Google Analytics Alternative

Police

  • Circulation routière. Plusieurs nouvelles règles de roulage publiées au Moniteur Belge

    circulation routière,règles de roulage 2019Plusieurs nouvelles règles de roulage ont été publiées ce vendredi au Moniteur Belge.

    Un automobiliste qui roule sur la bande d’arrêt d’urgence risque bientôt d’écoper d’une amende de 174 euros. Actuellement, il s’agit d’une infraction du premier degré qui donne lieu à une amende de 58 euros. Mais, à partir du 1er juillet, elle deviendra une infraction de troisième degré. C’est l’une des adaptations qui découle des nouvelles règles de roulage publiées vendredi au Moniteur Belge.

    Monopoliser la bande du milieu coûtera également plus cher. En effet, tout automobiliste qui ne se range pas à droite après une manœuvre de dépassement, en particulier sur l’autoroute, écopera d’une transaction immédiate de 116 euros. Cette infraction devient une infraction du deuxième degré.

    L’interdiction de dépasser pour les véhicules et les remorques d’une masse maximale autorisée de plus de 7,5 tonnes devient aussi une infraction du deuxième degré tout comme le fait pour les bus, autocars et autres véhicules, d’une masse maximale autorisée de plus de 3,5 tonnes de rouler à gauche sur l’autoroute.

    Non seulement les sanctions pour certaines infractions deviennent plus sévères mais la police pourra aussi prochainement verbaliser plus rapidement. La liste des infractions qui pourront être constatées avec des appareils automatiques -sans présence d’un agent- sera en effet élargie le 1er juillet.

    On y retrouvera des infractions telles que la conduite en sens non autorisé, le blocage d’un rond-point, le non-respect d’un panneau de signalisation, etc. Par ailleurs, toutes les infractions liées aux dépassements et interdictions de dépassement ont été ajoutées à la liste.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/395551/article/2019-05-31/plusieurs-nouvelles-regles-de-roulage-publiees-au-moniteur-belge?utm_source=trck_ENA_HP_LM&utm_medium=trck_ENA_accroche_carrousel&utm_campaign=trck_ENA_lactu_en_videos

  • Zone Police. Bientôt un véhicule ANPR pour la Basse-Meuse

    véhicule police basse meuse.jpgUn gros investissement va prochainement être consenti puisque l’achat d’un nouveau véhicule équipé d’un radar ANPR pour la police de la zone de la Basse-Meuse vient d’être budgétisé. « Nous n’en sommes qu’au début de la procédure et la proposition doit encore être avalisée par le conseil de police de la zone », signale Alain Lambert, chef de corps de la police de la Basse-Meuse. « Ce type de dispositif constituerait, à coup sûr, un atout supplémentaire pour notre zone. »

    L’ANPR est un dispositif de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation utilisé par la police. Des caméras scannent les plaques des véhicules en mouvement ou à l’arrêt et un code couleur s’affiche alors à l’écran d’un moniteur installé dans la voiture de police banalisée. À chaque couleur correspond une infraction : voiture en défaut de contrôle technique, en défaut d’assurance, plaques d’immatriculation signalées volées, etc. Il reste ensuite aux policiers à intercepter le véhicule.

    Bref, l’appareil ne laisse rien passer.

    L’article complet :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-03-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-03-07,BASSE-MEUSE,1|4

  • Sécurité routière. Routes : des obstacles mortels

    signal arraché rue provinciale glons 2.jpgEnviron 30 % des tués sur nos routes ont heurté un obstacle hors de la chaussée.

    Les arbres, poteaux, murs de protection et autres piles de ponts sont responsables d’un nombre très élevé de morts sur nos routes. Aux alentours de 30 % du total. C’est ce que relève une enquête menée par Touring. 

    Ce sont des chiffres effrayants que nous révèle Touring, qui a épluché les statistiques de Statbel en matière d’accidents de la route. Selon ces chiffres, jusqu’à 33 % des victimes d’accidents de la route mortels en Belgique ont heurté un obstacle hors de la route. Quand on parle d’obstacles, il peut s’agir d’un arbre (dans 23 % des cas), de poteaux d’éclairage (20 % des cas), ou encore de… glissières de sécurité, de murs pour protéger des fossés, de piliers de ponts.

