Google Analytics Alternative

Santé

  • Crise Covid 19. Foire aux questions : le document officiel et toutes les réponses aux questions que vous vous posez !

    POINT INTERROGATION.pngLe document officiel NCCN version 8 _ 06/04/2020 - 12h00 (ci-dessous en bas d'article)

    Jusqu’à quand les mesures décidées sont-elles d’application ? Que signifie le déclenchement d’une phase fédérale pour les autorités locales ? Que se passe-t-il en cas de non-respect des mesures décidées? Commerces, magasins et classes moyennes, HORECA, Economie, Travail et professions libérales, secteur agricole, transports et déplacements, Finances… ?

    Jusqu’à quand les mesures décidées sont-elles d’application ?

    Les mesures exposées ci-dessous et dans le communiqué de presse de la Première Ministre sont d’application jusqu’au 19 avril inclus.

    Ces mesures peuvent être prolongées de deux semaines après évaluation. Les excursions scolaires de plusieurs jours sont néanmoins interdites jusqu’au 30 juin 2020.

    La situation est évaluée de manière régulière. Sur base de ces évaluations les mesures présentées ici pourront être réduites ou renforcées.

    Que signifie le déclenchement d’une phase fédérale pour les autorités locales ?

    La phase fédérale signifie que les Gouverneurs et Bourgmestres sont tenus d’appliquer les mesures générales décidées et de retirer leurs arrêtés pris précédemment, après la publication de l'Arrêté Ministériel. Le but est d’harmoniser les mesures sur l’ensemble du territoire belge.

    Que se passe-t-il en cas de non-respect des mesures décidées?

    En cas de non-respect des mesures (prévues par l’Arrêté Ministériel), les sanctions prévues par l’article 187 de la loi sur la Sécurité Civile du 15 mai 2007 seront d’application.

    Néanmoins l’accent est mis sur la prévention, le dialogue et le civisme de chacun.

    Les autorités locales restent compétentes pour l’ordre public conformément à l’article 135 §2 de la nouvelle loi communale, sans toutefois aller à l’encontre des mesures prises au niveau supérieur ou à l’encontre de l’esprit de ces mesures.

    Les services de police effectueront des contrôles permanents afin de s'assurer du strict respect des mesures.

    Le document officiel à découvrir en suivant ce lien :

    foire-aux-questions Covid 19.pdf

    Source Bassenge.be

  • Coronavirus: voici le nombre de cas dans votre commune (carte)

    carte coronavirus bassenge avril 2020.jpglogo bassenge sudinfo page facebook.pngVoici les données cumulées concernant les cas de coronavirus dans le pays, et notamment celles pour chaque commune. Ces données sont mises à jour tous les jours.

    Vous pouvez donc voir dans la carte et le tableau combien de personnes ont été testées positives dans votre commune depuis le début de l’épidémie en Belgique, jusqu’à ce jour. Deux graphiques supplémentaires : le pourcentage de cas par rapport au nombre d’habitants de chaque commune et la courbe d’évolution de nombre de tests effectués par jour.

    Pour découvrir la carte, suivre ce lien :

    https://www.lameuse.be/542997/article/2020-04-06/coronavirus-voici-le-nombre-de-cas-dans-votre-commune-carte

  • Le nombre de cas positifs au coronavirus par communes

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLe site de Sciensano a mis à disposition ce mardi les données de cas avérés de Covid-19 cumulées par commune. Ainsi, pour l’arrondissement de Liège et ses 24 communes, c’est la ville de Liège qui compte le plus de cas avec 238 personnes positives.

