Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 11

  • A Wonck, la nouvelle librairie "Au relais" cartonne ! Rencontre...

    librairie le relais wonck,librairie wonck,au relais wonck librairie,igtem librairieC'est une charmante jeune dame, au demeurant bien sympathique et souriante, que nous avons rencontré ce vendredi à la librairie à Wonck. Cigdem a 35 ans. Mariée, elle est maman d'un petit garçon de trois ans. Diplômée en... ressources humaines, elle réside à Wonck depuis 16 ans déjà et elle vient de reprendre la librairie située sur la grand route.
    Pourtant, il y a quelques mois, Cigdem ne souriait guère. La reprise de la librairie s'est effectuée en pleine période de confinement dûe au Covid19 et elle a dû faire face à de nombreuses difficultés. Mais vendredi dernier, c'est avec une entrepreneuse pleinement satisfaite que nous avons eu le plaisir de nous entretenir.
    Roger Wauters de Bassenge Sudinfo : "Comment avez-vous franchi le pas et décidé de devenir indépendante ? "
    Cigdem : " Pourquoi ai-je décidé de devenir indépendante ? C’est un souhait que ma sœur et moi avions depuis toujours. Notre motivation était tout d'abord de ne plus travailler pour quelqu'un d’autre et d'être à son propre compte. Devenir indépendant, créer sa propre activité et travailler pour soi ou simplement être libre de faire des choix ont déterminé les raisons pour lesquelles j'ai décidé de me lancer dans le domaine de la librairie avec le soutien de ma sœur qui, elle, a toutefois décidé de conserver son travail."
    R.W : "Ouvrir un nouveau commerce de ce genre, en période de confinement, fallait oser, tout de même ? " Cigdem : " Je sais que le moment n'était vraiment pas propice à la reprise d'un nouveau commerce. En effet, l'épidémie de coronavirus a fortement bouleversé les habitudes des consommateurs et également rendu les choses plus compliquées au niveau administratif. Le temps de réponse pour obtenir les autorisations adéquates mais également la livraison de certains produits m’ont demandé beaucoup de patience, de calme et de témérité pour arriver à gérer tout cela. Mais j'ai su m'adapter au contexte ambiant et prendre toutes les précautions nécessaires en matière d'hygiène (gants, masques, gel désinfectant, règle de distanciation) pour que tout le monde puisse accéder à mon commerce en toute sécurité et y trouver les produits de première nécessité mais également les produits les plus recherchés en local. Je pense que je ne me serais pas lancée dans cette aventure si je n'avais pas eu un sentiment de confiance suffisant, un niveau de connaissances adapté, une autonomie financière et administrative ainsi que des compétences en communication."
    R.W. : " Quels sont les produits que vous proposez ? Quels sont ceux qui vous distinguent et quels services la clientèle peut-elle trouver à la librairie "Au relais" ?
    Cigdem : " Actuellement, je travaille dans une parfaite autonomie. Je propose aux clients des produits et services que je choisis avec précaution et parcimonie. J'essaye d'être à l'écoute de mes clients pour améliorer mes choix et m'adapter à la demande de mes clients. En plus des produits et des services comme la presse nationale et internationale, la loterie, les boissons, papeterie, cartes de vœux, recharges téléphoniques, matériel scolaire, bijoux, accessoires, sacs, articles courants, bureautique (photocopies, scanners, etc.), ils pourront aussi trouver à "La librairie au relais" d'autres services comme le nettoyage à sec, les envois et enlèvements de colis, la vente des sacs poubelles jaunes et bleus, la carte de fidélité Joyn, les fruits saisonniers (fraises, framboises, pommes, poires) de nos producteurs locaux, des jus bio et locaux, des sirops et du miel... Nous proposons aussi l'alimentation de secours ou de première nécessité pour éviter de longs déplacements à cause du covid19. Nous étudions également en ce moment la possibilité de diversifier d'avantage la gamme des produits non alimentaires comme les bijoux, la maroquinerie, et autres accessoires de mode..."
    R.W : "Aujourd'hui, vous arborez un visage radieux. J'imagine que c'est de satisfaction ? "
    Cigdem : " Oui, absolument. Cela fait quelques mois maintenant que mon commerce est ouvert et je peux dire que c'est un succès. La clientèle est au rendez-vous et semble satisfaite que le seul commerce du village, rénové et dynamique, soit là. D'ailleurs, je voudrais en profiter pour remercier les habitants de notre village et vous serez tous invités via notre page Facebook pour prendre un verre d'amitié dans les semaines à venir selon l'avancement de la situation concernant le Covid19"
    A Wonck, la librairie "Au relais" a véritablement le vent en poupe. Dans un nouveau cadre particulièrement soigné et bien achalandé, nous y avons découvert une foule de produits judicieusement sélectionnés. Ils répondent à la fois aux besoins de première nécessité, à la demande de produits locaux (circuits courts) et s'ancrent aussi dans d'autres domaines comme l'accessoire de mode, la maroquinerie, les cadeaux et autres...
    La diversité de l'offre est telle qu'elle attise une curiosité qui ne peut s'assouvir qu'en franchissant la porte de la librairie.
    Et le beau sourire de Gigtem qui vous y accueille ne gâche rien.
    A recommander.

