Google Analytics Alternative

Faits de société

  • A proximité de Bassenge. A Lixhe, la construction d'une centrale de biomasse soulève une vive opposition auprès de la population. Le dégagement de fumées cancérigènes est craint (Reportage RTC Vidéo)

    La télévision RTC Liège rapporte que l'entreprise Bee Green Wallonia a déposé une demande de permis pour construire à Loën-Lixhe sur le terrain de la cimenterie CBR une centrale de biomasse. Mais des groupements citoyens et de protection de l'environnement se mobilisent contre ce projet.
    Pour eux, il s'agit d'un incinérateur de déchets de bois traités, 170 000 tonnes de bois par an, dont une partie importante est contaminée par de la peinture, la laque, du vernis et d'autres substances cancérigènes.
    Plusieurs agglomérations sont concernées dont Lanaye, Visé en Belgique ainsi qu' Eijsden et Maastricht en Hollande. Sans parler, évidemment de la proximité de la Vallée du Geer.

  • Glons/Juprelle. Un dépôt sauvage composé de jouets encore utilisables !

    dépôt sauvage juprelle septembre 2020.jpgBillet de Roger Wauters
    C'est un blogueur choqué et révolté qui écrit cet article suite à sa découverte inopinée, dimanche en fin de journée, d'un amas d'objets divers jonchant un bord de route de campagne entre Glons et Juprelle à hauteur du radar. A l'analyser de plus près ce dépôt sauvage était composé majoritairement de nombreux jouets encore utilisables.
    Si les jouets représentent la majeure partie du dépôt sauvage, on dépôt sauvage juprelle septembre 2 2020.jpgdénombre également des vêtements d'enfants et divers accessoires de ménage et de cuisine qui, eux aussi, sont intacts. Pour le reste, des morceaux de panneaux et autres débris viennent compléter le triste tableau. 
    Honte et indignation !
    Roger Wauters

    dépôt sauvage juprelle septembre 4 2020.jpg

    dépôt sauvage juprelle septembre 3 2020.jpg

    dépôt sauvage juprelle septembre 5 2020.jpg

  • Dès ce lundi. Place aux jeunes dans notre quotidien !

    Sudpresse participe activement à cette opération destinée aux jeunes de 9 à 13 ans
    Dès ce 21 septembre, près de 4.000 écoles primaires et secondaires vont pouvoir bénéficier de la presse quotidienne gratuitement. Dont tous nos titres : La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair, La Capitale. Avec des articles (sur le papier et su nos sites internet), des vidéos, des rendez-vous quotidiens pour les ados.
    C’est parti pour l’édition 2020-2021 de l’opération « Ouvrir mon Quotidien » dans tous les établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Près de 4.000 écoles primaires et secondaires pourront ainsi bénéficier de la presse quotidienne gratuitement. L’opération se déroule en deux phases et commence avec la « Quinzaine Découverte » de la presse, du 21 septembre au 2 octobre. Pendant cette période, toutes les écoles primaires et secondaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles reçoivent l’ensemble des quotidiens afin de permettre aux enseignants et aux élèves de découvrir le potentiel de l’utilisation de la presse en classe. Les secondaires recevront également L’Écho. Dans un deuxième temps, les établissements peuvent s’inscrire pour continuer à recevoir des journaux pendant l’année scolaire.
    Actu décryptée vidéos…
    Dès lundi, nos journaux consacreront deux pages à destination des jeunes avec des thèmes qui leur sont chers. Ainsi, on y parlera de l’écologie, de la mobilité pour les jeunes, les sports qui cartonnent, les fringues et les coiffures qui les branchent… Tous les jours encore, notre spécialiste décryptera un fait d’actualité. On y parlera politique belge et étrangère, Covid et vaccin, faits divers… Dans nos journaux mais aussi sur internet, via des vidéos explicatives, pour donner une information claire et complète. Enfin, les jeunes et leurs parents pourront lire les bons conseils de nos professionnels : le conseil sportif, l’avis de l’influenceur du jour, l’alimentation saine au quotidien, le livre ou la BD du moment incontournables…
    Enfin, nos équipes proposent un grand concours à l’issue duquel 5 classes pourront bénéficier d’un superbe voyage de 3 jours et 2 nuits à Disneyland Paris. Bonne lecture !

