Google Analytics Alternative

Environnement

  • Juprelle et Bassenge. Les 1ères éoliennes arrivent en Basse-Meuse

    éoliennes basse meuse.pngSix éoliennes vont apparaître dans le paysage dès la fin de cette année

    C'est désormais une certitude, les six premières éoliennes bassis-mosannes vont apparaître dans le paysage dès la fin de cette année. Et ce sont les campagnes de Glons et Paifve ainsi que le zoning des Hauts-Sarts qui accueilleront les premiers mâts. Deux projets menés par Luminus.

    Avec, tout d'abord, le projet le plus important, celui de cinq éoliennes construites dans les campagnes de Glons et Paifve. Celles-ci devraient produire près de 35.000 Mwh soit de quoi couvrir la production de 8.750 ménages. Les travaux devraient démarrer cet été et la mise en exploitation se faire dans le courant 2021.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 24 janvier 2020

  • Communiqué d’Intradel. Jeudi 23 janvier, fermeture exceptionnelle de nos sites

    recypark fermé parc à containers.jpgCommuniqué d’Intradel. En raison de l’organisation d’une journée de formation destinée à l’ensemble du personnel d’Intradel, nous vous informons que les recyparcs, le Biocentre de Soumagne, le Biocentre de Lixhe ainsi que le siège administratif de l’intercommunale seront exceptionnellement fermés ce jeudi 23 janvier 2020.

    Nos sites seront ouverts normalement dès le lendemain et aux heures habituelles, de 09h00 à 12h30 et de 13h00 à 17h00.

    Nous vous remercions pour votre compréhension.

  • A proximité. Riemst : une éolienne en panne après seulement deux ans de fonctionnement

    Le Nieuwsblad rapporte aujourd’hui dans ses colonnes qu’une éolienne de Membruggen (Riemst), le long de l'E313, est tombée en panne après seulement deux ans de fonctionnement.

    Selon le journal, la société énergétique Aspiravi confirme que l'usine est confrontée à des problèmes techniques et que ce problème devrait être résolus dans les prochains jours pour autant que le temps le permette aussi.

    Source Het Nieuwsblad.

  • Bassenge – Environnement. Carrière Sur Heez : un projet commun avec Natagora et... la Fédération de motocross !

    Un article d’Aurélie Drion publié dans La Meuse de ce vendredi.

    carrière sur heez, vente carrière sur heez, sur heez wonck, sur heez bassengeEn décembre (photo ci-contre), nous apprenions que la commune allait mettre en vente la carrière de Sur Heez, située sur les hauteurs de Wonck. Si une vente publique était envisagée, la commune pourrait finalement passer par une vente de gré à gré. Trois acteurs se sont en effet montrés intéressés de racheter, ensemble, ce site de 20 hectares : d’un côté les deux associations de protection de la nature, Natagora et Natuurpunt, et de l’autre la Fédération de motocross. Un mariage surprenant, mais pas tant que ça.

    Depuis des années, la carrière accueille des amateurs de motocross qui s’adonnent à leur passion dans l’illégalité, mettant à mal la riche biodiversité des lieux. Si un terrain permanent de motocross avait plusieurs fois été évoqué, rien ne s’est concrétisé.

    Mais l’annonce de la vente prochaine vient de relancer le projet. La carrière pourrait ainsi être rachetée par le consortium évoqué plus haut. « Natagora et Natuurpunt sont en effet prêts à racheter le site, avec ou sans la Fédération de motocross », explique Rudi Vanherck, coordinateur de Natagora Liège et Basse-Meuse. « Mais le mieux, ça serait avec. Il faut être réaliste, à moins de construire un mur de 3 m de haut tout autour du site, il sera très difficile d’empêcher la pratique du motocross à cet endroit. La meilleure solution serait donc de combiner les deux, mais en encadrant la pratique du motocross. Donner un terrain officiel et bien délimité aux motocrossmen permettrait de limiter les nuisances sur la carrière et de limiter la pratique de cette activité sur les chemins agricoles de la Basse-Meuse. » D’où ce partenariat innovant et surprenant.

    Nous avons tenté de joindre Valérie Hiance, bourgmestre de Bassenge, pour la faire réagir. Sans succès.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 17 janvier 2020

  • Ce samedi 18 janvier, Gestion de la Réserve naturelle de la Brouhire à Emael

    balade réserve naturelle de boirs octobre 2014 4.jpgCe samedi 18 janvier, les Réserves naturelles Natagora de la Basse vallée du Geer organisent la première journée 2020 consacrée à l'entretien des réserves naturelles. Rendez-vous est donné à Emael. Bienvenue à toutes et tous !

