Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Zichen. L’incendie ne provoque plus de fumées que sur le site et il est pratiquement circonscrit

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLes fumées provoquées par l’incendie de Mennestraat à Zichen ne se limitent plus maintenant qu’au site de la société. A 12h00, les pompiers étaient toujours occupés à circonscrire l’incendie. (Source Riemst.be)

  • Attention ! Message d’alerte de la commune de Riemst ! Dégagement de fumées suite à un incendie à Zichen!

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngATTENTION: Dans la Mennestraat à Zichen, un incendie d’entreprise a eu lieu à Roosen Borgh la nuit dernière, au cours duquel de la fumée s'est dégagée, elle se dirige maintenant vers le centre de Riemst. Les services d'urgence sont sur place et demandent à tous les résidents de Zichen et des alentours de garder les fenêtres et les portes fermées. Éteignez également les systèmes de ventilation. Évitez l'environnement et suivez cette page pour les mises à jour.

    MISE À JOUR 10h00: l'incendie est sous contrôle, mais les services d'urgence sont toujours en train de s'éteindre. La nuisance liée à la fumée peut persister pendant un certain temps. Il n'y a pas de victimes.

    MISE À JOUR 10h25: L'incendie concerne l'écorce des arbres et le bois déchiqueté. La fumée ne constitue donc pas un danger immédiat. Cependant, comme la fumée n'est jamais saine, nous vous demandons de garder les fenêtres et les portes fermées et de garder les systèmes de ventilation éteints aussi longtemps que vous ressentez des nuisances dues à la fumée ou aux odeurs.

    Le site de la commune de Riemst :

    https://www.riemst.be/nl/nieuws/brand-roosen-borgh-zichen

  • Arnaque en région liégeoise : un faux cabinet d’avocats leur réclame 470 euros

    arnaque région liégeoise.jpgCette semaine, plusieurs Liégeois ont été victimes d’une arnaque téléphonique. Un faux cabinet d’avocats leur  envoyait un coup de téléphone pour un abonnement qu’ils auraient souscrit avec une agence de voyages. Deux d’entre eux ont décidé d’expliquer la supercherie. 

    « Van den Brink », si ce nom vous dit quelque chose, c’est que vous avez été victime d’une arnaque. Ces derniers jours, plusieurs Liégeois nous ont alertés concernant des coups de téléphone suspects. Parmi eux, on retrouve Sébastien. Cet habitant de Slins raconte le moment où son téléphone a sonné : « C’est arrivé ce vendredi. À l’autre bout, j’ai entendu une voix d’une femme. Elle avait un accent flamand quand elle parlait ». Et le plus intéressant arrive : « Elle s’est présentée comme membre du cabinet d’avocats Van den Brink. Ça avait l’air sérieux ».

    « Ils étaient très agressifs »

    À Seraing, Eric, 38 ans, est victime de la même mésaventure : « Oui, moi aussi j’ai reçu le même coup de téléphone et je peux vous dire que ça avait l’air plus que sérieux ». Et pour cause, à l’autre bout de la ligne, des arnaqueurs avaient préparé tout un stratagème pour piéger leurs victimes.

    « Ils m’ont expliqué que j’avais parlé avec une agence de voyages l’année dernière. Apparemment, à ce moment-là, j’aurais souscrit à un abonnement pour recevoir un catalogue. J’avais alors 14 jours pour renoncer, mais je ne l’aurais pas fait », explique Sébastien. « Je vous avoue que ça m’a un peu inquiété. Elle avait beaucoup d’informations sur moi. Et en plus, on ne se souvient pas toujours des gens qu’on appelle pendant l’année. Il se passe tellement de choses ! Du coup, je me suis mis à lui poser des questions. Ça ne lui a pas plu ».

    Effectivement, le ton monte très rapidement et le cabinet d’avocats commence à menacer nos deux Liégeois : « Ils étaient très virulents et agressifs. Ils m’ont dit que si je ne payais pas 470 euros immédiatement, ils enverraient les huissiers chez moi. Et que je devrais alors payer 1200 euros ».

    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 16 septembre 2019

  • Bassenge : un élève et une éducatrice victime de coups

    Un suspect a été déféré au Parquet de Liège.

    La DH du 10 septembre dernier rapporte que le lundi 9 vers midi, la police s’est rendue au CEFA de Glons, à Bassenge. Un élève et une éducatrice avaient été victimes de coups portés par des anciens élèves de l’établissement.

    Le jeune homme victime de l’agression se trouvait avec des amis sur le trottoir devant l’établissement. Il a été pris à partie par trois individus. L’éducatrice a ouvert la barrière pour permettre à l’élève de rentrer dans l’enceinte de l’établissement, mais la scène de coups s’est poursuivie et l’éducatrice a reçu un coup de poing. Un suspect a été déféré au Parquet de Liège ce mardi.

    Source : la DH.

    Photo prétexte Google maps.

  • Des centaines d’objets volés à récupérer à la police de Liège

    Suite à une opération d’envergure, la police de Liège est parvenue à mettre la main sur des centaines d’objets volés dans des véhicules et des habitations en région liégeoise. Ceux-ci ont été entièrement répertoriés et la police vous permet désormais de les récupérer.

    Après une première session d’identification et de restitution d’objets volés au mois d’août, la Police locale de Liège permet à nouveau à la population de récupérer des objets volés retrouvés lors d’une opération policière d’envergure.

    Vous pouvez les récupérer

    La Zone de Police de Liège a tout répertorié et souhaite le faire savoir à la population pour permettre aux victimes de récupérer leur bien.

    Rendez-vous sur le site www.policeliege.be  pour y découvrir les photos des objets retrouvés numérotés et classés par catégories.

    Tous les autres renseignements en suivant ce lien ou dans votre journal La Meuse de ce mercredi 11 septembre 2019

    https://www.lameuse.be/436061/article/2019-09-11/des-centaines-dobjets-voles-recuperer-la-police-de-liege

  • Liège – Judiciaire. Le bassengeois volait les photos de jeunes filles sur Facebook pour les diffuser aux pédophiles

    françois simonon bassenge.jpgFrançois Simonon, un Bassengeois de 26 ans, vient d’être condamné à quatre ans de prison ferme

    Devenues fantasmes de pédophiles malgré elles, humiliées, moquées, alpaguées en rue : tel a été le cauchemar de jeunes filles dont les photos publiées sur Facebook avaient été dérobées par François Simonon. Le pervers vient d’être lourdement condamné par le tribunal correctionnel de Liège. 

    Article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 10 septembre 2019.

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-09-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-09-10,BASSE-MEUSE,1|6

  • Bassenge: il abuse en ligne de l’identité de plus de 30 mineures

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngUn habitant de Bassenge âgé de 26 ans a été condamné ce vendredi 6 septembre 2019 par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de quatre ans de prison ferme pour des faits de diffusion et de détention de matériel pédopornographique. Le prévenu avait créé des centaines de faux profils sur des réseaux sociaux en utilisant des photos volées de jeunes filles mineures d’âge. Il les mettait en scène dans des histoires inventées à caractère pédophile.

    Durant sept années, le prévenu avait répété les faits malgré plusieurs avertissements de la justice. Incarcéré une première fois, il ne lui avait fallu que trois jours pour récidiver. Entre 2011 et 2018, deux dossiers avaient été constitués contre lui. Il avait encore été surpris en mai 2019 alors qu’il ne respectait pas les conditions liées à se remise en liberté et qu’il avait recommencé à créer de faux profils sur internet.

    Plus de trente très jeunes adolescentes avaient été victimes des agissements du prévenu, qui volait leurs photos sur les réseaux sociaux, les transformait en images à caractère pédophile et créait de faux comptes sur Facebook, Skype ou encore Skyrock, qu’il utilisait pour attirer des hommes pédophiles. Des centaines de faux profils et des milliers de conversations à caractère sexuel ont été découverts sur son ordinateur.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://www.sudinfo.be/id139723/article/2019-09-06/bassenge-il-abuse-en-ligne-de-lidentite-de-plus-de-30-mineures

  • Wonck. Inauguration de la Chapelle Sainte Anne après restauration : un événement convivial et très « rassembleur » (+ Vidéo)

    inauguration chapelle sainte anne, cérémonie chapelle sainte anneChronique de Roger Wauters

    Ils étaient très nombreux ce dimanche 1er septembre 2019 à avoir répondu à l’invitation lancée par Ali Aghroum à l’occasion de l’inauguration de la Chapelle Sainte Anne qui, comme on le sait, a été entièrement restaurée.

    Amis, sympathisants, bénévoles et artisans qui ont mis la main à la pâte, le groupe des Volon’terres et beaucoup d’autres personnes issues de différents horizons composaient un public éclectique venu manifester son enthousiasme devant la qualité des travaux de restauration entrepris - à l’identique et selon les règles de l’Art - pour faire de la Chapelle, qui était à l’abandon depuis des lustres, un véritable petit bijou.

