Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 7

  • Les carnavals, c'est parti dès dimanche

    cortège carnaval wonck 2017.jpgAttendue par des centaines de passionnés, la saison des cortèges carnavalesques démarre ce dimanche à Wonck. Où et combien de fois pourrez-vous vous amuser ? Les réponses sont ici !

    Du 16/2 au 14/3

    Ce dimanche, c'est à Wonck et les chars se mettront en route vers 14h.

    Dimanche 23 février à 14h30. C'est au tour de Bassenge d'accueillir les fêtards pour ce qui est le cortège qui attire le plus de spectateurs : entre 3 et 4.000.

    Mardi 25 février. Plus petit mais pas le moins festif, le village d’Houtain vous attend dès 15h pour son carnaval de rue.

    Samedi 29 février dès 14h. Avec près de 25 groupes et chars c’est le cortège carnavalesque de Slins et Fexhe-Slins qui est le plus gros en terme de participants.

    Samedi 7 mars dès 14h30, cortège dans les rues de Haccourt.

    Le dimanche 8 mars dès 13h30. Celui de Vottem est le dernier né des cortèges en Basse-Meuse.

    Samedi 14 mars dès 14h30 c’est à Glons que la saison 2020 se terminera.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi !

  • Disparition inquiétante d’une adolescente de 14 ans à Awans

    disparition adolescente awans.jpgUne adolescente de 14 ans d’Awans, Céliane Neuray, n’a plus donné signe de vie depuis le 11 février dernier au soir. Si vous savez où elle se trouve, contactez au plus vite la police au numéro gratuit 0800/30300.

    Le mardi 11 février dernier, en soirée, Céliane Neuray, une fille âgée de 14 ans, a été vue pour la dernière fois à Awans, rue d'Hognoul. Depuis, elle ne s’est plus manifestée.

    Céliane mesure entre 1m65 et 1m70 et est de corpulence normale. Elle a les cheveux longs châtains. Elle a les oreilles percées.

    Au moment de sa disparition, elle portait un pantalon de training noir avec deux bandes réfléchissantes sur les côtés, une veste en suédine de couleur camel et des baskets noires brillantes avec des strasses et des semelles blanches.Elle portait également un sac blanc rectangulaire.

    Si vous avez plus de renseignements concernant la disparition de Céliane, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu

  • L’A601 pourrait servir de desserte locale pour un nouveau zoning

    a601 vottem,a601 fermée,a601 idéeLe président de la SPI a eu une bonne idée pour ne pas laisser cette autoroute à l’abandon. L’utiliser pour désservir des terrains économiques et il est prêt à financer lui-même les travaux de réhabilitation.

    Le ministre Henry va l’examiner.

    On le sait, le nouveau ministre wallon de la mobilité, Philippe Henry (Écolo), a définitivement enterré l’idée de réhabiliter l’A601. Ouverte en 1964, cette bretelle d’autoroute de presque 5 kilomètres permettait de relier directement l’E40 à l’E313 (vers Anvers), sans passer par l’échangeur de Loncin. Mais en mauvais état, elle avait été fermée à la circulation en décembre 2014 et elle est aujourd’hui mangée par la nature.

    « Ce serait tout de même dommage de la laisser ainsi en friche, explique Claudy Klenkenberg, le président de la SPI, la Société Provinciale d’Industrialisation qui s’occupe de trouver des terrains pour les entreprises. Elle existe, elle est déjà équipée et égouttée et elle pourrait nous servir », explique-t-il.

    Et de nous livrer son idée. « Je reçois beaucoup de demandes de petites et moyennes entreprises pour s’installer en région liégeoise et je n’ai aucun terrain pour elles à court terme.

    Le zoning des Hauts Sarts est saturé et on cherche des extensions possibles. Si nous pouvions utiliser l’A601 comme une desserte locale pour accéder aux terrains situés de part et d’autre de celle-ci, dans la zone tampon de l’ancienne autoroute, la SPI pourrait rapidement les mettre à leur disposition. »

    L’article complet à lire en suivant ce lien ou dans votre journal La Meuse de ce vendredi 14 février 2020

    https://www.lameuse.be/517829/article/2020-02-14/la601-pourrait-servir-de-desserte-locale-pour-un-nouveau-zoning

  • A proximité – Ans. Débordé, il cède 38 lapins à la SRPA

    Ils vivaient dans des conditions déplorables: 18 sont à adopter

    Ce mercredi, la SRPA de Liège a proposé 18 lapins à l’adoption. Ils ont été cédés la veille par un Ansois, débordé face à la quantité d’animaux. 