    Ne manquez pas de visiter la page Facebook de la librairie pour être au courant de toutes les nouveautés :
    https://www.facebook.com/La-librairie-au-relais-101684058174539/

    Roger Wauters

    cigtem librairie wonck3 .jpg

    cigtem librairie wonck5.jpg

    cigtem librairie wonck4 .jpg

    cigtem librairie wonck2 .jpg

     

     

  • Covid19. Surveiller le retour grâce aux eaux usées : le nombre d’infections a augmenté de 2,3 %

    coronavirus.jpgLa Wallonie teste actuellement une méthode pour détecter la présence du virus dans les eaux usées traitées dans les stations d’épuration. Pour le député Maxime Hardy, il faut élargir cette technique à l’ensemble de la Belgique.
    Selon les données publiées dimanche, le nombre quotidien moyen d’infections au Covid-19 s’est établi à 88 sur les sept derniers jours, soit une hausse de 2,3 % par rapport à la période précédente de sept jours. L’augmentation s’est principalement produite dans la province d’Anvers et à Bruxelles. Par tranche de 100.000 habitants, il y a eu 10,6 cas au cours des deux dernières semaines.
    Une méthode fiable
    Les séjours en dehors de la Belgique peuvent être une source de contaminations. La situation évolue dans différents pays. Les Affaires étrangères ont d’ailleurs adapté leurs avis de voyages ce dimanche. Pour le député wallon Maxime Hardy, la solution au problème passe par l’analyse systématique des eaux usées : « La Wallonie, via la SPGE (Société publique de gestion de l’eau) et la spin-off e-biom, a développé une méthode fiable qui permet de détecter la concentration du virus présent dans les eaux usées ». Des tests sont effectués en ce sens depuis le 5 juin dans huit stations d’épuration : Mouscron, Montignies-sur-Sambre, Wasmuel, Oupeye, Wegnez, Marche-en-Famenne, Lives-sur-Meuse et Basse-Wavre. Ils sont réalisés deux fois par semaine et durent à chaque fois 24 heures pour tenir compte du rythme d’une journée.
    « Les traces du virus, provenant du lavage des mains, des fèces ou du nettoyage des vêtements peuvent être détectées dans les eaux usées entre trois et dix jours avant l’apparition des premiers symptômes et les hospitalisations. Un tel délai nous permettra d’anticiper, y compris au niveau du confinement », indique le député wallon. L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 13 juillet 2020.

  • Bassenge - Festivités. Il y aura une vie festive à Bassenge cet été

    audun brouns 1.jpgLes organisateurs de festivités devront cependant respecter des mesures de sécurité très strictes
    Bonne nouvelle pour les Bassengeois ! Des organisations festives vont pouvoir avoir lieu cet été. Le collège communal, les comités folkloriques et la zone de police viennent en effet de signer un protocole d’accord qui reprend toutes les conditions d’organisations, évidemment très strictes en raison de l’épidémie.
    Il n’y avait plus eu de manifestation sur Bassenge depuis la fin février et les différents cortèges et activités liées au carnaval. Après, quatre mois et demi de pause forcée par le Covid, l’été bassengeois s’annonce plus doux et festif ! Le collège communal vient en effet de décider d’autoriser à nouveau l’organisation de manifestations sur la commune.
    Une autorisation qui porte jusqu’au 31 août prochain et qui pourra être prolongée. « Les différents comités étaient demandeurs de pouvoir organiser des fêtes et différentes activités cet été, explique Audun Brouns, échevin en charge du monde associatif et folklorique. Nous y étions favorables mais pas à n’importe quelles conditions. Il est évident qu’au vu de la situation sanitaire, tout ne peut pas se faire. On a donc rencontré les différents comités par deux fois, le 15 juin et ce 9 juillet, pour discuter ensemble des conditions de reprises. Tout s’est également fait en concertation et accord avec la zone de police de la Basse-Meuse. Ensemble, on a donc élaboré un protocole qui respecte les recommandations du conseil national de sécurité. Il est clair que les fêtes traditionnelles que l’on connaissait jusqu’ici ne pourront pas avoir lieu. Tout va devoir prendre une forme différente. Il ne sera ainsi pas autorisé d’organiser des soirées dansantes avec DJ.
    Par contre, des soupers, des blind tests, des fêtes foraines ou des apéros festifs pourront avoir lieu. Toutes les manifestations, sauf les plus modestes, devront faire l’objet d’une demande d’autorisation. Pour les fêtes de villages et événements sportifs, il faudra également rentrer un certificat Covid Event Risk Model, à remplir en ligne. »