  • Bassenge. Opération de nettoyage de l'environnement le samedi 26 septembre prochain

    logo bassenge sudinfo.pngAlors qu'elle avait habituellement lieu au printemps, l'opération annuelle de nettoyage organisée par la commune a dû être postposée au mois de septembre pour cause de coronavirus.
    C'est ainsi qu'elle prendra place le samedi 26 septembre prochain.
    Un " Info Bassenge ", distribué toutes-boîtes, reprend toutes les informations et les modalités pour y participer.

  • Actualités / Bassenge. Quelques nouvelles

    (Photo bandeau : source Syndicat Initiative de Bassenge)

    Administration communale. Covid 19 : «Les tests sont négatifs»
    Milieu de semaine dernière, nous vous informions de la fermeture temporaire des services Population et Finances de l’administration de Bassenge, en raison d’un cas de Covid positif confirmé chez un membre du personnel. Pour l’heure, c’est une permanence sur rendez-vous qui est maintenue pour les démarches urgentes, en attendant que la dizaine de personnes placées en quarantaine puisse rentrer sans risque de contamination. « Tous les tests, dont le mien, sont revenus négatifs », précise la bourgmestre. « Pour ceux qui le souhaitent, un second pourra être fait ce lundi en vue de stopper le télétravail qui a été mis d’application mais, quoi qu’il arrive, c’est ce 18 septembre que le retour est prévu. »


    Le marché de Noël dans les grottes de Wonck est annulé !
    Le marché de Noël dans les grottes de Wonck est devenu une réelle tradition, à Bassenge, depuis plus de vingt ans maintenant. Covid oblige, malheureusement, les autorités ont finalement pris la décision d’annuler cette édition 2020, puisqu’en ces lieux particuliers, les mesures sanitaires seront difficiles, voire impossibles, à respecter. Mais une alternative est en réflexion, à l’extérieur cette fois.
    Tant le collège que le syndicat d’initiative qui organise l’événement ne souhaitent pas en rester là. Ensemble, ils étudient la possibilité d’organiser un autre événement durant ce même week-end (mi-décembre), « mais en extérieur ». « Tout dépendra de l’évolution des mesures de sécurité mais nous ferons notre possible pour maintenir un événement qui sera le reflet de la magie de Noël sur notre entité. Le lieu est encore en réflexion actuellement », a conclu Valérie Hiance.


    abri vélos tourisme bassenge.jpgTourisme Bassenge : un nouvel abri pour vélos
    Sur la Place Louis Piron de Roclenge, un nouvel abri pour vélos vient d'être installé à proximité de la devanture du bureau du Syndicat d'initiative. Le montage a été réalisé par le service des travaux. Il vient ainsi rejoindre le mobilier extérieur (table pique-nique) pour composer un beau petit havre aux accents champêtres. Rappelons, s'il le fallait encore, que le bureau du S.I. regorge de documentations diverses, histoire notamment de vous proposer différentes promenades pédestres ou à vélo à partir de la Place Louis Piron.

    miss liège 2020.png

    Qui sera la nouvelle miss Liège ? Parmi 4 candidates, Aleyna Aslan, de Glons, est en lice !
    Aleyna Aslan, 19 ans, de Glons (Bassenge), étudiante en publicité, se prépare en allant chercher tout ce qu’il faut pour le concours. « La robe pour être la plus belle et le maillot car j’ai envie d’être la plus présentable possible afin de convenir aux critères d’une bonne Miss et d’avoir plus confiance en moi. Les objectifs que je me fixe cette année sont de réussir à être dans les dauphines et, pourquoi pas, avoir la couronne sur ma tête. Cette aventure me tient à cœur car j’investis beaucoup de mon temps, comme je le peux. Même si je ne suis pas reprise pour Miss Belgique ou même Miss Liège ou dauphine, je serais quand même fière de moi. »

