Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Deux personnes renversées à Bassenge: le chauffeur, alcoolisé, a été libéré

    Le conducteur qui a renversé dimanche une dame âgée et son fils à Bassenge a été libéré lundi, après avoir été auditionné. Il était alcoolisé lorsque les faits se sont produits.
    Deux piétons, une dame âgée de 84 ans et son fils, ont été percutés par une voiture dimanche aux alentours de 19 h sur une nationale de la commune de Bassenge. Les deux victimes, sérieusement blessées, ont été prises en charge par la Smur puis transportées vers un hôpital de la région.
    Par chance, les victimes n’étaient pas dans un état critique. La dame et son fils se portent bien, mais l’octogénaire présente de nombreuses fractures.
    L’automobiliste privé de liberté dimanche soir a finalement été relaxé lundi après avoir été auditionné. Le parquet précise que l’homme était alcoolisé au moment des faits, mais qu’il n’a pas commis de délit de fuite ou autres.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://lameuse.sudinfo.be/715248/article/2020-12-28/deux-personnes-renversees-bassenge-le-chauffeur-alcoolise-ete-libere

  • Deux piétons grièvement blessés après avoir été percutés par une voiture à Bassenge

    Deux piétons ont été percutés par une voiture ce dimanche soir à Bassenge. Ils ont été sérieusement blessés. L’automobiliste a été privé de liberté.
    Un dramatique accident s’est produit ce dimanche soir à Bassenge. Deux piétons, une dame âgée de 84 ans et son fils, ont été percutés par une voiture. Les faits se sont déroulés sur une nationale de la commune, vers 19h. Les deux victimes, sérieusement blessées, ont été prises en charge par un Smur puis transportées vers un hôpital de la région. Le parquet de Liège, qui a été avisé des faits, a décidé de priver de liberté l’automobiliste. (Source Sudinfo)

  • A proximité. La police met fin à une «rave lockdown party» de 50 jeunes dans une grotte à Lanaye

    Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une rave-party, organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés, et la police a saisi le matériel sono et une petite quantité de stupéfiants.
    Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps.
    Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la Basse-Meuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.
    La police a eu vent de leur présence et, vers 8h du matin, les équipes d’Alain Lambert sont intervenues. « Nous avons pu compter sur la collaboration du DNF, qui connaît bien les lieux et qui a pu nous apporter une aide précieuse sur cette intervention », souligne le chef de corps bassi-mosan.
    Sous stupéfiants
    L’intervention s’est passée dans le calme, même si les participants étaient assez distinctement sous l’influence de produits stupéfiants. « Nous avons tout d’abord fait cesser l’infraction. Sur la cinquantaine de participants, nous étions en mesure identifier une quarantaine d’entre eux, que nous avons donc verbalisés. »
    Plusieurs saisies ont également été opérées par la police de la Basse-Meuse. « Nous avons saisi administrativement le matériel des organisateurs à savoir, la sono. Une petite quantité de stupéfiants a également été découverte et, là aussi, saisie. »
    Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. »

    L’opération de ce dimanche matin a eu l’effet escompté à savoir, l’interruption de la rave-party et l’identification d’une large majorité des participants. Le travail administratif a ensuite occupé largement les policiers qui ont dû rédiger de très nombreux rapports et auditions.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 14 décembre 2020 (Photos Regor)

  • A proximité. L’étrange monolithe retrouvé dans le Limbourg mis au sol

    Mais d'où viennent-ils ? 
    À travers le monde, des monolithes mystérieux attisent la curiosité du public. L’un d’eux avait notamment été placé dans le désert de l’Utah aux États-Unis. Des monolithes ont également été repérés en Roumanie, en Californie et sur l’île britannique de Wight. Et même en Belgique, à Kaan (Riemst) dans notre Limbourg ! Le bloc métallique d’une hauteur d’1 m 80 avait été érigé près du monument aux morts du sergent Norcross, sur un point panoramique donnant sur le canal Albert et le Sint-Pietersberg.
    Avait parce que, dans la nuit de dimanche à lundi, des inconnus ont reversé l’étrange objet de métal qui évoque irrésistiblement les constructions extraterrestres du film « 2001, l’Odyssée de l’espace ». Des traces de pneus ont été repérées au sol. Les autorités vont attendre encore quelques jours avant de faire retirer l’objet « qui attire du monde »… L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 14 décembre 2020

