Google Analytics Alternative

Faits de société

  • Il entre en vigueur dimanche. L’arrondi, un nouvel exemple de surréalisme à la belge !

    Cette mesure sera un vrai casse-tête à la fois pour le client et le commerçant 

    Dimanche, la Belgique saute le pas et mettra en pratique l’arrondi. Le but de cette mesure : éliminer les petites pièces de 1 et 2 cents qui coûtent cher à fabriquer. Et comme, en Belgique, on aime le surréalisme, sachez que vos prochains règlements s’avéreront parfois être de vrais casse-tête ! 

    L’arrondi ne concerne normalement que les paiements en espèces. Jusqu’ici tout va bien. Vous devez 9,99 € à votre boucher. Sortez le billet de 10 € et l’affaire est faite. Votre boucher encaissera sans vous rendre le cent. Mais voilà, vous avez appris que ce gentil commerçant est à la page et permet à ses clients de régler les achats par carte bancaire. Une aubaine, vu que vous n’avez pas d’espèces sur vous. Eh bien, c’est ici que cela se complique. Parce que votre boucher a le choix et donc le droit : soit il décide de pratiquer l’arrondi pour tous les moyens de paiement qu’il met à disposition de sa clientèle, soit il le limite aux espèces. Dans le premier cas, il est alors tenu de le signaler via une affichette bien mise en valeur. Donc payer par carte ne vous garantira pas nécessairement que le montant total ne sera pas arrondi alors que la mesure, au départ, ne concerne que les espèces.

    Vous suivez toujours ? Alors, passons à un exercice plus compliqué et mettons dans le jeu de quilles les chèques repas. Selon la nouvelle mesure, ces derniers ne sont pas concernés par l’arrondi. Vous décidez de payer avec votre carte Sodexo par exemple : le commerçant ne peut pas pratiquer l’arrondi même s’il a affiché qu’il le fait pour tous les modes de paiement. Les chèques repas, éco-chèques et bons de valeur n’entrent pas dans la mesure. Là où le surréalisme à la belge refait surface, c’est quand vous réglez une partie de vos achats avec des chèques repas et l’autre partie avec des espèces. Dans ce cas, une fois le premier montant réglé, sans arrondi, le deuxième (avec des billets par exemple) devra l’être en calculant l’arrondi sur la somme restant due… On n’est vraiment pas sorti de l’auberge !

    Ne manquez pas de lire l’article complet dans votre journal La Meuse de ce vendredi :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.79011670.359293153.1574938827-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-29,BASSE-MEUSE,1|14

  • Bassenge: il a usurpé l’identité de plus de 30 adolescentes

    réseaux sociaux illustration.jpgLa cour d’appel de Liège a fixé, ce mardi, au 18 février prochain l’examen du dossier d’un habitant de Bassenge, âgé de 26 ans, qui avait usurpé l’identité de plus de trente adolescentes pour créer des centaines de faux profil sur les réseaux sociaux. Avec des photos volées à des jeunes filles mineures d’âge, il mettait en scène des histoires à caractère pédophile.

    Le prévenu avait été condamné à une peine de 4 ans de prison ferme mais le parquet, qui avait initialement requis une peine de 6 ans et une mise à disposition du tribunal de l’application des peines, avait fait appel du jugement.

    Durant sept années, le prévenu avait répété les faits malgré plusieurs avertissements de la justice. Incarcéré une première fois, il ne lui avait fallu que trois jours pour récidiver. Entre 2011 et 2018, deux dossiers avaient été constitués contre lui. Mais la justice l’avait encore surpris en mai dernier alors qu’il ne respectait pas les conditions liées à sa remise en liberté et qu’il avait recommencé à créer de faux profils sur Internet.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/475714/article/2019-11-19/bassenge-il-usurpe-lidentite-de-plus-de-30-adolescentes?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2Bdesc%26start%3D10%26word%3Dbassenge

