Google Analytics Alternative

Politique

  • Glons – Chicanes route provinciale. La signalisation vient d’être entièrement repensée

    sigbaux route provinciale mai 2020.jpgDernièrement, l’ensemble de la signalisation qui accompagne les chicanes présentes sur le long de la route Provinciale à Glons a été totalement repensée.

    En effet, la signalisation des priorités a été enlevée. Les indicateurs intermédiaires l’ont été également.

    Seules les deux chicanes situées au sommet du thier de Glons ont conservé leurs signaux initiaux. La courtoise entre usagers semble donc plus que jamais de mise.

    signaux route provinciale mai 2020.jpg

  • Communiqué de la commune de Bassenge. Distribution de masques aux habitants de Bassenge

    masques commune de bassenge,masques covid 19,masques bassengeJeudi 16 avril 2020 16h46

    Communiqué

    "En prévision du déconfinement et étant donné que le port du masque sera probablement plus que souhaité, la Commune de Bassenge a commandé des masques réutilisables afin de pouvoir en distribuer à chaque membre de sa population.

    Dès que nous serons en possession de ceux-ci, vous recevrez une enveloppe contenant le nombre de masques correspondant aux personnes qui composent votre ménage.

    En attendant prenez bien soin de vous et de vos proches."

    Source Facebook Page commune Bassenge.

  • Bassenge. CPAS : service de courses de première nécessité (alimentaires et pharmacie) à destination des personnes isolées.

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngCommuniqué (Source Bassenge.be)

    Durant cette période de confinement, la Commune de Bassenge et son CPAS proposent un service afin d’effectuer les courses nécessaires (alimentaires et pharmacie) à destination des personnes isolées et/ou à risque.

    Nous vous demandons de faire preuve de solidarité et d’entraide, de privilégier le soutien par la famille et les amis.

    Ce service sera rendu en priorité aux personnes isolées et/ou à risque qui n’ont pas d’autres solutions.

    Pour en bénéficier il faut contacter le CPAS au 04/259.88.10 afin de communiquer votre liste de courses. Concernant la pharmacie, ce sera uniquement sur ordonnance, pas d’automédication.

    Le taxi social se chargera d’aller faire vos courses et vous les livrera devant le domicile en respectant les mesures de prévention.

    Une facture vous sera adressée par le CPAS pour le paiement de vos achats.

    Cette action sera mise en place dès ce lundi 23 mars 2020 et ce, jusqu’au 5 avril, ou plus en fonction des futures directives du conseil national de sécurité.

    Nous vous invitons à communiquer l’information concernant ce service autour de vous et particulièrement aux personnes isolées et ou à risques.

    Source Bassenge.be

  • Bassenge – Avis à la population. Les mesures qui seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus.

    logo info 2.jpgA toutes fins utiles, nous publions le communiqué émis par le Collège communal de Bassenge sur le site Bassenge.be

    Chères bassengeoises, Chers bassengeois,

    Suite aux dernières évolutions de l’épidémie du Covid-19, le Conseil National de Sécurité (CNS), regroupant la Première Ministre et les Ministres-Présidents régionaux et communautaires.

    A la suite de cette réunion, le dispositif existant établit lors du déclenchement de la phase 2 renforcée (qui est maintenue) a été complété par des mesures additionnelles visant à endiguer le plus efficacement la propagation de l’épidémie. Afin d’assurer la meilleure coordination possible entre les différents niveaux de pouvoir, TOUTES LES DÉCISIONS seront prises dans le cadre d’une cellule de gestion de crise fédérale. Ces mesures seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus et sont les suivantes :

    Cliquez sur le lien pour connaître les mesures détaillées :Bassenge avis covid19_pdf.pdf

  • Bassenge – Lutte contre les incivilités. Juprelle va prêter une caméra à Bassenge

    caméra mobile juprelle.jpgPour voir si c’est efficace contre les dépôts clandestins

    La lutte contre les dépôts clandestins va s’intensifier sur Bassenge. Prochainement, une caméra en prêt va être testée à certains endroits sensibles afin de voir si c’est vraiment efficace ou si ça ne fait que déplacer le problème. 

