Google Analytics Alternative

Politique

  • Bassenge – Taxes. Bassenge : la taxe poubelle coûtera 10 euros de plus. Les rouleaux de sacs seront aussi augmentés

    taxe poubelle bassenge.pngBassenge – Taxes. Bassenge : la taxe poubelle coûtera 10 euros de plus

    Les rouleaux de sacs seront aussi augmentés !

    Les Bassengeois vont devoir mettre la main au portefeuille. La gestion de leur poubelle va leur coûter au minimum 10 euros de plus par an, dès l'an prochain. Une hausse qui devrait en amener une autre, lors du passage aux conteneurs à puces. 

    Ce jeudi soir, le conseil communal de Bassenge va se pencher sur la question.

    La majorité "Bassenge Demain" va ainsi proposer d'augmenter ce montant de 12 à 20% suivant la catégorie du ménage. « En réalité, nous augmentons de 10 euros pour tout le monde, explique Philippe Knapen, échevin des Finances. La taxe forfaitaire passerait ainsi de 50 à 60 euros pour les isolés et de 80 à 90 euros pour les ménages de deux personnes et plus. » Mais ce n'est pas tout. Les sacs poubelles coûteront aussi plus chers, avec une hausse de 2 euros. Les rouleaux de sac de 60 litres passeraient ainsi de 1,10 euros à 3,10 euros et ceux de 30 litres passeraient de 0,70 euros à 2,70 euros. « Mais nous continueront à offrir un rouleau de sacs de 30 litres aux isolés, un rouleau de sacs de 60 litres aux ménages de deux personnes et 2 rouleaux de sacs de 60 litres aux ménages de plus de deux personnes. »

    Attention aux sacs blancs !

    Autre changement, la distribution des sacs blancs. Ils ne seront plus distribués aussi facilement. « Nous mettons fin à la distribution dans les commerces. »

    L’article complet avec toutes les explications à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 21 novembre 2019 ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.107930436.718618630.1574090337-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-21,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-21,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge – Politique. Florent Debrus démissionne du conseil

    florent debrus2.jpgÉlu pour la première fois l’an dernier, sur la liste Bassenge demain, Florent Debrus vient d’annoncer sa démission de son mandat de conseiller communal. Le jeune homme de 25 ans a en effet décidé de quitter sa belle Vallée du Geer, pourtant si chère à son cœur, pour aller s’installer en France, dans le Pays de la Loire.

    Une décision prise pour la plus belle des raisons : l’amour. Florent a en effet choisi d’aller rejoindre sa compagne, originaire de cette belle région viticole. N’habitant plus la commune, il ne peut donc logiquement plus la représenter et doit donc démissionner.

    L’article complet dans votre Meuse de ce mercredi 20 novembre 2019 ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.111094723.718618630.1574090337-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-20,BASSE-MEUSE,1|8

  • Enseignement. Éduquer les enfants au bien-être animal dès l’école primaire

    chat mignon.jpgJacqueline Galant (MR) lance l’idée et rappelle qu’un site internet donne déjà les outils aux professeurs 

    Comment faut-il se comporter avec son animal de compagnie ? Pour la députée Jacqueline Galant, la question mérite d’être traitée à l’école. Cynthia Chiarlitti, créatrice de la plateforme « Pense-Bête », soutient l’idée. 

    Et si on étudiait le bien-être animal à l’école ? C’est en tout cas la volonté de la députée Jacqueline Galant : « Nous avons désormais un code wallon du bien-être animal mais on constate qu’il y a encore de nombreux faits de maltraitance animale relayés par les médias. C’est pourquoi il serait intéressant de sensibiliser dès le plus jeune âge. Car en sensibilisant les enfants, nous touchons également leurs parents. »

    La députée regrette que les animaux ne soient considérés que sous l’angle purement scientifique. « Dans les cours de philosophie et de citoyenneté, la problématique n’est que brièvement abordée. Je voudrais que, dès l’école primaire, on puisse étudier l’animal en tant qu’être vivant avec des sensibilités. » C’est pourquoi elle demandera à la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), ce qu’elle pense de l’idée d’encourager les pouvoirs organisateurs à mettre en place des cours de bien-être animal dans leur établissement.

    Un site ludique et pédagogique

    Jacqueline Galant aimerait également que les enseignants soient sensibilisés à l’utilisation d’outils pédagogiques tels que la plateforme « Pense-Bête », lancée au mois de janvier 2019. Une proposition accueillie à bras ouverts par son initiatrice, Cynthia Chiarlitti, également professeure de communication à Liège. « Le projet est désormais complètement opérationnel et je voulais justement voir avec le ministère de l’Enseignement comment nous pouvions le faire connaître dans les écoles », sourit-elle.