    Mais c’est aussi et surtout à Ali qui en est devenu propriétaire que de nombreuses louanges ont été adressées : « Il l’avait promis. Il l’a fait. La Chapelle est magnifique ! »

    Cerise sur le gâteau, le Collège communal, au grand complet, a rehaussé l’événement de sa présence et une cérémonie liturgique qui fut célébrée par l’abbé Lucien Vanstipelen officialisa l’inauguration par une Bénédiction. (Vidéo)

    Je ne reviendrai pas en détail sur l’histoire abracadabrante de cette chapelle mise en vente aux enchères par le SPF Finances et acquise par mon ami Ali, si ce n’est pour signaler, en toute modestie mais par simple satisfaction que je partage avec toutes et tous, que c’est grâce au blogueur Sudpresse de Bassenge, votre serviteur, que mon ami a pu l’acquérir.

    La Chapelle Sainte Anne a été à la fois sauvegardée devant ses dégradations subies par le temps, gardée dans le patrimoine en devenant la propriété d’un bassengeois (un candidat anversois avait surenchéri) et, de par la magnifique restauration dont elle vient de faire l’objet, est regardée désormais comme un des plus beaux joyaux du petit Patrimoine de Bassenge.

    Une toute belle histoire… et un événement très « rassembleur »

    R.W.

    Une magnifique vidéo de Michel Philippet que nous remercions :

  • Vidéos polémiques à Bassenge: un chasseur tire sur des canards en plein cœur d’une prairie et non loin d’un RAVeL (vidéos)

    Sur Sudinfo ! Un chasseur est filmé en train de tirer des canards en plein cœur d’une prairie, à Bassenge. On y voit les bovins voisins apeurés et prendre la fuite, sans compter les habitations toutes proches. La scène inquiète.

    Des vidéos postées sur Facebook, dans un groupe relatant l’actualité dans la vallée du Geer, ont créé une petite polémique, ce vendredi matin. Mise en contexte. On y voit un chasseur, présent au beau milieu d’un pré, visiblement situé à Glons (Bassenge).

    Les vidéos sont prises à 9h du matin, à quelques mètres des premières habitations, du RAVeL tout proche, d’une crèche et d’un établissement qui accueille des stages pour enfants…

    ►►Et pourtant, rien n’est illégal... Explications

    L’article à lire en suivant ce lien :

    https://www.sudinfo.be/id138547/article/2019-08-30/videos-polemiques-bassenge-un-chasseur-tire-sur-des-canards-en-plein-coeur-dune

  • Le dancing Le Real à Tongres rouvre ses portes ce week-end

    Fermé à nouveau la semaine dernière sur ordre de la bourgmestre de Tongres, le dancing Le Real, chaussée de Liège, va rouvrir ses portes dès ce week-end. Il aurait, semble-t-il, été victime d’un quiproquo administratif.

    L’article à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/429715/article/2019-08-28/le-dancing-le-real-tongres-rouvre-ses-portes-ce-week-end

  • Bassenge: l’ouvrier tombé dans le puits va mieux

    Ce lundi matin, les pompiers de Liège ont été appelés sur un chantier de la rue de Waer, à Bassenge. Un ouvrier venait de chuter dans un puits de 6 mètres de profondeur. Ses jours ne sont plus en danger. L’enquête a été confiée au Contrôle du bien-être au travail.

    L’accident est survenu sur un chantier de la rue de Waer, à Bassenge. Un homme, qui travaillait, a chuté dans un puits d’une profondeur de 6 mètres. Pour l’instant, on ignore les circonstances exactes, mais l’Auditorat du Travail a mandaté plusieurs experts sur les lieux. La scène a été placée sous scellés et l’enquête a été confiée au Contrôle du bien-être au travail.L’homme a été blessé et ses jours étaient considérés comme en danger au moment de sa prise en charge. Cependant, vers 16h, l’Auditorat du Travail confirmait que les jours du blessé n’étaient plus en danger.

    Les pompiers de Liège sont intervenus avec le GRIMP. Ils ont sorti l’ouvrier du puits en utilisant une grue et une coquille.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/428628/article/2019-08-26/bassenge-louvrier-tombe-dans-le-puits-de-6m-va-mieux

  • Flash info ! Un homme chute dans un puits de 8m à Bassenge: ses jours sont en danger

    Ce lundi matin 26 août 2019, un homme a chuté dans un puits de 8 mètres de profondeur, situé sur un chantier de la rue de Waer, à Bassenge.

    Ses jours sont en danger, il a été transporté à l’hôpital.