    La lutte contre les dépôts clandestins devrait prochainement passer à une vitesse supérieure sur Bassenge. Récemment, le sujet a d’ailleurs été abordé au conseil communal. Le conseiller socialiste, Christopher Sortino, a ainsi demandé à avoir un état des lieux de la situation, en vue de pouvoir mettre en place un plan d’action. Plan qui reprendrait plusieurs mesures dont l’achat de caméras de surveillance mobiles. Placées sur les sites sensibles, elles permettraient de prendre les inciviques sur le fait, de pouvoir plus facilement les verbaliser, mais aussi, on l’espère, d’avoir un effet dissuasif. Le socialiste a ainsi répertorié dix lieux problématiques où des caméras mobiles pourraient être placées régulièrement.

    L’article complet à lire en suivant ce lien ou dans votre Meuse de ce lundi 9 mars 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.264746887.985267946.1583751779-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-03-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-03-09,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge – Environnement. Le PS veut des caméras contre les dépôts clandestins

    caméras dépôts sauvages bassenge.pngIl propose un plan global de lutte contre les incivilités

    Les incivilités et en particulier les dépôts clandestins sont des comportements bien compliqués à changer. Et Bassenge n’échappe pas à la règle. Ce jeudi soir, lors du prochain conseil communal, le PS va se pencher sur le phénomène et notamment demander qu’on étudie l’achat de caméras de surveillance. 

    Après l’installation de caméras de surveillance dans certains endroits sensibles, Bassenge va-t-elle s’équiper de caméras mobiles pour traquer les dépôts clandestins ? C’est en tout cas ce que va proposer le PS lors du prochain conseil communal.

    Les dépôts clandestins sont de vraies plaies qui empoisonnent la nature et dont on ne parvient pas à venir à bout. Et ce ne sont pas les Volon’Terres de la Vallée du Geer qui nous contrediront. Tous les dimanches, ils entreprennent de nettoyer un de sept villages de la commune. Et même si le nombre de sacs remplis chaque semaine a diminué depuis les deux ans et demi qu’ils se mobilisent, ils restent beaucoup trop nombreux. Une démarche saluée par la population et soutenue chaque semaine par les autorités communales.

    Mais le PS bassengeois souhaiterait que ça aille plus loin. Ce jeudi soir, il va donc questionner la majorité Bassenge demain sur la problématique. Il demandera ainsi à avoir un état des lieux du nombre de dépôts recensés en 2019 ; les sanctions mises en place ainsi que le montant des recettes issues de la taxe sur l’enlèvement des déchets abandonnés. « L’idée est d’avoir une idée précise de la situation, explique Christopher Sortino, chef de groupe PS. De connaître l’ampleur du phénomène et de voir comment la commune fonctionne pour traquer le phénomène. »

    Ensuite, le parti socialiste local reviendra avec une proposition de plan global pour lutter contre ces incivilités.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.200211246.1050842769.1582290777-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-24,BASSE-MEUSE,1|10

    christopher sortino 4.jpgPlan global de lutte contre les incivilités : les citoyens invités à donner leur avis !

    Le journal La Meuse de ce jour faisait état d’une interview accordée à Christopher Sortino, chef de groupe du PS de bassenge, dans le cadre de son intention d’acquérir des caméras de surveillance mobiles pour mieux lutter contre les incivilités. Ce point sera abordé lors du prochain conseil communal.

    L’idée du socialiste est de revenir prochainement avec un plan global de lutte contre les inondations qui aura 3 axes : prévention, réaction et répression. Dans un message publié ce matin sur le groupe facebook des bassengeois « Le Geer dans la Vallée du Geer », Christopher Sortino invite les citoyens à donner leur avis sur le sujet « Effectivement, il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule », explique le chef de groupe. « Je reçois pas mal de messages pour me donner des avis sur la proposition, notamment sur la question des parcs à containers ou encore, sur la question de la prévention. Je pense qu’il faut tenir compte de cette réalité et inviter chaque citoyen qui a un avis sur le sujet à le donner : je ferai ensuite la synthèse de ceux-ci dans le cadre du plan global que je déposerai prochainement sur la table du conseil communal ».

    Voilà le message lancé.

    Pour donner un avis/une idée : christopher.sortino@gmail.com  ou 0499/63.42.14

    Ou alors directement via sa page Facebook, en commentaire : christopher sortino (page)

  • Bassenge – Social. Quatre logements de transit inaugurés

    logements transit bassenge.pngAprès des années d’attente, la commune et le CPAS de Bassenge disposent enfin de logements de transit. Ces logements sont pourtant essentiels. Ils servent à reloger, en urgence, des familles dans le besoin.