  • Environnement Bassenge. Les Volon’terres plantent 600 bulbes de narcisses pour embellir les parterres communaux

    volonterres bulbes 3.jpgCe dimanche 24 novembre 2019, les Volon’terres ont délaissé momentanément leur tâche hebdomadaire de nettoyage des rues de l’entité pour s’attacher cette fois à l’embellir. En effet, ce ne sont pas moins de 600 bulbes de narcisses, mis à leur disposition par la commune, qu’ils ont plantés en différents lieux. Citons dans le désordre, à Roclenge le parterre sur l’îlot central de la rue menant au Kiosque ; à Bassenge la zone verte située à proximité du pont du chemin de fer rue neuve ; à Wonck le parterre longeant la grand route et bordant la Cité ; à Eben, la zone située devant l’église… Lors d’une prochaine plantation programmée la semaine prochaine, volonterres bulbes 2.jpgd’autres endroits seront ciblés.

    Des narcisses ? Oui, mais lesquels exactement ?

    En effet, la question mérite d’être posée. Les narcisses comptent plusieurs espèces et sont répartis en dix groupes. L’espèce choisie ici est dénommée « Carlton ». De bonne résistance, c’est un sujet qui atteint les 45 cm et ses fleurs à grande couronne présentent un jaune tendre. Ce narcisse fleurit dès le mois d’avril et vient rehausser agréablement de ses couleurs les zones vertes ainsi que les pelouses. Si ce narcisse, très résistant, ne narcisse carlton source pinterest.jpgdemande pas d’entretien, l’attention doit se porter sur la période de tonte qui suit sa floraison. En effet, il faut attendre que le feuillage des plantes soit complètement fané et mort pour pouvoir procéder. De cette façon, leur multiplication en sera favorisée (auto-multiplication) et assurée pour poursuivre leur reproduction et la floraison les années suivantes et ainsi de suite. Une manière efficace et judicieuse pour, à la fois, embellir les parterres et réduire les travaux fastidieux d’entretien et les coûts qu’ils génèrent.

    Cerise sur le gâteau

    Ce dimanche l’équipe des Volon’terres s’est enrichie de plusieurs nouveaux membres qui ont été accueillis comme il se doit.

    A Bassenge, on se réjouit déjà de voir apparaître, çà et là, les premières touches de couleur jaune apportée par les narcisses annonciateurs d’un printemps qui verra se réveiller une Vallée du Geer magnifiquement embellie…

    Roger Wauters

    narcisse carlton source pinterest.jpg

    (Photo ci-dessus "partage Pinterest")

  • Sapin de Noël, un marché en croissance. Mais la sécheresse le rend plus cher

    sapin noël.pngToutefois, vous êtes de plus en plus nombreux à vous en offrir un 

    Les vitrines de magasins commencent à se parer des décorations de Noël. Et les premières ventes de sapins ont débuté. Le secteur compte en écouler près de 3,5 millions d’ici le 24 décembre. 

    Le sapin de Noël est une affaire qui marche. Selon les chiffres de l’Union ardennaise des pépiniéristes (UAP). Près de 3,5 millions d’arbres devraient être vendus cette année. La toute grande majorité, environ 3 millions, est destinée à l’exportation. À titre de comparaison, on était à 3,2 millions de ventes en 2018, contre entre 2,5 et 2,7 millions voici une décennie.

    Deux raisons peuvent expliquer la croissance attendue cette année : un temps moins sec que l’année dernière et l’absence de manifestations des Gilets jaunes qui ont eu un impact sur les ventes il y a un an.

    En raison de la sécheresse de ces deux dernières années, le prix du sapin de Noël a néanmoins augmenté de quelque 2,5 %. Le consommateur est également devenu plus exigeant. « Les sapins doivent être très beaux, ce qui demande davantage de suivi », explique pour sa part Pieter Van Oost, de l’association des horticulteurs flamands (AVBS).

