Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 2

  • Coronavirus. Dès vendredi, il faudra présenter un ticket pour entrer chez Ikea

    ikea.jpg

    Un seul ticket par véhicule sera distribué à l’entrée du parking  
    Lundi, plusieurs mesures ont été prises au terme d’une réunion menée en présence des responsables d’Ikea et du bourgmestre d’Awans. L’objectif, renforcer les contrôles afin que les clients souvent indisciplinés, respectent mieux les règles édictées par nos dirigeants dans le cadre de la lutte contre la pandémie. L’une des décisions prises lors de cette réunion prévoit que chaque client présente un ticket pour entrer dans le magasin.   
    « Une réunion constructive a été menée lundi soir en présence des responsables d’Ikea, du bourgmestre d’Awans et de la police locale », a indiqué mardi Julie Stordiau, porte-parole d’Ikea Belgique. « Au terme de cette réunion, il a été décidé que les contrôles de police seraient renforcés sur le site d’Ikea et qu’un barrage filtrant serait réalisé à l’entrée du parking du magasin afin de s’assurer que seule une personne par véhicule ne pénètre dans le bâtiment pour y réaliser ses courses », poursuit-elle.
    Si la présence de la police a été renforcée dès ce mardi matin, le barrage filtrant sera, quant à lui, mis en place dès vendredi. « Dès vendredi, des employés de la société de gardiennage qui travaille avec Ikea seront placés à l’entrée du parking du zoning. Ils distribueront un ticket par voiture que le client devra ensuite présenter à l’entrée du magasin pour pouvoir entrer », explique Julie Stordiau. La célèbre enseigne suédoise demande donc à ses clients de se renseigner via leur site internet afin de préparer au mieux leur venue dans le magasin.
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce mercredi 9 décembre 2020

  • Bassenge -Politique. La conseillère Marie-Ange Simon ( Bassenge Demain) introduit un recours

    marie ange simon bassenge demain 4.pngLa déchéance de Marie-Ange Simon. Conseillère communale Bassenge demain, avait surpris beaucoup de monde, tant elle est engagée dans sa commune. Et alors qu’un conseil communal doit également se tenir ce jeudi, on s’attendait à avoir son remplacement inscrit à l’ordre du jour. Il n’en est rien et pour cause : « Marie-Ange avait la possibilité d’introduire un recours dans les quinze jours, ce qu’elle a fait, explique Valérie Hiance, bourgmestre de Bassenge. « Nous attendons le retour et nous espérons bien évidemment que la réponse lui sera favorable. »
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi 9 décembre 2020

  • Bassenge : les brèves

    logo bassenge sudinfo.png- Infos de la Bibliothèque de Glons
    La bibliothèque sera fermée du 31 décembre au 17 janvier. Dès cette date, de nouvelles règles seront applicables.
    Toutes les informations à lire en suivant ce lien :
    https://www.bassenge.be/actualites/bibliotheque-publique-saint-victor-de-glons-2?fbclid=IwAR0VuEjIo8fkfRQY4uRvFj2W-guFRuM8GO_mOJhPV6hUE-fcpOM9S0c38nI 
    - Vente de terrains communaux
    Le CPAS de Bassenge met des terrains agricoles en vente.
    Toutes les informations en suivant ce lien :
    https://www.bassenge.be/actualites/terrains-agricoles-a-vendre-1
    - Anniversaire
    Cette année, ce blog Bassenge Sudinfo fête ses 8 ans d'existence. Il a été mis en ligne fin novembre 2012.