    Elle est suivie par la ville de Seraing avec 111 cas. Arrivent ensuite Flémalle, Herstal et Chaudfontaine avec respectivement 53, 50 et 48 cas positifs. Quatre communes sont en revanche les moins touchées et ne dépassent même pas, pour le moment, les dix personnes infectées. Il s’agit de Bassenge avec 7 cas, tout comme Trooz. Et de Juprelle et Dalhem qui comptabilisent respectivement 5 cas positifs au Covid-19.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jour

  • Bassenge – Avis à la population. Les mesures qui seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus.

    logo info 2.jpgA toutes fins utiles, nous publions le communiqué émis par le Collège communal de Bassenge sur le site Bassenge.be

    Chères bassengeoises, Chers bassengeois,

    Suite aux dernières évolutions de l’épidémie du Covid-19, le Conseil National de Sécurité (CNS), regroupant la Première Ministre et les Ministres-Présidents régionaux et communautaires.

    A la suite de cette réunion, le dispositif existant établit lors du déclenchement de la phase 2 renforcée (qui est maintenue) a été complété par des mesures additionnelles visant à endiguer le plus efficacement la propagation de l’épidémie. Afin d’assurer la meilleure coordination possible entre les différents niveaux de pouvoir, TOUTES LES DÉCISIONS seront prises dans le cadre d’une cellule de gestion de crise fédérale. Ces mesures seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus et sont les suivantes :

    Cliquez sur le lien pour connaître les mesures détaillées :Bassenge avis covid19_pdf.pdf

  • Coronavirus. Déjà de nombreux carnavals annulés. Mais celui de Glons est maintenu

    carnaval bassenge 2016 2.jpgAndenne : carnaval annulé.

    Vaux-sur-Sûre : carnaval de Sibret annulé. 

    Tournai : carnaval annulé ou reporté en septembre.

    Mouscron : le Bœuf gras, prévu le 12 mars, est annulé.

    Waremme : carnaval annulé.

    Tamines : le carnaval prévu ce week-end est reporté.

    Fosses-la-Ville : le laetare du 22 mars est reporté.

    Welkenraedt : le laetare des 21 et 22 mars est annulé

    Stavelot : le laetare des 21 et 22 mars est annulé.

    Sart-Tiège : le laetare annulé.

    Goé : carnaval 29/3 annulé.

    Nassogne : carnaval annulé.

    Arlon : carnaval annulé.

    Et la liste pourrait s’allonger…

    (Source La Meuse)

    Le carnaval de Glons  est maintenu

    Carnaval de Glons (Bassenge) :

    En Basse-Meuse, il ne reste qu’un seul cortège carnavalesque qui doit encore avoir lieu. Il s’agit de celui de Glons (Bassenge) qui se tiendra ce samedi après-midi. Traditionnellement, plusieurs centaines de personnes y assistent. Et comme à chaque fois, une soirée dansante est organisée à la suite du cortège. Et pour l’heure, tant le cortège qui se déroule en extérieur, que la soirée, sous chapiteau, sont maintenus.

    « La soirée ne rassemble que 200 à 250 personnes », explique Audun Brouns, échevin en charge du monde folklorique et associatif. « Au vu des recommandations actuelles, et sachant que la soirée se déroule sous chapiteau qu’on peut toujours laisser ouvert, la soirée est maintenue. Néanmoins, nous avons rappelé aux organisateurs les mesures d’hygiène. »

    Le collège communal se tient cependant prêt à prendre d’autres mesures, en fonction de l’évolution de la situation.

    Dossier spécial dans La Meuse de ce jour :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.28794876.1113622902.1583931679-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-03-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-03-12,BASSE-MEUSE,1|4

  • Visé. Le coronavirus a fait son apparition dans la Basse Meuse : un article à lire sur Visé blog Sudinfo

    coronavirus visé blog sudinfo.jpgNotre collègue Pierre Neufcour de Visé blog Sudinfo consacrait hier 5 mars 2020 un article à un cas de coronavirus. Il écrit en introduction « Depuis cet avant-midi, des "bruits" couraient qu'une personne serait infectée par le virus et qu'aucune mesure particulière n'aurait été prise. De source sûre, nous pouvons vous assurer que le papa d'un élève de la section secondaire de l'Athénée Royal est bien porteur du virus. Ce papa reçoit les soins que nécessite son état de santé.»

    Un article à lire en suivant ce lien :

    https://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2020/03/05/le-coronavirus-a-fait-son-apparition-a-vise-298792.html

  • Afsca. Rappel de chou frisé vendu dans les magasins Colruyt pour une teneur trop élevée en pesticide !

    chou frisé.pngRAPPEL DE PRODUIT

    Rappel de la société REO Veiling

    Produit : Chou Frisé.

    Problématique : teneur trop élevée en résidus de pesticides (dépassement de la norme)

    La présence de résidus des pesticides Tebuconazole en Difenoconazole à une teneur supérieure à la limite maximale en résidus de pesticides autorisée a été mise en évidence dans un lot de choux Kale (frisés).

    REO Veiling, en concertation avec l’AFSCA, a décidé de retirer le produit de la vente et d’informer le consommateur qui en aurait acheté.

    REO Veiling demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de le ramener au point de vente dans lequel il a été acheté (Colruyt)

    Description du produit

    Nom du produit : Chou frisé

    Marque : REO Veiling

    Origine : Belgique

    Numéro de lot : 5465

    Code-barre : 5400357015774

    Période de vente : du 17/01/2020 au 28/01/2020

    Nature de l’emballage : sac en plastique

    Le produit a été vendu via les magasins Colruyt.

    Pour toute information complémentaire, contactez :

    monsieur Rik Decadt

    Adresse courriel : rik.decadt@reo.be

  • Météo et…santé. Hiver trop chaud : les allergies déjà de retour !

    pollen 2.jpgEt vous, vous avez déjà eu froid cet hiver ? Beaucoup répondront par la négative. L’hiver météorologique, pour les météorologues, a lieu du 1 er décembre au 29 février. En décembre, on a eu droit à deux degrés de plus que la normale (5,9º au lieu de 3,9º) et un seul jour, à Uccle, où la température est descendue une fois en dessous de 0. On est à la mi-janvier et le seul jour, toujours à Uccle, où la température minimale est descendue sous le zéro, c’était le 1er. Depuis le début du mois, la température moyenne enregistrée est de 6,6º, soit le… double de la normale (3,3 degrés). Et pour ce qui est de la neige, pour ceux qui ne vivent pas sur le « toit » de la Belgique, c’est le calme plat.

    En regardant les prévisions à 14 jours de l’IRM, les maxima vont de 5º (du 21 au 23/01) à 11º (15 et 16/01). Pour la première fois depuis longtemps, un minimum devrait atteindre -1 degré, mais uniquement la nuit du lundi. Les minima pour cette période du 15 au 28 janvier iraient donc de -1º (le 20/01) à 9º (aujourd’hui).

    Ce manque de froid en hiver a un impact. C’est le cas notamment pour les… allergies. Cela nous a été confirmé hier au Réseau de Surveillance Aérobiologique Belge. Lucie Hoebeke travaille comme collaboratrice scientifique au service Mycologie & Aérobiologie chez Sciensano. « La saison pollinique a commencé ce week-end », explique-t-elle. Avec deux bonnes semaines d’avance sur la normale. Les arbres concernés sont l’aulne et le noisetier qui sont en fleur mais les quantités de grains de pollen dans l’air fluctuent fortement en fonction des conditions météorologiques. « Pendant les périodes sèches, les concentrations polliniques peuvent vite augmenter. Quand il pleut, c’est l’inverse ».

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.228261277.1277610679.1578390958-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-01-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-01-15,BASSE-MEUSE,1|16

  • Région liégeoise prudence. Présence de Listeria chez deux poissonniers liégeois

    La présence de Listeria a été constatée dans des saumons fumés « Baltiques » et « Traiteur » vendus dans deux poissonneries liégeoises. L’Afsca met en garde les consommateurs et retire les produits de la vente.

    À la suite d’une notification via le système RASFF (système d’alerte rapide européen Food et Feed), l’Afsca retire le saumon fumé « Baltique – 4 tranches -200g » et le saumon fumé « Traiteur – plaque de 200g E.C.» de la vente et le rappelle auprès des consommateurs en raison de la présence de Listeria monocytogenes, annonce jeudi l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire.

    Ces poissons ont une date limite de consommation comprise entre le 21 décembre 2019 et le 2 janvier 2020. Ils ont été vendus dans les poissonneries « Comptoir des mers » et « Poissonnerie du pêcheur » à Liège ainsi qu’à « L’Océan » à Morialmé (Florennes, province de Namur).

    Description des produits

    - Saumon fumé « Baltique » 4 tranches - 200g

    - Saumon fumé « Traiteur » plaque de 200g

    - Date limite de consommation (DLC) (« A consommer jusqu’au ») : 21/12/2019 ; 22/12/2019 ; 25/12/2019 ; 26/12/2019 ; 27/12/2019 ; 28/12/2019 ; 29/12/2019 ; 31/12/2019 et 02/01/2020

    - Nature de l’emballage : produit préemballé

    - Poids : 200g

    Ces produits ont été vendus via :

    - COMPTOIR DES MERS SPRL (RUE DES GUILLEMINS 90 – 4000 LIEGE)

    - L'OCEAN (ROUTE DE CHATELET 373 - 5621 MORIALME)

    - POISSONNERIE DU PECHEUR (RUE SAINT NICOLAS 456 - 4000 LIEGE)

    (Sources AFSCA et Belga)

  • Rappel de Aldi : Rôti de dinde farci aux pommes et raisins secs (surgelé) de la marque Excellence.

    roti dinde aldi.jpgProblématique : présence possible de Salmonella.

    Une analyse interne a montré la présence de Salmonella dans le produit « Rôti de dinde farci aux pommes et raisins secs (surgelé) ».

    ALDI a donc décidé, en consultation avec l'AFSCA, de retirer ce produit du marché et de le rappeler auprès des consommateurs.

    DESCRIPTION DU PRODUIT

    Dénomination : Rôti de dinde farci aux pommes et raisins secs (surgelé)

    Marque : Excellence

    Code EAN : 27016855

    Type d'emballage : boîte en carton

    Poids : 800g

    À consommer jusqu'au : 30/01/2021

    Numéros de lot : 410933, 410377, 410925

    Vente : dans les magasins ALDI jusqu'au 11/12/2019

    ( Source AFSCA)

  • Consommation. Achat de jouets : appel à la prudence

    jouet 2.pngSaint Nicolas a commencé sa tournée des centres commerciaux et supermarchés. Les listes de jouets sont certainement déjà prêtes et les parents sont à l’affût des bonnes affaires. Mais attention à ne pas acheter n’importe quoi ! En 2018, 37 jouets, principalement des poupées et des peluches, ont été retirés du marché ou, en cas de risque grave, rappelés afin que le consommateur puisse les retourner et récupérer son argent. Cette deuxième option concerne 60 % des cas l’an dernier. En 2019, 18 produits ont déjà fait l’objet d’un retrait du marché ou d’un rappel.

    La députée Florence Reuter (MR) a interrogé la ministre de l’Économie et des Consommateurs, Nathalie Muylle (CD&V), afin de rappeler les normes en vigueur. « À côté des magasins de jouets qui ont pignon sur rue, il y a de plus en plus de solderies », explique la députée. « Dans ce contexte, je trouve qu’il est important de rappeler ce à quoi il faut être attentif et ne pas attendre qu’un jouet soit retiré pour agir. » D’autant que, comme le rappelle le SPF Économie, « les jouets occupent la quatrième place du top 10 des causes d’accident auprès des enfants en dessous de l’âge de cinq ans ».