    Plus chers en pot

    Pour ce faire, les producteurs doivent constamment garder les sols exempts de mauvaises herbes, tailler régulièrement, fertiliser et contrôler les maladies. Les sapins sont également plantés à une plus grande distance les uns des autres. C’est pour ces raisons que les sapins cultivés en pot et élagués sont plus chers.

    La vente des sapins de Noël démarre généralement à la mi-novembre. Selon l’AVBS, quelque 10 % du total sont déjà écoulés avant la Saint-Nicolas. Mais les gros volumes de vente démarrent début décembre.

    Le sapin le plus populaire reste le Nordmann, qui représente 80 à 85 % des ventes.

    Les deux fédérations constatent que le choix se porte de plus en plus souvent sur un sapin naturel. Selon l’AVBS, ceux-ci sont plus écologiques. « Durant sa croissance, un Nordmann fournit de l’oxygène pendant cinq à quinze ans. En outre, chaque sapin de Noël représente un nouveau plant », souligne Pieter Van Oost. « La production d’un arbre artificiel en Asie et son recyclage sont nocifs pour l’environnement », conclut le spécialiste.

    (Source 7 Dimanche)

  • Photo – Environnement. A Boirs, une nouvelle fresque à la bombe intègre le paysage rural

    fresque Boirs.jpgA Boirs, une nouvelle fresque en couleur, non signée, a rejoint le paysage rural. Réalisée sur la paroi d’un pont bordant l’autoroute (SPW), elle bénéficie d’une bonne visibilité.

    fresque boirs 2.jpg

  • A proximité. Semaine de l'Arbre: distribution de plants dans 60 communes wallonnes, voici où vous pouvez en obtenir

    cornouiller.jpgVous vous êtes rendus à Roclenge à la journée de l’arbre organisée par la commune de Bassenge ? Vous avez reçu un plant et vous désireriez en recevoir plus ? Plusieurs communes participent cette semaine à des distributions gratuites dans le cadre de la semaine de l’arbre organisée par le Service Public de Wallonie.

    Explications

    Ces 23 et 24 novembre 2019, week-end de la Sainte Catherine, aura lieu la distribution annuelle de plants dans une soixantaine de communes wallonnes dans le cadre de  "La Semaine de l’Arbre 2019". Comme le souligne le SPWallonie « Cet événement vise à promouvoir la plantation d’arbres adaptés à la Wallonie, à développer un maillage vert de qualité sur le territoire wallon et à soutenir la filière horticole locale. »

    Ce ne sont pas moins de 120.000 plants de 10 espèces différentes, fournis par le Service Public de Wallonie qui seront distribués par les communes.

    « Les plants mis à disposition pour les plantations en espaces publics et pour la distribution aux particuliers proviennent, autant que possible, de pépinières wallonnes. Produire des arbres localement permet d’assurer leur adaptation écologique et d’offrir de meilleures garanties de reprise », souligne l’administration wallonne.

    Cette année, c’est le cornouiller qui est mis à l’honneur, un arbre indigène de Wallonie, qui se pare de couleurs flamboyantes à l’automne, allant du jaune pâle au rouge pourpre.

    Pourquoi n’y avait-il pas de cornouiller lors de la journée de l’arbre à Roclenge ?

    « La journée de l’arbre » qui prend place chaque année à Roclenge est une organisation communale indépendante. Elle est organisée sur fonds propres de la commune de Bassenge et ne se rattache pas à l’événement proposé par le Service Public de Wallonie.  

    Mais bien sûr, le but commun est de susciter la plantation d’arbres auprès du public.

    Avant de compulser la liste des communes participantes, il est à noter qu’à Visé, une distribution aura lieu ce samedi à Richelle.

    « VILLE DE VISE – Distribution de plants d’arbres - Le samedi 23 novembre 2019 à RICHELLE

    Du 18 au 24 novembre 2019 se déroulera en Région wallonne la semaine de l’arbre. Cette année, les cornouillers sont mis à l’honneur.  Les espaces verts font partie des ingrédients indispensables du bien-être quotidien. En développant la nature «ordinaire» de nos jardins, nous contribuons à la sauvegarde de la nature «extraordinaire» de notre région.