  • Bassenge - Economie. Les montres Col&MacArthur à la conquête de l’Europe

    Malgré la crise, les chiffres s’envolent 
    Malgré la crise sanitaire, la start-up Col&MacArthur, qui conçoit des montres de luxe depuis Bassenge, a réussi à poursuivre son expansion, en s’attaquant notamment aux marchés français et anglais. Prochaine étape : l’Allemagne. Le secret de leur succès ? Leurs produits ne sont disponibles que sur leur plateforme web…   
    Alors que beaucoup tirent la langue à cause de cette crise sanitaire qui n’en finit pas, la start-up bassengeoise Col&MacArthur tire allègrement son épingle du jeu. Active dans l’horlogerie fine, avec des montres proposées en séries limitées, elle a en effet connu une année 2020 exceptionnelle, aux dires de son patron et fondateur, Sébastien Colen : « Depuis que la crise a commencé, de nombreuses personnes qui ne peuvent plus aller en magasin se sont tournées vers nous, avoue-t-il. Ça nous a donc permis de grandir d’une manière à laquelle on ne s’attendait pas. »
    C’est que la jeune société a, depuis ses débuts en 2013, opté pour la seule digitalisation. Impossible de trouver un de leurs produits dans un commerce, tout passe par leur plateforme web. C’est donc avec un temps d’avance qu’ils ont pu appréhender cette crise, là où la plupart des entreprises et des magasins ont eu besoin d’un temps d’adaptation. « Mais c’est la preuve qu’en digitalisant, on peut réussir à pallier les effets de cette crise », estime M. Colen. Et même à en tirer profit.
    Si Col&MacArthur, du nom de ses deux fondateurs, Sébastien Colen, un ingénieur diplômé de l’ULiège, et Iain Wood-MacArthur, un ancien de la garde écossaise de Buckingham établi en Belgique, pouvait déjà se targuer d’un bilan impressionnant de près de 5.000 montres conçues et vendues, elle devait jusqu’à présent la majeure partie de son chiffre d’affaires au marché belge. Mais cette année particulière a quelque peu changé la donne. « C’est vrai que l’année passée, on était principalement en Belgique, continue M. Colen. Mais cette année, on a voulu tester la France, avec la diffusion d’un spot sur M6. On a risqué 20.000 euros, et on a tout de suite eu près de 40.000 euros de retour. On voyait sur notre site les pics d’audience directement après une diffusion. »
    Une réussite qui a poussé le Bassengeois à aller voir encore un peu plus loin. D’ici quelques jours, Col&MacArthur s’attaquera ainsi au marché anglais, avec une campagne de publicité sur le réseau national. « Et si ça fonctionne, le prochain pays, ce sera l’Allemagne. » Une expansion à l’international à la vitesse grand V qui, là aussi, doit beaucoup au concept de vente exclusivement digitale. « L’avantage, c’est qu’on n’a pas besoin de quelqu’un ou d’un bureau sur place. Notre bureau, c’est notre plateforme web. »
    Aujourd’hui, la maison bassengeoise entrevoit donc l’avenir avec sérénité. Ce qui lui permet de travailler sur de nouveaux projets.
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce mardi 8 décembre 2020

  • Wonck - Incivilités - Environnement. Dimanche, les Volon'terres sont intervenus sur Heez (Photos)

    Il n'aura fallu guère attendre pour que les Volon'terres réagissent à un article publié récemment sur ce blog (à lire ICI). Avec le courage et l'opiniâtreté qui les caractérisent, ils sont intervenus dimanche matin en ce lieu situé "Sur Heez" à Wonck où s'amoncelaient une quantité incroyable de canettes et bouteilles diverses. Il est à noté que deux "motards" qui passaient par là, ont prêté main forte aux Volon'terres en remplissant un sac de canettes. 
    L'endroit est aujourd'hui nickel. L'opération a été menée avec brio.
    Voilà qui, le fallait-il encore, rehausse l'estime que leur porte la population... et la nature !

    volon'terres sur heez.3jpg.jpg

    volon'terres sur heez.2jpg.jpg

     