    Voir événement Facebook :

    https://www.facebook.com/events/700780920454099/

  • Nouveau. La localisation de toutes les « bulles Terre » sur le territoire de Bassenge !

    bulles terre bassenge.pngSur son site internet, l’asbl Terre vient de mettre en ligne le plan de localisation des « bulles Terre » sur la commune de Bassenge.

    A découvrir en suivant ce lien :

    https://bulles.terre.be/terre_sf/index.html#findSitesBy:1

  • L’interdiction est prévue à partir de 2021. Plastique à usage unique : nos magasins au top

    L’Europe a décidé de bannir des rayons de nos magasins les produits en plastique à usage unique à partir de janvier 2021. En France, cependant, le gouvernement a décidé d’avancer d’un an cette interdiction : depuis ce 1 er janvier, les assiettes, gobelets et cotons tiges en plastique sont interdits à la vente dans l’Hexagone. Les commerçants français disposent tout de même de 6 mois pour écouler leurs stocks. L’interdiction ne porte pas encore sur les pailles et les couverts jetables. Ce sera pour 2021 comme dans les autres pays européens.

    Déjà dans les supermarchés

    La Belgique, elle, a décidé d’attendre la date du 1er janvier 2021, comme demandé par la CEE, pour interdire ces produits en plastique à usage unique. Mais nos supermarchés ont déjà commencé à les retirer de leurs rayons.

    Carrefour a été le premier distributeur à cesser d’acheter des cotons tiges en plastique et ce dès le 1 er mars de l’année dernière. Une fois les stocks épuisés, la chaîne a proposé à ses clients différentes alternatives, notamment des cotons tiges avec un bâtonnet en papier. Elle a également commencé à cesser de vendre des pailles, gobelets, couverts et verres en plastique à usage unique et à les remplacer par des objets durables.

    Même politique chez Delhaize dont l’objectif est de bannir tous ces objets polluants pour fin 2020, bien avant l’entrée en vigueur de l’interdiction.

    Chez Aldi, on commence également à voir apparaître des cotons tiges écologiques. Et Lidl a entamé la reconversion fin de cette année 2019. Le hard discounter commence lui aussi à remplacer les produits en plastique jetables par des produits alternatifs et en matière recyclable.

    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 4 janvier 2020.

  • Environnement. Un plan de tir pour réduire les populations de sangliers en Wallonie

    Sur proposition des ministres de la Chasse, Willy Borsus, et de la forêt, Céline Tellier,  le gouvernement wallon a approuvé, au mois de décembre dernier, un projet d’arrêté qui prévoit un plan de tir simplifié afin de poursuivre la diminution des populations de sangliers.

    Le gouvernement wallon précédent avait déjà interdit, pour la saison de chasse 2019-2020, toute restriction de tir sur sanglier. De même, il avait prolongé la période chasse des sangliers en janvier et en février.

    Pour la prochaine saison, le gouvernement actuel, en concertation avec les chasseurs, a décidé d’instaurer en Wallonie un plan de tir simplifié au sanglier s’articulant autour de deux axes. Premièrement, ce plan de tir doit être défini au niveau local (à savoir, au niveau des conseils cynégétiques), sachant que la situation des populations de sangliers varie fortement d’une région à l’autre. Deuxièmement, il doit être défini de manière concertée au sein d’une commission réunissant l’administration, le président du conseil cynégétique et les représentants au sein de ce conseil des agriculteurs et des propriétaires publics et privés.

    Un article à lire sur " Le Sillon Belge " en suivant ce lien :

    https://www.sillonbelge.be/5286/article/2019-12-16/un-plan-de-tir-pour-reduire-les-populations-de-sangliers-en-wallonie

    Les sangliers de plus en plus nombreux dans nos régions

    Le 29 novembre dernier, Sudinfo rapportait dans un article que les sangliers sont de plus en plus nombreux dans nos régions. Et que plusieurs communes tiraient la sonnette d’alarme. Le problème, c’est que ces animaux qui se déplacent en troupeau causent souvent pas mal de dégâts matériaux. Ils labourent les terres, et sont connus pour tout retourner sur leur passage. Ainsi Flémalle a-t-il débloqué 10.000 euros pour installer une barrière anti-sangliers près du Prehistomuseum

    La commune de Flémalle va placer 700 mètres de clôtures anti-sangliers à Ivoz-Ramet près du Prehistomuseum. Ces travaux, en accord avec la société Elia, sont menés pour tenter de réduire les dégâts des sangliers, de plus en plus présents dans nos communes.

