Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 11

  • Communiqué de la Zone de Police Basse-Meuse. Rappel des règles de vie en société

    logo police basse meuse 2.pngPolice Locale

    Hôtel de Police

    Cabinet du Chef de Corps

    Zone de Police Basse-Meuse (5281)

    OBJET : Rappel de règles de vie en société.

    La vie en société impose des règles.

    Elle impose ses règles par ce qu’un certain nombre de citoyens oublient que pour vivre en société il faut respecter autrui autant que se respecter soi-même.

    Cela sous-entend que l’une des règles vise à préserver un environnement propre et agréable, bref un endroit où il fait bon vivre.

    Les services publics aident le citoyen à préserver un cadre de vie agréable.

    Est-ce à dire que les services publics doivent faire tout et partout ? Non, c’est impossible.

    Une partie des tâches incombent aux citoyens eux-mêmes.

    Ainsi l’entretien des trottoirs et des accotements qui bordent un immeuble est le fait de la personne qui occupe l’immeuble ou la propriété.

    La lecture de l’article 25 du Règlement Général de Police (RGP) me semble suffisamment explicite :

    " Section IX : Des trottoirs et des coulants d'eau.

    1. Les riverains doivent maintenir le trottoir ou accotement bordant leur immeuble bâti et non bâti en parfait état de conservation et de propreté et prendre toutes mesures propres à assurer la sécurité et la commodité de passage des usagers. La destruction de végétation présente sur le trottoir ne peut pas se faire par l’utilisation de produits phytopharmaceutiques.
    2. Il est défendu d’y établir des obstacles ou des entraves à la circulation des piétons.
    3. Il est défendu de stationner en groupe sur le trottoir de manière telle que les passants soient obligés d’emprunter la chaussée pour contourner ledit groupe.
    4. Pour les voiries communales, sauf autorisation spéciale du Bourgmestre, sous quelque motif que ce soit, il est défendu d’établir des ponceaux sur ou au-dessus des coulants d’eau. Pour les voiries régionales, il est fait application de l’Arrêté Royal du 7 septembre 1973 qui requiert l’autorisation de la Direction générale opérationnelle des routes et des bâtiments du SPW. "

    Il convient donc de ne pas se tromper et de ne pas exiger d’autrui (ici les services techniques d’une administration communale) ce que nous devons faire nous-mêmes.

    Je veillerai prochainement à rappeler un certain nombre d’articles du RGP qui doivent être compris comme un fil conducteur d’une vie de qualité dans les quartiers de notre agréable région bassi-mosane.

    Le CDP A. LAMBERT

    Chef de Corps

    Zone de police Basse-Meuse

    (Source Facebook page Zone Police Basse-Meuse)

  • Environnement – Citoyenneté. Les Volon-Terres embellissent Bassenge

    Depuis deux ans, un noyau dur de volontaires nettoie la commune tous les dimanches matins. Le journal La Meuse y consacre un article ce lundi 29 juillet 2019

    Qu’il fasse canicule, qu’il neige ou, comme hier, qu’il pleuve, les Volon-Terres de la Vallée du Geer se retrouvent tous les dimanches matin pour nettoyer un village de la commune. Nous les avons suivis hier, sous une petite pluie plutôt rafraîchissante. 

    Depuis deux ans, vêtus d’un gilet ou d’une veste jaune, équipés de gants, d’une pince et de sacs-poubelles, les Volon-Terres de la Vallée du Geer se retrouvent deux heures tous les dimanches pour nettoyer leur commune.

    Derrière cette belle initiative citoyenne il y a Muriel Bequet, 52 ans. « J’avais vu le fil Demain qui m’a beaucoup fait réfléchir. J’ai voulu apporter ma pierre à l’édifice et essayer de conscientiser les gens. Dans le même temps, je me promenais beaucoup et j’étais vraiment énervée de voir autant de crasses partout. Alors, plutôt que de râler, je me suis dit qu’on pourrait montrer l’exemple en les ramassant. J’ai lancé un appel sur un groupe Facebook qui rassemble beaucoup de Bassengeois(Le Geer dans la Vallée du Geer). Et début juillet 2017, on organisait une première action de nettoyage. »

    8 à 10 participants

    Des quatre ou cinq des débuts, les Volon-Terres de la Vallée du Geer sont aujourd’hui un noyau dur de huit à dix personnes.