    « Pense-Bête » se présente sous la forme d’un site internet (www.pense-bete.be ) dont l’objectif est de conscientiser les enfants au bien-être de l’animal de compagnie. L’enfant choisit son animal - un chien, un chat, un hamster ou un poisson rouge - et peut réaliser différentes activités pour apprendre à le comprendre, à réagir mais aussi pour voir s’il est prêt à en adopter un.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.264492808.641788394.1573737689-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-15,BASSE-MEUSE,1|16

  • Bassenge – Service. Une adresse mail pour améliorer la propreté

    dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpgDans la Meuse aujourd’hui, un article rapporte que la commune de Bassenge vient de créer une adresse mail via laquelle les citoyens pourront signaler des incivilités, mais pas seulement.

    Vous découvrez un dépôt clandestin sur la commune ? Vous constatez que des poubelles publiques débordent ? Certaines rues manquent d'entretien ? Comme à Oupeye et Herstal, à Bassenge vous pouvez désormais signaler tous ces problèmes via une adresse mail.

    (environnement@bassenge.be)

    L’article à lire ici :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.216402198.1480745929.1573122611-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-08,BASSE-MEUSE,1|10

  • Secteur en plein boum. Le prix des titres-service n’augmentera pas

    christie morreale.jpgEn tant que ministre de l’Emploi, Mme Morreale a aussi la tutelle sur les titres-service. Un secteur qui pèse lourd, notamment en termes d’emploi.

    Où en est le système aujourd’hui, est-ce qu’il fonctionne ? Ça concerne combien de personnes ?

    Il est toujours aussi populaire. Il y a 46.000 travailleurs, essentiellement des travailleuses. Un peu plus de 1.000 entreprises labellisées. Le budget wallon consacré actuellement aux titres-service est de près de 442 millions. Le succès continue d’être exponentiel.

    Le coût du titre-service sera maintenu à 9 euros ?

    Oui, nous ne voulons pas l’augmenter, ça ne changera pas.

    Et la déduction fiscale de 10 % ?

    En tout cas, elle ne changera pas en 2020. On fera quand même un bilan financier parce qu’on me fait état de dépassements importants.

    Il y a d’autres enjeux, autour des titres-service ?

    Déjà, il y a celui sur les salaires des travailleurs. Ils sont payés à 11 euros brut de l’heure, c’est vraiment trop peu. Ce sont souvent des femmes, des familles monoparentales.

    Et l’extension envisagée à la garde et au transport d’enfants ?

    C’est aussi dans la DPR. Il y a une demande, pour conduire par exemple des enfants à l’école. Ou bien, il y a parfois des besoins urgents de garde d’un enfant malade. Est-ce que le dispositif pose question ? Oui, en matière de formation du personnel. Ça pose des questions comme : est-ce que les personnes qui vont faire du nettoyage garderaient aussi les enfants ? Ou le feraient en même temps ? Il y a toute une série de questions, qui méritent une large concertation.

    Ce ne sera pas pour tout de suite, donc ?

    Non. Il faut d’abord répondre aux questions.

    L'entretien complet avec la Ministre Christie Morreale dans votre journal La Meuse de ce samedi.

  • A proximité. Le conseil communal devrait être filmé : l’idée séduit

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngEn podcast ou en direct, les détails techniques doivent encore être décidés mais l’idée séduit.

    Les séances d’un conseil communal sont publiques. À Oupeye, une bonne quinzaine de citoyens se déplacent, chaque mois, pour assister aux débats et ainsi prendre connaissance de toutes les décisions importantes qui sont prises pour leur commune. Mais très bientôt, beaucoup plus d’Oupeyens pourront en faire de même, mais sans avoir à se déplacer.

    Ce jeudi soir, les élus devaient en effet adopter leur nouveau Règlement d’Ordre Intérieur. Et une phrase importante y a été inscrite : les séances du conseil vont pouvoir être filmées. « En réalité, quelqu’un dans le public est déjà autorisé à filmer la séance, pour autant que ça ne perturbe pas le bon déroulement des débats », explique Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye.

    L’article complet :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.202460182.646821319.1571225740-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-18,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge - Conseil communal. Plan stratégique transversal : 111 projets qui devraient être réalisés d’ici 2024 à Bassenge

    photo plan inondations bassenge.pngLe conseil communal de jeudi dernier a pu prendre connaissance du plan stratégique transversal de Bassenge.

