Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 15

  • Attention ! De faux SMS au nom de Card Stop

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngDes SMS circulent actuellement demandant aux utilisateurs de (dé)bloquer d’urgence leur carte bancaire, au nom de Card Stop. Ces messages sont en réalité émis par des fraudeurs, avertissent mardi Worldline et Febelfin dans un communiqué commun.

    La technique utilisée est une variante du phishing, le smishing (par SMS). Le lien indiqué dans le message conduit vers un faux site web sur lequel les personnes doivent compléter leurs données bancaires. Le risque de fraude est alors très élevé.

    Le secteur bancaire conseille aux personnes qui se seraient laissé duper de prendre contact avec leur banque, de prévenir Card Stop (www.cardstop.be ou au 070/344.344) et changer leurs codes avant d’aller déposer plainte à la police.

    Febelfin et Worldline recommandent de ne jamais communiquer ses codes via téléphone, e-mail ou réseaux sociaux ! (Source La Meuse)

  • Météo. Mais où est donc passé le gel hivernal?

    Vous l’avez sans doute déjà constaté, il ne fait vraiment pas froid pour le moment ! Et cela dure déjà depuis pas mal de temps. Pourtant, nous sommes bel et bien en hiver.

    Les trois mois de l’hiver météorologique sont décembre, janvier et février. En décembre, on ne peut pas dire que nous ayons eu froid avec une moyenne de 5,9 degrés enregistrés à Uccle. C’est 2 degrés de plus que la « normale ». « Il n’y a qu’un seul jour où on a enregistré une température sous le zéro degré, c’était le 29/12 avec -1,1º », rappelle le météorologue David Dehenauw. Depuis le début janvier, rebelote : on n’a eu qu’une seule fois une température sous le zéro à Uccle. C’était le 1 er janvier avec - 0,7º. Le mois est loin d’être terminé mais allez voir les prévisions de l’IRM pour les quatorze prochains jours : du 8 au 21 janvier, on ne devrait pas avoir de températures minimales sous 1º. Aujourd’hui et demain, on prévoit d’ailleurs une température maximale de… 12 degrés !

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jour.

  • Iles de Paix lance sa 50ème campagne, une campagne anniversaire exceptionnelle ! ( + Vidéo)

    40 000 bénévoles se mobiliseront les 10, 11 et 12 janvier au profit de projets de développement qu’Iles de Paix mène auprès de milliers de familles d’agriculteurs en Afrique et en Amérique du Sud. L’argent récolté au cours de cette 50e campagne financera de nombreux programmes en matière d’agriculture familiale durable au Bénin, au Burkina Faso, en Ouganda, au Pérou et en Tanzanie. En Belgique, 22 000 élèves de l’école primaire et secondaire seront sensibilisés à la solidarité mondiale.

    Deux grandes nouveautés sont lancées cette année : le sac fruits et légumes ainsi que le BAP – Bon à planter. Grâce à ce bon, les acheteurs planteront un arbre en Belgique et soutiendront les projets d’Iles de Paix en matière d’agriculture familiale en Afrique et en Amérique du Sud.

    Iles de Paix au Pérou: la rencontre avec le chef Sang Hoon Degeimbre et Benoît Blairvacq

    Début décembre 2019, le chef Sang Hoon Degeimbre, chef doublement étoilé et le maraîcher Benoît Blairvacq, sont partis au Pérou à la rencontre de familles de producteurs de la région de Huánuco.

    Depuis le restaurant « L’air du temps » à Liernu, dans la Province de Namur, le chef et le maraîcher réfléchissent continuellement à leur impact sur l’environnement et la société. Animés par une volonté de changement et de partage, ils cherchent à produire autrement et à sensibiliser les Belges à l’alimentation responsable.

    Au Pérou, une même réflexion autour de la production et de l’alimentation fait son bout de chemin. Iles de Paix accompagne des centaines de familles d’agriculteurs de la région andine de Huánuco dans un processus de transition agro-écologique. Leur objectif : produire des aliments de qualité et les vendre au marché afin de mieux nourrir leurs familles et améliorer leur condition de vie.

    Sang Hoon Degeimbre et Benoît Blairvacq sont partis à la rencontre de ces femmes et de ces hommes décidés à prendre leur futur en main et à être porteurs de leur propre développement. À leurs côtés, ils ont découvert une autre manière de cultiver et de cuisiner.

    Pour soutenir les îles de paix, suivre ce lien :

    https://www.ilesdepaix.org/soutenir/campagne2020/

  • Horeca - A proximité. Le traiteur Nestor vient d’ouvrir à Liers

    traiteur victor.pngIl propose des plats variés pour des prix tout à fait abordables

    L'ancienne boulangerie Brimioulle revit. Depuis ce 11 décembre, le traiteur Nestor y a ouvert ses portes. Il propose une petite dizaine de plats différents, vendus au comptoir. Un service qui manquait dans la région ! 