    En 2017, sur les 615 personnes tuées dans un accident de voiture, 165 l’ont été contre un obstacle. Précisons que l’on parle de « morts à 30 jours », c’est-à-dire les personnes décédées sur place ou dans les 30 jours qui suivent l’accident. L’an passé, ces décès représentaient donc 28 % du total, en baisse par rapport à l’année 2015, où l’on avait déploré 716 morts, dont 235 (33 %) contre un obstacle.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-12-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-12-24,BASSE-MEUSE,1|14

    (Photo prétexte)

  • Basse-Meuse – Sur vos routes. Trois contrôles BOB prévus cette semaine !

    contrôle alcoolémie.jpgÀ ces planifications s’ajouteront encore trois heures, chaque jour, de contrôles orientés « alcool » 

    En cette période propice aux réjouissances, la zone de police de la Basse-Meuse compte bien dissuader les conducteurs de reprendre le volant en ayant bu ! Entre les contrôles alcool de grande ampleur et ceux organisés quotidiennement, il sera difficile de passer entre les mailles du filet. 

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-12-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-12-18,BASSE-MEUSE,1|8

  • Mobilité. Place handicapé au shopping : gare au p.-v.

    logo police basse meuse 2.pngLa police peut verbaliser si l’accès au parking n’est pas limité aux seuls clients du magasin

    Ce week-end, ce sera l’affluence dans les centres commerciaux en perceptive des achats de la Noël. Les parkings risquent d’être pris d’assaut. Même s’il s’agit d’endroits privés, le code s’y applique avec d’éventuels p.-v. à la clé. 

    Il pleut, il fait noir et cela fait cinq minutes que vous tournez dans le centre commercial bondé à la recherche d’un stationnement. Il ne reste qu’une place… réservée aux personnes handicapées. Et si vous cédiez à la facilité ? Que risquez-vous exactement ?

    L’article complet dans votre journal de ce samedi :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-12-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-12-08,BASSE-MEUSE,1|18

  • A proximité. Juprelle : une méthode imparable pour confondre les cambrioleurs

    En guise de réponse à une légère augmentation des vols dans des habitations, la police de la Basse-Meuse a monté, mercredi soir, une opération imparable. Un scanner de plaques d’immatriculation a désigné une voiture qui circulait avec des plaques volées. Après une poursuite, les policiers ont interpellé deux Roumains de 16 et 23 ans qui ont été déférés.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/315008/article/2018-12-01/une-methode-imparable-pour-confondre-les-cambrioleurs-juprelle

  • Dès le 1er octobre. Plaque illisible ? Amende plus sévère !

    vol de plaques.jpgÀ partir du 1 er octobre prochain, rouler sans plaque d’immatriculation ou avec une plaque falsifiée ou illisible ou qui ne correspond pas au véhicule, vous coûtera plus cher. L’amende appliquée jusqu’ici de 58 € passe à 116 €.

    Le législateur estime en effet qu’il fallait faire passer cette infraction routière en infraction du deuxième degré « car ces comportements en matière d’immatriculation permettent de se soustraire aux poursuites » . Il estime que c’est donc plus grave qu’un simple oubli administratif.

    Si vous vous obstinez à ne pas payer cette perception immédiate et que l’infraction est portée devant le juge, celui-ci peut infliger une amende allant de 160 à 2.000 euros. Le juge peut aussi doubler l’amende en cas de récidive dans les trois ans et prononcer une déchéance du droit de conduire ! Bref, ça ne rigole plus !

    Rappel de toutes les obligations en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-12,BASSE-MEUSE,1|16

  • La police vous prévient : Des «chaussettes de Diables» sur vos rétroviseurs ? Vous pouvez risquer 58 euros d’amende

    chaussettes diables rouges.jpgElles sont de retour depuis quelques semaines, déjà. Elles, ce sont les fameuses chaussettes aux couleurs belges, soutiens de nos Diables rouges, qui ornent à nouveau pas mal de rétroviseurs sur nos routes.

    Or, comme le rappelle la police, ces chaussettes sont interdites dans certains cas.

    « Elles sont interdites si vos rétros disposent de clignotants ou si elles diminuent la visibilité sur votre miroir. Pensez-y... ou prenez le risque de payer 58 € d'amende... » Vous voilà avertis.

  • Supporters, vous êtes prévenus. Coupe du Monde : gare aux contrôles alcool !

    Certaines zones de police cibleront les matches de nos Diables

    Coupe du Monde et sécurité routière ne font pas bon ménage. L’institut Vias constate une augmentation du nombre d’accidents durant les grandes compétitions de football, propices aux fêtes et à la consommation d’alcool. Pour freiner ses chiffres, la police installera des barrages routiers pour contrôler votre taux d’alcoolémie. Prudence donc. 