    Ce PST se décline en six axes : bonne gouvernance, administration, sécurité et salubrité publique, gestion territoriale, cohésion sociale et économie locale. Il comprend, pour l’heure, 111 projets.

    Manque de précisions

    Si Michel Malherbe (Ecolo) a accueilli favorablement les grands objectifs à atteindre, il a néanmoins regretté le manque de précisions de ce PST. « Qui va faire quoi et quand ? Il n’y a aucune planification ni d’estimation budgétaire, c’est dommage. »

    Un avis rejoint par Christopher Sortino (PS) : « Il manque de concret. Il n’y a pas de planification, ni de budget alors que c’est le cœur même du PST. C’est donc impossible d’évaluer un document pareil. ».

    L’article complet avec toutes les explications dans votre journal La Meuse de ce lundi 14 octobre 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.232528543.1411860443.1571042084-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-14,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-14,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge. Conseil communal de ce jeudi 10 octobre 2019 : l’ordre du jour

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLa commune de Bassenge a publié sur sa page Facebook l’ordre du jour du Conseil communal qui se tiendra ce soir. Il est inévitable de constater une volée d'adaptations de redevances et taxes. En voici la teneur :

    Séance commune du Conseil communal et du Conseil de l'action sociale

    Pour commencer, une séance commune du Conseil communal et du Conseil de l'action sociale se tiendra le jeudi 10 octobre 2019 à 19h30, en la salle des mariages de la maison communale de Roclenge-sur-Geer, Place Louis Piron.

    Séance publique

    Rapport annuel sur les synergies entre la Commune et le CPAS.

    Mise à jour du Plan d'urgence.

    Séance du Conseil communal

    La prochaine séance du Conseil communal se tiendra à la Maison communale, Place Louis Piron à 4690 Bassenge Roclengesur-Geer le 10 octobre 2019 à 20h00

    Séance publique

    Approbation du procès-verbal du Conseil communal du 12 septembre 2019.

    PCS3 2020/2025 - Modification.

    Plan stratégique transversal - prise d'acte.

    Accord sectoriel de police - recours en annulation devant le Conseil d'Etat introduit par l'UVCW - information.

    Redevance location de barrières Nadar ou de chantier et lampes de chantier - Fixation du prix et conditions de location - exercice 2020-2025.

    Taxe sur la délivrance de documents administratifs - exercice 2020-2025.

    Taxe additionnelle à l'impôt des personnes physiques - exercice 2020-2025.

    Centimes additionnels au précompte immobilier - exercice 2020-2025.

    Règlement taxe sur les immeubles inoccupés - exercice 2020-2025.

    Redevance pour l'octroi et le renouvellement de concession dans les différents cimetières de l'entité - exercice 2020-2025.

    Redevance sur les indications d'implantation de constructions suite à la délivrance d'un permis d'urbanisme ou d'un permis unique - exercice 2020-2025.

    Règlement taxe sur l'enlèvement de déchets abandonnés - exercice 2020-2025.

    Règlement taxe de remboursement sur les travaux de construction, reconstruction ou modification de raccordement particulier aux égouts - exercice 2020-2025.

    Redevance communale pour la location des tentes et chapiteaux - exercice 2020-2025.

    Redevance sur les prestations administratives : Délivrance de renseignements administratifs de nature urbanistique, de certificat d'urbanisme, différents permis en matière d'urbanisme et/ou d'environnement - exercice 2020-2025.

    Budget - Fabrique d'Eglise Saint-Lambert de Wonck- Exercice 2020 -Réformation.

  • Les taxes poubelles vont augmenter dès 2020 en province de Liège

    intradel.jpgDès 2020, Intradel, l’intercommunale qui gère le traitement des déchets de 72 communes de la province de Liège, augmentera ses tarifs. Une augmentation qui, sauf miracle, devrait avoir des conséquences sur le portefeuille des citoyens. Mais les communes auront quand même le dernier mot.

    ntradel envisage d’augmenter les cotisations qu’elle demande chaque année à chacune des 72 communes de la province de Liège qui bénéficient de ses services. Pour 2020, cette augmentation devrait atteindre les 4,8 %. Mais la facture pourrait encore augmenter de 2 % en 2021 et en 2022.