    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi 11 juillet 2020

  • Santé. Les 8 règles d’or pour ne prendre aucun risque en portant son masque

    logo bassenge sudinfo.pngL’objectif du port du masque, c’est en priorité protéger les autres. Et certainement pas de présenter un risque pour celui qui le porte. Si votre masque n’est pas utilisé correctement, qu’il est en contact avec des objets éventuellement contaminés, il y a pourtant un risque. C’est pourquoi il est important, face à son obligation décidée par les autorités, de rappeler les règles d’or pour un port du masque optimal. Nous les avons résumées en huit points.
    1. Se laver les mains
    Avant et après chaque manipulation du masque, lavez-vous les mains ! Avant de le mettre, cela permettra d’éviter de le contaminer. Et après ? « Si vous êtes porteur, vous avez touché votre visage en mettant le masque et vous pourriez avoir des microbes sur les mains », explique Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus. « Vous laver les mains permet d’éviter de les transmettre. »
    2. Couvrir nez, bouche et menton
    « Je ne sais pas pourquoi on appelle cela un masque buccal », lance le porte-parole. « C’est en réalité un masque facial. » Il doit donc se poser sur l’arête du nez et englober le menton. Quand le masque le prévoit, n’oubliez pas de pincer la partie qui se trouve sur le nez pour que le masque colle au maximum à votre visage.
    3. Le glisser dans une pochette
    Entre les différents moments où vous portez le masque, ne le glissez pas dans votre poche ou dans votre sac comme un vulgaire mouchoir. L’idéal est de le mettre dans une pochette ou dans une enveloppe. « De cette manière, il n’entrera pas en contact avec des objets éventuellement contaminés comme des clés ou un GSM », rappelle Yves Van Laethem.
    4. Retenir quel est l’endroit et quel est l’envers
    Entre deux usages, « faites attention au sens dans lequel vous l’avez porté », préconise Christelle Meurisse, infectiologue et hygiéniste au CHU de Liège.
    5. Ne pas l’enlever et le remettre inutilement
    Le masque étant désormais obligatoire dans tous les magasins, Yves Van Laethem et Christelle Meurisse conseillent tous deux de ne pas l’enlever entre chaque magasin. « C’est mieux si on le met une fois pour toutes », indique le porte-parole. « Si on fait trois magasins, on le garde jusqu’à ce qu’on ait fait les trois. » Idem si vous vous baladez dans une rue commerçante. Tous deux recommandent donc de continuer à le porter entre les différents magasins.
    6. Le prendre par les élastiques ou les rubans d’attache
    Christelle Meurisse recommande d’éviter au maximum de manipuler la partie que l’on place sur sa bouche et son nez. Mieux vaut manipuler le masque par ses attaches pour éviter tout risque de contamination.
    7. Changer le masque après 8h ou s’il est humide
    Sur le site info-coronavirus.be, les autorités recommandent de laver son masque en tissu après chaque utilisation. « Tout dépend de combien de temps vous l’avez porté », précise toutefois l’hygiéniste. « Si vous ne le portez que 5 minutes pour aller à la boulangerie, vous pouvez l’utiliser plusieurs jours de suite à condition de bien le manipuler. »
    8. Laver son masque en tissu à 60ºC
    Les autorités précisent que « le masque doit être lavé avec du produit de lessive dans la machine à laver à 60ºC ». Il est aussi possible de le faire bouillir dans une casserole réservée à cet usage. Par contre, « si le masque est lavé à basse température, par exemple à la main, il doit ensuite être repassé à haute température ». Pour Christelle Meurisse, le lavage à 60ºC est toutefois la meilleure option.
    Rappelons e n’est par contre pas le cas des masques reçus de la Défense qui ne peuvent être lavés qu’à maximum 30ºC.

    (Source La Meuse)

  • Basse-Meuse/Bassenge/Mobilité. L’A601 sera finalement réhabilitée. Le rôle joué par le chef de groupe PS Christopher Sortino a été déterminant

    a601.jpgNouveau rebondissement dans ce qu’on peut appeler la saga de l’A601. Le projet est finalement inscrit dans la nouvelle mouture du plan infrastructures. Un incroyable retournement de situation qui s’est joué en coulisses.
    Ce jeudi, le gouvernement wallon vient d’adopter la nouvelle mouture de son plan infrastructures. Et bonne nouvelle pour la mobilité en Basse-Meuse, l’A601 sera finalement réhabilitée pour près de six millions d’euros !
    En coulisses, les négociations sont en effet allées bon train pour faire rouvrir cette portion d'autoroute de 5 km. Car, en parallèle, c’est tout le plan infrastructures qui a été remis sur le métier. Et deux socialistes liégeois ont joué un rôle important pour qu’y soit finalement inscrite la réhabilitation de l’A601 : Christie Morreale, ministre socialiste liégeoise siégeant au gouvernement wallon et nouveau poids lourd de la fédération liégeoise du PS, et Christopher Sortino, chef de groupe PS à Bassenge. « Il me revient que d’autres projets étaient envisagés pour reconvertir l’A601. Il était notamment question de projets de mobilité douce. Or, en toute sincérité, je savais que cela n’intéressait pas les habitants de Bassenge et de la Basse-Meuse », explique Christopher Sortino « Ce que ces derniers voulaient, c’était de pouvoir utiliser cette autoroute avec leur voiture pour rejoindre Herstal, tout simplement. La demande était concrète. La réponse attendue devait l’être tout autant. J’ai donc milité dans ce sens. Le compromis qui a été trouvé est la réouverture à une bande. C’est tout simplement une énorme victoire pour Bassenge et pour la Basse-Meuse : il ne faut pas bouder son plaisir. »


    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 10 juillet 2020

  • Communication de l'AFSCA : Rappel de haricots secs (et produits à base de haricots secs) en provenance du Nigeria

    logo bassenge sudinfo.png09/07/2020 (mise à jour du rappel du 22/06/2020)
    Rappel de haricots secs (et produits à base de haricots secs) en provenance du Nigeria
    Problématique : non-respect de l'interdiction européenne d'importation de haricots secs en provenance du Nigeria. Ces haricots pourraient contenir un niveau trop élevé en résidus de pesticides.
    Suite à une notification via le système RASFF (système d'alerte rapide européen Food et Feed), la présence de haricots secs et de produits à base de haricots secs (farine, …) en provenance du Nigeria a été détectée sur le marché européen. Cependant, ce produit est soumis à une interdiction d'importation. Ces produits pourraient contenir un niveau trop élevé en résidus de pesticides.
    L’AFSCA demande de ne pas consommer ces produits et de les ramener au point de vente dans lequel ils ont été achetés.

    Il est possible que ce rappel de produits fasse encore l’objet de mises à jour. Si vous consommez ce type de produit, consultez régulièrement cette page ou nos réseaux sociaux.

    Ces produits ont été vendus via plusieurs magasins d’alimentation en Belgique.

    Description des produits

    1) Nigerian Brown Beans - Haricots secs - de la marque African Beauty
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 900g

    2) Bean Flour - Farine de haricots - de la marque Nigeria Taste
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 910g

    3) Bean Peeled - Haricots décortiqués - de la marque Nigeria Taste
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    4) Oloyin Beans - Haricots au miel - de la marque MP People’s choice
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 0,91 kg

    5) Sweet Honey Beans - Haricots au miel - de la marque Blue Bay
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1,5 kg

    6) Zwarte Bonen - Haricots noirs - de la marque Valle del Sole
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 0,9 kg

    7) Bean Flour - Farine de haricot - de la marque Afro mama
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    8) Haricots aux yeux noirs de la marque Afro mama
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    9) Red Beans - Haricots rouges - de la marque Afro mama
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    10) Brown Beans - Haricots bruns - de la marque Afro mama
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    11) Brown Beans Nigerian - Haricots bruns - de la marque Boni Land
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    12) The Prince Nigerian Sweet Beans - Haricots bruns - de la marque Boni Land
    - Date de durabilité minimale (DDM) : toutes les dates sont concernées
    - Numéros de lot : tous les lots sont concernés
    - Poids : 1 kg

    *nouveau produit concerné*
    13) Jarpesie - Haricots bruns - de la marque Valle del Sole
    - Date de durabilité minimale (DDM) : 11/2021
    - Numéro de lot : 19-5145
    - Poids : 500 kg

    Pour toute information complémentaire, vous pouvez prendre contact avec le point de contact de l’AFSCA pour les consommateurs : 0800/13.550 ou pointdecontact@afsca.be.