    Cette distribution est prévue le samedi 23 novembre 2019 de 10h à 13h, à la Maison des Associations, Rue aux Flots n° 1 à Richelle (bâtiment situé derrière l’école communale de Richelle). »

    Voici la liste des 60 communes concernées et les lieux de distribution :

  • A proximité. Juprelle: « Alerte ! Des chasseurs… »

    Des chasseurs de petit gibier ont été aperçus dans des champs Juprellois, à quelques mètres à peine des premières habitations et de chemins de remembrement très fréquentés. Une scène qui inquiète des riverains, qui s’étonnent surtout de ne pas avoir été prévenus...par prévention.

    On ne peut passer à côté de l’info, la saison de la chasse est ouverte. Et, bien souvent, la pratique est sujette à bon nombre de débats et inquiétudes, notamment sur les réseaux sociaux.

    À Fexhe-Slins d’ailleurs, sur l’entité de Juprelle, des riverains s’interrogent -sur Facebook- de la présence fort rapprochée de chasseurs, au coeur des champs, à quelques mètres à peine des premières maisons et des chemins de remembrement fréquentés par bon nombre de promeneurs, d’enfants, de joggeurs, de cyclistes et autres riverains. Les faits se sont déroulés ici entre la rue Provinciale et la rue d’Anixhe, en début de semaine.

    « Le but n’est pas de débattre sur le bien fondé ou non de la chasse. C’est un domaine privé, effectivement, mais en bordure de jardins et de voies publiques hyper fréquentées, ne pourrait-on pas provisoirement fermer l’accès aux chemins ? Ou, tout du moins, prévenir ne serait-ce que les gens aux alentours ? », interroge une voisine.

    « Légalement, à ce niveau-là, il n’y a aucune obligation de communication », explique un garde forestier du Département Nature et Forêt (DNF). « Pas pour le petit gibier et quand on tire à plombs, comme ici. Pour des balles, c’est différent. La chasse doit alors être signalée. »

    A Glons aussi

    Fin août dernier déjà, une vidéo similaire -tournée à Glons cette fois- avait lancé pareille polémique. On y voyait un chasseur, arme à la main, tirer le canard au beau milieu d’un pré, à quelques mètres à peine des premières habitations. À chaque coup de feu, les vaches de la prairie voisine prenaient peur et se mettaient à courir à vive allure.

    Là aussi, ces images avaient interpellé. Mais l’activité était bel et bien légale.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/476887/article/2019-11-21/juprelle-alerte-des-chasseurs

  • La photo du jour. Elle a été prise au Recyparc de Boirs

    recypark plastiques.jpgAussi est-il est nécessaire de rappeler une note publiée il y a quelques jours sur ce blog.

    « Dès le 1er décembre prochain, il va falloir vous habituer à un tout nouveau système de tri de vos plastiques. Les sacs PMC (bleus) pourront désormais collecter davantage de produits qu’actuellement… mais 65 communes couvertes par Intradel verront aussi arriver le « sac transparent ».

    Voir l’article en entier :

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/11/16/region-liegeoise-une-nouvelle-organisation-pour-vos-sacs-pmc-291527.html

  • Bassenge. Journée de l’arbre ce samedi 16 novembre 2019

    La commune de Bassenge organise sa journée de l’arbre ce samedi 16 novembre 2019. Distribution de plants sur la Place Louis Piron à Roclenge à partir de 14h30. Tous les renseignements sur l'illustration ci-dessous :

    journée de l'arbre bassenge 2019.jpg

  • Eglise de Glons. Cérémonie de mariage de Whitney, la sœur d’Axel Witsel : le reportage photo !

    mariage whitney witsel glons.jpgDimanche dernier, dans une église de Glons sur son trente-et-un, Lucien Vanstipelen a célébré un magnifique office consacré au mariage de Whitney Witsel avec Dimitri Velegan. La cérémonie était doublée d’une célébration du baptême de leur petit bébé de 5 mois dont Axel Witsel est le parrain.