    Ce que ça va coûter aux citoyens

    Cette augmentation des tarifs ne concerne ici que les communes. Mais, en matière de déchets, ces communes sont tenues d’appliquer le coût vérité. En clair, elles doivent répercuter sur le citoyen, via la taxe, tous les coûts (dans une fourchette comprise entre 95 et 110 %) liés à la collecte et au traitement des déchets.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 4 octobre 2019

    https://www.lameuse.be/449099/article/2019-10-03/les-taxes-poubelles-vont-augmenter-des-2020-en-province-de-liege

  • A proximité – Juprelle. Mobilité : priorité de droite sur toute la route provinciale. Juprelle l’envisage pour diminuer la vitesse

    rue provinciale juprelle.jpgJuprelle l’envisage pour diminuer la vitesse

    C'est un changement majeur auquel les automobilistes pourraient devoir s'habituer. Axe jusqu'ici prioritaire, la rue Provinciale pourrait perdre son statut. A la place, la priorité de droite pourrait être instaurée. Une manière de diminuer la vitesse. Mais ça ne se fera pas à n'importe quelles conditions. 

    La rue Provinciale est un des axes majeurs de Juprelle. Elle traverse plusieurs villages de la commune et permet de relier Rocourt à Glons. Durant des décennies, cette route a été gérée par la Province. Mais il y a quelques années, elle a été rétrocédée à la commune. Depuis, c'est à Juprelle d'en assurer l'entretien mais également de prendre ou modifier des règlements en matière de circulation. Après une récente adaptation de la vitesse, un autre changement majeur pourrait entrer en vigueur. Jusqu'ici, la rue Provinciale est un axe prioritaire. Tous les véhicules qui viennent d'une rue adjacente doivent céder le passage aux automobilistes qui roulent sur la rue Provinciale. Le hic, c'est que, sur plusieurs centaines de mètres, la rue Provinciale est plutôt rectiligne. Et axe prioritaire et longue ligne droite donnent souvent lieu à pas mal d'excès de vitesse. C'est la raison pour laquelle le Collège communal envisage d'abandonner le statut d'axe prioritaire pour instaurer des priorités de droite sur la rue Provinciale.

    christine servaes propos.jpg« C'est une réflexion que nous avons eue lors d'une commission sur la sécurité routière, explique Christine Servaes, bourgmestre de Juprelle. On cherche un moyen de diminuer la vitesse sur cette rue. Si on installe un dispositif comme à Glons (une succession de chicanes et autres ralentisseurs, ndlr), les gens râlent. Mettre un radar répressif ? On y a pensé mais le parquet ne veut plus poursuivre. »

     « Mais tout cela ne se fera pas si les autres communes, Herstal et Bassenge, ne suivent pas. Cela n'aurait aucun sens de le faire seul. »

    L’article complet àlire dans votre journal La Meuse de ce mercredi :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.59354542.2027276932.1569846306-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-02,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-02,BASSE-MEUSE,1|9

  • Bassenge – Politique. Bassenge augmente plusieurs taxes. Certaines ont augmenté de plus de 50 %, d’autres de… 115 %

    Jeudi dernier, les élus bassengeois ont repris le chemin des bancs du conseil communal. Et parmi la trentaine de points examinés lors de cette séance, six concernaient le vote de règlements taxes pour les exercices allant de 2020 à 2025. Des taxes qui ont toutes été revues à la hausse. Et parfois pas qu’un peu avec une augmentation de 115 % ! 

    Des augmentations parfois énormes qui ont choqué le PS. « On ne parle pas d’une simple indexation, commente le chef de groupe PS, Christopher Sortino. Celles-ci visent principalement les indépendants et propriétaires à l’heure où le MR a rejoint la majorité CDH. » Et le socialiste de s’interroger sur la nécessité d’augmenter ces taxes de la sorte alors que la majorité présente systématiquement la situation budgétaire générale de la commune comme étant excellente. « Une chose est certaine : ce sont les Bassengeois qui vont passer à la caisse. Aujourd’hui, ce sont les indépendants et les propriétaires. Et Demain ? Doit-on s’attendre à une augmentation de l’IPP, du précompte immobilier et d’autres taxes qui ont un impact direct sur le pouvoir d’achat des Bassengeois ? » Mais pour Philippe Knapen, échevin des Finances, il faut remettre ces hausses dans leur contexte.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-09-17,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-09-17,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge – Logement. Quatre logements de transit dans un couvent

    paul sleypenn cpas bassenge.jpgJusqu’ici, les Bassengeois dans une situation difficile étaient relogés en dehors de la commune

    Occupé par la commune depuis une dizaine d’années, l’ancien couvent de Glons vient d’être en partie transformé en logements de transit. Les Bassengeois qui se retrouvent à la rue du jour au lendemain ne devront ainsi plus être relogés dans les communes voisines.

    En principe, dans le courant du mois de septembre, le CPAS de Bassenge va pouvoir gérer et mettre à disposition quatre logements de transit.