  • Près d'Eben-Emael. Découverte d’un second monolithe mystérieux en Belgique ! ( + Vidéos)

    C'est un mystère qui défraye la chronique. Un nouveau monolithe est apparu à Kanne dans la province du Limbourg.
    Les monolithes n’en finissent pas de surgir de terre aux quatre coins de la planète ces derniers jours. Après celui de Baasrode, un autre de ces objets est apparu en Belgique, à Riemst, dans la province du Limbourg. Le monolithe mesure environ 1 mètre 80.
    Comme l’expliquent nos confrères de TV Limburg, l’endroit n’est pourtant pas facile d’accès. Personne ne sait qui a placé cet objet dans la réserve naturelle de Tiendeberg.
    Depuis plusieurs jours, on a vu de nombreux monolithes apparaître partout dans le monde. Une structure d’apparence similaire avait été découverte à la mi-novembre dans le désert de l’Utah, avant de disparaître quelques jours plus tard. Deux autres sont apparues en Roumanie et en Californie. Une quatrième a été découverte dimanche sur une plage de l’île de Wight, au sud de l’Angleterre. (Source Sudinfo)

    La vidéo tournée par Jean Geelen, vidéaste de Kanne

  • Sur Heez Wonck - Incivilités. Plusieurs centaines de canettes et flaconnages dans un périmètre réduit ?

    Sur Heez, à Wonck, des centaines de canettes et autres flaconnage de boissons alcoolisées jonchent le sol d'un champ privé à l'entrée du site communal. Elles se concentrent sur un périmètre relativement réduit qui laisse à penser que des rassemblements y ont lieu.
    Du travail pour les Volon'terres dont ils se passeraient bien.

    canettes sur heez.jpg

    canettes sur heez 6.jpg

    canettes sur heez 2.jpg

    canettes sur heez 5.jpg

    canettes sur heez 4.jpg

    canettes sur heez 3.jpg

    canettes sur heez 7.jpg

  • Les clients sont demandeurs. Des coiffeurs et esthéticiennes vont travailler à Maastricht

    Puisque les pays voisins appliquent un confinement moins strict, certains coiffeurs et esthéticiennes de la région liégeoise ont décidé d’aller exercer leur activité aux Pays-Bas, à quelques kilomètres de chez eux.
    Michaël Del Bianco est coiffeur (salon XYZ) à Haccourt (Visé), à quelques minutes à peine de la frontière avec les Pays-Bas. Lui, il envisage la création d’un salon éphémère (un pop-up), à Eijsden, une petite commune proche de Maastricht.
    « J’ai pas mal de clientes frontalières qui viennent se faire coiffer ici et on a donc pensé installer un salon éphémère à Eijsden, à 5-6 kilomètres de chez nous. On louerait un rez-de-chaussée commercial à quelqu’un qui, par exemple, aurait du mal à le louer avec la situation actuelle et qui serait peut-être ravi de nous le louer quelques semaines. Quant au matériel, on peut facilement le louer. C’est clair que ça va nous coûter de l’argent mais les clients, eux, continuent à se faire coiffer. Du matin au soir, ils nous demandent : ‘Pouvez-vous venir chez nous ?’. Or, pour moi, travailler au domicile des gens, rien de tel pour transmettre le Covid. Le client prend des risques aussi. Je préfère donc un pop-up. Mon comptable étudie actuellement la faisabilité et, si j’ai son feu vert, en une semaine, on peut tout préparer’, conclut-il.
    L'article complet est à lire dans votre journal la Meuse de ce mardi 1er décembre 2020

  • Bassenge/Oupeye. Les coupures de courant s’enchaînent depuis trois semaines

    Les habitants en ont ras-le-bol des pannes à répétition
    Ce dimanche soir, plusieurs villages de Bassenge et Oupeye ont été privés d'électricité durant près d'une heure. Une situation récurrente ces derniers jours puisqu'on en est au moins à quatre coupures depuis le 20 octobre. Bonne nouvelle : une intervention de RESA est prévue ce mercredi ou vendredi.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi 18 novembre 2020 (Bandeau - Photo prétexte)