    Quelques photos valent mieux qu’un long discours. Elles sont signées Roger Wauters.

    Une organisation confiée à une Société glontoise

    Notons toutefois que pour l’organisation de l’ensemble de la journée de mariage, - comme ce fut le cas pour le mariage d’Axel -,  la famille Witsel l’avait confiée à la Société « Ma plus belle histoire ». En effet, après la cérémonie de mariage en l’église de Glons les invités étaient conviés au Château de Modave pour un banquet.

    Pour en savoir plus et découvrir d’autres photos, nous vous renvoyons donc au site web de Rachel Licata Wedding planner et Event designer

    Le site :

    https://www.maplusbellehistoire.be/mariages

    mariage whitney witsel glons 2 .jpg

    mariage whitney witsel glons 8 .jpg

    mariage whitney witsel glons 9.jpg

    mariage whitney witsel glons 4 .jpg

    mariage whitney witsel glons 5 .jpg

    mariage whitney witsel glons 7 .jpg

    mariage whitney witsel glons 6 .jpg

    axel witsel,mariage whitney witsel,mariage witsel glons,axel witsel parrain,axel witsel glons

     

  • Glons – La photo du jour. Axel Witsel et le blogueur Sudinfo de Bassenge

    Axel Witzel et Roger Wauters Blogueur Bassenge Sudinfo.jpgCette photo a été prise hier, le dimanche 10 novembre 2019 devant l’église de Glons où le footballeur Axel Witsel assistait à une cérémonie de mariage. (Photo Axel Witsel et Roger Wauters blogueur régional Sudinfo)

    Bientôt le reportage sur cette cérémonie haute en couleur avec des photos exclusives. 

    Axel Witzel et Roger Wauters Blogueur Bassenge Sudinfo.jpg

    (Photo Copyright Bassenge Sudinfo R.W.)

  • Alcool au volant. Clubs de Foot : un label pour moins arroser la 3ème mi-temps

    alcool football.pngLe label Backsafe va inciter les parents de 7.200 jeunes footballeurs à moins boire lors des matches

    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool. L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des clubs francophones de football signent ce mercredi une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité. 

    « Les clubs de football drainent énormément de monde. Ce sont des endroits où il y a de l’alcool lors des matches du week-end, mais aussi en semaine après les entraînements. Pour nous, c’était très important d’y étendre le label Backsafe déjà présent dans d’autres événements festifs », souligne Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. Ce mercredi, l’AWSR signe avec l’ACFF, l’Association des clubs francophones de football, une convention pour labelliser une première série de 23 clubs en Wallonie. « Nous avons pris des clubs disposant d’écoles de jeunes assez importantes », précise notre interlocuteur. Toutes les régions de Wallonie sont représentées (notre infographie).

    « En tout, ce projet va concerner 7.216 jeunes formés dans nos clubs, et leurs familles », chiffre Antoine Rustin, responsable des projets sociaux au sein de l’ACFF. Et de constater : « La troisième mi-temps fait partie du folklore. En matière d’alcool, c’est l’un des lieux de sortie les plus complexes à gérer. L’objectif est d’enrayer la consommation excessive. Nous visons particulièrement les parents qui viennent assister au match ».

    Une bière à la mi-temps, une autre après le coup de sifflet final et une troisième pour fêter la victoire et encore une autre… Certains dépassent bien le taux légal d’alcoolémie au moment de reprendre le volant pour rentrer à la maison, voire de reconduire chez eux les copains pris en covoiturage. « Au-delà de l’entourage des jeunes qui évoluent dans nos clubs, nous comptons bien dans la foulée sensibiliser les joueurs des équipes premières », assure Antoine Rustin.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.243073090.1944059041.1572952339-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-06,BASSE-MEUSE,1|12

  • De 5,7 à 6,8 % des bébés. Le double nom en légère hausse

    bébé nom.jpgEntre le 1er janvier 2019 et le 1er août 2019, 66.904 enfants belges sont nés et, parmi ceux-ci, 4.559 ont reçu le double nom, celui du père et de la mère. Ce qui représente 6,8 % des bébés nés durant cette période.