    Ce mardi, la SRPA de Cointe est intervenue au domicile d’un Ansois, qui cohabitait avec une véritable horde de lapins domestiques. La colonie – et tous les désagréments qui en découlent – avait été signalée par plusieurs personnes de son voisinage.

    Lors de la descente de la société protectrice des animaux, plus de 80 petites bêtes ont été découvertes. Elles évoluaient dans des conditions de vie particulièrement déplorables : des cages étaient installées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’habitation, dans lesquelles les mâles et les femelles s’adonnaient joyeusement aux plaisirs de la chair.

    Surpopulation

    Résultat : une surpopulation croissante qui a entraîné de nombreux problèmes sanitaires pour les lapins : manque d’hygiène, d’espace, nourriture en insuffisance, propagation de maladies, ou encore, plusieurs décès prématurés chez les jeunes.

    Avant d’adopter un petit lapin, il vous est vivement conseillé de vous renseigner sur les conditions de vie de ces animaux. Sachez notamment que leur espérance de vie oscille entre 8 et 11 ans.

    Pour tous renseignements supplémentaires, contactez la SRPA de Liège au 04/252.96.36, ou passez au refuge pendant les heures d’ouverture (de 13h à 17h du lundi au samedi, ou 10h à 14h le dimanche).

    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 13 février 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.193113576.474588874.1581505595-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-13,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-13,BASSE-MEUSE,1|10

  • Environnement. Plastique dans les produits et emballages : Ikea veut du 100 % recyclé d’ici 2030

    coton tiges.jpgEn 2021, les plastiques à usage unique seront totalement bannis de notre vocabulaire. Directive européenne oblige, ils seront en effet interdits sur l’ensemble du territoire européen. Finis les cotons tiges, pailles et autres touillettes en plastique.

    Cette interdiction s’applique bien évidemment à tout à chacun. Aux ménages donc, mais aussi aux entreprises, restaurants, commerces…

    Certains, comme Ikea, ont d’ailleurs décidé de prendre de l’avance.

    « Aujourd’hui, divers articles tels que pailles, couverts, tasses et assiettes ont été remplacés par des articles jetables provenant de sources 100 % renouvelables », annonce le géant suédois qui entend bien intensifier ses actions dans les années à venir. « D’ici 2030, l’entreprise a pour but de recourir uniquement à des plastiques recyclés ou de source renouvelable dans ses produits et emballages », précise-t-il dans un communiqué.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi 12 février 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.138559990.474588874.1581505595-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-12,BASSE-MEUSE,1|14

  • A proximité. Le Mergelland (Pays de la craie) en passe d’entrer au patrimoine mondial de l’Unesco

    mergelland Bemelerberg_Limburg.jpgLes communes néerlandaises du « Heuvelland » et la commune de Riemst qui représente celles qui composent le Mergelland se sont réunies et concertées pour monter un dossier de reconnaissance de la région au Patrimoine mondial de l’Humanité. De Mergelland (en  français pays de la craie) dont la Montagne Saint Pierre fait partie (Sud Limbourg), présente plusieurs intérêts indéniables dont le principal est certainement l’existence de grottes de tuffeau liées directement à l’Histoire de la région dont elles portent les stigmates.

    Plusieurs communes du Limbourg comme Riemst, Tongres, Heers et les Fourons, souhaiteraient installer un géoparc. Un géoparc est une aire protégée, aux limites bien définies, possédant des attraits géologiques correspondant généralement à des géosites.

    Il doit avoir une superficie assez étendue pour contribuer au développement économique local. Des actions de protection et de valorisation de sites d’intérêt géologiques y sont développées en lien avec les patrimoines naturels et culturels du territoire. Le réseau européen des géoparcs, créé en 2000, et le réseau mondial des géoparcs, créé en 2004 et qui comprend 100 territoires dans 29 pays, sont soutenus par l’UNESCO.

