Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 2

  • Commandement militaire de la Province de Liège. Avis aux habitants de Bassenge et de la Basse-Meuse !

    militaires exercices.jpgMessage du Commandement militaire de la Province de Liège.

    Du 14 au 18 octobre 2019, la Défense organisera l'exercice "Freedom Guardian". Parcours commando avec escalade, piste de cordes, échelle de corde, "Death-Ride", traversée de plan d’eau à la nage, navigation sur le Canal Albert et bivouac attendent les militaires participants.

    Nous tenons à rassurer la population et à nous excuser pour les éventuels désagréments occasionnés. (Photo prétexte)

  • Glons : une nouvelle boutique artisanale

    boutique artisanale glons.jpgUne nouvelle boutique artisanale vient d’ouvrir ses portes à Glons. Tous les renseignements sur l’illustration.

    boutique artisanale glons.jpg

  • Liège. La foire d’octobre est officiellement ouverte !

    foire de liège 2019.pngLa Foire d’Octobre est officiellement ouverte. Elle a débuté ce samedi 5 octobre et elle restera ouverte jusqu’au lundi 11 novembre 2019. Les mercredis, samedis, dimanches et jours fériés, elle ouvre à 14h. Les autres jours, à 15h30. Une seule grande nouveauté lors de cette édition 2019 : le Move it 32. Cette attraction est unique en son genre en raison de son mouvement articulé autour de trois axes. (Source 7 Dimanche)

  • Communiqué. Contamination à la Listeria dans des produits à base de viande aux Pays-Bas. En Belgique, Aldi procède au rappel d’un produit. D’autres pourraient être concernés

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngDes informations officielles sont demandées sans délais à la NVWA aux Pays-Bas

    En Belgique, un produit fait actuellement l’objet d’un rappel auprès des consommateurs en raison d’une éventuelle contamination à la Listéria. Il s’agit d’un produit de charcuterie « Rôti de bœuf » de la marque Délifin vendu dans les magasins Aldi. Toutes les dates de péremption (jusqu'au 13/10/2019) sont concernées. En concertation avec l’AFSCA, Aldi a rappelé le produit auprès des consommateurs et l’a immédiatement retiré de la vente. Comme pour chaque rappel, l’AFSCA effectue des contrôles sur le terrain pour s’assurer que le produit a bien été retiré de la vente. Les consommateurs qui ont acheté ce produit sont priés de ne pas le consommer et de le retourner au point de vente.

    L'Agence alimentaire n’a pas encore été officiellement informée par la NVWA (autorité néerlandaise pour la sécurité des produits alimentaires) et a pris contact avec les autorités néerlandaises par l'intermédiaire du système d'alerte rapide européen Food et Feed (RASFF) pour recevoir des informations sur d’éventuelles livraisons supplémentaires.

    Une contamination à la Listeria dans divers produits à base de viande a été rapportée aux Pays-Bas. Il s’agit de produits en tranches, préemballés, provenant d’une entreprise néerlandaise (Offerman) qui sont vendus dans des supermarchés aux Pays-Bas. L’Agence alimentaire appelle instamment les autorités néerlandaises à fournir des informations sur la situation actuelle, notamment sur d’éventuelles livraisons supplémentaires de produits contaminés.

    Le rappel de produit précédemment signalé par Aldi (rôti de bœuf), fait suite à la mise en évidence du fait que le producteur Offerman leur avait livré le produit.

     

    A propos de la bactérie Listeria monocytogenes

     

    Listeria monocytogenes est une bactérie présente naturellement dans l’environnement : on la retrouve dans le sol, dans l’ensilage, dans les matières fécales, dans les eaux usées et dans l’eau des égoûts, dans l’eau et dans l’environnement de production de denrées alimentaires.

    Listeria monocytogenes est surtout transmise à l’homme via l’alimentation et peut alors provoquer une maladie qui peut prendre la forme d’une gastro-entérite modérée ou une forme plus grave qui peut, dans certains cas, être mortelle.

    Listeria monocytogenes est une bactérie très résistante qui peut survivre et se développer dans un environnement refroidi, tel que l’environnement de production de denrées alimentaires et le frigo ménager. C’est la raison pour laquelle la maîtrise de cette bactérie constitue un défi pour l’industrie alimentaire et pour laquelle le consommateur doit accorder suffisamment d’attention à la manipulation et à la préparation correcte des denrées alimentaires dans sa cuisine.