    Aleyna candidate miss belgique.jpg

    Aleyna Aslan

    https://www.lameuse.be/639826/article/2020-09-12/qui-sera-la-nouvelle-miss-liege-portrait-de-nos-quatre-candidates

    (Sources : les articles complets sont à lire dans La Meuse de ce lundi 14 septembre + Facebook)

  • A proximité. A Tongres, la discothèque le « Real Club » ferme ses portes

    Très prisée par les Liégeois, la discothèque le Real Club a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90. Maintes fois reprise, la célèbre enseigne située à Tongres a annoncé hier la fermeture de ses portes et la cessation de ses activités. Des suites et une conséquence directe de la crise sanitaire qui touche tout un secteur totalement à l’arrêt depuis mars.
    C’est une véritable institution du monde de la nuit qui a annoncé hier, sur les réseaux sociaux, la fermeture de ses portes. Si le club a connu ses heures de gloire durant les années 80 et 90, le Real Club renaîtra ensuite de ses cendres à plusieurs reprises, tel le phénix, ces dix dernières années. Devenu Nunu Club puis ensuite repris par des Liégeois sur le nom du Real Club depuis 2013, la discothèque n’aura pas survécu à la crise sanitaire.
    « Le loyer mensuel est de 7.000€ », nous explique Geoffrey, depuis 7 ans la cheville ouvrière des soirées au Real. « Malgré les aides, nous ne pouvons pas tenir sur une si longue période sans aucune activité ni aucune rentrée, avec un tel loyer. Chaque mois, la perte est énorme. Nous n’avons pas d’autre choix que de fermer définitivement les portes du Real. C’est une page de 55 ans qui se tourne pour les clients. » (Source La Meuse)

  • Bassenge: les services Population et Finances fermés, suite à un cas de Covid positif

    valérie hiance.jpgDepuis ce mardi matin, une partie de l’administration communale de Bassenge a fermé ses portes : à savoir les services Population et Finances. Une permanence est néanmoins assurée. En cause, une personne détectée positive au coronavirus et qui, dès lors, a entraîné la mise en quarantaine de l’ensemble du personnel. La bourgmestre Valérie Hiance est elle aussi concernée.
    Lundi matin, un membre du personnel du service Population au sein de l’administration communale de Bassenge, a été contactée par le tracing afin de l’avertir d’un contact avec une personne venant d’être détectée positive au Covid-19. Ni une ni deux, cette personne a donc été renvoyée chez elle et a pris contact avec son médecin d’autant, qu’au fil de la journée, elle a commencé à ressentir quelques courbatures. « Elle a immédiatement contacté son médecin et été placée en quarantaine », explique la bourgmestre Valérie Hiance. « Et c’est donc bien finalement un résultat positif qui est tombé le soir-même. Je n’ai voulu prendre aucun risque, que ce soit pour le personnel de notre commune mais aussi pour les citoyens. Toutes les personnes ayant été en contact avec le membre infecté ont été placées en quarantaine. On en compte au total une bonne dizaine. »
    En ce compris la bourgmestre elle-même. « Moi-même, comme tous les autres, avons contacté nos médecins et passé un test dont nous attendons les résultats. Pour l’heure (ce mercredi après-midi, NDLR), un seul résultat m’est parvenu, et il est négatif. Nous sommes encore dans l’attente pour les autres. J’ai aussi pris contact avec les services du Gouverneur pour m’assurer de toutes les bonnes mesures à prendre. Nous voilà donc tous en télétravail. Tel sera le cas encore, même si tous les tests nous reviennent négatifs », détaille-t-elle. « Il y aura alors ensuite, début de semaine prochaine, la possibilité d’en réaliser un second qui s’il s’avère encore négatif, pourrait nous permettre un retour. Mais attention, toujours sur avis médical. Au pire, le homeworking sera d’office maintenu jusqu’au 18 septembre, après une attente de 14 jours. »
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi 10 septembre 2020