    Des ménages en état de précarité, expulsés de leur logement ou dont l’habitation a été détruite par un incendie peuvent ainsi être relogés temporairement dans un logement de transit.

    Mais jusqu’ici, quand le cas se présentait à Bassenge, la commune ou le CPAS devaient demander à Juprelle ou à la Régionale visétoise d’habitation de mettre un logement à disposition. Mais dès ce mois de février, ces complications seront de l’histoire ancienne.

    Depuis une dizaine d’années, la commune occupe l’ancien couvent de Glons, via un bail emphytéotique. Plusieurs services occupent déjà les lieux mais il restait une aile vide. Et c’est là que quatre logements de transit viennent d’être aménagés.

    Retenons qu’une partie de la somme (520.000 euros) a été subsidiée par la Région et quant au reste c’est Ecetia qui a avancé les fonds et le CPAS devra rembourser l’intercommunale durant 20 ans.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 23 janvier 2020

  • Bassenge – Environnement. La carrière de Heez mise en vente fin janvier

    Inexploitée depuis longtemps, la carrière de Heez revient, épisodiquement, sur le devant de l'actualité bassengeoise. En cause, des projets qui, jusqu'ici, ont toujours suscité la polémique. Et cette fois, c'est sa vente prochaine qui inquiète. Il faut dire qu'avec le temps, un biotope riche et varié s'y est développé et que des espèces protégées y ont trouvé refuge.

    Mais si la faune et la flore s'y plaisent bien, c'est également le cas des pratiquants de motocross. Quand il fait beau, les nombreuses bosses du site font la joie des deux roues qui transforment l'endroit en terrain de motocross. Une pratique qui se fait dans la plus grande illégalité. En plus des deux roues, l'endroit est aussi le paradis des pollueurs qui, régulièrement, viennent y abandonner leurs déchets. Préservation de la nature, pratique illégale du motocross et dépôts sauvages ne font évidemment pas bon ménage.

    En grande partie propriété communale et dans l'impossibilité d'en assurer une bonne gestion, les autorités locales ont donc décidé de mettre en vente leurs parcelles, soit une superficie de 20 hectares, pour minimum 131.000 euros. Une prochaine vente publique qui inquiète les amoureux de la nature. Ceux-ci craignent que le site ne soit racheté par un promoteur enduro et qu'il le transforme en terrain permanent de motocross.

    Depuis quelques jours, l'asbl Rosa Canina a donc pris les choses en main. Déjà fort active dans la préservation de l’environnement, l'asbl s'occupe de l'écopâturage de la Montagne Saint-Pierre. Via une publication Facebook, elle tente de sensibiliser et mobiliser les gens.

    Pour participer à cette mobilisation, rendez-vous sur la page Facebook de Rosa Canina

    https://www.facebook.com/rosa.canina.7902

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jour :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.169496929.1919226779.1575278481-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-12-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-12-09,BASSE-MEUSE,1|12

  • Bassenge – Taxes. Bassenge : la taxe poubelle coûtera 10 euros de plus. Les rouleaux de sacs seront aussi augmentés

    taxe poubelle bassenge.pngBassenge – Taxes. Bassenge : la taxe poubelle coûtera 10 euros de plus

    Les rouleaux de sacs seront aussi augmentés !

    Les Bassengeois vont devoir mettre la main au portefeuille. La gestion de leur poubelle va leur coûter au minimum 10 euros de plus par an, dès l'an prochain. Une hausse qui devrait en amener une autre, lors du passage aux conteneurs à puces. 

    Ce jeudi soir, le conseil communal de Bassenge va se pencher sur la question.

    La majorité "Bassenge Demain" va ainsi proposer d'augmenter ce montant de 12 à 20% suivant la catégorie du ménage. « En réalité, nous augmentons de 10 euros pour tout le monde, explique Philippe Knapen, échevin des Finances. La taxe forfaitaire passerait ainsi de 50 à 60 euros pour les isolés et de 80 à 90 euros pour les ménages de deux personnes et plus. » Mais ce n'est pas tout. Les sacs poubelles coûteront aussi plus chers, avec une hausse de 2 euros. Les rouleaux de sac de 60 litres passeraient ainsi de 1,10 euros à 3,10 euros et ceux de 30 litres passeraient de 0,70 euros à 2,70 euros. « Mais nous continueront à offrir un rouleau de sacs de 30 litres aux isolés, un rouleau de sacs de 60 litres aux ménages de deux personnes et 2 rouleaux de sacs de 60 litres aux ménages de plus de deux personnes. »

    Attention aux sacs blancs !

