Google Analytics Alternative

écoles basse meuse

  • Police Basse-Meuse - Sécurité. Sécurité aux abords des écoles: attention, la police va sanctionner

    police école.pngUn mauvais stationnement peut être puni d’une amende de 55 à 110€

    Accoutumés à fréquenter les abords des écoles dans les six communes couvertes par la zone de police de la Basse-Meuse (Blegny, Dalhem, Bassenge, Oupeye, Visé et Juprelle), soyez bien attentifs à l’information qui suit… Après avoir mené une campagne de prévention, la zone compte bel et bien poursuivre ses actions en matière de sécurité et passe en « phase répression ». Détails. 

    Chaque année, dès la rentrée scolaire, la zone de police de la Basse-Meuse se lance dans une vaste opération de sécurisation aux abords des écoles présentes sur son territoire. Depuis septembre, et jusqu’à fin octobre, ce sont plus de 500 prestations policières qui ont été menées dans ces endroits sensibles.

    « Nous avons beaucoup d’écoles primaires et quelques établissements secondaires à Visé. L’idée, durant cette campagne, est de mobiliser un maximum de personnel, pas seulement au niveau des quartiers, mais aussi à l’intervention, au roulage, quand il est disponible évidemment », explique le chef de corps, le commissaire divisionnaire Alain Lambert. « Ces policiers sont placés à proximité des écoles. Les citoyens en ont été avertis, notamment via les directions. Le but est d’en faire tout le tour mais certains établissements ont été davantage déterminés, avec les autorités communales et les chefs de poste locaux, comme pouvant être assujettis à des problèmes de sécurité et de gestion de trafic. »

    De par leur visibilité, ces policiers apportaient tout d’abord une présence dissuasive. Mais ils tenaient également un discours à vocation pédagogique quand il était nécessaire. « S’adresser alors aux gens pour attirer leur attention sur une infraction commise », précise le chef de corps.

    De 55 à 110 euros

    Mais depuis ce lundi, cette opération de prévention s’est officiellement clôturée, pour laisser la place à la répression. « L’idée maintenant, c’est de tout doucement demander aux services de continuer leurs tournées, que ce soit le matin, à midi le mercredi, ou même vers 15 heures. On ne va pas se précipiter pour le faire mais si on constate un mauvais stationnement, notamment chez des récidivistes, il y a clairement un risque de verbalisation. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.153929016.1480745929.1573122611-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-07,BASSE-MEUSE,1|6