  • Précautions à prendre. Coupure d'eau à Roclenge : un avis de la SWDE

    eau roclenge.jpgLa SWDE vous informe que suite à des travaux indispensables à effectuer sur le réseau l'alimentation sera interrompue à Roclenge S/Geer (rue des Bannes et du Chesnay) le lundi 7 septembre 2020 de 09h00 à 15h00.

  • A proximité. Nuisances sonores à Bierset : Ans demande des comptes au gouvernement wallon

    avions bierset.jpgLe collège communal ansois a envoyé un courrier au gouvernement wallon ainsi qu’à la SOWAER. Il explique que les nuisances sonores autour de l’aéroport n’ont fait qu’augmenter ces dernières années. Il réclame qu’une nouvelle étude d’incidences soit réalisée, au plus vite.
    Après les commune d’Awans, de Donceel et de Juprelle, c’est au tour de la commune d’Ans de se faire entendre dans le dossier des nuisances sonores générées par l’aéroport de Bierset. Le collège communal vient ainsi d’envoyer un courrier au gouvernement wallon ainsi qu’à la SOWAER pour lui demander des comptes. Selon lui, le plan d’exposition au bruit prévu dans le cadre des nuisances sonores de LiegeAirport devait être revu depuis 2019.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 4 septembre

  • Bonne rentrée scolaire à toutes et tous !

    rentrée scolaire 2020Roger Wauters de Bassenge Sudinfo souhaite une bonne rentrée scolaire aux enfants ainsi qu'aux enseignant(e)s. 
    C'est demain le grand jour pour beaucoup de monde ! A la veille de la rentrée scolaire, je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous cette lettre que le Président Abraham Lincoln a fait parvenir au Précepteur de son fils...
    Comment viser l'idéal : à méditer par tou(te)s... Bonne rentrée scolaire à toutes les personnes concernées (élèves, enseignants et personnel encadrant)...
    Lettre à lire en cliquant sur le lien ci-dessous :
    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/02/bonne-rentree-scolaire-a-toutes-et-tous.html

  • Opérations de nettoyage. Épuisés, des ramasseurs bénévoles se rebiffent ! Lettre ouverte (+Pétition)

    Billet de Roger Wauters
    En Wallonie, les opérations de ramassage de canettes se succèdent. Parmi les bénévoles qui y participent régulièrement, certains se rebiffent. Ils ont beau s'échiner à ramasser les canettes et autres flaconnages jonchant les abords des routes, le volume ne diminue pas. Au contraire, il croît chaque année.
    Devant ce triste constat, comme une majorité de belges, ils plaident pour la mise en place d'un système de consigne.
    Mais, selon eux, là où le bât blesse, c'est que les différents acteurs du recyclage s'y opposent farouchement.
    Ces bénévoles ont fait parvenir une "lettre ouverte" à la presse. Nous l'avons reçue et nous accédons volontiers à leur demande de publication.
    Voilà de quoi jeter un pavé dans la mare...