    Les communes limbourgeoises veulent faire reconnaître le « pays de la marne », le « Mergelland » ou « Krijtland », comme géoparc. Partant d’une carrière de marne du côté de Riemst, la volonté est de trouver un soutien auprès d’une vingtaine de communes réparties sur trois pays (Pays-Bas, Belgique et Allemagne), pour créer ce géoparc et valoriser à la fois la surface et le sous-sol du « Krijtland » (pays de la craie).

    Le processus est lancé

    Il y a eu une première réunion à Eijsden-Margraten aux Pays-Bas, non loin de Visé, pour expliquer les procédures de l’UNESCO. « La volonté est de protéger l’environnement particulier de la région. Notre ADN, notre terroir, notre histoire, nous voulons les protéger, les chérir et les développer », indique le bourgmestre d’Eijsden, fier d’avoir enclenché le processus.

    Une étude préliminaire de l’université de Maastricht a indiqué qu’il était impossible que l’UNESCO reconnaisse le « Krijtland » comme patrimoine mondial, comme le souhaite notamment la commune de Riemst, et qu’il était préférable de prôner la solution d’un géoparc mais cela va prendre sept ans.

    Le bourgmestre de Riemst est en contact avec les autres communes limbourgeoises et des communes wallonnes. C’est ainsi que les communes de Visé, Bassenge et Plombières ont participé le 29 janvier dernier, à Cadier en Keer aux Pays-Bas, à un symposium consacré à ce projet de géoparc. Seize communes ont entamé un dialogue avec les communes du Heuvelland (le Pays des collines), Maastricht, Heerlen, Simpelveld, Voerendaal, Stein et Beekdaelen.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 10 février 2020

  • Tempête Ciara: des rafales jusqu’à 120 km/h, voici les prévisions (Dimanche 9/02/2020 - 11h00)

    tempête ciara.jpgAlerte (cliquez sur tableau pour l’agrandir) 

    Le risque de dégâts est important sur l’ensemble du pays, martèle l’Institut royal météorologique dans ses prévisions. La tempête Ciara déterminera notre temps dès dimanche matin jusqu’à lundi matin. Aujourd’hui, la force du vent augmentera rapidement et nous prévoyons déjà dans l’après-midi des rafales de 80 à 110 km/h et un risque de dégâts par endroits. Ce soir et la nuit de dimanche à lundi, au passage d’un front froid actif, les rafales augmenteront encore, avec un danger de pics entre 100 et 130 km/h, voire plus sous un orage éventuel. Le risque de dégâts sera élevé et ceci dans tout le pays. Le vent continuera à souffler fort lundi dans la journée, mais les rafales les plus extrêmes disparaîtront.

    L’article complet sur La Meuse.be

    https://www.lameuse.be/515652/article/2020-02-09/tempete-ciara-des-rafales-jusqua-120-kmh-voici-les-previsions?from_direct=true

  • La tempête Ciara va faire des dégâts partout en Belgique!

    tempête météo.jpgDimanche et lundi, ce sera « tous à l’abri » en Belgique. La tempête Ciara va faire des dégâts. On annonce des vents à 120 km/h voire plus. La vigilance est de mise, pour tous.

    Cela fait plusieurs jours qu’on en parle mais c’est une certitude : la tempête Ciara va débarquer ce dimanche sur la Belgique. Dès 11h, la vitesse dépassera les… 80 km/h et cela durera toute la journée de dimanche, la nuit de dimanche à lundi et même le lundi.

    « Il s’agit d’une très profonde dépression située sur l’Atlantique avec une pression de 940 hP dans le noyau », analyse David Dehenauw depuis ses bureaux à Ostende. Le météorologue nous apprend que la tempête concernera toute l’Europe occidentale.

    « Dès le dimanche après-midi, on aura des vents de 9 à 10 Beaufort du sud-ouest tournant vers l’ouest. Dimanche soir, on aura des vents de 6 à 7 Beaufort à l’intérieur des terres. Lundi, sur le Littoral, cela sera entre 7 et 8 Beaufort ».