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.106965828.718618630.1574090337-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-19,BASSE-MEUSE,1|18

  • Santé. Champignons : 400 intoxications ! Le centre Antipoisons reçoit de nombreux appels

    champignons illustration.jpgQui dit automne dit champignons ! Et cette saison est propice à une balade dans les bois dans l’espoir d’en récolter un bon panier… Pourtant, tous ne sont pas comestibles et, malgré les précautions, le cueilleur n’est jamais à l’abri d’une intoxication. 

    Chaque année, le Centre Antipoisons reçoit entre 300 et 500 appels relatifs aux intoxications par champignons. Ces appels concernent pour la plupart des accidents sans grande gravité, qui concernent des enfants ayant goûté un champignon du jardin ou vus lors d’une promenade. Dans d’autres cas, l’ingestion en quantité plus conséquente peut entraîner une intoxication sévère. Parmi les symptômes, on constate principalement des nausées, vomissements et diarrhées, mais certains symptômes varient d’un champignon à l’autre. Parfois, l’intoxication se manifeste même par des arythmies cardiaques, de la somnolence, de l’excitation ou des hallucinations. Dans les cas les plus graves, l’ingestion de champignons vénéneux peut provoquer des lésions du foie ou des reins.

    400 appels

    Fin octobre, le Centre Antipoisons avait déjà reçu 400 appels concernant des intoxications par champignons : un nombre très élevé par rapport aux 325 appels reçus sur toute l’année année 2018.

    Un chiffre impressionnant, mais qui s’explique : « Cette année, il y a beaucoup de champignons grâce aux pluies abondantes de septembre et octobre. Et plus il y a de champignons, plus il y a d’intoxications », insiste Patrick De Cock, porte-parole du Centre Antipoisons.

    Pour éviter les intoxications sans renoncer à vous faire plaisir, la prudence est donc de mise. « Surveillez les enfants pendant une promenade ou une sortie scolaire, car plus de la moitié des appels proviennent de parents ou d’enseignants inquiets dont les enfants ou élèves curieux cueillent des champignons et les mettent en bouche », insiste Patrick De Cock.

    En cas d’intoxication, la rapidité de l’intervention est fondamentale. Lorsque vous vous adressez au centre Antipoisons, il est utile d’avoir une photo du champignon avalé, afin d’aider les professionnels qui devront vous aiguiller.

    (Source 7 dimanche)

  • Communiqué. Contamination à la Listeria dans des produits à base de viande aux Pays-Bas. En Belgique, Aldi procède au rappel d’un produit. D’autres pourraient être concernés

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngDes informations officielles sont demandées sans délais à la NVWA aux Pays-Bas

    En Belgique, un produit fait actuellement l’objet d’un rappel auprès des consommateurs en raison d’une éventuelle contamination à la Listéria. Il s’agit d’un produit de charcuterie « Rôti de bœuf » de la marque Délifin vendu dans les magasins Aldi. Toutes les dates de péremption (jusqu'au 13/10/2019) sont concernées. En concertation avec l’AFSCA, Aldi a rappelé le produit auprès des consommateurs et l’a immédiatement retiré de la vente. Comme pour chaque rappel, l’AFSCA effectue des contrôles sur le terrain pour s’assurer que le produit a bien été retiré de la vente. Les consommateurs qui ont acheté ce produit sont priés de ne pas le consommer et de le retourner au point de vente.

    L'Agence alimentaire n’a pas encore été officiellement informée par la NVWA (autorité néerlandaise pour la sécurité des produits alimentaires) et a pris contact avec les autorités néerlandaises par l'intermédiaire du système d'alerte rapide européen Food et Feed (RASFF) pour recevoir des informations sur d’éventuelles livraisons supplémentaires.