    Autre changement, la distribution des sacs blancs. Ils ne seront plus distribués aussi facilement. « Nous mettons fin à la distribution dans les commerces. »

    L’article complet avec toutes les explications à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 21 novembre 2019 ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.107930436.718618630.1574090337-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-21,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-21,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge – Politique. Florent Debrus démissionne du conseil

    florent debrus2.jpgÉlu pour la première fois l’an dernier, sur la liste Bassenge demain, Florent Debrus vient d’annoncer sa démission de son mandat de conseiller communal. Le jeune homme de 25 ans a en effet décidé de quitter sa belle Vallée du Geer, pourtant si chère à son cœur, pour aller s’installer en France, dans le Pays de la Loire.

    Une décision prise pour la plus belle des raisons : l’amour. Florent a en effet choisi d’aller rejoindre sa compagne, originaire de cette belle région viticole. N’habitant plus la commune, il ne peut donc logiquement plus la représenter et doit donc démissionner.

    L’article complet dans votre Meuse de ce mercredi 20 novembre 2019 ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.111094723.718618630.1574090337-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-20,BASSE-MEUSE,1|8

  • Enseignement. Éduquer les enfants au bien-être animal dès l’école primaire

    chat mignon.jpgJacqueline Galant (MR) lance l’idée et rappelle qu’un site internet donne déjà les outils aux professeurs 

    Comment faut-il se comporter avec son animal de compagnie ? Pour la députée Jacqueline Galant, la question mérite d’être traitée à l’école. Cynthia Chiarlitti, créatrice de la plateforme « Pense-Bête », soutient l’idée. 

    Et si on étudiait le bien-être animal à l’école ? C’est en tout cas la volonté de la députée Jacqueline Galant : « Nous avons désormais un code wallon du bien-être animal mais on constate qu’il y a encore de nombreux faits de maltraitance animale relayés par les médias. C’est pourquoi il serait intéressant de sensibiliser dès le plus jeune âge. Car en sensibilisant les enfants, nous touchons également leurs parents. »

    La députée regrette que les animaux ne soient considérés que sous l’angle purement scientifique. « Dans les cours de philosophie et de citoyenneté, la problématique n’est que brièvement abordée. Je voudrais que, dès l’école primaire, on puisse étudier l’animal en tant qu’être vivant avec des sensibilités. » C’est pourquoi elle demandera à la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), ce qu’elle pense de l’idée d’encourager les pouvoirs organisateurs à mettre en place des cours de bien-être animal dans leur établissement.

    Un site ludique et pédagogique

    Jacqueline Galant aimerait également que les enseignants soient sensibilisés à l’utilisation d’outils pédagogiques tels que la plateforme « Pense-Bête », lancée au mois de janvier 2019. Une proposition accueillie à bras ouverts par son initiatrice, Cynthia Chiarlitti, également professeure de communication à Liège. « Le projet est désormais complètement opérationnel et je voulais justement voir avec le ministère de l’Enseignement comment nous pouvions le faire connaître dans les écoles », sourit-elle.

    « Pense-Bête » se présente sous la forme d’un site internet (www.pense-bete.be ) dont l’objectif est de conscientiser les enfants au bien-être de l’animal de compagnie. L’enfant choisit son animal - un chien, un chat, un hamster ou un poisson rouge - et peut réaliser différentes activités pour apprendre à le comprendre, à réagir mais aussi pour voir s’il est prêt à en adopter un.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.264492808.641788394.1573737689-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-15,BASSE-MEUSE,1|16

  • Bassenge – Service. Une adresse mail pour améliorer la propreté

    dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpgDans la Meuse aujourd’hui, un article rapporte que la commune de Bassenge vient de créer une adresse mail via laquelle les citoyens pourront signaler des incivilités, mais pas seulement.

    Vous découvrez un dépôt clandestin sur la commune ? Vous constatez que des poubelles publiques débordent ? Certaines rues manquent d'entretien ? Comme à Oupeye et Herstal, à Bassenge vous pouvez désormais signaler tous ces problèmes via une adresse mail.