    Risque d’inondations

    Pour David Dehenauw, il y aura probablement des dégâts qu’on peut craindre sur toute la Belgique. « Ce sera vraiment très chahuté le dimanche en fin de journée et pendant la nuit. Heureusement, il ne devrait pas y avoir trop de monde dehors ». Il conseille en tout cas de rester vigilant et de ne pas sortir.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

     https://www.lameuse.be/515228/article/2020-02-08/la-tempete-ciara-va-faire-des-degats-partout-en-belgique

  • Eben. Ce samedi, soirée d’ouverture du carnaval

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLa soirée d’ouverture des festivités carnavalesques aura lieu ce samedi 8 février 2020 dès 19h30 à la salle de la Société Royale Saint-Georges d’Eben.

  • Zone de Police Basse-Meuse. Hausse de la criminalité sur la Basse-Meuse

    La zone de police a dévoilé les chiffres des faits

    Les chiffres de la criminalité pour l'année 2018 de la zone de police de la Basse-Meuse sont connus. Après quelques années stables, ils sont en hausse pour pratiquement tous les faits. 

    Si on ne connaîtra les statistiques 2019 que vers le milieu du printemps, les chiffres de la criminalité en 2018 sont eux établis. Ces statistiques englobent tous les faits commis sur le territoire de la zone de police de la Basse-Meuse. Et si on ne devait retenir qu'une chose, c'est que la criminalité a augmenté en 2018. « Étonnamment, alors que nous avions connu une période très stable entre 2013 et 2017, les chiffres de 2018 sont à la hausse pour la plupart des infractions, commente Alain Lambert, chef de la zone de police. « Dans la plupart des cas, nous ne nous expliquons pas ces augmentations. » Pour d'autres, les raisons sont identifiables. Par exemple, les vols de métaux ont considérablement augmenté entre 2017 et 2018 passant de 14 à 47. Mais la cause principale, c'est Chertal où plusieurs vols avaient été constatés. Avec l'aide de la police fédérale, une filière roumaine a été démantelée.

    Découvrez dans votre journal La Meuse les informations complètes et les chiffres sur les faits en augmentation comme les vols habitation , les coups et blessures, les vols de vélos ou de motocyclettes, la criminalité informatique, l'immigration illégale…

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.201740884.411808713.1581066994-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-07,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge – Bien-être animal. 1.500 € pour stériliser les chats errants

    chat errant 1.jpgIl suffira de les signaler à la SRPA ou à la commune : cela évitera la naissance de milliers de chatons 

    La commune de Bassenge vient de signer une convention avec la SRPA de Liège pour stériliser les chats errants. Une décision qui permettra d'éviter la naissance de milliers de chatons, avec les conséquences que cela peut avoir sur la faune. 

    Un article à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi 5 février 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.61325420.1564434946.1580908063-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-05,BASSE-MEUSE,1|8

  • Population au premier janvier 2020. Les communes rurales attirent de plus en plus. Bassenge n'est pas en reste...

    chiffres population 2019.pngAns et Dalhem sont en tête. Et à part Herstal en hausse, Liège et Seraing perdent quelques habitants

    Les chiffres officiels de la population, établis au 1 er janvier 2020 sont sortis ! On sait donc quelles sont les communes qui séduisent le plus et, à l’inverse, celles qui sont en désamour. 

    L’arrondissement liégeois séduit ! Au 1er janvier de cette année, il comptait ainsi 624.841 habitants soit 1.360 de plus que l’an dernier à la même date. Ce qui représente une hausse de 0,22 %. Mais si on se réfère aux prévisions démographiques, qui prévoient que l’arrondissement devrait gagner 80.000 habitants d’ici 2050, on est encore très loin des 2.600 habitants qu’il faudrait gagner, en moyenne, chaque année.

    Et si on se penche un peu plus sur les chiffres des 24 communes de l’arrondissement, on constate qu’elles sont 17 à gagner des habitants. En nombre, c’est une nouvelle fois Ans qui gagne le plus (+235) suivie de Herstal (+223) et de Sprimont (+196). Par contre, en pourcentage, ce sont les communes rurales qui attirent le plus avec Dalhem (+1,55 %) suivie de Juprelle (+1,53 %) et encore de Sprimont (+1,33 %). L'article complet sur La Meuse.be 

  • Mobilité – Politique. « Comptez les camions sur les petites routes » : Bassenge espère encore la réouverture de l'A601

    autoroute vottem a601.pngSuite à la volonté du gouvernement wallon de ne pas réhabiliter l'A601, les communes se mobilisent. Jeudi dernier, le conseil communal de Bassenge, mais aussi d'Oupeye, ont voté une motion pour tenter de lui faire revoir sa position. 