  • Accident à Boirs. Un tracteur dans le fossé

    Ce vendredi 13 novembre 2020, à l'entrée de l'autoroute à Boirs, un tracteur qui effectuait des travaux de fauchage a glissé dans le fossé. On ne déplore aucun blessé. Selon le dépanneur rencontré sur place ce matin à 10h00, extraire l'engin de sa position s'avèrera assez compliqué.

    tracteur fossé boirs.jpg

     

  • Bassenge Exercice. Nouvel exercice militaire les 26 et 28 octobre

    exercice militaire bassenge.png

    Attention, habitants de Bassenge ! Si vous entendez de nombreux coups de feu du 26 au 28 octobre prochains, pas d’inquiétude à avoir. Il ne s’agira que d’un nouvel exercice militaire. La Défense organise en effet, au début de la semaine prochaine, un exercice « Stalk et Observation en terrain civil ».
    Durant cette mise en situation, primordiale pour l’apprentissage et l’entraînement de nos militaires, des tirs à blanc pourraient donc avoir lieu. La Défense tient donc « à rassurer la population et à s’excuser des désagréments que cet exercice pourrait occasionner. »
    Source La Meuse

  • Bientôt la Saint-Nicolas. Des jouets « made in China » manqueront dans les rayons

    Encore et toujours la faute au corona, il y aura des retards dans l’approvisionnement du grand Saint. Mais rassurez-vous, les joujoux préférés des bambins devraient être dans les rayons… Cela dit, saint Nicolas va-t-il pouvoir honorer toutes les commandes ? Nos confrères du Figaro écrivaient il y a peu, en faisant référence au Père Noël, « C’est un secret encore moins bien gardé que celui de l’existence du Père Noël : le lieu de son atelier, où sont fabriqués les jouets. Celui-ci n’est pas en Laponie mais bien en Chine qui concentre environ 80 % de la production mondiale du secteur. Et face à la crise sanitaire, nombreux sont ceux qui, petits ou grands, s’inquiètent d’éventuelles pénuries ».
    Nos confrères du quotidien L’Ardennais allaient dans le même sens évoquant l’hypermarché Cora, Villers-Semeuse, dans les Ardennes françaises. « Ah oui, le secteur se porte bien, surtout quand on arrive à avoir les produits ! » confiait ainsi Maïté Husiack, responsable de l’Univers Saisonniere. « L’approvisionnement va être un vrai problème cette année, on annonce déjà beaucoup de ruptures de stock. Cela concerne les produits d’import, sans marque, les petits prix venus de Chine. » Maïté Husiack promet ainsi qu’il manquera au moins la moitié des références prévues. Il faudra donc préférer les produits renommés, Mattel, VTech, Playmobil et ne pas compter sur des garages factices ou des imitations de poupées bradées. « C’est surtout embêtant pour les consommateurs qui vont devoir dépenser plus. »
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce mercredi 30 septembre 2020

  • A proximité de Bassenge. A Lixhe, la construction d'une centrale de biomasse soulève une vive opposition auprès de la population. Le dégagement de fumées cancérigènes est craint (Reportage RTC Vidéo)

    La télévision RTC Liège rapporte que l'entreprise Bee Green Wallonia a déposé une demande de permis pour construire à Loën-Lixhe sur le terrain de la cimenterie CBR une centrale de biomasse. Mais des groupements citoyens et de protection de l'environnement se mobilisent contre ce projet.
    Pour eux, il s'agit d'un incinérateur de déchets de bois traités, 170 000 tonnes de bois par an, dont une partie importante est contaminée par de la peinture, la laque, du vernis et d'autres substances cancérigènes.
    Plusieurs agglomérations sont concernées dont Lanaye, Visé en Belgique ainsi qu' Eijsden et Maastricht en Hollande. Sans parler, évidemment de la proximité de la Vallée du Geer.