    « Cela fait bien longtemps que la police a coché les trois dates des matches des Diables rouges dans son agenda », nous dit Benoît Godart, porte-parole de Vias (sécurité routière).

    « Pour les problèmes d’alcool qui y sont liés et pour la sécurité en général que ces grands événements peuvent générer. Je tiens à préciser que la menace terroriste, ces trois dernières années, n’a pas fait diminuer le nombre de contrôles alcool sur les routes belges. Ils ont même augmenté, alors que le niveau de la menace était à 3. Aujourd’hui que le niveau de la menace est redescendu à 2, il n’y a pas de raison que les contrôles alcool diminuent ! »

    Campagne Bob dès le 7 juin

    La campagne Bob le vendredi 7 juin pour un « week-end sans alcool » où les contrôles seront vraiment très nombreux, tant sur les autoroutes que les routes secondaires.

    L’article complet à découvrir sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-05-17,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-05-17,BASSE-MEUSE,1|14

  • Les résultats des contrôles du week-end sans alcool en Belgique: c’est à Liège qu’on a le moins contrôlé... mais où il y a le plus de verbalisés!

    Au total, les services concernés de la police intégrée (police locale et police fédérale) ont contrôlé 81.762 conducteurs dans le cadre du week-end sans alcool, du 12 au 15 janvier dernier. Parmi ceux-ci, 60.751 conducteurs ont fait l’objet d’un pré-test négatif et 21.011 ont dû faire l’objet d’un éthylotest.

    Le week-end sans alcool qui s’est tenu du vendredi 12 au lundi 15 janvier a livré ses chiffres. Impitoyables pour certaines provinces. «  Parmi les 21.011 conducteurs qui ont été soumis à un éthylotest dans le pays, 1.624 étaient en infraction pour conduite sous influence d’alcool  », explique le ministre de l’Intérieur Jambon (N-VA) en réponse à une question écrite du député fédéral, Gautier Calomne (MR).

    Tous les résultats province par province en suivant ce lien :

    http://www.sudinfo.be/id45209/article/2018-03-24/les-resultats-des-controles-du-week-end-sans-alcool-en-belgique-cest-liege-quon

  • Liège. Appel à témoins pour le squelette découvert à la Chartreuse

    Le 14 avril 2017, un promeneur a découvert le squelette d’une femme dans le bois situé Thier de la Chartreuse à Liège. Il se pourrait que le corps y séjourne depuis plusieurs années.

    Le portrait de cette femme a été dressé par les portraitistes de la police fédérale.

    La victime est d’origine européenne et est âgée d’environ une quarantaine d’années. Elle est de petite taille et mesure entre 1m50 et 1m55. Elle a de longs cheveux châtains.

    Elle portait un short noir en simili cuir, une veste en cuir noir de la marque Bluedeire et des bottes de pointure 36.

    Si vous reconnaissez cette femme ou si vous avez des informations sur ce fait, veuillez prendre contact avec les enquêteurs.

    Appel à témoins de la Police

    Appel à témoins - cadavre d'une femme inconnue retrouvée à Liège

    A la requête du Parquet de Liège, la police demande de diffuser l’avis de recherche suivant :

    Le 14 avril 2017, un promeneur a découvert le squelette d’une femme dans le bois situé Thiers de la Chartreuse à Liège. Il se pourrait que le corps y séjourne depuis plusieurs années.

    Le portrait de cette femme a été dressé par les portraitistes de la Police Fédérale.

    La victime est d’origine européenne et est âgée d’environ une quarantaine d’années. Elle est de petite taille et mesure entre 1m50 et 1m55. Elle a de longs cheveux châtains.

    Elle portait un short noir en simili cuir, une veste en cuir noir de la marque BLUEDEIRE et des bottes de pointure 36.

    Si vous reconnaissez cette femme ou si vous avez des informations sur ce fait, veuillez prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800 30 300.

    Les témoignages peuvent aussi parvenir via avisderecherche@police.belgium.eu

    Cet avis est disponible sur www.police.be

  • FOREM : La Police Fédérale engage

    La Police Fédérale engagera tout au long de l’année environ 400 agents de sécurisation. Leur rôle sera d’assurer le transfert de détenus, la police des cours et tribunaux, les patrouilles de sécurisation, l’ordre public en cas d’incidents, la sécurisation de sites nucléaires et autres installations ou bien, la réalisation d’escorte protocolaire…

    Pour pouvoir postuler, aucun diplôme n’est requis et vous devez répondre aux conditions suivantes :

    Être de nationalité belge

    Jouir de vos droits civils et politiques

    Être âge de minimum 17 ans

    Pratiquer éventuellement une deuxième langue

    Intéressé(e) ? Rendez-vous sur www.jesecurise.be

    Vous y trouverez notamment toutes les informations complémentaires sur la procédure de sélection et le formulaire d’inscription.