  • Bon à savoir. "Tremplin 24 mois +", la nouvelle mesure pour les demandeurs d’emploi « longue durée »

    christie morreale.jpgSur proposition de la vice-présidente et ministre de l’Emploi, Christie Morreale, le gouvernement wallon vient de marquer son accord sur une nouvelle mesure de relance qui vise à mettre à l’emploi des chercheurs d’emplois depuis plus de 24 mois dans quatorze secteurs d’activités où les besoins de main-d’œuvre se sont accentués en raison de la crise du Covid-19.
    La durée et l’intensité de la crise covid-19 impactent en effet les emplois, l’accès à l’emploi et particulièrement celui des publics plus fragilisés. « L’objectif de cette nouvelle mesure est double », explique la ministre Morreale. « Il vise à la fois à insérer des publics fragilisés sur le marché de l’emploi et à apporter des réponses aux besoins criants de main-d’œuvre dans quatorze secteurs essentiels comme les services d’aides aux personnes à domicile, l’accueil de l’enfance, les circuits courts, les petits commerces alimentaires de proximité ou encore le secteur de l’aide alimentaire et de la lutte contre le sans-abrisme… Il s’agit d’un nouvel outil pour relancer l’emploi de ces personnes qui bénéficient très peu des dispositifs d’aides existants alors qu’elles sont les plus lourdement touchés par la crise sanitaire », ajoute-t-elle.
    D’après les estimations, cette mesure d’aide à l’emploi (budgétée à hauteur de plus de 4 millions d’euros) devrait permettre à au moins 600 personnes plus fragilisées de décrocher un emploi en 2021.
    Une explication de l’aide et un formulaire en ligne sur le site du Forem seront à la disposition des employeurs intéressés dès la mi-décembre.
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi 5 décembre 2020

  • Le CPAS de Bassenge lance un appel aux dons d'ordinateurs portables et ou tablettes

    logo bassenge sudinfo.pngSur la page Facebook de la commune de Bassenge, le CPAS a publié l'appel suivant.
    Le CPAS de Bassenge lance un appel aux dons de P.C. portables et ou tablettes afin de pouvoir en faire bénéficier majoritairement les jeunes, pour qu’ils puissent poursuivre leurs études ou leur parcours d’intégration. Cette initiative répond à une fracture numérique d’autant plus forte et mise en lumière par la crise sanitaire.
    Cet appel est destiné tant AUX ENTREPRISES QU’AUX PARTICULIERS.
    Les PC ou tablettes devront être en bon état, âgés de – de 10 ans, et pouvoir se connecter au wifi, s’ils sont munis d’un mot de passe il faudra nous le faire connaitre. Ils devront être accompagnés du chargeur et posséder l’application Windows 7 ou plus.
    Ils seront reconditionnés avant utilisation. Si vous désirez faire don d’un ou plusieurs PC portables ou tablettes, merci de contacter le CPAS de Bassenge par téléphone au 04/259.88.10 ou par mail à sabine.greday@bassenge.be