    Roger Wauters


    Lettre ouverte d’« Ambassadeurs de la Propreté » épuisés
    Parmi les ramasseurs de canettes bénévoles, la fatigue s’installe. Il y a toujours plus de canettes et de bouteilles à ramasser. C’est pourquoi ils plaident pour un système de consigne qui est plébiscité par une majorité de Belges (*). Mais FostPlus, Comeos et Fevia (**) s’y opposent farouchement.
    Pourquoi ? Les ramasseurs cherchent à comprendre.
    Nous ramassons bénévolement les déchets sur les côtés des routes mais le flux ne tarit pas. Nous sortons nos gilets jaunes, nos gants et nos pinces gracieusement offerts par BeWaPP, nous écopons encore et encore... Mais bouteilles en plastique et canettes reviennent sans fin. Le travail est toujours à recommencer, cela ressemble au supplice de Sisyphe.
    Alors nous nous posons la question : puisque le Belge ne semble pas doté d’un sens civique à toute épreuve, pourquoi ne pas se servir de la consigne ? Un outil qui fonctionne plutôt bien en Allemagne, Finlande, Suède, Norvège et au Danemark.
    Mais quand nous avançons l’idée de la consigne, il y a généralement une levée de boucliers. Principalement de la part de FostPlus, Comeos et Fevia. Mais aussi de la part de BeWaPP, vous savez, les « gentils organisateurs » des grands nettoyages de printemps.
    On nous rétorque que nous, les Belges, avons un système presque parfait (les sacs bleus) et que nous sommes pratiquement champions du monde du tri. D’accord, la plupart des ménages respectent les règles et nous remettons une partie non négligeable des emballages « dans le circuit ». C’est très bien.
    Mais comment pouvons-nous être considérés comme des modèles alors que nous avons des tonnes de canettes et de bouteilles en plastique qui jonchent les routes et que les poubelles « tout venant », et plus particulièrement les poubelles publiques, contiennent d’énormes quantités de ces déchets pourtant recyclables ?
    Les soi-disant excellents chiffres de recyclage sont régulièrement mis en évidence par FostPlus qui s’auto-congratule et qui les utilise comme argument pour contrer la consigne. Or, ils ne sont pas neutres dans ce débat.
    Ils récupèrent, via le sac bleu, de grandes quantités de plastique et d’aluminium qui représentent des sommes considérables et ils ne souhaitent probablement pas que ce “butin” aille vers les machines à consigne. Les considérations financières seraient-elles plus importantes que la lutte contre les déchets sauvages ?
    Comeos et Fevia s’expriment aussi clairement contre la consigne. Sans doute craignent-ils que l’instauration de la consigne ne nuise à leurs marges bénéficiaires. L’emballage jetable (régulièrement jeté dans la nature) est manifestement la solution la plus efficace pour vendre d’énormes quantités de canettes, mais c’est la pire solution pour la propreté de notre environnement. Nous ne pouvons pas croire qu’ils ne sont pas conscients des conséquences de la mise sur le marché de ces produits jetables.
    Enfin, en creusant un peu, nous nous apercevons que ces trois farouches opposants à la consigne ne sont pas indépendants. FostPlus est exclusivement financé par Comeos et Fevia, et chacun d’entre eux a des intérêts financiers qui vont à l’encontre de la consigne.
    Les liens suspects ne s’arrêtent pas là.

    Quand nous nous intéressons à BeWaPP, qui rassemble la population pour de grandes opérations citoyennes de nettoyage, mais est aussi opposé à la consigne, nous découvrons que c’est FostPlus, Comeos et Fevia qui financent BeWaPP. Encore et toujours les mêmes protagonistes et exactement le même discours anti-consigne.
    Résumons…
    Quand la gestion des déchets d’emballages est confiée à une asbl privée (FostPlus), créée et financée par la grande distribution et l’industrie de l’emballage, il est facile d’imaginer que les enjeux prioritaires ne sont pas la propreté publique.
    «L’opposition de Fost Plus est une question de business », tranche Julie Frère, la porte-parole de Test Achats.
    Quand nous enfilons nos gilets jaunes, nous sommes les petites mains qui contribuent bénévolement à un effort collectif présenté comme « citoyen ». Alors qu’en réalité, cet effort est télécommandé par les entreprises qui profitent de la vente de ces canettes et bouteilles.