    L'article complet à lire en suivant ce lien : 

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-29,LIEGE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-29,LIEGE,1|1

  • Dans votre journal La Meuse de ce lundi 29 juillet 2019

    meuse 29 juillet 2019.pngDans votre journal La Meuse de ce lundi 29 juillet 2019

  • Inondations. Commune de Bassenge : communiqués

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngPremier communiqué :

    « Suite aux pluies orageuses de cette nuit, le Geer est sorti de son lit ce matin (dimanche 28 juillet 2019) et certaines de nos rues sont devenues impraticables. C'est actuellement le cas pour la rue des Bannes à Boirs et les rues Pont St-Pierre et Devant les Cours à Glons.

    Les ouvriers communaux sont à pied d’œuvre pour signaler ces endroits et mettre en place les dispositifs adéquats.

    Par ailleurs, un arbre est tombé sur la route, près de la plaine de jeu à Eben. Une équipe d'ouvriers est sur place pour dégager la rue et sécuriser les lieux.

    Les équipes sont sur le terrain et surveillent attentivement l'évolution de la crue du Geer. »

    Second communiqué :

    « Nouvelles des inondations.

    Des sacs de sable sont disponibles devant le site des travaux rue du Frêne à BOIRS.

    Par ailleurs, une permanence téléphonique a été mise en place au numéro suivant: 04 273 78 78 »

    Troisième communiqué :

    « Inondations

    Pour contacter la commune, un second numéro de téléphone est mis à votre disposition : 0496 20 84 83. »

    (Source Facebook commune de Bassenge)

  • Dans votre journal La Meuse ce samedi 27 juillet 2019

    meuse 27 juillet 2019.pngDans votre journal La Meuse ce samedi 27 juillet 2019

  • Météo: temps lourd et atmosphère instable au menu de ce vendredi

    Vendredi, la journée débutera avec des éclaircies sur de nombreuses régions ; le risque d’un orage étant déjà présent les premières heures, mais de manière isolée, annonce l’Institut royal de météorologie (IRM). Il fera parfois plus nuageux sur l’ouest.

    Les prévisions complètes à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/416713/article/2019-07-26/meteo-temps-lourd-et-atmosphere-instable-au-menu-de-ce-vendredi?utm_source=trck_ENA_HP_LM&utm_medium=trck_ENA_accroche_carrousel&utm_campaign=trck_ENA_lactu_en_videos

  • Dans votre journal La Meuse ce jeudi 25 juillet 2019

    la meuse 25 juillet 2019Dans votre journal La Meuse ce jeudi 25 juillet 2019

  • Le dernier voyage d’un valeureux liégeois. Une kyrielle de personnalités pour saluer Robert Waseige

    robert waseige.pngDire que l’ancien sélectionneur des Diables rouges était apprécié relève d’un doux euphémisme.

    Sur la route le menant au cimetière de Sainte-Walburge, Robert Waseige était entouré de ses proches et ses nombreux amis.

    Michel Preud’homme, Jean-Claude Marcourt, Willy Demeyer, Christian Piot, Georges Leekens, Michel D’hooghe, Marc Wilmots, Lucien D’onofrio, Sunday Oliseh, Guy Vandersmissen… la liste est longue mais nullement exhaustive.

    Des quatre coins de la Belgique, les personnalités ont pris la direction des hauteurs de la Cité ardente pour rendre un dernier hommage à celui qui faisait l’unanimité autour de lui.

    « Et ce, tant d’un point de vue humain qu’au niveau sportif », souffle un Daniel Van Buyten attristé. « On ne se dit pas que de tels monuments peuvent partir car ils semblent hors du temps. Malheureusement, le fil de la vie finit toujours par se couper et c’est bien triste. Robert était spécial car il savait tirer le maximum des éléments qui se trouvaient à ses côtés. Il a joué un rôle essentiel dans ma carrière et j’ai eu la chance de recevoir énormément de conseils de sa part. Pas seulement pour devenir un meilleur footballeur mais surtout pour être l’homme que je suis aujourd’hui. Je me devais d’être présent, tout simplement parce que c’était un grand monsieur… »

    Le compliment aura traversé toute la matinée tant il se voulait en adéquation avec le ressenti de toutes les personnes présentes.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-24,BASSE-MEUSE,1|12

  • Natagora. Nouveau site internet pour la Régionale Basse-Meuse !

    Communiqué.