    Une contamination à la Listeria dans divers produits à base de viande a été rapportée aux Pays-Bas. Il s’agit de produits en tranches, préemballés, provenant d’une entreprise néerlandaise (Offerman) qui sont vendus dans des supermarchés aux Pays-Bas. L’Agence alimentaire appelle instamment les autorités néerlandaises à fournir des informations sur la situation actuelle, notamment sur d’éventuelles livraisons supplémentaires de produits contaminés.

    Le rappel de produit précédemment signalé par Aldi (rôti de bœuf), fait suite à la mise en évidence du fait que le producteur Offerman leur avait livré le produit.

     

    A propos de la bactérie Listeria monocytogenes

     

    Listeria monocytogenes est une bactérie présente naturellement dans l’environnement : on la retrouve dans le sol, dans l’ensilage, dans les matières fécales, dans les eaux usées et dans l’eau des égoûts, dans l’eau et dans l’environnement de production de denrées alimentaires.

    Listeria monocytogenes est surtout transmise à l’homme via l’alimentation et peut alors provoquer une maladie qui peut prendre la forme d’une gastro-entérite modérée ou une forme plus grave qui peut, dans certains cas, être mortelle.

    Listeria monocytogenes est une bactérie très résistante qui peut survivre et se développer dans un environnement refroidi, tel que l’environnement de production de denrées alimentaires et le frigo ménager. C’est la raison pour laquelle la maîtrise de cette bactérie constitue un défi pour l’industrie alimentaire et pour laquelle le consommateur doit accorder suffisamment d’attention à la manipulation et à la préparation correcte des denrées alimentaires dans sa cuisine.

     

    Selon Sciensano, il y a environ 75 cas d'infection à la Listériose en Belgique chaque année. Le nombre de contamination reste stable au fil des ans. 

     

    Conséquences pour la santé et groupes à risque

     

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listéria sont les suivants : fièvre, maux de tête, diarrhée et douleurs musculaires. Dans certains cas, il peut s’écouler jusqu’à huit semaines après l’ingestion de l’aliment contaminé, avant l’apparition de symptômes reconnaissables. Les personnes qui présentent ces symptômes doivent consulter leur médecin. La listériose est une maladie qui peut être grave. Les femmes enceintes, de même que les personnes immunodéprimées (par exemple les personnes souffrant d’un cancer) et les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes.

     

    La listériose peut également, dans les cas les plus graves, causer des avortements, des naissances prématurées, des mortinatalités ou des encéphalites chez les bébés.

    Le risque de développer la maladie dépend de la virulence de la souche qui a été ingérée via l’alimentation, de la sensibilité du consommateur et de la quantité de bactéries ingérées.

     

    Contrôles de l’AFSCA

    L'AFSCA effectue tout au long de l’année des contrôles sur les agents pathogènes. En 2018, 9155 échantillons de denrées alimentaires ont été prélevés pour analyse sur Listeria, 99,2% étaient conformes.

    Lors de l'analyse des aliments à la recherche d’agents pathogènes, l'accent est mis sur les micro-organismes qui peuvent causer des maladies chez l'homme par la consommation d'aliments qui contiennent des agents pathogènes. Les micro-organismes pathogènes comprennent les bactéries, y compris Listeria monocytogenes.

     

    Recommandations pour les consommateurs

     

    Le fait de cuire, frire ou faire bouillir les aliments tue la bactérie Listéria. La bactérie ne résiste pas aux températures élevées, c’est pourquoi il faut bien réchauffer ses aliments. 

     

    Les femmes enceintes, les petits enfants, les personnes âgées ou au système immunitaire affaibli doivent éviter de consommer des produits à risque. Les produits à risque sont : le lait cru, les fromages à base de lait cru, le poisson fumé (saumon, maquereau, truite, …), la charcuterie fumée, la viande crue, les préparations à base de viande crue, les légumes à feuilles préemballés, le melon prédécoupé préemballé, les germes de légumes, …

    Les denrées alimentaires périssables doivent être conservées au frigo et la température de celui-ci doit être régulièrement contrôlée. La température du frigo doit se situer entre 0 et 7°C, en moyenne à 4 ou 5°C. 