    lettre ouverte ambassadeurs propreté,ramasseurs de canettes propreté,ramasseurs de canettes fatigués,recyclage canettes,opérations bewapp

    Est-ce normal ? Devons-nous continuer à jouer leur jeu, à donner de notre temps et de notre énergie pour compenser leur refus d’assumer les conséquences de la mise sur le marché de leurs produits jetables ? Ne sommes-nous pas les dindons de la farce ? Pouvez-vous comprendre notre colère ?
    La cerise sur le gâteau est la découverte du fait que l’opération-pilote visant à tester l’efficacité de la consigne (***) a été mise sur pied par les organismes que nous venons de citer, qui sont farouchement opposés à la consigne (FostPlus, Comeos, Fevia, BeWaPP). Concernant cette expérience pilote, il est aussi à noter que le système de prime retour n'est pas un système de consigne, nous nous demandons dès lors quelles conclusions valables pourront être tirées de cette expérimentation annoncée avec fierté ?
    Dernières questions : les élues et les élus du Parlement Wallon sont-ils tous bien conscients de ces rapports entre les acteurs du débat sur la consigne ? Sont-ils conscients du fait que les statistiques et conseils reçus de FostPlus et BeWaPP sont biaisés ? Quel est le poids des lobbies en la matière ?
    Quant à nous, nous restons convaincus qu’un système de consigne sur les canettes et les bouteilles PET devrait être instauré parce que, même s’il n’est pas la panacée, il contribuerait à réduire considérablement les déchets sauvages sur terre et dans les mers.
    Nous vous proposons d’exprimer votre soutien au système de consigne via la pétition suivante :
    https://www.parlement-wallonie.be/pwpages?p=petition-detail&id=147
    La pétition existe également en version papier et peut être obtenue sur simple demande à florentregine@gmail.com
    ou téléchargée sur la page Facebook – Objectif planet
    *8 Belges sur 10, selon un sondage réalisé en 2018 par Recycling Netwerk ; Inter-Environnement, Test-Achats et Ecoconso sont également pro-consigne. Certains grands groupes, tels que Spadel, seraient, selon certains parlementaires, enthousiastes à l'idée d'aller vers une consigne.
    ** Fevia : fédération de l’industrie alimentaire belge qui représente 700 entreprises produisant des produits alimentaires et des boissons.
    Comeos : porte-parole du commerce et des services en Belgique.
    FostPlus : organisme privé qui assure la promotion, la coordination et le financement de la collecte sélective, ainsi que le tri et le recyclage des emballages ménagers.
    Fevia a contribué à la création de FostPlus. Son financement provient des entreprises qui mettent des produits emballés sur le marché belge.
    BeWaPP : ASBL créée par FostPlus, Fevia et Comeos afin d’améliorer la propreté publique en Wallonie.
    *** Opération mise sur pied dans une vingtaine de communes et se terminant en juin 2021.
    Signataires :
    Régine Florent (Initiatrice de la pétition pour la consigne déposée sur le site du Parlement Wallon), Benoît Embrechts (Ambassadeur Propreté à Falmagne-Falmignoul), Emmanuel Gervy (Ambassadeur Propreté à Ittre), Guy Godeau (Ambassadeur Propreté à Ittre).
    Jef Helderweert (Let’s Do it ! Belgium, initiative pour un système de consigne partout dans l’UE), Etienne Mayeur(Citoyen concerné), Viviane Rousseau (Ambassadrice Propreté à Marche-les-Dames), Eddie Van Hassel(Ambassadeur Propreté à Erpent), Marie-Claude Van Winnendaele (Ambassadrice Propreté à Lives-sur-Meuse), Didier Verboomen (Ambassadeur Propreté à Ittre)