  • Boulanger - Pâtissier. Le renouveau de la boulangerie locale

    Le secteur voit arriver une jeune génération de boulangers attirée par le « bien manger »
    Si le secteur de la boulangerie-pâtisserie connaît, depuis plusieurs années, une érosion de son nombre de représentants, les signes encourageants d’une reprise, davantage axée sur le local, sont là.
    « Le secteur représente, en Wallonie, environ 1.400 boulangeries et quelque 10.000 emplois, ce qui n’est pas rien. Il y a un maillage extraordinaire sur toute la région, même si les boulangers-pâtissiers sont de moins en moins nombreux à exercer leur profession et cela, en raison de plusieurs facteurs », explique Albert Denoncin, président de la Fédération francophone de la Boulangerie. « Le premier facteur, c’est que, pendant de nombreuses années, il n’y a pas eu de formation suffisante. Il y a 10 ans, les études techniques en boulangerie-pâtisserie ont été supprimées. L’année dernière, un enseignement technique a été recréé, à titre expérimental, durant 3 ans ».
    Le second facteur, ce sont les conditions de travail. Même si elles ont évolué ces dernières années, un boulanger-pâtissier travaille durant les week-ends et les fêtes. « C’est dès lors plus compliqué de trouver à la fois des jeunes qui ont envie de se lancer et des parents qui encouragent leurs enfants à aller vers cette filière. Ajoutons le problème des banques. C’est devenu très compliqué pour un jeune de 22-23 ans, qui voudrait se lancer avec un certain volume de fabrication et de vente, d’emprunter des sommes d’argent importantes. Sans compter qu’à cause du bruit et des odeurs, les ateliers de boulangerie ont bien souvent dû quitter les villes pour les zonings. De plus, la rentabilité dans la boulangerie-pâtisserie n’est pas la même que dans d’autres secteurs. Ce sont probablement des facteurs qui jouent sur la question de la reprise ou de la création d’une boulangerie », note le président.
    Gestion et production
    L’avenir de la profession, il le voit pourtant de manière positive. « Je suis confiant si les nouveaux venus maîtrisent à la fois la gestion et la production. On est actuellement dans l’émulation et l’excellence. Peut-être qu’on verra, à l’avenir, davantage de petites boulangeries que de moyennes. On constate une modernisation de l’outil et, s’il y a encore des gens courageux pour se lancer dans le métier, je crois qu’ils préféreront le faire sans sacrifier leur vie personnelle comme c’était souvent le cas auparavant ». Quant au fait qu’on voit fleurir çà et là de nouveaux boulangers qui ont eu une autre vie professionnelle avant et qui se reconvertissent, Albert Denoncin y voit, lui, une « génération qui fait davantage cela par plaisir que pour réellement gagner sa vie ».
    Le secteur a aussi connu un renouveau dès 2005. En cause ? La libéralisation du prix du pain qui, pendant 60 ans et jusqu’à cette année-là, avait été bloqué. « Cela a permis un renouveau de la boulangerie, un retour des céréales anciennes et de la fermentation lente… On constate aussi un retour du consommateur vers la qualité. Il cherche de plus en plus des pains de qualité, fabriqués par des artisans ». Et la crise du Covid a encore amplifié cela, puisqu’elle a entraîné une hausse des volumes de production d’environ 15 %.
    Ambassadeur de l’agriculture
    « Je suis très heureux de cette prise de conscience du consommateur. Nous nous battons, depuis des années, pour mettre en valeur les produits locaux et nous avons des résultats. On oublie trop souvent que la boulangerie est un des premiers ambassadeurs de l’agriculture dont elle utilise de nombreux produits comme les céréales et les œufs ».
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 4 décembre 2020

  • Sur Heez Wonck - Incivilités. Plusieurs centaines de canettes et flaconnages dans un périmètre réduit ?

    Sur Heez, à Wonck, des centaines de canettes et autres flaconnage de boissons alcoolisées jonchent le sol d'un champ privé à l'entrée du site communal. Elles se concentrent sur un périmètre relativement réduit qui laisse à penser que des rassemblements y ont lieu.
    Du travail pour les Volon'terres dont ils se passeraient bien.

    canettes sur heez.jpg

    canettes sur heez 6.jpg

    canettes sur heez 2.jpg

    canettes sur heez 5.jpg

    canettes sur heez 4.jpg

    canettes sur heez 3.jpg

    canettes sur heez 7.jpg

  • Coronavirus : voici la situation dans votre commune de Bassenge ce mercredi

    Il y a désormais moins de 4.000 patients hospitalisés pour le Covid-19 en Belgique. Parmi les 3.707 patients actuellement traités, 854 sont traités aux soins intensifs, ressort-il des données de Sciensano publiées mercredi matin. En moyenne, 204,3 admissions à l’hôpital ont été enregistrées du 25 novembre au 1er décembre (-28 %).
    Depuis le début de l’épidémie, la Belgique a enregistré 579.212 cas d’infections avérés au nouveau coronavirus.
    Voici la situation à Bassenge ce mercredi 2 décembre 2020 (Sources La Meuse)

    covid bassenge 2 décembre 2020.jpg

  • Les clients sont demandeurs. Des coiffeurs et esthéticiennes vont travailler à Maastricht