  • Sanctions administratives en hausse. Saleté, bruit, vitesse, mauvaises odeurs : tout peut être sanctionné

    infractions wallonie.png« Au niveau de l’environnement, les gens ont un comportement catastrophique »

    Dépôts sauvages, jets de canette, mauvais stationnement, vitesses excessives : les incivilités empoisonnent de plus en plus la vie des Wallons. Pour contrer ces comportements nuisibles, les communes utilisent de plus en plus les sanctions administratives communales.   

    En 2016, 26.898 décisions ont été rendues par 86 communes wallonnes dans le cadre des sanctions administratives communales (SAC). Ces chiffres ressortent d’un rapport de l’Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW) lancé en 2017.

    Face à une justice débordée et qui n’a plus le temps de traiter une grosse partie de ses dossiers, les SAC constituent une réponse efficace sur le terrain et permettent aux communes de sanctionner les contrevenants. Depuis 5 ans, des bureaux de sanctions administratives communales ont vu le jour.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-02-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-02-08,BASSE-MEUSE,1|2

  • Basse-Meuse environnement. La guerre est déclarée aux incivilités !

    logo police basse meuse 2.png« Concrètement, nous avons voulu faire partager l’idée qu’un quartier bien tenu a un effet positif sur notre qualité de vie. Des progrès ont été perceptibles à différents endroits et j’ose croire que cette période de prévention a été mise à profit par le plus grand nombre de personnes », énonce M. Lambert, le chef de corps

    Règlement général de police

    Il est important de préciser que le nouveau règlement général de police, appelé RGP, a été adopté par les six conseils communaux de la zone de police, à savoir ceux de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé.

    Les protocoles d’accord avec le parquet du procureur du roi ont également été signés. « Quant à l’action de la police, elle va désormais entrer dans une phase répressive », ajoute M. Lambert. « Nous demandons à nos policiers de conserver le sens du discernement, mais recommandons la fermeté avec les récidivistes ».

    Un plan d’actions

    « Les priorités seront axées sur les chiens en laisse, les déjections canines, les poubelles publiques (non censées recueillir les déchets ménagers), l’heure de rentrée de poubelles privées, la surveillance des parcs mais aussi des espaces publics et des écoles en dehors des heures de présence, les dépôts d’immondices, les stationnements dangereux ou dérangeants ainsi que la circulation dans les chemins de démembrement. Il existe d’autres infractions au RGP. Celles-ci peuvent aussi être verbalisées, mais l’accent sera mis sur ce qui précède ».

    Source La Meuse vendredi 10 novembre 2017

  • Appel à témoin. VIDEO - Vol à main armée dans un Night-Shop à Herstal le 03/09/17

    Publié à la demande du Parquet de Liège - 07/11/17.

    Le dimanche 3 septembre 2017 à 23h15 à Herstal, un vol à main armée a été commis dans un magasin de nuit situé rue Ferdinand Nicolay. 

    Deux individus entrent dans le commerce. Le premier auteur menace directement l’employé à l’aide d’une arme à feu. Ils obligent la victime à se mettre au sol, et le second auteur se charge de voler les billets dans la caisse. Choquée, la victime se relève malgré le danger mais il finit par se raviser compte tenu des risques encourus.

    Une fois le butin en leur possession, les auteurs prennent la fuite.

    vol herstal,avis recherche vol herstal,vol main armée herstalLe 1er auteur est de corpulence mince. Il porte des lunettes solaires. Au moment des faits, il était vêtu d’un sweat à capuche de couleur claire, d’un pantalon de training bleu de marque Adidas et de chaussures noires.

    Le 2ème auteur est de corpulence mince. Il a un nez long et fin. Au moment des faits, il portait un gilet à capuche gris foncé, un pantalon noir et des chaussures noires à semelle blanches de marque Nike.

    vol herstal,avis recherche vol herstal,vol main armée herstal

    La vidéo

    Lien vers l'avis de recherche :

    https://www.police.be/5998/fr/avis-de-recherche/recherches/attaques-main-armee/video-vol-main-armee-dans-un-night-shop-herstal

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium