Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 18

  • La promesse impossible du fédéral. Le plan B : une écharpe ou un bandana !

    foulard.pngTout le monde n’aura pas reçu de masque et de filtres pour le 4 mai

    Chaque Belge recevra-t-il un masque gratuit pour le 4 mai, comme cela a été annoncé par Sophie Wilmès vendredi soir ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit le ministre de la Justice Koen Geens. Mais un foulard ou une écharpe, qui couvre nez et bouche, convient aussi a rappelé Sophie Wilmès. 

    Fournir « au moins une protection en tissu normé », et distribuer « deux filtres » pouvant être lavés et réutilisés, pour pouvoir les intégrer dans des masques déjà acquis ou cousus, afin de limiter la propagation du virus lors de nos déplacements. Voilà la promesse faite vendredi aux citoyens par le fédéral, avec l’aide des régions, et des communes. Une mesure indispensable puisque tout le monde n’a pas les moyens, financiers ou sociaux, de s’acheter ou se faire coudre un masque. Or, celui-ci sera obligatoire dans les transports en commun, dans les écoles pour les élèves de plus de 12 ans, ou lorsque la distanciation sociale n’est pas possible à respecter…

    Mais à une semaine de la première phase du déconfinement, le 4 mai, le défi sera impossible à tenir, selon le ministre de la Justice en charge de la question des masques en textile, Koen Geens. Pour lui, la capacité de production de ce type de masques en tissu ne permet pas de tenir ce délai si court. Quant aux filtres, une commande auprès de deux fabricants de textile pour 22 millions de filtres a été passée, et les citoyens devraient les recevoir entre le 4 mai… et le 20 mai !

    De nombreuses communes ont lancé leur propre commande de masques en tissu, soit en se tournant vers des entreprises, soit en faisant appel à des couturières locales et à la solidarité générale. Mais là aussi, les délais sont souvent plus longs que la date du 4 mai. Des livraisons « courant du mois de mai » sont plus réalistes.

    La Première ministre Sophie Wilmès a donc nuancé ses propos au CNS. « La réalité c’est que c’est le port d’une protection qui couvre votre nez et votre bouche qui est recommandé », a-t-elle soutenu dimanche. Donc, une protection alternative, comme une écharpe ou un bandana, fait l’affaire. Les masques chirurgicaux et FFP2 devant être réservés au personnel de première ligne, aux maisons de repos et aux collectivités.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 27 avril 2020

  • «Un peu la cacophonie…» Aides ménagères : du neuf attendu seulement le 11 mai

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLe secteur des aides ménagères n’a jamais été fermé. Le Fédéral estime qu’il s’agit d’un secteur essentiel, mais la Région Wallonne par contre prône la fermeture...

    Résultat ? Le secteur tourne dans tous les sens ! Certaines sociétés de titres-services ont fermé, ce qui a conduit leurs aides ménagères au chômage pour force majeure (et une perte de leurs - maigres - revenus de 30 %). D’autres ont continué à fonctionner : tout se passe alors sur base volontaire, du travailleur et du client. Les clients, parfois en détresse (les personnes âgées notamment), sont bien contents de cette précieuse aide.

    De nombreuses aides ménagères ont donc poursuivi leur travail, en prenant de réels risques. Faute d’équipements de protection, ce fut le règne de la débrouille pour trouver masques, gants,...

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce vendredi 24 avril 2020

  • Basse-Meuse: la saison des fraises est lancée!

    fraises slins 2.jpgLes fraises en Basse-Meuse, et surtout du côté d’Oupeye et Juprelle, c’est une véritable institution. Durant plusieurs semaines du printemps, les amateurs de ces pépites rouges se précipitent vers les quelques fraisiéristes de la région. C’est surtout vrai dans les villages de Slins et Fexhe-Slins qui en comptent quatre dans un rayon de deux kilomètres.

    Les variétés hâtives sont en effet déjà disponibles, mais le gros de la saison démarrera vraiment début mai. Malgré certains doutes, la vente est bien autorisée.

    Une vente en toute sécurité

    Les fraisiéristes multiplient les installations pour éviter tout risque de contamination. À Fexhe-Slins, Eric Decresson a décidé d’investir dans un distributeur, accessible 24h/24 et 7 jours sur 7 ! « Ce n’était pas prévu. Mais avec la crise, j’ai préféré faire cet achat afin de permettre aux clients de se servir en toute sécurité.

    Un article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 23 avril 2020

  • Coronavirus. Bassenge figure parmi les 20 communes wallonnes les plus touchées

    communes les plus touchées par le coronavirus.pngCoronavirus: voici les 20 communes les plus touchées de Wallonie : extrait d'un article du journal La Meuse de ce mercredi 22 avril 2020

    Ce mardi 21 avril, la Belgique compte 40.956 personnes positives au Covid-19. La province de Liège est la plus touchée par le virus. Elle totalise 5.043 personnes contaminées. Par nombre d’habitants, c’est la commune de Bouillon, en province de Luxembourg, qui est la plus « contaminée » de Belgique (avec 94 cas pour un peu plus de 5.400 habitants). Voici les 19 autres communes les plus infectées par rapport à leur nombre d’habitants…

    Malheureusement, Bassenge figure parmi elles… (Cliquez sur l'image en haut à gauche pour l’agrandir)

    Roger Wauters

    Pour découvrir les autres communes les plus touchées, ne manquez pas de lire l'article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/548170/article/2020-04-21/coronavirus-voici-les-20-communes-les-plus-touchees-de-wallonie

  • Bassenge. 18 .000 masques pour les habitants

    covid 19.jpgDébut mai, la commune de Bassenge va distribuer deux masques en tissu à chaque Bassengeois. « En prévision du déconfinement, les bourgmestres de l'arrondissement ont décidé de commander des masques à donner aux habitants. En plus de ça, de notre côté, nous avions aussi déjà passé une commande de masques, explique Valérie Hiance, bourgmestre de Bassenge. « Une première commande doit arriver fin avril et la seconde début mai. Nous mettrons les masques sous-enveloppe avec un guide d'utilisation et irons les distribuer dans les boîtes aux lettres. Une communication sera évidemment faite afin d'éviter les éventuels vols. » Près de 18.000 masques seront distribués.

    (Source La Meuse)

  • Coronavirus: voici le nombre de cas dans votre commune

    covid cas bassenge 20 avril 2020.pngVoici les données cumulées concernant les cas de coronavirus pour Bassenge, dévoilées ce lundi 20 avril par Sciensano.

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

  • Covid-19 : les cas en Basse-Meuse

    Voici la dernière mise à jour du nombre de cas de patients positifs détectés en Basse-Meuse :

    - Oupeye : 92 (+1)

    - Bassenge : 68 (+3)

    - Visé : 65 (+1)

    - Blegny : 62 (+5)

    - Juprelle : 26 (=)

    - Dalhem : 21 (=)

  • Communiqué de la commune de Bassenge. Distribution de masques aux habitants de Bassenge

    masques commune de bassenge,masques covid 19,masques bassengeJeudi 16 avril 2020 16h46

    Communiqué

    "En prévision du déconfinement et étant donné que le port du masque sera probablement plus que souhaité, la Commune de Bassenge a commandé des masques réutilisables afin de pouvoir en distribuer à chaque membre de sa population.

    Dès que nous serons en possession de ceux-ci, vous recevrez une enveloppe contenant le nombre de masques correspondant aux personnes qui composent votre ménage.

    En attendant prenez bien soin de vous et de vos proches."

    Source Facebook Page commune Bassenge.

  • Offrir le gîte, le couvert et la bienveillance aux hirondelles

    hirondelles 4.jpgLe Sillon belge rapporte qu'en 40 ans, le territoire wallon a perdu près de 80 % de ses effectifs en hirondelles. CAP’Hirondelles travaille à leur sauvegarde et propose conseils et soutien aux agriculteurs, communes et collectivités favorables à leur maintien. Des insectes, de la boue, un clou et un peu de tolérance, il n’en faut pas plus pour que ces oiseaux s’épanouissent dans nos étables.

    Le projet CAP’Hirondelles, mis en œuvre par l’asbl Les Bocages et soutenu par la Région wallonne, a été mis en place afin d’appuyer des projets pilote d’aménagements et d’actions concrètes de terrain en faveur de la sauvegarde des hirondelles et du redéploiement de leurs effectifs en Wallonie, notamment par l’amélioration de leur biotope.

    Un Article à lire sur Le Sillon belge en suivant ce lien :

    https://www.sillonbelge.be/5863/article/2020-04-15/offrir-le-gite-le-couvert-et-la-bienveillance-aux-hirondelles

  • Environnement Vallée du Geer. Propreté : le confinement a ses avantages

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngC’est un fait. En Vallée du Geer, depuis les mesures de confinement et l'augmentation des promenades pédestres, les canettes vides bordant les voiries se font très rares. Voilà qui mérite réflexion.

  • Glons. Les « Choucas des tours » présents en nombre

    chouca des tours ferme dupuis glons.jpgLes promenades pédestres dans un rayon restreint, comme les restrictions l’imposent en ce temps de crise, donnent parfois aussi l’occasion de s’arrêter un peu plus longuement sur ces petites choses à priori insignifiantes qui composent notre environnement.

    A Glons, depuis quelques semaines, les « Choucas des tours » ont supplanté en nombre  les corneilles et autres avec lesquels la sociabilité règne. Rassemblés en colonie de centaines d’individus, les Choucas évoluent régulièrement dans les larges pâtures du fond de la Vallée. Ainsi, au lieu-dit « Grand pré » on ne compte plus les chouca des tours ferme dupuis glons prairie.jpgChoucas qui  se rassasient en cette zone où la nourriture est abondante. Mais on retrouve aussi dispersés çà et là dans le village des couples isolés ou de petits groupes dans des espaces verts plus réduits sur lesquels ils ont jeté leur dévolu après les avoir préalablement repérés du haut des hautes cheminées de bâtiments imposants comme l’église, la ferme Dupuis… (Photos)

    Certes la présence de cet oiseau n’a rien d’exceptionnel en nos régions. Retenons toutefois que le choix des Choucas, qui est un oiseau omnivore, se porte sur des contrées où la biodiversité est préservée et la nourriture abondante.

    Preuve s’il en est que dans la plaine du fond de la Vallée la qualité de l’environnement glontois a de quoi les satisfaire…

    chouca des tours ferme dupuis glons prairie .jpgRoger Wauters

    Pour tout savoir sur le Chouca des tours :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Choucas_des_tours

     

  • Consommation. Fruits et légumes plus chers. Certains deviennent difficiles à trouver

    légumes panier.jpgConsommez de saison et local

    On attend impatiemment certaines récoltes belges. En cette période, le Belge mange sain : + 40 % de ventes en fruits et légumes chez Delhaize. Loi de l’offre et la demande, les prix augmentent 

    « Il est de plus en plus difficile de trouver des fruits et légumes frais dans les rayons de nos supermarchés : agriculteurs et maraîchers font face à un manque de main-d’œuvre. En Espagne, les travailleurs ne vont plus aux champs pour la cueillette. Emballage, transformation et transport sont aussi fortement impactés », explique le site spécialisé Retaldetail. Les citrons et les oranges, mais bientôt aussi les nectarines et les pêches deviendront des denrées rares. « Les augmentations de prix deviennent donc inévitables : le prix des citrons a doublé » indique Jurgen De Witte, PDG de l’entreprise de fruits et légumes Group A, au journal De Tijd.

    Priorité à nos produits

    Qu’en dit-on dans nos grandes surfaces ? Chez Delhaize : « Nous constatons une augmentation de 40 % des ventes de nos légumes, 10 % pour nos fruits », nous dit la porte-parole Karima Ghozzi. « On est en plein changement de saison. Les produits belges arrivent et les produits espagnols diminuent » Les prix ? « Les prix augmentent sur base de l’offre et la demande. Comme en Europe, il y a une forte demande pour tous les produits pour le moment et les prix risquent d’augmenter. Nous mettrons tout en œuvre pour soutenir nos producteurs tout en gardant des prix corrects pour nos clients ».

    Chez Aldi, fruits et légumes cartonnent. « Il s’agit surtout de produits à longue durée de conservation : ail, pommes de terre, poireaux, oranges... », nous dit Dieter Snoeck, porte-parole. « L’importation en provenance de l’Espagne et de l’Italie est compliquée. Mais la saison espagnole touche à sa fin : concombres, poivrons, fraises… commencent tous à devenir disponibles chez nous. Pour certains articles, le prix est actuellement légèrement plus élevé, mais à cause du changement de saison ».

    Chez Colruyt ? « Au niveau des légumes, nous sommes en phase de basculement de l’import, de l’Europe du Sud à la production locale. Nous constatons actuellement une certaine volatilité au niveau des prix, très hauts en début de crise, et qui rebaissent ensuite ». Colruyt lance une grande campagne de pub pour promouvoir les produits locaux.

    Chez Lidl, « les produits qui se stockent facilement, pommes de terre, oignons, ail, se vendent bien. » explique Julien Wathieu, porte-parole. « Côté prix, nous avons vu de fortes fluctuations de la demande par rapport à l’offre, entraînant de fortes fluctuations des prix d’achat. L’augmentation est la plus frappante pour les agrumes, en raison de l’augmentation de la demande. Grâce à notre collaboration durable avec nos producteurs, cet effet reste largement limité. »

    Cora travaille avec des producteurs partenaires. « Tout est mis en œuvre pour limiter la hausse des frais et des produits. Pour les produits régionaux, les prix de certains ont augmenté. La demande est très importante et l’offre varie suivant la météo et les statistiques de production. Une incidence sur les prix de vente consommateur peut malheureusement se faire ressentir sur certains produits comme les agrumes, citrons, chicons, choux-fleurs », nous dit-on, « L’extension de gamme d’été commence, les beaux jours sont propices à la consommation de produits locaux : tomates, salades… »

    (Source 7Dimanche)

  • Aperçu dans une petite chapelle à Glons

    prière épidémie.jpgDans une petite chapelle de Glons, ce texte a été apposé récemment. Son titre « Prière en temps d’épidémie ».

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    prière épidémie.jpg

  • La photo du jour. Pic épeiche dans un jardin de la Vallée du Geer

    pic épeiche clemshot's.jpgCliquez sur la photo pour l’agrandir. Elle est signée Clemshot’s photography (Clément Boulle)

    Voir sa page Facebook :

    https://www.facebook.com/clemshotsphotography/photos/pcb.1047266485657239/1047264955657392/?type=3&theater

  • Nature Vallée du Geer – Glons. « L’arbre qui danse » : un clin d’œil de la nature ?

    arbre qui danse glons.jpgC’est un arbre parmi une multitude d’autres qui peuplent les coteaux de la chavée du bois Hamé à Glons. Ils composent une végétation dense qui confère au lieu un charme indéniable. Nous sommes ici dans un endroit préservé, inexploité par l’homme, où la nature évolue à sa guise et qui s’inscrit dans la notion de « Tiers paysage » cher à Gilles Clément*, qui en est un ardent défenseur.

    Cet arbre, d’une essence indigène qui ne le prédisposait en rien à se livrer à de telles contorsions, se distingue par son allure sculpturale qui impose de le ranger dans la catégorie des arbres au caractère rebelle, non conformiste et imprévisible.

    Comportement étrange que celui de cet individu effronté qui ne se conforme pas aux règles et a choisi la voie de la liberté  et de la créativité pour croître parmi les siens.

    Dire que nous sommes en présence d’un arbre remarquable serait osé et arbre qui danse glons.2 jpg.jpginconvenant devant les normes qui généralement les définissent. Préférer les qualitatifs « singulier et fantaisiste » paraît plus adéquat.

    Mais quelle est donc cette force intérieure qui le pousse à s’exprimer par les ondulations de ses membres pour composer une « œuvre » équilibrée ?

    Cet arrêt sur « L’arbre qui danse » pourrait peut-être servir de base à une sorte de recensement des arbres de la Vallée du Geer présentant des singularités diverses. Y associer les arbres remarquables en tant que tels ne pourraient qu’en augmenter l’intérêt.

    Je me permets donc de faire appel à vous. Si vous avez connaissance d’arbres en Vallée du Geer qui entrent dans ces définitions, vos informations sont bienvenues.

    Mon adresse mail, pour rappel : Rog.wauters at Gmail.com

    Merci déjà.

    « L’arbre qui danse » : un clin d’œil de la nature ?

    Roger Wauters

    *Gilles Clément :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Cl%C3%A9ment