    Vous avez la flemme de cuisiner ? Vous finissez le travail plus tard que prévu ? Ou vous voulez simplement manger un plat qui sort de l'ordinaire ? Et pourquoi ne pas aller chercher votre repas chez le traiteur ?

    Bonne nouvelle pour les habitants de Juprelle, Rocourt, Oupeye ou encore Bassenge, un traiteur vient d'ouvrir à Liers, au 58 de la rue Provinciale, dans l'ancienne boulangerie Brimioulle fermée il y a un an.

    L’article complet à découvrir dans La Meuse de ce lundi 6 janvier 2020

  • Un quinquagénaire harcèle une kiné de Bassenge

    voiture de police.jpgUn quinquagénaire de Bassenge est tombé amoureux de sa kiné et la harcèle depuis un mois. Il a été interpellé.

    Les faits durent depuis un mois. Un Bassengeois de 53 ans a été le patient d’une kinésithérapeute de 27 ans à Bassenge. Il en est tombé amoureux et depuis lors, il multiplie les occasions de tenter de la voir ou de la rencontrer.

    La kinésithérapeute a installé des caméras de surveillance à son domicile et dans la nuit de samedi à dimanche (fin décembre), une caméra a repéré le Bassengeois qui s’était installé dans un champ voisin pour observer la kiné avec des jumelles. La kinésithérapeute a prévenu ses amis qui sont allés intercepter le Bassengeois dans le champ et qui l’ont remis à la Zone de Police de la Basse-Meuse. Il est en aveux.

    L'article complet à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/495394/article/2019-12-29/un-quinquagenaire-harcele-une-kine-de-bassenge?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3Dbassenge

  • Parlement Wallon. Ne faudrait-il pas interdire les feux d’artifice en Wallonie ?

    chat pétards.pngDe nombreux particuliers ont rapporté sur les réseaux sociaux la terreur qu’ont vécue leurs animaux de compagnie le soir du réveillon quand les feux d’artifice ont éclaté à tout bout de champ. Mardi prochain, lors de la session parlementaire wallonne, Sophie Pécriaux interpellera la Ministre du Bien-être animal à ce propos et lui demandera si la Wallonie envisage une interdiction totale de leur utilisation comme en région flamande. La députée demandera également si ces feux ne devraient pas être organisés dans un endroit déterminé et prévu à cet effet, retiré des habitations, sans présence d’animaux domestiques.

    (Source 7Dimanche)

  • L’interdiction est prévue à partir de 2021. Plastique à usage unique : nos magasins au top

    L’Europe a décidé de bannir des rayons de nos magasins les produits en plastique à usage unique à partir de janvier 2021. En France, cependant, le gouvernement a décidé d’avancer d’un an cette interdiction : depuis ce 1 er janvier, les assiettes, gobelets et cotons tiges en plastique sont interdits à la vente dans l’Hexagone. Les commerçants français disposent tout de même de 6 mois pour écouler leurs stocks. L’interdiction ne porte pas encore sur les pailles et les couverts jetables. Ce sera pour 2021 comme dans les autres pays européens.

    Déjà dans les supermarchés

    La Belgique, elle, a décidé d’attendre la date du 1er janvier 2021, comme demandé par la CEE, pour interdire ces produits en plastique à usage unique. Mais nos supermarchés ont déjà commencé à les retirer de leurs rayons.

    Carrefour a été le premier distributeur à cesser d’acheter des cotons tiges en plastique et ce dès le 1 er mars de l’année dernière. Une fois les stocks épuisés, la chaîne a proposé à ses clients différentes alternatives, notamment des cotons tiges avec un bâtonnet en papier. Elle a également commencé à cesser de vendre des pailles, gobelets, couverts et verres en plastique à usage unique et à les remplacer par des objets durables.

    Même politique chez Delhaize dont l’objectif est de bannir tous ces objets polluants pour fin 2020, bien avant l’entrée en vigueur de l’interdiction.

    Chez Aldi, on commence également à voir apparaître des cotons tiges écologiques. Et Lidl a entamé la reconversion fin de cette année 2019. Le hard discounter commence lui aussi à remplacer les produits en plastique jetables par des produits alternatifs et en matière recyclable.

    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 4 janvier 2020.

  • Environnement. Un plan de tir pour réduire les populations de sangliers en Wallonie

    Sur proposition des ministres de la Chasse, Willy Borsus, et de la forêt, Céline Tellier,  le gouvernement wallon a approuvé, au mois de décembre dernier, un projet d’arrêté qui prévoit un plan de tir simplifié afin de poursuivre la diminution des populations de sangliers.

