Google Analytics Alternative

1er mai

  • Finalement, pourquoi offre-t-on des brins de muguet le 1er mai ?

    muguet 2.jpgHistoire du muguet du 1er mai

    On fait remonter la tradition du muguet du 1er mai à la Renaissance, Charles IX en ayant offert autour de lui en 1561 comme porte-bonheur. La légende veut qu'en 1560, Charles IX et sa mère Catherine de Médicis visitent le Dauphiné où le chevalier Louis de Girard de Maisonforte offre au jeune roi un brin de muguet cueilli dans son jardin à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le roi, charmé, reprend cette pratique d'offrir chaque printemps un brin de muguet à chacune des dames de la cour en disant « Qu'il en soit fait ainsi chaque année »29, la coutume s’étendant rapidement à travers tout le pays30. Une autre version de la légende veut qu'en 1560, Catherine de Médicis charge le chevalier de Saint-Paul-Trois-Châteaux, ville du département de la Drôme, d’une mission secrète auprès des Borghèse, ce dernier revient de chez cette riche famille italienne et, en guise de réussite de sa mission, offre au roi à la cour de Fontainebleau un bouquet de muguet trouvé dans les bois.

    En France, dès 1793, le calendrier républicain de Fabre d’Églantine propose une fête du Travail (« jour du travail ») au 3e jour des sansculottide (le « tridi »), tandis qu'il associe le muguet au « jour républicain », le 26 avril et non le 1er mai, rompant ainsi avec cette tradition royale.

    Cette tradition se perd jusqu'au 1er mai 1895 qui voit le chansonnier Félix Mayol débarquer à Paris, gare Saint-Lazare, et se voir offrir un bouquet de muguet par son amie parisienne Jenny Cook26. Une anecdote publiée dans ses mémoires rapporte que, faute de trouver un camélia, les hommes élégants portaient à l'époque au revers de leur redingote, il prend un brin de muguet le soir de sa première sur la scène du Concert parisien. La première étant un triomphe, il conserve ce muguet qui devient son emblème et relance peut-être cette coutume.

    À la Belle Époque, les grands couturiers français offrent le 1er mai un brin de muguet à leurs petites mains et à leurs clientes. Christian Dior en fait l’emblème de sa Maison de couture. Dès lors, cette coutume du 1er mai devient une fête dans la région parisienne.

    Ce n'est qu'au début du xxe siècle qu'il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889. En fait, sous Pétain, la fête des Travailleurs devient la fête du Travail et l'Églantine rouge (Rosa canina ou Rosa rubiginosa), associée à la gauche, est remplacée par le Muguet.

    La vente du muguet dans les rues de Nantes commença peu après 1932, avec l'instauration de la fête du lait de mai par Aimé Delrue. Elle se répandit ensuite à toute la France aux environs de 1936 avec l'avènement des congés payés.

    En France, la vente du muguet par les particuliers et les associations non munis d'une autorisation et sur la voie publique est officiellement tolérée le 1er mai35 en respectant toutefois les autres obligations légales (il s'agit par exemple de muguet du jardin ou des bois et non pas de muguet acheté, sinon ce serait de la revente). La tradition de pouvoir vendre le muguet sur la voie publique remontant à Claude-François de Payan, ami de Robespierre36.

    Il est produit chaque année 60 millions brins de muguet, vendus à l'unité ou en pots. 85 % de la production nationale de muguet est récoltée dans la région nantaise (une trentaine de maraîchers répartis sur une demi-douzaine de communes et embauchant en contrat saisonnier près de 7 000 salariés37,38), le reste en provenance de la région de Bordeaux. Le marché pèse environ plus de 90 millions d'euros, auquel il faut ajouter le muguet des bois qui représente près de 10 % de cette somme.

    En France, il existe une tradition selon laquelle un brin de muguet à 13 clochettes porterait bonheur.

    (Source Wikipedia)

     

  • 1er Mai. Communiqué du Chef de corps de la Zone Police Basse-Meuse

    logo police basse meuse.pngMesdames, Messieurs,

    La lutte contre la propagation du COVID 19 oblige nos autorités nationales à prendre toute une série de mesures qui visent à préserver notre santé.

    muguet.pngNous avons bien conscience des sacrifices qui nous sont demandés. Nous comprenons également les effets négatifs ressentis par les commerçants privés de revenus.

    Le « déconfinement » nécessite également de se faire par phases. Raison pour laquelle certains commerces ne pourront rouvrir qu’à partir du 11 mai (si tout va bien).

    A l’heure actuelle les fleuristes font partie des commerçants qui doivent garder porte close.

    Habituellement, le premier mai est jour de vente du muguet. Cette année cette activité est interdite. Les commerçants établis, les commerçants ambulants pas plus que les particuliers ne pourront vendre ce brin de muguet qui vient égayer la vie de ceux à qui nous l’offrons.

    Les services de police doivent continuer à jouer leur rôle. Ils seront sur le terrain et veilleront à faire respecter ces directives là aussi. En cas d’infractions, un PV sera rédigé et la marchandise (les fleurs) sera saisie (nous pensons inutile de s’exposer à des amendes qui sont importantes et peuvent aller de 250 à 750 euros selon l’infraction).

    Nous espérons que toutes les personnes concernées auront à cœur d’éviter pareils désagréments.

    Nous vous rendons attentifs à tout changement de dernière minute qui pourrait intervenir en la matière (nous voulons parler d’un assouplissement des mesures). Si c’était le cas, les forces de l’ordre ne manqueraient pas de s’adapter.

    Nous espérons que chacun comprendra.

    Portez-vous bien.

    CDP Alain LAMBERT

    Chef de Corps

    Zone Basse-Meuse

    (Source Page Facebook de la zone Police Basse-Meuse)