  • Bassenge: l’ancien président de CPAS Jean-Claude Malchair est décédé à 71 ans

    malchair jean-claude.jpgJean-Claude Malchair, personnalité locale bien connue sur la commune de Bassenge, est décédé ce vendredi à l’âge de 71 ans.
    Devenu échevin dès les élections de 1988, il a ensuite occupé la présidence du CPAS de Bassenge durant une trentaine d’années. Décrit comme une personnalité engagée, Jean-Claude Malchair (cdH) avait un caractère bien trempé : « C’était un caractère fort, qui a toujours été assez direct dans ses interventions. Il était très engagé dans le domaine social. On peut dire que c’était son domaine de prédilection. Et au fur et à mesure des années, il a toujours su garder cette fibre sociale. Il a d’ailleurs mis en place pas mal de choses sur la commune. Ça m’a fait quelque chose de savoir qu’il n’est plus là. C’est un ami de longue date qui nous quitte trop tôt », explique Paul Sleypenn, actuel président du CPAS de Bassenge.
    Jean-Claude Malchair s’est éteint ce vendredi des suites d’un AVC. Il était malade depuis plusieurs années et avait été contraint de quitter la vie politique en 2011.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://www.lameuse.be/621484/article/2020-08-15/bassenge-lancien-president-de-cpas-jean-claude-malchair-est-decede-71-ans

  • Liège - Culture et loisirs. Voici les 7 bons plans de la rédaction pour ce week-end en région liégeoise

    illustration soldes.jpgDurant tout cet été, nous vous proposons chaque samedi nos « bons plans du week-end ». Quelques idées de sorties pour toute la famille en région liégeoise. Des activités variées à savourer en respectant les règles sanitaires afin de redémarrer ensemble la vie culturelle liégeoise. Bon week-end à toutes et à tous !
    1.Liège : ciné plein air – Samedi – Cinéma Sauvenière
    Le ciné en plein air continue à la brasserie du cinéma Sauvenière à Liège. Samedi soir dès 22h30, le film projeté sera « The Grand Budapest Hotel » de Wes Anderson. Entrée gratuite. Notre conseil : arrivez tôt.
    2.Liège : place aux livres – Samedi – Place Saint-Etienne
    Place aux livres, c’est tous les 1 er et 3 e samedis du mois sur la place Saint-Étienne à Liège. Située à l’arrière des Galeries Saint-Lambert, cette place piétonne s’anime de 10 à 18h avec la présence de 16 bouquinistes. Des centaines d’ouvrages à petits prix. Accès gratuit.
    3.Liège : expo hyperréalisme sculpture – Samedi et dimanche – Musée de la Boverie
    La grande exposition « Hyperréalisme Sculpture » se clôture ce week-end et vous attend une dernière fois samedi et dimanche au musée de la Boverie à Liège. Une expo consacrée au courant artistique apparu dans les années 1970 aux États-Unis, qui tourne le dos à l’abstraction et cherche à atteindre une représentation minutieuse de la nature. Infos : www.expo-corps.be.
    4.Soumagne : parc et piscine – Samedi et dimanche – Domaine de Wégimont
    Le domaine de Wégimont, sa piscine, son parc et ses plaines sont accessibles sur réservation. Le port du masque y est obligatoire pour les plus de 12 ans. Une sortie idéale en famille. Infos et réservations : www.provincedeliege.be/wegimont.
    5.Liège : exposition collective – Samedi et dimanche – Galerie 23
    Samedi et dimanche de 14 à 18h, la Galerie 23 située sur le boulevard de la Sauvenière à Liège ouvre les portes de sa grande exposition collective consacrée aux artistes qui y ont exposé leurs œuvres de 2018 à 2020. Accès gratuit. Infos : 0495/45.46.14 et www.galerie23.be.
    6.Liège : initiation à la fouille – Dimanche – Grand Curtius
    Tous les premiers dimanches du mois, les musées de la ville de Liège vous ouvrent gratuitement leurs portes. Le Grand Curtius propose ce dimanche de 14 à 17h, une initiation à la fouille archéologique pour les enfants de 6 à 12 ans, accompagnés de leurs parents. Infos : 04/221.68.32.
    7.Liège : les soldes d’été – Samedi et Dimanche – Galeries commerciales
    Les soldes d’été débutent ce week-end à Liège. La Médiacité (samedi jusqu’à 22h et dimanche de 11 à 19h), Belle-Île (samedi de 9 à 21h), Galerie Cora (samedi de 7 à 21h) vous ouvrent leurs portes pour l’occasion.