    L’article à lire en suivant ce lien :

    https://www.sudinfo.be/id137631/article/2019-08-26/un-homme-chute-dans-un-puits-de-8m-bassenge-ses-jours-sont-en-danger

  • Le dancing «Le Real» à Tongres à nouveau fermé par la police

    Après avoir déjà été fermé plusieurs semaines au début de cette année, le dancing « Le Real » à Tongres, bien connu des fêtards liégeois, vient à nouveau d’être fermé par un arrêté de la bourgmestre de Tongres.

    La bourgmestre faisant fonction de Tongres, An Christiaens, vient de prendre un nouvel arrêté de fermeture momentanée du dancing Le Real, située chaussée de Liège, juste après la frontière linguistique.

    En janvier dernier, un contrôle des pompiers avait déjà constaté de nombreuses infractions au niveau de la sécurité. Et une première fermeture avait été ordonnée. Avec la promesse de faire le nécessaire, les patrons avaient pu rouvrir le dancing en mars pour une période de six mois.

    Ces derniers jours, un nouveau contrôle a donc été réalisé et les travaux effectués n’étaient pas suffisants. D’où cette nouvelle fermeture momentanée.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/427587/article/2019-08-23/le-dancing-le-real-tongres-nouveau-ferme-par-la-police

  • Bassenge – Vandalisme. Des tags nazis sur des abribus à Bassenge

    La semaine dernière, deux abris de bus de Bassenge ont arboré plusieurs croix gammées et le « double éclair » distinctif de la Waffen SS. Des sigles qui renvoient aux heures les plus sombres de notre Histoire. Alors qu’on célèbre, cette année, les 75 ans de la Libération, certains n’ont rien trouvé de mieux à faire que de taguer ces inscriptions particulièrement nauséabondes sur du mobilier urbain. Les abris se trouvent rue de la Résistance, face au dépôt TEC, un endroit de passage où le sinistre ouvrage n’a pas manqué d’attirer l’attention.

    Les faits sont remontés aux oreilles de la bourgmestre, Valérie Hiance, qui a pris le problème à bras-le-corps. « Je ne sais pas si ces personnes ont conscience de la signification de ce qu’elles ont dessiné, mais c’est inacceptable », commente-t-elle. « Nous sommes, à Bassenge, dans un travail de passeur de mémoire. Je ne peux tolérer ce genre de choses. »

    Les tags ont évidemment été nettoyés par le service des travaux . « On va repeindre, mais on va surtout déposer plainte contre X », promet la bourgmestre. « Pour détérioration, évidemment, mais aussi pour ces sigles inadmissibles. Ce n’est pas la première fois que les abris de bus sont tagués mais ici, il y a une autre dimension. »

    En vertu du Code pénal, l’auteur, s’il est identifié, s’expose à une amende de 750 euros et à une peine de travaux d’intérêt général.

    L’article dans votre journal La Meuse :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-16,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-16,BASSE-MEUSE,1|4

  • Fusillade à Roclenge: le cannabis, un business très juteux

    (Photo "La Maison bleue" - La Meuse)

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, une fusillade est survenue à Roclenge, place de l’Union. Plusieurs individus venaient de prendre en otage un couple, quand des tirs ont été entendus à l’extérieur. Ces coups de feu ont mis en fuite les agresseurs des occupants de la maison. Sur place, la police a découvert 804 plants de cannabis.

    Au moins 4 individus ont agressé un couple: ils cherchaient les 804 plants qui se trouvaient à l’étage

    Plusieurs zones d’ombre entourent encore la fusillade qui a éclaté, dans la nuit de mercredi à jeudi, place de l’Union à Roclenge. Mais ce vendredi, le parquet de Liège a levé, avec prudence, un coin du voile.

    Vers 4h30 du matin, entre 4 et 6 individus forcent l’entrée d’une maison bleue, divisée en plusieurs appartements, mitoyenne du glacier Michel. Les malfrats font alors irruption dans une chambre, où un couple dort paisiblement. L’homme (né en 1965) et la femme (née en 1984) sont pris en otages par le commando, armé et cagoulé. Les truands réclament à cor et à cri qu’on leur indique l’endroit où se développe la plantation de cannabis.

    C’est à ce moment précis que des coups de feu se font entendre dans la rue. Un autre groupe, dont on ignore encore le nombre exact d’individus, a ouvert le feu. Qui sont-ils? L’enquête devra le déterminer, mais il y a fort à parier que les intrus présents auprès du couple, à l’intérieur de l’habitation, n’étaient pas les bienvenus.

    La suite de l’article avec tous les détails dans votre journal La Meuse de ce samedi !

    Ou en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/424690/article/2019-08-17/fusillade-roclenge-le-cannabis-un-business-tres-juteux