    (Photo Paul Sleypenn Président du CPAS de Bassenge)

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce mardi 20 août 2019

  • Politique Bassenge - PCDR. Subsides perdus : l’erreur d’un fonctionnaire. Il écope d’une sanction disciplinaire

    subsides bassenge pcdr article.pngUn article publié récemment dans La Meuse revient sur les subsides perdus par la commune de Bassenge pour le PCDR (Plan communal de développement rural)

    L’article est à lire en suivant ce lien :

    https://basse-meuse.lameuse.be/410784/article/2019-07-10/subsides-perdus-bassenge-lerreur-dun-fonctionnaire

    Cette publication répond au souhait du Collège d’apporter des éclaircissements sur un précédent article de La Meuse qui traitait du sujet et repris en partie sur ce blog (voir ICI)

    Valérie Hiance, Bourgmestre, étant en vacances, c’est Philippe Knapen échevin des finances qui les apportent au nom du Collège et explique d’abord que « l’ancien » PCDR avait été bancal dès le départ. La raison n’est pas explicitée.

    Il souligne qu’une nouvelle société spécialisée se sert du travail réalisé en amont par la précédente société de consultance – dont on sait que le travail a coûté 170.000 euros –.

    L’échevin poursuit en expliquant que pour ce qui est de la perte des subsides (230.000 euros), une prolongation du délai devait être introduite auprès de la Région Wallonne au mois de juin 2018 (date butoir), ce qui n’a pas été fait.

    L’erreur est due à un fonctionnaire de la commune

    «  Il nous a menti plus d’une fois »

    C’est en effet la raison évoquée par l’échevin qui indique que le sujet était régulièrement abordé avec le fonctionnaire communal et que, selon ce dernier, le nécessaire était fait alors qu’il ne l’était pas.

    Ce n’est que fin février 2019, par un coup de fil reçu de la Région Wallonne, que l’échevin Philippe Knapen a pris connaissance du manquement et de la faute commise.

    Cette faute, qualifiée de « faute professionnelle grave » est assortie d’une sanction disciplinaire dont le fonctionnaire se voit frappé.

    Source l’article de La Meuse aux références citées plus haut.

    Roger Wauters

  • Bassenge – Politique. Audun Brouns, mayeur (ff) à 22 ans

    audun brouns, audun brouns bourgmestre ff, bourgmestre bassengeEn octobre 2018, Audun Brouns se présentait, pour la première fois, aux élections communales. Il était élu avec le 3ème score de la liste de la majorité Bassenge demain. Le 4 décembre 2018, quelques jours avant ses 22 ans, il devenait le plus jeune échevin de la région. Mais dès ce vendredi, c’est une autre fonction qu’il va endosser, celle de bourgmestre. Valérie Hiance étant en vacances, c’est en principe son 1er échevin, Philippe Knapen, qui la remplace. Sauf que ce dernier est également en vacances dès vendredi. Ce sera donc Audun, à 22 ans 6 mois et 23 jours, qui deviendra bourgmestre faisant fonction. Jusqu’au 28 juillet, il sera alors le plus jeune bourgmestre de Wallonie. Une responsabilité qui ne l’inquiète pas malgré son jeune âge. « On suit l’ordre de préséance », commente Audun Brouns. « Quand Valérie m’a demandé si j’étais d’accord d’assurer ses fonctions, j’ai trouvé que c’était une belle marque de confiance. Et j’ai dit oui sans problème. J’assume mes responsabilités. ». L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 11 juillet 2019

  • A proximité. Juprelle attaque une conseillère en justice ! La commune veut forcer l’ex-échevine Patricia Poulet à rembourser 700 €

    politique juprelle,patricia poulet juprelleL’ex-échevine Patricia Poulet devrait un montant de 700 € pour un pécule qu’elle a erronément perçu. 

    C’est ce mardi que se tient le prochain conseil communal de Juprelle. Si l’ordre du jour se veut plutôt « classique », un point inscrit en huis clos (non communiqué par la commune elle-même, précisons-le) a suscité notre intérêt. Il s’agit d’une « affaire en justice, impliquant la commune de Juprelle contre Madame Patricia Poulet-Dunon. (…) En l’absence de conciliation devant la justice de Paix le 20 juin, il est demandé au conseil communal d’autoriser le collège communal à ester en justice à l’encontre de Mme Poulet-Dunon dans le cadre d’un contentieux fiscal, et ce, afin de récupérer un montant indûment perçu ».

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-06-25,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-06-25,BASSE-MEUSE,1|4