    Le gouvernement wallon précédent avait déjà interdit, pour la saison de chasse 2019-2020, toute restriction de tir sur sanglier. De même, il avait prolongé la période chasse des sangliers en janvier et en février.

    Pour la prochaine saison, le gouvernement actuel, en concertation avec les chasseurs, a décidé d’instaurer en Wallonie un plan de tir simplifié au sanglier s’articulant autour de deux axes. Premièrement, ce plan de tir doit être défini au niveau local (à savoir, au niveau des conseils cynégétiques), sachant que la situation des populations de sangliers varie fortement d’une région à l’autre. Deuxièmement, il doit être défini de manière concertée au sein d’une commission réunissant l’administration, le président du conseil cynégétique et les représentants au sein de ce conseil des agriculteurs et des propriétaires publics et privés.

    Un article à lire sur " Le Sillon Belge " en suivant ce lien :

    https://www.sillonbelge.be/5286/article/2019-12-16/un-plan-de-tir-pour-reduire-les-populations-de-sangliers-en-wallonie

    Les sangliers de plus en plus nombreux dans nos régions

    Le 29 novembre dernier, Sudinfo rapportait dans un article que les sangliers sont de plus en plus nombreux dans nos régions. Et que plusieurs communes tiraient la sonnette d’alarme. Le problème, c’est que ces animaux qui se déplacent en troupeau causent souvent pas mal de dégâts matériaux. Ils labourent les terres, et sont connus pour tout retourner sur leur passage. Ainsi Flémalle a-t-il débloqué 10.000 euros pour installer une barrière anti-sangliers près du Prehistomuseum

    La commune de Flémalle va placer 700 mètres de clôtures anti-sangliers à Ivoz-Ramet près du Prehistomuseum. Ces travaux, en accord avec la société Elia, sont menés pour tenter de réduire les dégâts des sangliers, de plus en plus présents dans nos communes.

    Source

    https://www.sudinfo.be/id154170/article/2019-11-29/flemalle-debloque-10000-euros-pour-installer-une-barriere-anti-sangliers-pres-du

  • Communiqué de la Zone de Police Basse-Meuse. Sabine a été retrouvée saine et sauve…

    logo police basse meuse 2.pngAvis de cessation des recherches.

    Madame MARECHAL a été retrouvée saine et sauve. Merci pour vos nombreux partages.

    (Source page Facebook Police Basse-Meuse 15h00 02.01.2020 )

  • Infrastructures publiques – Environnement. Nouvelle fresque à Boirs : « Bassenge fait son cinéma… »

    Fresque charlie chaplin boirs.2jpg.jpgChronique de Roger Wauters

    Le week-end dernier, le jeune et talentueux artiste, dont on a déjà souvent parlé, a ajouté une nouvelle œuvre à la série de fresques à la bombe entamée il y a quelques mois en différents endroits de Bassenge.

    Cette fois, c’est un des piliers du viaduc de Boirs qui est désormais orné d’une représentation de Charlie Chaplin et d’un enfant, un plan très expressif extrait du film « The Kid » sorti en 1921.

    Placé en bonne vue aux abords directs de la route nationale, aucun usager ne peut la manquer. Remarquons que dans la série des fresques réalisées jusqu’ici par le jeune Antonin, véritable virtuose de la bombe de peinture, le cinéma tient le haut du pavé tout comme les représentations picturales d’acteurs ont sa préférence. En effet, aucune actrice ne figure encore parmi les personnalités représentées.

    Ainsi, depuis quelque temps, « Bassenge fait son cinéma ». Avec la condescendance de la Bourgmestre de Bassenge, les infrastructures publiques (Infrabel- SPWallonie) sont devenues des cimaises qui servent l’expression du jeune artiste auquel « presque carte blanche » (voir encart ci-dessous*) a été donnée.

    En parlant de carte blanche, paradoxalement, l’artiste exécute ses travaux la nuit, dans le noir…

    *Voici ce qu’on pouvait lire dans un article de La Meuse du 25 décembre 2019

    Plutôt que de sévir, la commune lui propose une collaboration

    « La bourgmestre Valérie Hiance a rencontré Antonin il y a quelques semaines, explique l’échevin Philippe Knapen. Elle lui a proposé de collaborer. La commune lui met des murs à disposition, Antonin a presque carte blanche pour réaliser des fresques mais en contrepartie, il accepte de partager son art avec tout qui veut. »

    Une déclaration qui suscite quelques questions

    Sont-ce les murs communaux qui sont mis à disposition ou ceux qui sont la propriété d’Infrabel et du SPWallonie ? (Ponts de chemin de fer et viaduc autoroutier). « Presque carte blanche : ça veut dire quoi, exactement ? « Accepter de partager son Art avec tout qui veut » : une lapalissade alors que les œuvres sont réalisées sur les infrastructures publiques ?

