sur les pollens présents dans l’air. 

    Par exemple, saviez-vous que les flocons blancs que vous voyez dans l’air ne sont pas des grains de pollen ? AirAllergy.be s’explique : il s’agit de graines de peuplier et de saule entourées de poils et elles ne sont pas allergisantes. Voici un exemple de ce que vous pouvez trouver sur ce site. Fondé en 1974, le réseau belge de surveillance des pollens et des spores fongiques est géré par le service Mycologie & Aérobiologie au sein du centre fédéral Sciensano. Le site actualise les informations concernant les pollens présents dans l’air et liés aux allergies. À travers ses stations situées aux quatre coins du pays, elle fait des relevés hebdomadaires.

    En consultant le site, nous lisons par exemple que la saison du bouleau devrait bientôt se terminer, selon les derniers relevés du 25 avril. Par contre, les pollens de graminées commencent à être présents dans l’air, ce qui n’est pas étonnant, vu que la saison dure du 15 mai au 15 juillet en Belgique. Elles seront suivies sans doute par les armoises jusqu’à la fin du mois d’août, tel qu’indiqué par le calendrier pollinique et fongique disponible sur le site. Un outil très pratique afin de détecter quels pourraient être les périodes critiques pour vos allergies.

    Le site fournit également des conseils de prévention. Ceux-ci ne remplacent pas les soins médicaux (d’ailleurs, le site recommande de les suivre attentivement) mais donnent des suggestions intéressantes pour vous dépanner au quotidien. Par exemple, il vaut mieux utiliser des mouchoirs en papier et faire sécher le linge à l’intérieur. Mais d’autres conseils sont bien plus agréables : c’est le cas pour les séjours en bord de mer, pointés comme bénéfiques pour les personnes allergiques au bouleau. De quoi trouver la bonne excuse pour vous évader un week-end avant que la saison ne se termine ! (Source 7Dimanche)

  • Allergiques, sortez vos mouchoirs : les beaux jours ramènent les pollens…

    pollen 2.jpgSi vous souffrez de rhinite allergique, vous avez sans doute déjà épuisé quelques dizaines de mouchoirs sous les timides premiers rayons de soleil… En avril, le bouleau - arbre dont les pollens sont les plus allergisants du début de saison et dont on a massivement replanté nos terrils - explose sa floraison (photo illustration). Et ce n’est que le début de l’enfer puisqu’après ce « bétulacée », suivront, mi-mai, les premières graminées et herbacées.

    L’article complet ici :

    http://www.sudinfo.be/1545384/article/2016-04-08/allergiques-sortez-vos-mouchoirs-les-beaux-jours-ramenent-les-pollens%E2%80%A6

  • Vallée du Geer. Allergies : le point en cette saison et les risques encourus…

    allergiesSi notre verte Vallée du Geer possède de nombreux atouts, et nous pensons tout particulièrement aux nombreuses balades que l’on prend plaisir à y faire, sa luxuriante végétation est aussi souvent la cause d’allergies en cette saison.

    Nous sommes allés voir du côté du site web du réseau de " Surveillance aérobiologique belge " quels risques seraient à encourir  en cette mi-mai.

    Pour rappel, le réseau de surveillance des pollens et des spores fongiques a été créé en 1974 et son objectif principal est de fournir aux généralistes, aux firmes pharmaceutiques et aux allergiques une information rapide concernant la présence de ces allergènes dans l'air. Ces données aident à poser un diagnostic et à se protéger lors des périodes à hauts risques.

    Quels sont actuellement les risques d’allergies ?

    Une mise à jour datée de ce vendredi 11/05 nous signale que :

    - Le bouleau est à la fin de sa période de floraison.

    - Les autres arbres allergisants tels le chêne et le marronnier continuent leur floraison mais suite aux conditions météorologiques instables, le taux pollinique de l'air reste limité pour cette période de l'année. La situation devient donc favorable pour les personnes qui sont allergiques aux pollens d'arbres.

    - La vague de pollen allergisant que nous pouvons attendre maintenant est celle des graminées. Nous conseillons aux personnes sensibilisées aux pollens de graminées de prendre des mesures préventives en accord avec leur médecin.

    allergies

    fruit-pissenlit.jpgBon à savoir

    Les nombreux flocons voletant dans l’air actuellement, ne sont pas des pollens mais bien les graines de peuplier et de saule, enveloppées de longs poils formant du véritable duvet et/ou des fruits de pissenlit. Ce duvet n’est pas allergisant !

    Pour suivre l’évolution, un site incontournable :

    http://airallergy.wiv-isp.be/sites/airallergy/fr/default.aspx

    Il est géré par : L’Institut Scientifique de Santé Publique, section de MYCOLOGIE-AEROBIOLOGIE

    Rue J. Wytsman 14, 1050 Bruxelles - Téléphone: 02/642 55 18 - Fax: 02/642 55 19 - E-mail: airallergy@wiv-isp.be