Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 3

  • Politique - Bassenge. Marie-Ange Simon (Bassenge demain) parmi cinq élus liégeois déchus de leur mandat

    marie ange simon bassenge demain montage.jpg

    Cinq élus locaux liégeois vont être déchus de leur mandat par le Gouvernement wallon. Ils n’ont en effet pas déclaré leurs mandats, fonctions et rémunérations pour l’année 2018, alors qu’ils y sont obligés dans un souci de contrôle et de transparence. En outre, 20 autres anciens mandataires de communes de notre arrondissement sont inéligibles pour la même raison. Explications.
    Dans le cadre de la bonne gouvernance, chaque mandataire politique doit remplir une série d’obligations. Ainsi, au niveau wallon, tout élu doit déclarer l’ensemble de ses mandats publics, fonctions et rémunérations. Pour les distraits, des rappels à l’ordre sont envoyés. Mais au final, pour les ultimes réfractaires, il y a des sanctions à la clé. Et celles-ci peuvent être sévères, puisque l’on évoque la déchéance du mandat politique ou encore une inéligibilité pour plusieurs années.
    25 déchéances en tout
    Tout d’abord, le Gouvernement wallon a formellement constaté que 25 titulaires d’un mandat local sont déchus de tous leurs mandats (originaires et dérivés). Cinq Liégeois sont directement concernés par la mesure.
    Il s’agit du conseiller communal de Soumagne Geoffrey Schenk (Groupe Citoyen GO), du conseiller communal IC de Comblain-au-Pont Valéry Surings, de la conseillère de la majorité à Bassenge Marie Simon (Bassenge Demain), du sulfureux élu local d’Oupeye Jean-Marc Czichosz (indépendant, ex-Parti populaire) et, enfin, du conseiller communal PS à la Ville de Liège Sofiane Meziane.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 9 novembre 2020

  • Consommation. Notre spécialiste a testé le salami Milano proposé dans les supermarchés

    Sur ce même blog, nous vous signalions récemment le nouveau commerce à Slins de la jeune Noémie Placenti qui propose des spécialités italiennes à un jet de pierre, seulement, de la Vallée du Geer.
    Le magazine Maxx a fait appel à elle pour donner son avis sur le salami Milano proposé dans les supermarchés.
    Noémie Placenti, les a testés à l’aveugle.
    Parce qu’il va probablement accompagner la raclette des prochaines semaines, Maxx teste, ce samedi, le salami Milano, un grand classique de la charcuterie italienne, un saucisson fait à partir de viande de porc et né à Milan, comme son nom l’indique.
    Le mélange est assaisonné avec du sel, du poivre noir en grains écrasé, du poivre blanc en poudre et du vin puis placé dans des boyaux naturels. On le mange coupé finement, idéalement à la machine. On le teste avec Noëmie Placenti qui vient d’ouvrir un camion de charcuteries et spécialités méditerranéennes à Fexhe-Slins (Juprelle), en région liégeoise. Elle vend bien évidemment des charcuteries et des fromages italiens. « Depuis que je suis toute petite, je fais les marchés avec mon Nonno qui vendait des produits italiens », explique la jeune femme qui a repris le flambeau et appelé son activité « Il Cappello », qui veut dire chapeau, en hommage à son Nonno qui en portait toujours un pour faire les marchés. Pour elle, « un bon salami Milano doit être coupé très fin et contenir des petits morceaux de poivre bien visibles ». Nous lui faisons donc découvrir des salamis achetés en grande distribution et généralement emballés sous vide. « Quand le salami est emballé sous vide, je trouve que c’est bien d’ouvrir un peu l’emballage avant de le manger pour le laisser respirer », ajoute-t-elle.

    Et voici le résultat des tests

    tests salami italien.png

    tests salami italien 2.png


    L'article complet est à découvrir dans le Maxx magazine de ce jour le suplément life style du Journal La Meuse

  • Vergers, allées d'arbres, haies, taillis... À vos pelles ! Voici les subsides promis pour vos plantations

    subsides plantations 2020.png

    Pour améliorer la biodiversité et aider la planète, c’est le moment de planter.
    À la Sainte-Catherine (25 novembre), tout bois prend racine. Cela vous laisse le temps de demander vos subsides pour planter des arbres et des haies. Voici ce que la Région wallonne peut vous verser comme petit incitant financier.
    La plantation de 4.000 km de haies ou d’1 million d’arbres en Wallonie, c’était l’un des projets phares du gouvernement wallon et de sa ministre Écolo de l’Environnement, Céline Tellier. Pour y arriver, les autorités comptent sur les pouvoirs publics mais aussi sur les citoyens. Ainsi, le gouvernement a-t-il prévu un incitant financier à ceux et celles qui planteront haies et arbres dans leurs jardins, champs ou propriétés.
    On connaît enfin les montants précis des subventions. Ils ont été publiés au Moniteur belge ce mercredi (lire ci-contre). Il s’agit des montants prévus pour le particulier. Si le travail est effectué par un entrepreneur, les subventions sont différentes. Il faut alors multiplier le montant forfaitaire prévu pour le particulier par 1,5, sans toutefois dépasser 80 % du montant total des factures.
    Plusieurs types de plantations sont pris en compte. Mais informez-vous bien sur les essences subsidiables. Il s’agit d’essences indigènes pour la plupart comme des ormes, châtaigniers, aubépines, charmes, chênes, cognassiers, érables, groseilliers, hêtres… Si vous vous lancez dans un verger, il devra s’agir d’arbres fruitiers de variétés anciennes de haute-tige (avec un tronc d’une hauteur minimale d’un mètre quatre-vingt). Par taillis linéaire, on entend la plantation d’un ou de plusieurs rangs d’arbres ou arbustes, d’une largeur maximale de dix mètres destinés à être recépée.
    Renseignez-vous bien car en échange de cette subvention, vous vous engagez à respecter certaines règles. Par exemple : interdiction de tailler votre haie entre le 1 er avril et le 31 juillet. Vous acceptez aussi que des agents du SPW viennent vous rendre visite afin de vérifier que vous avez utilisé les deniers publics à bon escient. La demande de subvention doit se faire 1 mois avant le début des plantations. Et il y a des volumes minimaux à planter. À vos bêches !
    Infos : wallonie.be ou SPW, Département de la Nature et des Forêt, Avenue Prince de Liège, 15 à 5100 Jambes
    http://biodiversite.wallonie.be/fr/subvention-a-la-plantation.html?IDC=6057

  • Limitation des activités de chasse à 4 personnes

    willy borsu.jpgSuite à l’arrêté de la ministre de l’Intérieur publié au Moniteur belge, le ministre wallon de la Chasse, Willy Borsus, tient à préciser que toutes les pratiques de chasse réunissant plus de 4 personnes sont strictement interdites. Cette mesure annule donc le protocole fixant les modalités en vigueur jusqu’ici.
    L'article complet à lire en suivant ce lien vers "Le sillon belge" :
    https://www.sillonbelge.be/6716/article/2020-10-29/limitation-des-activites-de-chasse-4-personnes

  • Figure locale - Bassenge. Ali Aghroum restaure le patrimoine sacré de sa commune en faisant rimer bénévolat avec mécénat. Coup de projecteur

    restaurations ali 4.jpg

    Billet de Roger Wauters 

    Ces derniers mois, Ali Aghroum, citoyen de Wonck, a mené avec brio différentes opérations de sauvegarde du petit patrimoine sacré de Bassenge. Elles méritent certainement à son auteur d'être salué. Et remercié. 

    D'où ce billet 

    Dans la petite commune de Bassenge, lorsqu'il s'agit de "bénévolat", on retrouve Ali Aghroum, véritable homme orchestre à la personnalité atypique, sur tous les coups. Ali, on ne le présente plus sous peine de prendre le risque de s'engager dans la rédaction d'une longue biographie. De même, citer les actions bénévoles qu'il a menées pour sa commune au fil des années demanderaient, elles aussi, l'établissement d'un long inventaire composé de plusieurs pages. Et donc, nous nous en abstiendrons pour s’en tenir aux interventions qu'il a menées sur le petit patrimoine sacré dernièrement.  

    restaurations ali 13.jpgOutre le caractère totalement bénévole de sa main d'œuvre qu'il apporte à tous les travaux, tout comme d'ailleurs ses propres matériels et outillage dont il se sert, ses entreprises relèvent aussi de celui du mécénat devant les coûts inhérents à l'achat des matériaux nécessaires qu'il prend à sa charge. 

    Extraits de leur emplacement, les croix et les symboles sont confiés à des entreprises spécialisées et passent par différents stades : selon leur état, ils sont soudés, décapés, repeints., etc... Tandis que des matériaux de récupération, destinés à l'aménagement de l'espace, sont acquis et amenés sur place. Le but recherché est l'homogénéité de l'ensemble, et à chaque fois, le défi est relevé. Le travail est apprécié, en témoigne le nombre d’applaudissements des habitants de Bassenge sur le réseau social Facebook. 

    Pour mener ses projets à bien, Ali peut toujours compter sur l’aide précieuse d’un ami. J’ai nommé Martin Neven (photos), qui lui aussi mérite amplement qu’un grand coup de chapeau lui soit tiré.  

    restaurations ali 11.jpgIl me paraissait normal, évident mais aussi nécessaire de leur consacrer un billet afin de mettre à l’honneur ces deux “simples citoyens” dont les implications en faveur du Petit Patrimoine de Bassenge s’ancrent à la fois dans les notions de respect du passé, transmission de la mémoire tout comme celles d’embellissement de Bassenge et de renforcement de son attractivité culturelle. 

    Je vous invite à découvrir un petit aperçu des réalisations dans l’album photos à découvrir ICI 

    L’héritage du passé est une richesse qu’il faut entretenir. 

    Merci Ali et Martin !

    Roger Wauters 

  • Covid 19 - Bassenge. La situation dans les 24 communes de l’arrondissement de Liège selon le taux d'incidence

    coronavirus.jpg

    A lire dans La Meuse aujourd'hui... Nous avons classé les communes liégeoises selon le taux d’incidence, à savoir le nombre de personnes contaminées ces 14 derniers jours sur 100.000 habitants. Ce qui donne une meilleure idée de la propagation du virus proportionnellement à la population. Deux communes de la Basse-Meuse, Blegny et Juprelle, se trouvent donc sur ce triste podium. Sprimont, à la porte des Ardennes, est deuxième.
    On constate que ce sont dans nos deux grosses villes que sont Liège et Seraing qu’il y a en réalité… le moins d’infections par rapport au nombre d’habitants. Seule la commune de Comblain-au-Pont se retrouve derrière la Cité ardente et celle du Fer.
    1. Blegny : 642 cas (population : 13387, taux d’incidence : 4796)
    2. Sprimont : 700 cas (population : 14909, taux d’incidence : 4695)
    3. Juprelle : 406 cas (population : 9435, taux d’incidence : 4303)
    4. Dalhem : 321 cas (population : 7517, taux d’incidence : 4270)
    5. Soumagne : 722 cas (population : 17040, taux d’incidence : 4237)
    6. Aywaille : 522 cas (population : 12394, taux d’incidence : 4212)
    7. Neupré : 407 cas (population : 9977, taux d’incidence : 4079)
    8. Trooz : 333 cas (population : 8297, taux d’incidence : 4013)
    9. Visé : 705 cas (population : 17926, taux d’incidence : 3933)
    10. Esneux : 489 cas (population : 13015, taux d’incidence : 3757)
    11. Herstal : 1492 cas, (population : 40190, taux d’incidence : 3712)
    12. Awans : 342 cas (population : 9243, taux d’incidence : 3700)
    13. Flémalle : 973 cas (population : 26389, taux d’incidence : 3687)
    14. Ans : 1031 cas (population : 28598, taux d’incidence : 3605)
    15. Grâce-Hollogne : 816 cas (population : 22823, taux d’incidence : 3575)
    16. Saint-Nicolas : 869 cas (population : 24329, taux d’incidence : 3572)
    17. Chaudfontaine : 739 cas (population : 20855, taux d’incidence : 3544)
    18. Fléron : 573 cas (population : 16370, taux d’incidence : 3500)
    19. Oupeye : 881 cas (population : 25444, taux d’incidence : 3463)
    20. Beyne-Heusay : 388 cas (population : 11891, taux d’incidence : 3263)
    21. Bassenge : 290 cas (population : 8931, taux d’incidence : 3247)
    22. Liège : 5934 cas (population : 197217, taux d’incidence : 3009)
    23. Seraing : 1767 cas (population : 64192, taux d’incidence : 2753)
    24. Comblain-au-Pont : 144 cas (population : 5396, taux d’incidence : 2669)

    L'article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce mercredi 4 novembre 2020

  • Région - Incroyable. Il fait ses courses en équipement de plongeur !

    courses en plongeur.png

    C’est une scène surréaliste à laquelle ont assisté les clients qui faisaient leurs courses alimentaires ce dimanche au Spar de Wanze.
    Sur le coup de 16 heures, un homme en combinaison de plongée étanche, équipé d’un masque relié à une bouteille d’oxygène via un détendeur, s’est introduit dans le magasin pour faire ses courses.
    En cette période de crise sanitaire, la scène a provoqué l’hilarité parmi les témoins de la scène, tous surpris par le zèle dont fait preuve ce client hors du commun pour se protéger, et protéger les autres du coronavirus.
    Heureusement, le plongeur du Spar n’était pas réellement un hypocondriaque poussant à son paroxysme la protection contre le virus, mais bien un photographe wanzois de 29 ans qui voulait marquer les esprits avec une opération humoristique inattendue. Une vidéo de son entrée dans le supermarché, filmée par un passant, a dépassé les 50.000 vues sur Facebook en seulement quelques heures.
    « Mon but était de faire rire les gens, de détendre l’atmosphère », explique Maxime Baugniet. « Quand je suis arrivé, les gens que j’ai croisés ont tous ri, sans exception. La caissière a même demandé pour prendre une photo avec moi. Il y a des hommes qui allaient chercher leur femme dans les autres rayons pour qu’elles viennent me voir. C’était une vraie partie de plaisir ! ».
    Au final, les emplettes du plongeur se sont résumées à un bac de bières, mais le buzz en valait la peine pour le photographe amateur. « J’aime beaucoup faire rire les gens, et ils ont trouvé ça génial. J’ai eu énormément de retours positifs, mon GSM est envahi de notifications depuis la publication de la vidéo ».
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://journal.lameuse.be/?_ga=2.149937460.349654725.1603802799-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-11-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-11-03,BASSE-MEUSE,1|12

  • La BNP Paribas Fortis de Roclenge ferme ses portes

    Mauvaise nouvelle pour Bassenge. L’agence BNP Paribas Fortis va fermer définitivement ses portes à la fin du mois de novembre.
    Les habitués ont appris la nouvelle par un courrier et un mot affiché sur la porte de la banque. Dès ce 25 novembre, l’agence va fusionner avec celle de Visé et la clientèle de Bassenge y sera transférée.
    Cette fermeture s’explique principalement par les comportements des clients qui ont évolué avec la technologie. Comme nous explique la banque, en 2019, le nombre de sessions numériques a augmenté de 20 % par rapport à l’année précédente. Et, toujours en 2019, les contacts humains avec les clients ont diminué de 23 %. Et la tendance se poursuit cette année, poussant BNP Paribas Fortis à revoir la couverture géographique de ses agences et donc à en diminuer le nombre. Mais avec cette fermeture, il va devenir compliqué de trouver un distributeur dans la région.
    A Bassenge, il restera celui de l’agence Belfius de Glons ou de la CBC de Roclenge, où des frais de retrait sont applicables si on n’y est pas client. Néanmoins, conscientes du problème, BNP Paribas Fortis, KBC, Belfius et ING travaillent à une plateforme commune de distributeurs. Les premiers nouveaux distributeurs feront leur apparition dans les rues à partir de l’été de 2021. L’objectif est de garantir à 95 % des Belges l’accès à un distributeur automatique de billets dans un rayon de cinq kilomètres de leur domicile ou de commerces.
    Le plan de localisation de ces nouveaux distributeurs devrait être prêt d’ici la fin de l’année.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://lameuse-basse-meuse.sudinfo.be/678965/article/2020-10-30/la-bnp-paribas-fortis-de-roclenge-ferme-ses-portes

  • Bluffant. Symbole de vie après la mort, cet arbre liégeois provoque un buzz international

    arbre symbole.2 jpg.jpgLa photo d’un arbre, postée récemment par le conseiller liégeois Guy Krettels sur son profil Facebook, est en train de faire le tour du monde. Beaucoup d’internautes y voient un symbole de renaissance et d’espoir dans ces moments troublés.
    « Je me promenais le 15 octobre dernier dans mon quartier et j’ai vu cet arbre tout à fait particulier, situé rue Isi-Collin à Liège, près du parc de Naimette-Xhovémont, explique Guy Krettels, le conseiller communal Écolo de Liège. Ce frêne qui pousse dans un châtaignier mort depuis longtemps a eu pour moi une résonance particulière. »
    Du coup, il l’a pris en photo et l’a publié en rentrant de sa promenade sur son mur Facebook avec cette légende : « Parfois les arbres nous donnent des leçons de vie ». Ajoutant l’endroit où le trouver : « à 500 mètres de la place Saint-Lambert. »
    Un succès international
    Les premiers jours, sa photo eut le succès d’estime traditionnel auprès de ses amis liégeois. « Mais très vite, elle a commencé à être partagée des dizaines, puis des centaines de fois, reprend-il. Et, alors que je ne connais personne à l’étranger, j’ai commencé à recevoir des messages du Vietnam, d’Arménie, des États-Unis et des demandes d’amis en pagaille. »
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://lameuse.sudinfo.be/678963/article/2020-10-30/symbole-de-vie-apres-la-mort-cet-arbre-liegeois-provoque-un-buzz-international

  • A proximité de Bassenge et à 4 minutes de Glons. Une Juprelloise se lance comme nouveau traiteur italien sur nos marchés liégeois

    traiteur italien juprelle.jpgNoémie Placenti, à peine âgée de 20 ans, se lance dans sa propre entreprise : l’ouverture de « Il cappello », son propre camion-traiteur de produits de bouche italiens.
    Avec ce projet, commencé il y a trois semaines, la jeune femme suit ainsi les traces de son grand-père… « C’est d’ailleurs en référence à mon nonno que ‘le chapeau’ (en traduction) est né, puisque c’est ainsi qu’on le surnomme sur les marchés. Il a 73 ans aujourd’hui et travaille toujours, avec sa propre échoppe de produits italiens. Petite, je l’accompagnais dans son travail, j’y ai fait des jobs d’étudiant, puis j’y ai travaillé aussi moi-même… Mais j’avais envie de me lancer aussi et, ayant toujours baigné là-dedans, cela me semblait une évidence », explique-t-elle.
    Au-delà des commandes à passer sur sa page Facebook, sa petite épicerie est installée devant chez elle (les mardi et jeudi, au 24 rue du Mont à Fexhe-Slins- A 4 minutes seulement de Glons) mais s’installera aussi les mercredi et vendredi à Flémalle, le samedi sur le marché d’Amay et le dimanche sur celui de Soumagne.

    traiteur italien juprelle 3.png

    Vous y retrouverez donc tous types de produits de bouche italiens : du fromage à la charcuterie, en passant aussi par le vin, des olives et autres tapas, ainsi que quelques préparations maison. Un bon plan pour ensoleiller vos tables de saveurs méditerranéennes.
    La page Facebook "Il Capello" :
    https://www.facebook.com/Il-cappello-110237500659209
    L'article complet à lire en suivant ce lien :
    https://lameuse.sudinfo.be/677480/article/2020-10-29/une-juprelloise-se-lance-comme-nouveau-traiteur-italien-sur-nos-marches-liegeois

  • Nouveau ! La carte touristique de la commune de Bassenge. Découvrez la Vallée du Geer différemment !

     

    Le Syndicat d'initiative de Bassenge a travaillé sur la création d'une carte interactive touristique. Survolez les cartes interactives, en cliquant sur les boules de couleur, et vous trouverez des informations touristiques, historiques et culturelles ou économiques.
    Tous les points d'intérêts de la commune de Bassenge sur une carte.
    Toutefois, certaines données trouvent leur source dans Google Maps, et le Syndicat d'initiative n'est pas responsable de ces informations.
    Carte touristique :
    https://www.google.com/maps/d/viewer?fbclid=IwAR3DJ81ZKPoyVVPPMa4pCF8XXAyRBLmP1za9xaV-0DsD1FPH53SOKu09ctU&mid=1y5e4LiUG0-_Xy1XKJ2qe2XMtnK8ngAcy&ll=50.74882863980137%2C5.548652461778221&z=18
    Carte économique :
    https://www.google.com/maps/d/viewer?fbclid=IwAR3pok0ekggMGt_Dzhx6qQRHwXhyj12a371c58EiBYFHCGOoozIeccP58u8&mid=11OajoTrkiPRXA9Zojdd5K-ERXOi2UEXU&ll=50.78463639026842%2C5.661900961036972&z=18
    (Sources page Facebook du S.I. de Bassenge et bulletin communal d'octobre 2020 )

  • Conseil communal Bassenge. Lancement des conteneurs à puce à Bassenge: la facture sera finalement moins salée

    bassenge conteneurs à puce 2.pngLe 1er janvier prochain, les Bassengeois passeront aux conteneurs à puce pour gérer leurs déchets. Un changement qui, pour le socialiste Christopher Sortino, allait entraîner une forte hausse des coûts pour les citoyens. Bonnes nouvelle : elle sera finalement moins importante. Explications.
    2021 sera l’année du changement pour les Bassengois. Au 1er janvier, ils en auront fini avec les sacs-poubelles, qui feront place aux conteneurs à puce. Un gris pour les déchets résiduels et un vert pour les déchets organiques. Avec eux, la taxe poubelle a dû être revue. La partie forfaitaire passera de 60 à 80 euros pour les isolés ; de 90 à 110 euros pour les ménages de 2 personnes ; et de 90 à 130 euros pour les ménages de 3 personnes et plus. Une taxe forfaitaire qui comprend une série de services dont un nombre de levées des conteneurs et de kilos.
    Et c’est principalement ça qui a crispé les socialistes. En préparant le conseil communal de jeudi dernier, ils ont en effet sorti leur calculatrice. Sur base du projet de règlement-taxe qui leur avait été envoyé, ils ont calculé ce que le passage aux conteneurs à puce allait coûter aux Bassengeois. Sur base de leurs calculs, l’augmentation allait être de 50 à 139 % suivant la taille du ménage. Une forte hausse principalement due au nombre de kilos gratuits prévus dans la taxe forfaitaire. « Celle-ci prévoyait en effet 75 kg gratuits par ménage, explique Christopher Sortino. « Dans le détail, nous avions 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques. Pour nous, c’est tout à fait discriminatoire puisque cette mesure n’est pas équitable suivant qu’on est seul, à deux ou à plus de trois personnes dans le ménage. Pour nous, ils auraient dû proposer 75 kg gratuits par personne qui compose le ménage. »
    Un argument qu’a défendu le socialiste devant le conseil. Et la majorité a bien dû reconnaître son erreur. « Il y a clairement eu maldonne, reconnaît Philippe Knapen, échevin des Finances. « Pour nous, c’était évident qu’il s’agissait de 75 kg – 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques – par personne. D’ailleurs, c’était tellement évidemment que nous avons calculé notre coût-vérité avec ces données. Mais nous ne l’avions pas précisé dans notre règlement. On a donc ajouté cela pour que ça soit clair pour tout le monde. Ça sera bien 75 kg par personne qui compose le ménage. »
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 27 octobre 2020

  • Embellissement - Bassenge - Environnement. Les Volon-Terres plantent des milliers de bulbes

    volon-terres bulbes.png

    Il y a quelques semaines, les Volon-Terres de la Vallée du Geer se sont attelés à la plantation de plus de 2.000 bulbes de jonquilles dans les parterres et espaces verts de la Commune de Bassenge. 1000 autres bulbes, de tulipes ceux-là, ont été plantés dans les jardinières communales. Cette opération a reçu le soutien de la Commune qui a financé l'achat des bulbes, du terreau, de l'engrais et des copeaux de bois. C'est donc une commune de Bassenge entièrement fleurie qui accueillera le printemps 2021.
    (Source Bulletin communal octobre 2020)

  • Nature - Dangers. La chasse, un mal nécessaire : la surpopulation des sangliers entraîne de nombreux dégâts

    sangliers chasse.png

    La chasse est souvent décriée pour son manque d’éthique. Nombreuses sont les personnes à s’émouvoir à la vue d’un animal apeuré. Cette pratique s’avère toutefois plus que nécessaire pour réguler la présence du sanglier et protéger la biodiversité. Même si elle peut parfois s’avérer contre-productive…
    Sur trente ans, le nombre de sangliers a été multiplié par sept en Belgique. « Dans nos communes, nous sommes également confrontés à une surdensité », indique Hervé Pierret, directeur du DNF Liège. Elle cause des dégâts non-négligeables. Même si le risque qu’ils s’attaquent directement à l’homme est faible, les sangliers peuvent s’en prendre facilement aux animaux domestiques. Ils sont aussi responsables de nombreux accidents de voiture, sans compter les risques sanitaires liés à la peste porcine africaine.
    Au-delà de l’impact sur l’homme, les sangliers portent atteinte à la régénération forestière et à la biodiversité. Comme l’explique Alain Licoppe, professeur invité à la faculté de Gembloux et responsable à la cellule Faune au Service Public de Wallonie, « les semis et les jeunes arbres peuvent être mangés par le gibier, ce qui ne permet pas d’avoir un bois de qualité ». Sur leur passage, les sangliers retournent les micro-habitats que d’autres espèces utilisent comme refuge.
    Loin d’atteindre un équilibre faune-flore, il s’avère donc indispensable de prélever les sangliers dans nos régions. Le loup ayant pratiquement disparu de la circulation, le chasseur reste le seul prédateur pour le gibier.
    « On ne peut pas faire sans les chasseurs, souligne Alain Licoppe. A Genève où la population s’est prononcé contre la chasse, la DNF se charge elle-même de réguler la population de gibier, ce qui coûte une fortune à l’Etat. »
    Mais qu’est-ce qui explique cette surpopulation de sangliers ? Les raisons sont en fait multifactorielles.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 26 octobre 2020

  • Liège-Culture. Nos bons plans du week-end en région liégeoise

    bons plans.jpg

    « Bons plans du week-end » : quelques idées de sorties pour toute la famille en région liégeoise. Des activités variées et adaptées en respectant les règles sanitaires afin de continuer ensemble la vie culturelle liégeoise. Bon week-end à toutes et à tous !
    1.Liège : Ze Art Galeries
    Samedi - Galeries Saint-Lambert
    Les Galeries Saint-Lambert à Liège proposent un projet dédié aux artistes liégeois. Avec un objectif double : leur offrir une vitrine pour se faire connaître et organiser une mise aux enchères dont le produit de la vente sera intégralement versé à une association caritative de leur choix. Ce samedi dès 14h, c’est Pupa qui s’exposera et vous proposera un live painting au premier étage. Accès gratuit.
    2.Région liégeoise : la fête de la Pomme
    Samedi et Dimanche - Pépinières
    L’automne est la période idéale pour planter un arbre fruitier. Samedi et dimanche, à l’occasion de la Fête de la Pomme, les pépinières Oh Green (Hognoul et Saint-Georges) et Jardinerie de l’Amblève à Aywaille vous offrent un kilo de pommes à l’achat d’un arbre fruitier (pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers).
    Infos : www.pommepommepomme.be.
    3.Liège : expo Andy Warhol
    Samedi et dimanche - La Boverie
    L’exposition Andy Warhol est accessible dans le parc de la Boverie à Liège jusqu’au 28 février. Une expo qui rassemble les œuvres les plus célèbres du pape du pop art provenant des plus grands musées du monde et de collections privées.
    Samedi et dimanche de 10 à 18h. Entrée : 17€. Réservations : www.laboverie.com.
    4.Aywaille : parc animalier
    Samedi et dimanche - Le Monde Sauvage
    Vu que les parcs animaliers n’ont pas été visés par les dernières mesures de restrictions, le Monde Sauvage d’Aywaille vous ouvre ses portes tout ce week-end avec de nombreuses activités pour toute la famille. Le parc est accessible samedi et dimanche à partir de 10h à 18h. Entrée : 25€ (adultes), 20€ (de 12 à 15 ans) et 17€ (de 3 à 11 ans). Infos et tickets : www.mondesauvage.be.
    5.Liège : expo Toutankhamon
    Samedi et dimanche - Gare des Guillemins
    La grande exposition consacrée à Toutankhamon et dédiée à l’Egypte ancienne vous attend toujours à la gare des Guillemins. Une exposition qui vous invite à suivre la quête d’Howard Carter, l’archéologue à l’origine de la découverte du tombeau de Toutankhamon. Un voyge dans le temps à ne pas manquer.
    Entrée : de 10 à 15€. Samedi et dimanche de 10 à 18h30.
    6.Liège : expo Alberto Giacometti
    Samedi et dimanche v- Cité Miroir
    Une nouvelle exposition vous attend à la Cité Miroir à Liège.
    Dédiée au sculpteur Alberto Giacometti, « L’Humanité absolue » est à voir jusqu’au 17 janvier 2021. Cette expo comprend 35 chefs-d’œuvre uniques en bronze et des lithographies.
    Samedi et dimanche de 10 à 18h. Entrée : 10€. Infos et tickets : www.citemiroir.be.
    Et d'autres suggestions dans votre journal La Meuse de ce samedi 24 octobre 2020