  • Glons/Juprelle. Un dépôt sauvage composé de jouets encore utilisables !

    dépôt sauvage juprelle septembre 2020.jpgBillet de Roger Wauters
    C'est un blogueur choqué et révolté qui écrit cet article suite à sa découverte inopinée, dimanche en fin de journée, d'un amas d'objets divers jonchant un bord de route de campagne entre Glons et Juprelle à hauteur du radar. A l'analyser de plus près ce dépôt sauvage était composé majoritairement de nombreux jouets encore utilisables.
    Si les jouets représentent la majeure partie du dépôt sauvage, on dépôt sauvage juprelle septembre 2 2020.jpgdénombre également des vêtements d'enfants et divers accessoires de ménage et de cuisine qui, eux aussi, sont intacts. Pour le reste, des morceaux de panneaux et autres débris viennent compléter le triste tableau. 
    Honte et indignation !
    Roger Wauters

    dépôt sauvage juprelle septembre 4 2020.jpg

    dépôt sauvage juprelle septembre 3 2020.jpg

    dépôt sauvage juprelle septembre 5 2020.jpg

  • Dès ce lundi. Place aux jeunes dans notre quotidien !

    Sudpresse participe activement à cette opération destinée aux jeunes de 9 à 13 ans
    Dès ce 21 septembre, près de 4.000 écoles primaires et secondaires vont pouvoir bénéficier de la presse quotidienne gratuitement. Dont tous nos titres : La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair, La Capitale. Avec des articles (sur le papier et su nos sites internet), des vidéos, des rendez-vous quotidiens pour les ados.
    C’est parti pour l’édition 2020-2021 de l’opération « Ouvrir mon Quotidien » dans tous les établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Près de 4.000 écoles primaires et secondaires pourront ainsi bénéficier de la presse quotidienne gratuitement. L’opération se déroule en deux phases et commence avec la « Quinzaine Découverte » de la presse, du 21 septembre au 2 octobre. Pendant cette période, toutes les écoles primaires et secondaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles reçoivent l’ensemble des quotidiens afin de permettre aux enseignants et aux élèves de découvrir le potentiel de l’utilisation de la presse en classe. Les secondaires recevront également L’Écho. Dans un deuxième temps, les établissements peuvent s’inscrire pour continuer à recevoir des journaux pendant l’année scolaire.
    Actu décryptée vidéos…
    Dès lundi, nos journaux consacreront deux pages à destination des jeunes avec des thèmes qui leur sont chers. Ainsi, on y parlera de l’écologie, de la mobilité pour les jeunes, les sports qui cartonnent, les fringues et les coiffures qui les branchent… Tous les jours encore, notre spécialiste décryptera un fait d’actualité. On y parlera politique belge et étrangère, Covid et vaccin, faits divers… Dans nos journaux mais aussi sur internet, via des vidéos explicatives, pour donner une information claire et complète. Enfin, les jeunes et leurs parents pourront lire les bons conseils de nos professionnels : le conseil sportif, l’avis de l’influenceur du jour, l’alimentation saine au quotidien, le livre ou la BD du moment incontournables…
    Enfin, nos équipes proposent un grand concours à l’issue duquel 5 classes pourront bénéficier d’un superbe voyage de 3 jours et 2 nuits à Disneyland Paris. Bonne lecture !

  • A proximité. Il tombe sur un dépôt sauvage à Hermée: c’était du matériel de culture de cannabis!

    Une découverte pour le moins surprenante mais tout aussi scandaleuse a été faite ce lundi, à Hermée, à l’entrée d’un verger ! On y a trouvé une bonne quinzaine de piles de pots en plastique ainsi que des sacs contenant tout le matériel nécessaire à une… plantation de cannabis !
    « Plutôt surprenant »
    Du côté de la zone de police de la Basse-Meuse, on n’était pas au courant des faits. Une fois informés, des policiers se sont rendus sur place, ne pouvant que confirmer la découverte. Et si la zone de police démantèle régulièrement des plantations, elle est rarement confrontée à ce genre d’abandon. « Fort heureusement, ce genre de dépôt est plutôt rare chez nous. Il y a déjà dû y en avoir mais de manière très isolée », nous confirme le commissaire Jean-François Duchesne, chef de zone adjoint.
    L'article complet à lire en suivant ce lien :
    https://www.lameuse.be/642094/article/2020-09-16/il-tombe-sur-un-depot-sauvage-hermee-cetait-du-materiel-de-culture-de-cannabis