     

    Selon Sciensano, il y a environ 75 cas d'infection à la Listériose en Belgique chaque année. Le nombre de contamination reste stable au fil des ans. 

     

    Conséquences pour la santé et groupes à risque

     

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listéria sont les suivants : fièvre, maux de tête, diarrhée et douleurs musculaires. Dans certains cas, il peut s’écouler jusqu’à huit semaines après l’ingestion de l’aliment contaminé, avant l’apparition de symptômes reconnaissables. Les personnes qui présentent ces symptômes doivent consulter leur médecin. La listériose est une maladie qui peut être grave. Les femmes enceintes, de même que les personnes immunodéprimées (par exemple les personnes souffrant d’un cancer) et les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes.

     

    La listériose peut également, dans les cas les plus graves, causer des avortements, des naissances prématurées, des mortinatalités ou des encéphalites chez les bébés.

    Le risque de développer la maladie dépend de la virulence de la souche qui a été ingérée via l’alimentation, de la sensibilité du consommateur et de la quantité de bactéries ingérées.

     

    Contrôles de l’AFSCA

    L'AFSCA effectue tout au long de l’année des contrôles sur les agents pathogènes. En 2018, 9155 échantillons de denrées alimentaires ont été prélevés pour analyse sur Listeria, 99,2% étaient conformes.

    Lors de l'analyse des aliments à la recherche d’agents pathogènes, l'accent est mis sur les micro-organismes qui peuvent causer des maladies chez l'homme par la consommation d'aliments qui contiennent des agents pathogènes. Les micro-organismes pathogènes comprennent les bactéries, y compris Listeria monocytogenes.

     

    Recommandations pour les consommateurs

     

    Le fait de cuire, frire ou faire bouillir les aliments tue la bactérie Listéria. La bactérie ne résiste pas aux températures élevées, c’est pourquoi il faut bien réchauffer ses aliments. 

     

    Les femmes enceintes, les petits enfants, les personnes âgées ou au système immunitaire affaibli doivent éviter de consommer des produits à risque. Les produits à risque sont : le lait cru, les fromages à base de lait cru, le poisson fumé (saumon, maquereau, truite, …), la charcuterie fumée, la viande crue, les préparations à base de viande crue, les légumes à feuilles préemballés, le melon prédécoupé préemballé, les germes de légumes, …

    Les denrées alimentaires périssables doivent être conservées au frigo et la température de celui-ci doit être régulièrement contrôlée. La température du frigo doit se situer entre 0 et 7°C, en moyenne à 4 ou 5°C. 

    Il est recommandé de respecter les dates limites de consommation indiquées sur l’emballage, de lire toutes les indications mentionnées sur l’étiquette des denrées alimentaires et de respecter scrupuleusement les instructions du fabricant si elles sont indiquées.

    Pour éviter les contaminations croisées, il est conseillé de laver, avant réemploi, les surfaces qui ont été en contact avec les aliments crus et de nettoyer les ustensiles de cuisine avant et après usage.

    Pour plus d’informations, les consommateurs peuvent prendre contact avec le point de contact de l’AFSCA au 0800/ 13 550 ou via pointdecontact@afsca.be

    Plus d’information à propos de la Listéria :

     http://www.afsca.be/viepratique/intoxicationsalimentaires/listeriainfo/

    (Source communiqué de l’AFSCA)

  • Les taxes poubelles vont augmenter dès 2020 en province de Liège

    intradel.jpgDès 2020, Intradel, l’intercommunale qui gère le traitement des déchets de 72 communes de la province de Liège, augmentera ses tarifs. Une augmentation qui, sauf miracle, devrait avoir des conséquences sur le portefeuille des citoyens. Mais les communes auront quand même le dernier mot.

    ntradel envisage d’augmenter les cotisations qu’elle demande chaque année à chacune des 72 communes de la province de Liège qui bénéficient de ses services. Pour 2020, cette augmentation devrait atteindre les 4,8 %. Mais la facture pourrait encore augmenter de 2 % en 2021 et en 2022.

    Ce que ça va coûter aux citoyens

    Cette augmentation des tarifs ne concerne ici que les communes. Mais, en matière de déchets, ces communes sont tenues d’appliquer le coût vérité. En clair, elles doivent répercuter sur le citoyen, via la taxe, tous les coûts (dans une fourchette comprise entre 95 et 110 %) liés à la collecte et au traitement des déchets.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 4 octobre 2019

    https://www.lameuse.be/449099/article/2019-10-03/les-taxes-poubelles-vont-augmenter-des-2020-en-province-de-liege

  • Bassenge: un octogénaire condamné pour avoir harcelé ses voisins

    Un habitant de Bassenge a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 10 mois de prison avec sursis et à une amende après avoir commis des faits de harcèlement et de menace contre ses voisins. Il s’était également rebellé contre des policiers. Cet octogénaire était englué dans un important conflit de voisinage et obstiné dans sa version des faits.

    Le conflit entre cet habitant de Bassenge et ses voisins était né en 2010. Le prévenu avait acheté une maison et avait immédiatement reproché à ses voisins d’empiéter sur son terrain. Il avait commis des faits de destruction d’une citerne. La justice avait ensuite constaté, après expertise, que c’est le prévenu qui empiétait sur le terrain de ses voisins. L’homme avait été condamné à des astreintes et en avait conservé une importante rancœur.

    Devenu obtus et agressif, le prévenu répétait des faits de menaces et de harcèlement contre ses voisins. Le 1er septembre 2016, il avait jeté des pétards et tiré à la carabine à air comprimé sur leur façade. La police était intervenue pour constater les tirs et mettre fin à une situation évaluée comme dangereuse.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 4 octobre 2019

    https://www.lameuse.be/448992/article/2019-10-03/bassenge-un-octogenaire-condamne-pour-avoir-harcele-ses-voisins

  • A partir du 1er décembre, on arrondit. Les 1 et 2 centimes seront vendus, échangés ou détruits

    Plus de 24 millions d’euros circulent toujours 

    Avec l’obligation d’arrondir les montants payés en cash dans les commerces, les pièces de 1 et 2 centimes se feront de plus en plus rares. Une bonne nouvelle pour les utilisateurs qui les égaraient un peu partout. Elles seront alors vendues, échangées voire détruites. 

    Perdues dans nos poches ou tiroirs, les petites pièces rouges de 1 et 2 cents ont souvent eu tendance à disparaître dans la nature. Et ce, depuis leur création. « Chaque année, il fallait en refrapper parce qu’elles ne circulaient simplement pas », confirme la Banque nationale de Belgique. Résultat ? Bien que la production ait été complètement stoppée, on recense encore aujourd’hui 798.676.390 pièces de 2 cents et 831.243.399 pièces de 1 cent. Soit un total de 24.285.961,8 euros ! À titre de comparaison, les pièces de 2 euros sont bien moins nombreuses avec quelque 411 millions de pièces en circulation.

    Bonne nouvelle cependant : dès le 1 er décembre, tous les montants payés en espèces devront être arrondis. Finis les 10,23 euros. Vous payerez désormais 10,25 euros. Un arrondi qui ne sera pas toujours au désavantage des clients puisqu’il est prévu d’arrondir aux 0 ou 5 cents les plus proches. Une note de 10,12 euros sera, par exemple, revue à la baisse.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.257515912.2027276932.1569846306-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-03,BASSE-MEUSE,1|2

  • A proximité – Juprelle. Mobilité : priorité de droite sur toute la route provinciale. Juprelle l’envisage pour diminuer la vitesse

    rue provinciale juprelle.jpgJuprelle l’envisage pour diminuer la vitesse

    C'est un changement majeur auquel les automobilistes pourraient devoir s'habituer. Axe jusqu'ici prioritaire, la rue Provinciale pourrait perdre son statut. A la place, la priorité de droite pourrait être instaurée. Une manière de diminuer la vitesse. Mais ça ne se fera pas à n'importe quelles conditions. 

    La rue Provinciale est un des axes majeurs de Juprelle. Elle traverse plusieurs villages de la commune et permet de relier Rocourt à Glons. Durant des décennies, cette route a été gérée par la Province. Mais il y a quelques années, elle a été rétrocédée à la commune. Depuis, c'est à Juprelle d'en assurer l'entretien mais également de prendre ou modifier des règlements en matière de circulation. Après une récente adaptation de la vitesse, un autre changement majeur pourrait entrer en vigueur. Jusqu'ici, la rue Provinciale est un axe prioritaire. Tous les véhicules qui viennent d'une rue adjacente doivent céder le passage aux automobilistes qui roulent sur la rue Provinciale. Le hic, c'est que, sur plusieurs centaines de mètres, la rue Provinciale est plutôt rectiligne. Et axe prioritaire et longue ligne droite donnent souvent lieu à pas mal d'excès de vitesse. C'est la raison pour laquelle le Collège communal envisage d'abandonner le statut d'axe prioritaire pour instaurer des priorités de droite sur la rue Provinciale.

    christine servaes propos.jpg« C'est une réflexion que nous avons eue lors d'une commission sur la sécurité routière, explique Christine Servaes, bourgmestre de Juprelle. On cherche un moyen de diminuer la vitesse sur cette rue. Si on installe un dispositif comme à Glons (une succession de chicanes et autres ralentisseurs, ndlr), les gens râlent. Mettre un radar répressif ? On y a pensé mais le parquet ne veut plus poursuivre. »

     « Mais tout cela ne se fera pas si les autres communes, Herstal et Bassenge, ne suivent pas. Cela n'aurait aucun sens de le faire seul. »

    L’article complet àlire dans votre journal La Meuse de ce mercredi :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.59354542.2027276932.1569846306-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-02,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-02,BASSE-MEUSE,1|9

  • Bassenge. Aéroport et nuisances sonores … Mesures en faveur des riverains

    Communiqué (Source Facebook Commune de Bassenge voir en bas de page)

    Le passage régulier d'avions dans le ciel de Bassenge a dernièrement interpellé certains habitants de notre commune.

    L'aéroport de Liège (Bierset) étant tout proche et le fait que Bassenge se situe en zone D, les avions survolent notre territoire aussi bien lors de leurs décollages que de leurs atterrissages et cela peut occasionner des nuisances sonores.

    Dernièrement, le Collège a invité les responsables de la Sowaer à venir présenter les mesures que le gestionnaire des aéroports wallons mets en place en faveur des riverains.

    Ainsi, tout propriétaire au 13 juillet 2004 d’une habitation périphérique à une des zones du PEB a la possibilité de faire vérifier le niveau sonore lié au trafic aérien via la pose d’un sonomètre.

    Si la mesure démontre que l’habitation est soumise à des niveaux sonores plus élevés que prévus, le propriétaire pourra prétendre aux mesures équivalentes aux niveaux sonores enregistrés au droit de son habitation.

    Des mesures d’encadrement ont également été adoptées afin de limiter le bruit à la source :

    En agissant sur les heures d’ouverture des aéroports (comme Charleroi par exemple)

    En imposant des restrictions de décollage et d’atterrissage,

    En imposant des seuils de bruits, exprimés en Lmax, à respecter.

    La Sowaer met également à disposition des riverains, un guichet unique pour répondre à toute demande d’information qui a trait à la gestion des mesures environnementales.

    Pour le contacter :

    Aéroport de Liège

    Bâtiment n°50 – 2ème étage

    4460 GRACE HOLLOGNE

    Tél.: 04/225 83 20N° gratuit: 0800/25 747ent n°50 – 2ème étage

    4460 GRACE HOLLOGNE

    Tél.: 04/225 83 20

    N° gratuit: 0800/25 747

    Fax : 04/225 83 21

    infoliege@sowaer.be

    Sowaer environnement Liège

    Cellule immobilière :

    +32 (0)4 225 8324

    locataireliege@sowaer.be

    Ouvert tous les jours de 9 à 12h et de 14 à 17h

    Fermé le mardi matin et le vendredi à partir de 16h.

    Besoin d'informations complémentaires ?

    N'hésitez pas à consulter le site : https://www.sowaer.be/environnement/

    Sachez aussi que la Sowaer intervient financièrement de diverses manières en fonction de la zone dans laquelle vous habitez (en tant que propriétaire au plus tard au 13 juillet 2004) :

    En zone A & B :

    Acquisition d’immeubles

    Primes de déménagement pour les locataires

    Indemnité pour trouble commercial ou professionnel

    En zone A, B & C :

    Prise en charge à 100% des travaux d’insonorisation

    En zone D :

    Octroi de primes à l’insonorisation

    Pour obtenir plus d’infos sur la localisation de votre bien et les mesures y liées, vous pouvez remplir le questionnaire à l'adresse : https://www.sowaer.be/formulaire-faq-docs-liens-utiles/?formulaire=6

    (Source :

    https://www.facebook.com/notes/commune-de-bassenge/a%C3%A9roport-et-nuisances-sonores-mesures-en-faveur-des-riverains/2636186436421202/ )

  • Eben-Emael. Reconstitution de la libération de la Vallée du Geer et du Fort d’Eben-Emael en septembre 1944 par les troupes américaines : le reportage vidéo !

    Ces 28 et 29 septembre 2019 se tenaient au fort d’Eben-Emael, d’importantes reconstitutions historiques de la libération de septembre 44 qui étaient animées par des dizaines de figurants et leurs véhicules.

    Le reportage complet en vidéo de Jean Geelen, vidéaste de Kanne que nous remercions.

    Plus reportage vidéo d'atmosphère

  • Prudence ce dimanche: l’IRM place l’ensemble du pays en alerte

    météo pluie.jpgLa journée de dimanche sera marquée par un vent assez fort à fort avec, dès midi, des rafales de 70 à 80 km/h, prévient l’Institut royal météorologique. La pluie alternera avec des périodes plus sèches.

    Une dépression se déplace dimanche de l’Angleterre vers le Danemark via la mer du Nord, accompagnée d’une zone de pluie qui s’abattra en matinée sur la Belgique. Des périodes sèches alterneront ensuite avec les averses, qui s’intensifieront toutefois en cours d’après-midi et en soirée depuis l’ouest. Quelques coups de tonnerre ne seront pas à exclure.

    Les températures maximales varieront entre 15ºC sur les sommets de l’Ardenne et 19ºC dans l’ouest, tandis que les minima descendront jusqu’à 8ºC à 13ºC.

    Ces prévisions poussent l’IRM à placer l’ensemble du pays en alerte jaune au vent de 13h ce dimanche à 02h ce lundi. « Aujourd’hui, nous prévoyons dès midi des rafales entre 70 et 80 km/h, voire localement un peu plus. La force du vent diminuera graduellement durant la nuit de dimanche à lundi » prévient l’Institut royal météorologique sur son site internet. (Article complet à lire sur La Meuse.be )

  • A proximité. L’autoroute abandonnée A601 ne va finalement pas être réhabilitée

    Rappelez-vous, le 12 avril dernier, contre toute attente, l’ex-ministre de la Mobilité wallon, Carlo Di Antonio (cdH) annonçait dans son plan infrastructures la réouverture de l’A601, une bretelle d’autoroute qui relie à double sens, sur 5 kms, la E40, à hauteur des Hauts-Sarts, à l’E313, à Milmort.

    En décembre 2014, la Sofico avait décidé de la fermer car son revêtement était dans un état pitoyable, la rendant bien trop dangereuse à la circulation. Et voici qu’une enveloppe de 10 millions € était prévue pour la réhabiliter.

    C’était une très bonne nouvelle pour les 13.500 usagers qui l’empruntaient quotidiennement et qui devaient depuis faire un détour de quelques kilomètres, via l’échangeur de Vottem.

    Pour rester cohérent

    Mais patatras ce vendredi, le nouveau ministre wallon de la mobilité, Philippe Henry (Écolo), nous a confirmé l’abandon de ce projet.

    « Oui, c’est vrai, dit-il. Mais ce n’est que la traduction de l’accord de gouvernement qui prévoit un STOP au béton et aux nouvelles routes en Wallonie. Il faut être cohérent et ne pas faire l’inverse de ce qu’on a décidé avec nos partenaires libéraux et socialistes. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://basse-meuse.lameuse.be/445345/article/2019-09-28/lautoroute-abandonnee-a601-ne-va-finalement-pas-etre-rehabilitee?fbclid=IwAR2PVeYOlxJa_H8uAYe3X_ptEBG7_AkQ9eJO4MhNLUVtAE1GbeWW2EN0cUw

  • Le projet éolien de Luminus à Wonck en passe d'être à nouveau recalé

    La RTBF rapporte que les résultats des enquêtes communales, terminées à la mi-septembre, n’ont pas encore été transmis en totalité à l’administration wallonne mais que, déjà, le conseil de l’environnement vient de publier son avis. Il est défavorable.

    Toujours selon la RTBF, le premier argument fait état de l’absence d’un plan global pour ce genre d’équipement (trop d’éoliennes concentrées dans une même zone). Le second, avance les conséquences pour les oiseaux et les chauves-souris (l’impact sur plusieurs espèces serait significatif), même si des mesures importantes sont prises.

    Enfin troisième point, les parcelles concernées sont toutes classées, administrativement, au plan de secteur, comme "dépendances d’extraction" et de se demander à quoi sert d’implanter des éoliennes aux Hauts de Froidmont si, dans quelques années, il faut creuser pour exploiter le sous-sol ?

    L’article à lire en suivant ce lien :

    https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_le-projet-eolien-de-luminus-a-wonck-en-passe-d-etre-a-nouveau-recale?id=10325604

  • Les parquets se déchargent. Les communes font toujours plus le travail de la justice

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngCoups, vols… Elles ne sanctionnent pas que les crottes de chien ! 

    Dans les palais de justice du pays, les parquets sont débordés. Alors, plutôt que de classer les dossiers sans suite et de laisser les contrevenants impunis, ils délèguent aux communes. Celles-ci peuvent sanctionner de plus en plus d’infractions. Dans le Borinage, certaines communes commencent à trouver la tâche un peu lourde et hésitent à signer un protocole avec le parquet. 

    Les sanctions administratives communales (SAC), inventées par le législateur en 1999, permettent de sanctionner de plus en plus d’infractions sans passer par la case justice. Cela a commencé en 2006 par les petites incivilités (crottes de chien, uriner en rue…) Puis en 2008, on a ajouté les infractions liées à l’environnement (feu au fond du jardin…). En 2013, toutes les infractions liées au stationnement (sauf le défaut de paiement aux horodateurs) ont été ajoutées. Puis sont arrivées les « infractions mixtes » où l’on trouve des choses graves tout de même comme les vols simples, les injures, les coups et blessures sans incapacité…

    Certaines communes commencent à trouver le panier bien lourd. C’est le cas de cinq municipalités boraines (Boussu, Colfontaine, Frameries, Saint-Ghislain, Quaregnon) qui hésitent à adhérer au protocole d’accord avec le parquet de Mons qui, vu ses maigres moyens, dit ne plus pouvoir traiter que 8.000 dossiers par an (sur les 60.000 qui lui arrivent en correctionnel).

    Au parquet de Namur, toutes les communes de la province ont adhéré au protocole proposé par le procureur du Roi Vincent Macq. La dernière commune y a adhéré en 2018. « J’aurais préféré qu’on me donne les moyens, mais je ne les ai pas », explique le procureur Macq. « Ce protocole est plus qu’un excellent plan B : ça garantit une réponse là où il n’y en a plus depuis un petit temps. Cela met fin à un sentiment d’impunité et d’insécurité pour les gens qui sont victimes de ces faits. » Et toutes les infractions sont reprises dans le protocole.

    Du côté de l’Union des Villes et des Communes, on voit ça sous un autre angle. « Ce n’est pas le rôle des communes de faire le travail de la justice », réagit Ambre Vassart, conseillère. « Dès lors, si une commune n’a pas les capacités humaines et matérielles de remplir cette nouvelle mission, elle peut ne pas le faire et il ne faut pas la blâmer ! »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.219688665.1328740415.1569498809-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-09-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-09-27,BASSE-MEUSE,1|16

  • Une nouvelle plate-forme en ligne pour les fruits et légumes en surplus

    pommes.jpgUn nouveau site de vente aux enchères intitulé Frutova vise à éliminer le gaspillage de fruits et légumes en vendant les surplus et surproductions provenant de cultivateurs, grossistes et importateurs, ont annoncé jeudi ses deux fondateurs.

    Selon les calculs de ces derniers, la différence entre l’offre et la demande de fruits et légumes en Belgique peut atteindre jusqu’à 1 à 2 % du chiffre d’affaires annuel, soit plus de cinq milliards d’euros. Ces surplus ont dû être cueillis, transportés, emballés et refroidis et ont donc déjà un impact environnemental. « Frutova réunit directement les vendeurs et les clients finaux afin de résorber les surplus et surproductions », résume l’un des deux fondateurs de la plateforme, Guy Claessens. « Nous créons ainsi de la demande supplémentaire sur le marché. »

    La plateforme cible principalement des clients B2B (entre professionnels) comme les maraîchers, commerçants, mais aussi les clubs sportifs et écoles.

    Frutova est une co-entreprise avec la plateforme de ventes aux enchères en ligne Vavato, mise sur pied en 2015.

    ( Source Belga)