  • Bassenge - Environnement. Appel : embellissez l’espace public

    potager collectif.jpgL’échevinat de l’Aménagement du Territoire de Bassenge vient de lancer un appel à projet « biodiversité ».
    Le but est de soutenir les projets d’usagers de l’espace public ou d’un espace partagé, visant à améliorer et/ou embellir leur cadre de vie.
    Ces projets pourront se décliner de plusieurs manières. Soit en aménageant un jardin partagé ou collectif, comprenant des plantes mellifères. L’usage des pesticides sera proscrit et ce projet devra s’inscrire dans une démarche zéro déchet. Autres déclinaisons, l’aménagement d’un potager collectif ou d’un verger ou la mise en place de bacs à plantes comestibles ou ornementales. Enfin, le projet pourra également prendre la forme de l’embellissement de façades. Tous ces projets doivent avoir une dimension participative et collective.
    Toutes les infos se trouvent sur bassenge.be et le dossier de candidature doit être rentré pour le 30 octobre prochain. (Un article à lire dans La Meuse de ce jeudi 9 juillet 2020)

  • Communiqué d'Intradel. Toutes les catégories de déchets sont désormais acceptées, y compris les déchets de construction contenant de l'amiante

    recypark communiqué.jpgSur son site, Intradel indique que désormais toutes les catégories de déchets sont désormais acceptées dans les recyparcs, y compris les déchets de construction contenant de l'amiante.
    De nombreux autres renseignements sont donnés sur le site à voir ici :
    https://www.intradel.be/actualites/communication-officielle/dechets-amiante-et-bulles-a-verres-accessibles.htm?lng=fr

    recypark masque.jpg

     

  • A proximité. Houtain - dépôt. Des gravats étendus sur plus de 100 m

    À Houtain, les chemins de terre qui traversent les champs font la joie des promeneurs, cavaliers et vététistes. Mais à force d’être empruntés par les tracteurs, ils se déforment pour former d’immenses ornières. Si, remplies d’eau de pluie, elles font la joie de certains chiens, elles rendent le passage des véhicules à moteur bien compliqué. Mais à Houtain, dans le haut du Thier au Pèquet, certains ont la solution : étendre des gravats pour reboucher les trous. Une pratique ancienne, qui n’est pas réservée qu’à ce village, mais qui, ici, visiblement vient d’atteindre ses limites. Il y a quelques jours et alors que des bénévoles avaient entrepris de nettoyer leur village, un Houtainois a décidé de prévenir les autorités après être tombé sur un dépôt des plus conséquents. Car ici, ce « rebouchage » de trous a pris des proportions énormes. On ne parle pas de quelques gravats pour remplir un trou. Non, ici, ce sont des tonnes de briques et briquaillons qui ont été étendus sur plus de 100 m. Et ce n’est pas la première fois que ça se produit à cet endroit. Entrepreneur peu scrupuleux qui évacue ainsi des déchets ? Agriculteur qui en a marre de l’état du chemin ? Un peu des deux ? Une chose est sûre, ces gravats rendent le chemin impraticable pour les promeneurs, cyclistes ou cavaliers, obligés maintenant de longer les champs sur un chemin étroit. Au vu de la situation, Oupeye vient d’ouvrir une enquête. L'article complet en suivant ce lien :
    https://journal.sudinfo.be/index.php?_ga=2.174521825.279804652.1593959650-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-07-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-07-07,BASSE-MEUSE,1|10

  • A proximité - Liège. L’échevine Julie Fernandez participe à un shooting photos en soutien au secteur