    Depuis 2014, Bassenge et Oupeye, et dans une moindre mesure Juprelle et Herstal, ont vu augmenter considérablement le nombre de camions sur ses routes. Ici, la raison est double.

    Il y a d'abord la taxe kilométrique sur les camions. Par souci d'économie, de nombreux poids lourds empruntent des nationales. Mais surtout, depuis fin 2014, l'A601 est fermée à la circulation. Et avec les embouteillages quasi quotidiens que connaît l'E40 entre Vottem et Loncin, les camions qui doivent rejoindre l'E313 traversent les villages pour remonter sur cette autoroute à Boirs.

    Alors, lorsqu'en 2018, l'ancien gouvernement wallon a annoncé que cette bretelle d'autoroute allait être réhabilitée, les communes concernées ont été les premières à s'en réjouir.

    Sauf que, depuis, le nouveau gouvernement a décidé d'abandonner ce projet, suscitant la colère de Bassenge et Oupeye.

    Et ces dernières se mobilisent pour tenter de lui faire changer d'avis. Jeudi, le conseil communal de Bassenge a voté une motion à l'unanimité. Motion co-écrite avec le parti Ecolo de la commune, ce qui n'est pas anodin puisque c'est un ministre Ecolo, Philippe Henry, qui porte ce dossier.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 3 février 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.152039932.419697391.1580726994-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-03,BASSE-MEUSE,1|8

  • Liège - Bien-être animal. Chevaux et moutons inondent les refuges

    poneys.jpgC’est le malheureux constat dressé par la SRPA de Liège

    Depuis de nombreuses années, la protection animale lutte contre les achats de chiens et de chats au moment des fêtes de fin d’année. Une prévention qui porte ses fruits puisqu’à la SRPA de Liège, seuls quelques animaux en ont fait les frais cette année. Par contre, depuis un certain temps, on constate un grand nombre d’abandons et de saisies de chevaux et de moutons. Des animaux qui nécessitent des soins et des finances solides, et que certains propriétaires ne savent plus assumer. 

    Cela fait plusieurs années que Fabrice Renard, responsable de la SRPA de Liège, dresse un constat difficile : de plus en plus de chevaux et d’animaux de ferme sont abandonnés ou saisis. Une situation qu’il convient d’expliquer : « On remarque depuis 2 ou 3 ans que la population est beaucoup plus sensible à la cause animale. C’est dû, notamment, au fait que les scientifiques ont établi que l’animal est un être sensible. Ainsi, les chevaux, les moutons, les bovins, ont les mêmes émotions qu’un chien ou un chat. Cette prise de conscience a fait augmenter significativement le nombre de plaintes déposées à la Société. »

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 1er février 2020

  • Afsca. Rappel de chou frisé vendu dans les magasins Colruyt pour une teneur trop élevée en pesticide !

    chou frisé.pngRAPPEL DE PRODUIT

    Rappel de la société REO Veiling

    Produit : Chou Frisé.

    Problématique : teneur trop élevée en résidus de pesticides (dépassement de la norme)

    La présence de résidus des pesticides Tebuconazole en Difenoconazole à une teneur supérieure à la limite maximale en résidus de pesticides autorisée a été mise en évidence dans un lot de choux Kale (frisés).

    REO Veiling, en concertation avec l’AFSCA, a décidé de retirer le produit de la vente et d’informer le consommateur qui en aurait acheté.

    REO Veiling demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de le ramener au point de vente dans lequel il a été acheté (Colruyt)

    Description du produit

    Nom du produit : Chou frisé

    Marque : REO Veiling

    Origine : Belgique

    Numéro de lot : 5465

    Code-barre : 5400357015774

    Période de vente : du 17/01/2020 au 28/01/2020

    Nature de l’emballage : sac en plastique

    Le produit a été vendu via les magasins Colruyt.

    Pour toute information complémentaire, contactez :

    monsieur Rik Decadt

    Adresse courriel : rik.decadt@reo.be