    Puisque les pays voisins appliquent un confinement moins strict, certains coiffeurs et esthéticiennes de la région liégeoise ont décidé d’aller exercer leur activité aux Pays-Bas, à quelques kilomètres de chez eux.
    Michaël Del Bianco est coiffeur (salon XYZ) à Haccourt (Visé), à quelques minutes à peine de la frontière avec les Pays-Bas. Lui, il envisage la création d’un salon éphémère (un pop-up), à Eijsden, une petite commune proche de Maastricht.
    « J’ai pas mal de clientes frontalières qui viennent se faire coiffer ici et on a donc pensé installer un salon éphémère à Eijsden, à 5-6 kilomètres de chez nous. On louerait un rez-de-chaussée commercial à quelqu’un qui, par exemple, aurait du mal à le louer avec la situation actuelle et qui serait peut-être ravi de nous le louer quelques semaines. Quant au matériel, on peut facilement le louer. C’est clair que ça va nous coûter de l’argent mais les clients, eux, continuent à se faire coiffer. Du matin au soir, ils nous demandent : ‘Pouvez-vous venir chez nous ?’. Or, pour moi, travailler au domicile des gens, rien de tel pour transmettre le Covid. Le client prend des risques aussi. Je préfère donc un pop-up. Mon comptable étudie actuellement la faisabilité et, si j’ai son feu vert, en une semaine, on peut tout préparer’, conclut-il.
    L'article complet est à lire dans votre journal la Meuse de ce mardi 1er décembre 2020

  • La Saint Eloi aujourd'hui 1 décembre 2020. Bonne fête aux Métallos et métiers de la construction et autres du Saint patron !

    saint éloi.jpg

    Bonne fête aux Métallos et métiers de la construction et autre du Saint patron !
    Elle permet aux métalliers de maintenir vivantes leurs traditions et de mettre à l’honneur les professionnels reconnus pour leur savoir-faire et leur engagement pour le métier.
    Elle est également l’occasion pour les métalliers de rencontrer leurs confrères.
    La tradition remonte au Moyen-Âge, du temps des »miquelets », les bûcherons de l’époque. Leur travail était pénible: ils s’occupaient de l’abattage et du flottage du bois sur la Semois.
    Comme la tâche n’était pas sans danger, ils s’étaient mis sous la protection de saint Nicolas, qu’ils avaient choisi comme patron, et qu’ils fêtaient chaque année, le 6 décembre, en organisant en son honneur une procession du pain béni.
    Au fil du temps, le travail du bois a cédé sa place au travail du métal. En moins d’un demi-siècle, la confrérie des miquelets va disparaître et les bûcherons vont devenir ferronniers, ouvriers de la quincaillerie dans les industries métallurgiques installées entre-temps à Bouillon.
    D’un point de vue religieux, les ferronniers vont reprendre à leur compte la tradition des pains bénis, mais en transposant leur fête au 1er
    L'article complet et des photos publiées par le groupe des agricultrices sur le blog Nandrin Sudinfo !
    A visionner ICI :
    https://nandrin.blogs.sudinfo.be/archive/2020/12/01/la-saint-eloi-aujourd-hui-1-decembre-2020-bonne-fete-aux-met-316162.htmlfbclid=IwAR0W_V0OBzgal3BuCsRTiawQv8qiNuGPJXMi19UBIZLvYEl3CvAvLKFAtSo

  • Enquête dans nos communes. Les illuminations de Noël : quels coûts ? Et à Bassenge ?