    (environnement@bassenge.be)

    L’article à lire ici :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.216402198.1480745929.1573122611-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-08,BASSE-MEUSE,1|10

  • Secteur en plein boum. Le prix des titres-service n’augmentera pas

    christie morreale.jpgEn tant que ministre de l’Emploi, Mme Morreale a aussi la tutelle sur les titres-service. Un secteur qui pèse lourd, notamment en termes d’emploi.

    Où en est le système aujourd’hui, est-ce qu’il fonctionne ? Ça concerne combien de personnes ?

    Il est toujours aussi populaire. Il y a 46.000 travailleurs, essentiellement des travailleuses. Un peu plus de 1.000 entreprises labellisées. Le budget wallon consacré actuellement aux titres-service est de près de 442 millions. Le succès continue d’être exponentiel.

    Le coût du titre-service sera maintenu à 9 euros ?

    Oui, nous ne voulons pas l’augmenter, ça ne changera pas.

    Et la déduction fiscale de 10 % ?

    En tout cas, elle ne changera pas en 2020. On fera quand même un bilan financier parce qu’on me fait état de dépassements importants.

    Il y a d’autres enjeux, autour des titres-service ?

    Déjà, il y a celui sur les salaires des travailleurs. Ils sont payés à 11 euros brut de l’heure, c’est vraiment trop peu. Ce sont souvent des femmes, des familles monoparentales.

    Et l’extension envisagée à la garde et au transport d’enfants ?

    C’est aussi dans la DPR. Il y a une demande, pour conduire par exemple des enfants à l’école. Ou bien, il y a parfois des besoins urgents de garde d’un enfant malade. Est-ce que le dispositif pose question ? Oui, en matière de formation du personnel. Ça pose des questions comme : est-ce que les personnes qui vont faire du nettoyage garderaient aussi les enfants ? Ou le feraient en même temps ? Il y a toute une série de questions, qui méritent une large concertation.

    Ce ne sera pas pour tout de suite, donc ?

    Non. Il faut d’abord répondre aux questions.

    L'entretien complet avec la Ministre Christie Morreale dans votre journal La Meuse de ce samedi.

  • A proximité. Le conseil communal devrait être filmé : l’idée séduit

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngEn podcast ou en direct, les détails techniques doivent encore être décidés mais l’idée séduit.

    Les séances d’un conseil communal sont publiques. À Oupeye, une bonne quinzaine de citoyens se déplacent, chaque mois, pour assister aux débats et ainsi prendre connaissance de toutes les décisions importantes qui sont prises pour leur commune. Mais très bientôt, beaucoup plus d’Oupeyens pourront en faire de même, mais sans avoir à se déplacer.

    Ce jeudi soir, les élus devaient en effet adopter leur nouveau Règlement d’Ordre Intérieur. Et une phrase importante y a été inscrite : les séances du conseil vont pouvoir être filmées. « En réalité, quelqu’un dans le public est déjà autorisé à filmer la séance, pour autant que ça ne perturbe pas le bon déroulement des débats », explique Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye.

    L’article complet :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.202460182.646821319.1571225740-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-18,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge - Conseil communal. Plan stratégique transversal : 111 projets qui devraient être réalisés d’ici 2024 à Bassenge

    photo plan inondations bassenge.pngLe conseil communal de jeudi dernier a pu prendre connaissance du plan stratégique transversal de Bassenge.

    Ce PST se décline en six axes : bonne gouvernance, administration, sécurité et salubrité publique, gestion territoriale, cohésion sociale et économie locale. Il comprend, pour l’heure, 111 projets.

    Manque de précisions

    Si Michel Malherbe (Ecolo) a accueilli favorablement les grands objectifs à atteindre, il a néanmoins regretté le manque de précisions de ce PST. « Qui va faire quoi et quand ? Il n’y a aucune planification ni d’estimation budgétaire, c’est dommage. »

    Un avis rejoint par Christopher Sortino (PS) : « Il manque de concret. Il n’y a pas de planification, ni de budget alors que c’est le cœur même du PST. C’est donc impossible d’évaluer un document pareil. ».

    L’article complet avec toutes les explications dans votre journal La Meuse de ce lundi 14 octobre 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.232528543.1411860443.1571042084-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-14,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-14,BASSE-MEUSE,1|10