    « Voici notre nouveau site internet pour la Régionale Basse-Meuse . https://bassemeuse.natagora.be/  Attention certaines rubriques sont encore en construction. Nous espérons combler les vides assez rapidement. Ne pas oublier de cliquer sur l'arborescence des pages. Si vous avez des questions, remarques, etc ... à faire , vous pouvez le faire via notre mail ; basse.meuse(at)natagora.be .

    Bon visionnage ! ! »

    https://bassemeuse.natagora.be/?fbclid=IwAR05o5hkH7N2HYvKTYIu2tmn5buWVTFn-8F-6MQBa0X7AzOOeZeQWwHCfU4

  • Bassenge – Energie. Encore un nouveau projet éolien

    éoliennes wonck.pngLuminus vient de déposer une demande de permis pour quatre mâts 

    Une nouvelle demande de permis vient d’être déposée pour implanter quatre éoliennes au Haut de Froidmont, à Wonck. Si tous les projets voient le jour, quarante éoliennes, au moins, pourraient être érigées sur la rive gauche de la Basse-Meuse. 

    Certains diront « ça n’en finit plus ». Une nouvelle demande de permis vient d’être déposée pour implanter quatre éoliennes à Wonck, au lieu-dit « Haut de Froidmont ». Un projet porté par EDF Luminus et qui est peut-être familier à certains. En 2016, EDF Luminus lançait en effet une étude d’incidence pour installer, à cet endroit, sept mâts. On savait que le projet n’avait pas vraiment suscité de grand enthousiasme. On pensait même qu’il avait été complètement abandonné. La présence de réserves naturelles et d’une faune et flore particulières et préservées avait ainsi mis pas mal de freins.

    Mais loin d’être abandonné, le projet a finalement été revu à la baisse, afin de répondre à certaines exigences. EDF Luminus vient donc de demander un permis unique pour quatre machines. Celles-ci auront une puissance de 3 MW, ce qui permettra de produire 28.000 Mwh/an, soit la consommation moyenne de 7.000 ménages. L’enquête publique a démarré ce 19 juillet. Mais en raison des vacances, le dossier ne sera pas accessible avant le 16 août et ce, jusqu’au 14 septembre.

    L’article complet dans La Meuse de ce lundi 22 juillet 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-22,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bonne fête nationale à toutes et tous !

    Petit rappel historique…

    Le 4 octobre 1830, la Belgique acquiert son indépendance des Pays-Bas. Le Congrès national belge se charge alors de choisir un roi au pays émergent. Louis-Philippe Ier, qui vient d'être élu roi des Français, refuse pour ne pas créer d'incidents diplomatiques avec les Anglais (ceux-ci ont toujours vu dans la neutralité militaire du territoire belge l'une des conditions de leur sécurité). Le trône est ensuite proposé à Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha, respecté pour son glorieux passé militaire, notamment contre Napoléon Bonaparte. Le 26 juin, il devient officiellement le premier roi des Belges sous le nom de Léopold Ier. Son couronnement a lieu à Bruxelles, le 21 juillet 1831, date anniversaire de la fête nationale belge depuis.

    Un roi pour la Belgique

    La Belgique ayant arraché son indépendance au roi de Hollande en 1830, le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha prête serment sur la Constitution le 21 juillet 1831, à Bruxelles, et devient le premier roi des Belges sous le nom de Léopold 1er. Sa descendance règne encore à Bruxelles en la personne du roi Philippe. L'anniversaire de cet événement est devenu fête nationale.

     

    (Source mysticstaff.pythonanywhere.com)

  • Région liégeoise - Insolite. De l’ail de 40 cm de haut dans son jardin : les gousses font 12 cm de diamètre !

    Angelo Carrozzi d’Ougrée n’en croit toujours pas ses yeux. Il y a trois jours, cet Italien de 82 ans passionné de jardinage a sorti de terre une quarantaine de gousses d’ails aux proportions pour le moins importantes. « 12 centimètres de diamètre, 10,5 centimètres en hauteur sans la tige et entre 30 et 40 centimètres avec la tige », détaille Franco Carrozzi, le fils d’Angelo, après avoir mesuré les monstres.

    « C’est vraiment impressionnant, je n’ai jamais eu ça», reprend le papa pour qui le jardinage représente toute sa vie. Il passe en effet la majeure partie de ses journées dans son jardin de 8 à 21h. Pas étonnant qu’il ait la main verte.

    « D’habitude, il sont quand même un peu moins grands », explique cet ancien ouvrier d’Arcelor qui a posé ses valises en Belgique en 1956, « des graines particulières ? Non, je ne pense pas, pour moi, elles sont normales ».