    On ne peut pas écrire que c’est la ruée sur cette formule, autorisée en Belgique depuis juin 2014, mais au fil des ans, la proportion des parents qui choisissent de donner le double patronyme à leur enfant est en augmentation. En 2016, cette proportion était de 5,7 % (6.138 enfants sur 107.602 naissances), puis elle est montée à 6,3 % en 2017 (6.616 enfants sur 104.200 enfants) et à 6,4 % en 2018 (6.539 enfants sur 101.740 naissances). Ces chiffres ont été donnés par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) suite à une question parlementaire. Il n’a en revanche pas pu préciser dans combien de cas ce double patronyme résultait d’une divergence de vue entre parents. Depuis 2017 en effet, si les parents ne parviennent pas à se mettre d’accord, on colle les deux noms selon l’ordre alphabétique.

    Le double patronyme était aussi possible pour les enfants nés avant le 1 er juin 2014. À ce niveau-là, 4.872 enfants belges ont changé de nom par le biais de cette déclaration de changement de nom.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.25403833.528188037.1572603099-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-11-04,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-11-04,BASSE-MEUSE,1|14

  • Conso. Déjà des bûches de Noël dans les grandes surfaces

    bûche noël.jpgVous cherchez un gâteau célébrer pour Halloween ? Déjà dépassé ! Les bûches de Noël débarquent dans le rayon. Comme au Carrefour de Boncelles où nous avons découvert, dans le rayon frais… des bûchettes de Noël. Et elles étaient là depuis quelques jours puisque certaines d’entre elles étaient démarquées vu la date de péremption toute proche.

    Étonnant ? « Non » nous dit la porte-parole, Siryn Stambouli, « les produits de fêtes sont toujours là plus tôt. Sans doute parce qu’ils sont très prisés ». Mais des bûches fraîches, fin octobre ? « C’est pour répondre à la demande des consommateurs », poursuit la porte-parole, « sans doute que la grande surface réagit par rapport à son action de l’année dernière ».

    Est-ce lié à un seul Carrefour ? « Non, je ne pense pas, les Hyper, vu leur capacité, peuvent commencer les produits de fêtes plus tôt dans la saison. Mais nul doute qu’il y aura des bûches un peu partout très rapidement ». Et visiblement, les bûches ont leur succès chez Carrefour : « C’est un produit phare. Ainsi, cette année, nous allons introduire quatre nouvelles variétés de bûches surgelées dans notre assortiment dont une noix de pécan-vanille ».

    Et ailleurs aussi…  A lire dans la Meuse de ce jeudi

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.34832993.1523847047.1572180835-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-10-31,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-10-31,BASSE-MEUSE,1|18

  • Nouvelle fresque à Boirs : une représentation de Coluche en couleurs

    Début de cette semaine, le jeune artiste qui excelle dans le graffiti a remis le couvert. Cette fois c’est sur une paroi du pont du chemin de fer situé rue des crameux à Boirs qu’il a jeté son dévolu pour y réaliser le portrait de Coluche en couleurs.

    En un peu plus d’une semaine c’est la cinquième réalisation de l’artiste dont le nom est aujourd’hui connu. En effet, s’il s’abstient de signer ses œuvres qui se veulent donc anonymes, il a donné son accord à une de ses amies pour  faire connaître son nom sur Facebook dans le groupe local « Le Geer dans la Vallée du Geer ». Ainsi, a-t-on appris que le jeune artiste talentueux, qui est de la région, s’appelle Antonin Lefèvre. Incontestablement, sur les réseaux sociaux, ses graffitis suscitent beaucoup d’admiration parmi la jeunesse de Bassenge.