    illuminations noël dépenses bassenge.pngLes illuminations de Noël font leurs apparitions dans nos villes et villages. Chaque année, les lumières envahissent les rues à la période des fêtes pour le plus grand bonheur des petits comme des grands. Une atmosphère féerique qui a un coût.
    Le traditionnel arbre de Noël est loin de passer à la trappe cette année encore. Les fêtes de fin d’année riment souvent avec tradition et le sapin de Noël ne déroge pas à la règle.
    Ainsi, à Bassenge, des sapins naturels sont placés devant les édifices communaux et un arbre de 6 à 8 mètres est installé sur la place de Roclenge. (Photo Regor)
    Un dossier complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 30 novembre 2020

  • Attention aux conditions glissantes cette nuit et lundi matin

    météo glissant.jpg

    Ce soir et la nuit prochaine, un matelas nuageux recouvrira le territoire. On prévoit également de la brume et des bancs de brouillards givrants locaux.
    Les températures plongeront vers des valeurs de -6 degrés en Hautes Fagnes, -3 degrés dans le centre et -1 ou -2 degrés dans l’ouest. Le vent sera généralement faible d’est puis virant au sud à sud-ouest.
    Lundi matin, il gèlera partout. Le ciel s’ennuagera progressivement depuis le littoral, alors qu’en haute Belgique, le temps restera assez ensoleillé durant une bonne partie de la journée.
    Des précipitations sont attendues en soirée sur l’ouest. Les maxima oscilleront entre 3 degrés en Ardenne et 9 degrés à la mer. Le vent sera modéré de secteur sud-ouest.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://lameuse.sudinfo.be/696722/article/2020-11-29/attention-aux-conditions-glissantes-ce-matin-et-la-nuit-prochaine

  • Environnement Bassenge. Optimisation de l’implantation des poubelles et des tournées de collecte avec le soutien de Be-WaPP

    Suite à un appel à projets lancé en septembre 2020 par Be WaPP, 79 communes wallonnes vont bénéficier de l'accompagnement d'un consultant externe afin d'optimiser leur parc de poubelles installées dans l’espace public. Bassenge en fait partie.
    Pourquoi ?
    Poubelles trop petites, mal placées ou insuffisamment vidangées sont autant d'éléments qui favorisent l'abandon de déchets au sol ou dans la nature. Quand on sait que placer les bonnes poubelles aux bons endroits permet de réduire de 50% les déchets sauvages, on mesure l'importance pour les communes de réaliser une analyse et un diagnostic précis de l'ensemble de leurs infrastructures. Elles seront à même alors d'organiser de manière plus efficace leurs tournées de collecte en fonction d'une meilleure connaissance de la vitesse de remplissage des différentes corbeilles.
    En pratique
    Durant 6 mois, un consultant externe mis à disposition par l’asbl Be WaPP aura pour mission d’encadrer et de soutenir chaque commune participant au projet dans la réalisation d’un diagnostic des poubelles publiques présentes sur son territoire.
    L’étude se basera sur un inventaire géolocalisé réalisé par les communes au moyen de l’application PRO-preté mise à leur disposition gratuitement par Be WaPP.
    Outre la localisation, c’est aussi le volume, la fréquence de vidange ainsi que le type d’environnement dans lequel les poubelles sont placées qui seront analysés.
    Par la suite, le consultant, avec l’aide de mesures prises par la commune, devra monitorer le taux de remplissage des poubelles ainsi que la quantité de dépôts clandestins dans ou autour de celles-ci.
    Grâce aux résultats de différentes analyses, la commune aura une vision claire quant aux poubelles publiques considérées comme problématiques ou mal utilisées et pourra réagir en conséquence. Au programme, déplacement de certaines poubelles, mise en place de nouvelles corbeilles de rue et de cendriers ainsi qu’optimisation des tournées de collecte en termes de fréquence et d’itinéraire.
    Bassenge figure dans le premier groupe de communes participantes.
    https://www.walloniepluspropre.be/optimisation-de-limplantation-des-poubelles-et-des-tournees-de-collecte/?fbclid=IwAR1CijIpCikRqtf2znILZCIIFh2RdrQUFrCu16wxxOqBewgaClpuPQ2UCdE