    Il est recommandé de respecter les dates limites de consommation indiquées sur l’emballage, de lire toutes les indications mentionnées sur l’étiquette des denrées alimentaires et de respecter scrupuleusement les instructions du fabricant si elles sont indiquées.

    Pour éviter les contaminations croisées, il est conseillé de laver, avant réemploi, les surfaces qui ont été en contact avec les aliments crus et de nettoyer les ustensiles de cuisine avant et après usage.

    Pour plus d’informations, les consommateurs peuvent prendre contact avec le point de contact de l’AFSCA au 0800/ 13 550 ou via pointdecontact@afsca.be

    Plus d’information à propos de la Listéria :

     http://www.afsca.be/viepratique/intoxicationsalimentaires/listeriainfo/

    (Source communiqué de l’AFSCA)

  • AFSCA. Une flopée de rappels de produits

    logo AFSCA.pngDurant le mois de juillet et ces jours derniers, une flopée de produits ont fait l’objet d’un rappel. Le site de l’AFSCA mérite toujours un détour. A titre d’exemple : « Le produit pourrait contenir des fragments de verre. », « Problématique : dépassement de la norme dioxines et PCB de type dioxine. » concernant des oeufs, ou encore  «  Problématique : migration de mélamine & de formaldéhyde vers l’aliment. » pour un récipient.

    Alors… Autant savoir et jeter un petit coup d'œil sur le site :

    http://www.afsca.be/consommateurs/rappelsdeproduits/

  • Santé. Les tiques sont de retour chez nous

    Depuis quelques années, on assiste à une augmentation du nombre de tiques chez nous. Cet animal, qui se trouve notamment dans les environnements ruraux et souvent dans la végétation basse, suscite la panique chez de nombreuses personnes, notamment parce qu’elle peut véhiculer la maladie de Lyme.

    Parmi les outils pour en repérer la présence, Sciensano a créé un site ainsi qu’une application qui permet à ceux qui le souhaitent de signaler une morsure. Si l’on regarde les résultats, qui ne sont clairement pas complets puisque la signalisation est volontaire et pas systématique, l’on peut recenser un grand nombre de piqûres au cours du mois écoulé. En Wallonie, parmi les zones les plus impactées figure Viroinval, avec ses 23 morsures signalées, suivie par d’autres communes, notamment dans le Brabant wallon, où 19 piqûres ont été recensées à Chaumont-Gistoux . « Les tiques sont présentes un peu partout en Belgique. Maintenant, leur intensité pourrait être plus grande dans les zones rurales », affirme Philippe Moës, garde-forestier auprès du Département Nature et Forêts et photographe naturaliste.

    Si la tique peut être vectrice de la maladie de Lyme, il est tout aussi important de rappeler que toute morsure n’est pas forcément infectante, ce qui devrait permettre d’être plus serein lorsqu’on se promène en plein air pendant les journées ensoleillées d’été.

    Précautions efficaces

    À ce propos, certaines stratégies de prévention peuvent être adoptées, comme celles signalées par Time for Lyme ASBL dans ses panneaux adoptés par une soixantaine de communes. Parmi les outils les plus efficaces, l’inspection après une promenade en plein air est indispensable, comme le pointent à la fois Sciensano et Philippe Moës : « Le bon réflexe c’est de recourir à des répulsifs chimiques, et de se doucher dès que l’on rentre d’une promenade dans les bois pour ensuite procéder à une inspection du corps », détaille le garde-forestier.

    Et si on se fait piquer ? Enlever la tique le plus tôt possible avec les bons outils, vendus en pharmacie, est la meilleure solution. À l’état actuel, de nombreux acteurs comme Lyme-Int et Time for Lyme ASBL luttent pour une meilleure prévention, pour une systématisation des outils de signalisation de la maladie ainsi que pour une amélioration du dépistage. (Source Sudinfo)