    Comprendra qui pourra. Mais ça, c’est une autre histoire.

    Contentons-nous de suivre avec intérêt les belles histoires qu’Antonin nous raconte.

    Roger Wauters

  • Regor de Bassenge Sudinfo vous souhaite une bonne et heureuse année 2020 !

    dessin bonne année Regor.jpg

    Je vous souhaite, à vous et votre famille, le meilleur pour cette année nouvelle !

    Regor

  • Disparition inquiétante à Bassenge: avez-vous vu Sabine Marechal?

    sabine maréchal bassenge.jpgLa police de la Basse-Meuse vient de diffuser un avis de recherche. Ce lundi, Sabine Marechal (59 ans) a disparu de son domicile. Cette disparition est jugée inquiétante.

    Ce lundi, Sabine Marechal (59 ans) a disparu de son domicile de Bassenge. Elle était à bord de son véhicule, une Citroën C5 Aircross bleue foncée, immatriculée 1-KRZ-189.

    Madame Marechal est de corpulence normale, mesure environ 1m75 et a les cheveux citroën aircross.jpgcourts, gris naturel. Elle était vêtue d’un jeans bleu classique, d’un polo avec des lignes de plusieurs couleurs et d’une veste style anorak de ski de couleur bleue.

    Si vous avez des renseignements concernant la personne ou le véhicule, prière de contacter la centrale de la police de la Basse Meuse au 04/374.88.00 et ce, 24/24H !

    Cette disparition est jugée inquiétante, note encore la police sur sa page Facebook.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/495909/article/2019-12-30/disparition-inquietante-bassenge-avez-vous-vu-sabine-marechal

  • Bassenge – Environnement. Une chaîne humaine évacue des déchets

    article volon'terres décembre 2019.jpgCe lundi 30 décembre 2019, le journal La Meuse consacre un article au travail des Volon’terres de Bassenge.

    « Les Volon-Terres ont fini l'année en beauté en parvenant à nettoyer des coins reculés de Bassenge. Depuis plus de deux ans, des bénévoles se réunissent chaque dimanche matin pour nettoyer Bassenge. Dimanche 22 décembre, avec l'aide d'autres personnes, ils ont organisé une chaîne humaine pour enfin évacuer de vieux dépôts clandestins difficilement accessibles. »

    La suite de l'article à lire dans La Meuse.

  • Dépôts sauvages – Roclenge. Après les canettes de boissons le long des routes, voici les…

    carcasses homards.2 jpg.jpgA Roclenge, après les canettes de boissons, les emballages, les papiers gras et autres déchets le long des routes, voici, sur plusieurs mètres, les restes d’un repas gastronomique constitué de produits de la mer. On y trouve des carcasses de homards, d’écrevisses et autres crustacés… (Photos prises le samedi 28 décembre 2019à Roclenge)

    carcasses homards.jpg

    carcasses homards.3 jpg.jpg

  • A proximité - Liers. La chienne Madouce retrouve sa maîtresse six ans plus tard. Un véritable conte de Noël

    chienne retrouvée.jpgC’est un véritable miracle de Noël que vient de vivre Martine Nys. Six ans après avoir perdu son chien à Magnée (Fléron, près de Liège), un berger allemand répondant au nom de Madouce, elle a reçu un coup de téléphone lui annonçant qu’il venait d’être retrouvé du côté de Liers (Herstal).

    « J’ai perdu mon chien le 3 octobre 2013, se souvient avec précision Martine Nys. Je l’avais adopté quelques mois plus tôt. Elle avait une dizaine d’années et s’appelait alors Hilda. Elle avait servi jusque-là à la reproduction, deux fois par an. »

    Hilda avait alors été recueillie par « Animal sans toit », avant de séduire Mme Nys, qui, vu le caractère de l’animal, l’avait alors rebaptisée Madouce. « Je l’avais offerte à mon mari en juin, continue cette habitante de Magnée. Mais en octobre, alors que je n’étais pas là, elle s’est enfuie quand il a ouvert la porte. »

    Martine Nys et sa famille ont alors tout tenté pour la retrouver, mais en vain.

    Et ce jeudi, six ans plus tard, le lendemain de Noël, le miracle tant espéré s’est produit. Dans la soirée, Martine Nys a été contactée par la SRPA de Cointe pour lui annoncer la bonne nouvelle : Madouce venait d’être retrouvée. L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 28 décembre 2019