    Julie Fernandez échevine liège.j2pg.jpgA proximité - Liège. L’échevine Julie Fernandez participe à un shooting photos en soutien au secteur
    Comme le rapporte Tchantchés dans La Meuse ce lundi 6 juillet 2020, l’échevine de la jeunesse de Liège Julie Fernandez participe à un shooting photos. C’est pour rendre hommage, dit-elle « à tous ces métiers qui rendent notre vie plus douce et pour certains nos affiches plus belles comme les photographes, les coiffeuses, les esthéticiennes… qui ont eux aussi, souffert de la crise. »
    On aurait presqu'envie de dire : "A quand, à Bassenge, un shooting photo d'une échevine ou d'un échevin voire même de notre Bourgmestre pour aider le secteur touché par la crise ?"
    L'article complet et d'autres photos en suivant ce lien :
    https://www.lameuse.be/596571/article/2020-07-05/lechevine-julie-fernandez-participe-un-shooting-photos-en-soutien-au-secteur

  • Wonck. La photo du jour est signée Ali Aghroum

    Elle a été prise hier soir dans le ciel de Wonck. Merci à Ali Aghroum.

    photo du jour ali aghroum.jpg

  • Meuse Aval : le bulletin Meuse Info n°35 du mois de Juin 2020 vient de sortir. Il est à lire ici

    Meuse Info n°35 - Juin 2020. Meuse Aval vient de sortir son bulletin du mois de juin. Il est à lire en suivant ce lien :
    https://www.meuseaval.be/index.php/publications/meuse-info/105-meuse-info-n-35-juin-2020#meuse-info-n-35-juin-2020/page1

  • Fermeture prolongée du pont de Lanaye

    logo bassenge sudinfo.pngLe pont de Lanaye qui surplombe le Canal Albert est fermé depuis le 17 juin dernier et devait être rouvert ce mercredi. Mais suite à un problème technique, la fermeture du pont est prolongée d’une semaine jusqu’au 8 juillet prochain. La circulation des véhicules est totalement interdite, ce qui oblige les automobilistes à suivre une déviation et un détour d’une dizaine de kilomètres ! À Emael, il faut se diriger vers Eben puis emprunter la côte d’Hallembaye pour se rendre à Haccourt et se retrouver près du pont. L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 3 juillet 2020

  • Motocross - Coup d’arrêt pour la Bassengeoise Amandine Verstappen

    Décidément, 2020 n’est pas l’année de la Bassengeoise Amandine Verstappen. Après avoir connu des problèmes de mécaniques, elle était prête à remonter en selle pour se relancer dans la course aux Championnats du monde. Mais le Covid en a décidé autrement…
    C’est donc remontée à bloc que la jeune Liégeoise a repris les entraînements il y a quelques semaines. Elle est même partie s’entraîner en France, au sein de son team. Mais, ce mercredi, tout ne s’est pas passé comme prévu… « C’était en fin de journée », explique la Championne de France en titre. « J’étais en montée, donc en pleine accélération, lorsque la moto a décroché. Ce qui m’a valu une grosse chute… »
    Fracture du radius
    Résultats des courses : Amandine Verstappen souffre d’une fracture du radius et en a pour au moins un mois dans le plâtre. « J’en saurai plus en début de semaine prochaine, quand j’aurais été voir le chirurgien », poursuit-elle. « Je devrais peut-être mettre une attelle, je ne sais pas encore. De toute façon, avant de rentrer en Belgique, je dois attendre que la moto soit retapée, parce qu’elle a pris un fameux coup aussi… »
    Toutefois, la pilote, qui devrait en avoir pour quatre à six semaines d’indisponibilité, pourrait ne manquer aucune course officielle ! À cause de la crise actuelle, la date de la prochaine manche des Championnats du monde n’est pas encore connue… On ne sait d’ailleurs même pas si elle aura lieu ! « C’est très compliqué à organiser, puisque les mesures sont très différentes dans chaque pays actuellement », explique la Bassi-mosane.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 2 juillet 2020

  • Insolite. Jeudi dernier, une montgolfière a survolé Bassenge : pourquoi ? Voici les explications ( + Vidéo)

    La semaine dernière, vous avez été nombreux à avoir observé le survol de la Vallée du Geer par une rutilante montgolfière sur laquelle figurait l'inscription Wolf.
    Voici les explications données par Montgolfière-Wallonie, l'organisateur de ces vols :
    " Lors de ce vol nous avions décollé à Aubel avec 16 personnes qui voulaient voir le pays d'Herve de l'air. Une très belle région. Le vent de l'Est nous a poussés et nous sommes passés par Visé et puis nous avons survolé la région de Bassenge (Vallée du Geer), pour atterrir entre Tongeren et Borgloon. Tous nos vols planifiés sont visibles sur notre site www.montgolfiere-wallonie.be "

    Facebook : https://www.facebook.com/montgolfierewallonie/