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-20,BASSE-MEUSE,1|10

  • A proximité. Les premiers abricots belges sont liégeois !

    Deux tonnes trois ans  après la plantation des arbres

    Freloux (Fexhe le haut clocher) abrite 600 abricotiers et Stephan Jansen propose les premiers abricots belges. Cet agriculteur diversifie ses activités avec la production de neuf variétés d’abricots. La première récolte s’élève à 2 tonnes, mais, à terme, le Fexhois espère 9 tonnes sur son demi-hectare. 

    Les premiers abricots belges ont poussé à Fexhe-le-Haut-Clocher. Stephan Jansen a repris la ferme familiale, à Freloux, en 2014. L’agriculteur s’est diversifié avec des cultures de cerises, de poires et, plus récemment d’abricots. Ce dernier fruit, plutôt exotique, est arrivé un peu par hasard dans la région. « J’ai cherché quelque chose de neuf, plus original que les cerises et les poires. J’ai visité une culture en Allemagne et mon choix s’est porté sur les abricots. J’ai planté neuf variétés sur un demi-hectare », raconte l’agriculteur de 33 ans. Les premiers abricots belges sont récoltés cette année, « car un délai de cinq ans s’est avéré nécessaire entre la commande des arbres et l’arrivée des premiers fruits. »

    La demande a explosé : « Dès l’annonce, l’engouement est apparu. Les commandes ont afflué, mais cette première récolte est limitée à deux tonnes. Des ventes directes sont prévues, de 16 à 18 heures chaque mercredi et vendredi. Le défi sera d’avoir pendant plusieurs années des fruits de qualité de plus en plus nombreux. »

    Neuf variétés d’abricots sont cultivées à Freloux.

    L’occasion de signaler que depuis peu de délicieux abricots sont disponibles au distributeur automatique de chez Hustin à Glons ! (Grand route)

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-19,BASSE-MEUSE,1|8

  • Météo. La canicule de retour !

    canicule 2.jpgMercredi prochain s’annonce la journée la plus chaude de la semaine

    La chaleur fait son retour la semaine prochaine, avec des maxima qui vont monter jusqu’à 29 degrés lundi et jusqu’à 35 mercredi. Les orages pourraient toutefois arriver déjà en fin de semaine. 

    La vague de chaleur fera son retour en Belgique après la canicule qui avait frappé le pays fin juin. « L’arrivée d’une deuxième vague de chaleur est possible », affirme le météorologue de l’IRM David Dehenauw. Pourtant, cette vague n’est pas forcément destinée à durer, puisque des orages sont annoncés dès jeudi prochain.

    Or pour parler de vague de chaleur il faut que les températures dépassent les 25 degrés pendant cinq jours d’affilée, avec trois jours au-delà des 30 degrés.

    35 degrés prévus

    « À partir de lundi, des températures de 30 degrés seront possibles et même davantage dans les jours suivants », selon ce que l’Institut Royal Météorologique déclarait ce mercredi.

    Toutes les prévisions en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-19,BASSE-MEUSE,1|14

  • Bassenge – Vandalisme. Deux bulles à vêtements incendiées

    Le coût de tels actes, pour Terre, est conséquent

    A lire dans votre journal La Meuse de ce jour !

    Deux sites de bulles à vêtements, appartenant à l’ASBL Terre, ont été incendiés, dans la nuit de mardi à mercredi, sur Bassenge. C’est la 2ème ou 3ème fois en moins d’un an qu’elles sont touchées. Ce qui pourrait amener l’ASBL à retirer définitivement ses bulles de ces deux sites. 

    Le premier site de bulles à vêtements à avoir été incendié est situé rue Marcel de Brogniez, juste en face de l’ancienne gendarmerie. D’après certains témoignages, le feu a été bouté vers 1h45. C’est un riverain qui a averti les pompiers.

    Arrivés sur place, ils n’ont malheureusement pu que sortir hors des deux containers, les sacs remplis de vêtements afin d’éteindre le feu. Les deux bulles ont été fortement endommagées et le service Environnement de la commune devait passer ce mercredi après-midi pour ramasser des vêtements bons à jeter.

    Le deuxième site touché par cet acte criminel est situé sur la place de l’église de Glons.

    Au total, le coût avoisine les 7 à 8.000 euros.

    Toutes les explications dans votre journal La Meuse de ce jeudi 18 juillet 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-18,BASSE-MEUSE,1|8