  • Obligation du port du masque. Communiqué sur les mesures particulières à Bassenge

    coronavirus.jpgA partir de ce samedi 25 juillet, le port du masque sera obligatoire sauf pour les enfants de moins de 12 ans:

     

    Dans tous les commerces
    Dans les marchés, brocantes, fêtes foraines et de villages:
    Le port du masque sera dès lors généralisé lors des différentes fêtes qui pourraient être organisées sauf lorsque les personnes seront assises à table pour boire et manger
    Lors du marché à Glons et à Emael
    Dans les rues commerçantes et tout endroit privé ou public à forte fréquentation:
    Tous les parkings des centres commerciaux, magasins, surfaces commerciales et stations-services
    Dans les files d’attente devant les commerces, les banques et tous lieux rassemblant du public
    Le long des terrains de sport (football, équitation,…)
    Les plaines de jeux
    Les lieux de cultes
    Les salles privées (sauf quand les personnes sont assises à table pour boire et manger)
    Dans l’ensemble des bâtiments publics pour les parties accessibles au public:
    La Maison communale (Place Louis Piron à Roclenge)
    L’Administration communale (CPAS, services travaux et urbanisme compris)
    Le Syndicat d’Initiative
    Le bâtiment de l’Aide aux familles et le Local de l’ASBL Reflets à Glons
    Les écoles et leurs abords lorsque la période d’inscription sera ouverte
    Le centre culturel à Glons
    Les salles communales et maisons de cohésion sociale
    Le hall omnisports à Glons
    Le commissariat de police
    La bibliothèque
    Dans les établissements de l’HoReCa (sauf quand les personnes sont assises à leur table)
    (Source Facebook page commune de Bassenge)

  • Ils restent fidèles. 61 % des Belges veulent continuer à consommer local

    logo bassenge sudinfo.pngSelon une étude commanditée par Mastercard, depuis le confinement, 61 % des consommateurs s’efforcent de dépenser leur argent dans les commerces de proximité pour aider les commerces indépendants.
    Deux personnes sur cinq (41 %) déclarent avoir découvert de nouveaux magasins dans les environs depuis le début du confinement. Trois personnes sur cinq (59 %) affirment vouloir continuer à effectuer leurs achats au niveau local, même après la levée de toutes les restrictions d’achat et de déplacement liées au confinement.
    Plus de la moitié (55 %) indique que les derniers mois leur ont ouvert les yeux à propos des gens dans le besoin et 45 % déclarent ressentir un plus grand sentiment d’appartenance à la collectivité. 31 % affirment à présent connaître le nom de leurs commerçants. 34 % des personnes interrogées indiquent que leur bar de quartier leur a manqué et 41 % disent vouloir manger et boire dans des restaurants et bars de quartier pour les aider à s’en sortir. Une personne sur cinq (22 %) apprécie les « bières à emporter » proposées par les bars de quartier une fois leur réouverture partiellement amorcée.
    Les salons de coiffure figurent parmi les autres commerces indépendants qui s’attendent à une forte reprise. 57 % des personnes interrogées ont préféré attendre la réouverture de leur salon de coiffure habituel plutôt que de se couper les cheveux elles-mêmes ou d’avoir recours à un proche. Les laitiers ont également connu un regain d’intérêt avec 15 % des personnes interrogées ayant déclaré s’être fait livrer du lait pendant le confinement et 14 % souhaitant conserver ce service. (Source La Meuse jeudi 16 juillet 2020 pour l'article complet)