    Source

    https://www.sudinfo.be/id154170/article/2019-11-29/flemalle-debloque-10000-euros-pour-installer-une-barriere-anti-sangliers-pres-du

  • Infrastructures publiques – Environnement. Nouvelle fresque à Boirs : « Bassenge fait son cinéma… »

    Fresque charlie chaplin boirs.2jpg.jpgChronique de Roger Wauters

    Le week-end dernier, le jeune et talentueux artiste, dont on a déjà souvent parlé, a ajouté une nouvelle œuvre à la série de fresques à la bombe entamée il y a quelques mois en différents endroits de Bassenge.

    Cette fois, c’est un des piliers du viaduc de Boirs qui est désormais orné d’une représentation de Charlie Chaplin et d’un enfant, un plan très expressif extrait du film « The Kid » sorti en 1921.

    Placé en bonne vue aux abords directs de la route nationale, aucun usager ne peut la manquer. Remarquons que dans la série des fresques réalisées jusqu’ici par le jeune Antonin, véritable virtuose de la bombe de peinture, le cinéma tient le haut du pavé tout comme les représentations picturales d’acteurs ont sa préférence. En effet, aucune actrice ne figure encore parmi les personnalités représentées.

    Ainsi, depuis quelque temps, « Bassenge fait son cinéma ». Avec la condescendance de la Bourgmestre de Bassenge, les infrastructures publiques (Infrabel- SPWallonie) sont devenues des cimaises qui servent l’expression du jeune artiste auquel « presque carte blanche » (voir encart ci-dessous*) a été donnée.

    En parlant de carte blanche, paradoxalement, l’artiste exécute ses travaux la nuit, dans le noir…

    *Voici ce qu’on pouvait lire dans un article de La Meuse du 25 décembre 2019

    Plutôt que de sévir, la commune lui propose une collaboration

    « La bourgmestre Valérie Hiance a rencontré Antonin il y a quelques semaines, explique l’échevin Philippe Knapen. Elle lui a proposé de collaborer. La commune lui met des murs à disposition, Antonin a presque carte blanche pour réaliser des fresques mais en contrepartie, il accepte de partager son art avec tout qui veut. »

    Une déclaration qui suscite quelques questions

    Sont-ce les murs communaux qui sont mis à disposition ou ceux qui sont la propriété d’Infrabel et du SPWallonie ? (Ponts de chemin de fer et viaduc autoroutier). « Presque carte blanche : ça veut dire quoi, exactement ? « Accepter de partager son Art avec tout qui veut » : une lapalissade alors que les œuvres sont réalisées sur les infrastructures publiques ?

    Comprendra qui pourra. Mais ça, c’est une autre histoire.

    Contentons-nous de suivre avec intérêt les belles histoires qu’Antonin nous raconte.

    Roger Wauters

  • Bassenge – Environnement. Une chaîne humaine évacue des déchets

    article volon'terres décembre 2019.jpgCe lundi 30 décembre 2019, le journal La Meuse consacre un article au travail des Volon’terres de Bassenge.

    « Les Volon-Terres ont fini l'année en beauté en parvenant à nettoyer des coins reculés de Bassenge. Depuis plus de deux ans, des bénévoles se réunissent chaque dimanche matin pour nettoyer Bassenge. Dimanche 22 décembre, avec l'aide d'autres personnes, ils ont organisé une chaîne humaine pour enfin évacuer de vieux dépôts clandestins difficilement accessibles. »

    La suite de l'article à lire dans La Meuse.

  • Dépôts sauvages – Roclenge. Après les canettes de boissons le long des routes, voici les…

    carcasses homards.2 jpg.jpgA Roclenge, après les canettes de boissons, les emballages, les papiers gras et autres déchets le long des routes, voici, sur plusieurs mètres, les restes d’un repas gastronomique constitué de produits de la mer. On y trouve des carcasses de homards, d’écrevisses et autres crustacés… (Photos prises le samedi 28 décembre 2019à Roclenge)

    carcasses homards.jpg

    carcasses homards.3 jpg.jpg

  • Dépôts sauvages – Environnement Bassenge. A Emael, les Volon’terres ont nettoyé tout un flanc de coteau : un défi relevé avec brio ! (+ Reportage vidéo)

    volon'terres emael 22 décembre 20196.jpgC’est véritablement un défi que se sont lancés les Volon’terres de la Vallée du Geer ce dimanche 22 décembre 2019. Ils se sont attaqués au nettoyage de tout un flanc de coteau de la rue du Garage à Emael. L’endroit qui avait fait l’objet d’un repérage préalable et qui regorgeait d’objet aussi hétéroclites que divers a été passé au peigne fin – On y retrouvera d’ailleurs tout un matériel de culture du cannabis - . Le coteau abrupte qui présentait une végétation dense rendait la zone difficile d’accès et à vrai dire, l’effort demandé aux Volon’terres pour extraire les déchets et les amener à son sommet relevait plutôt d’une épreuve sportive.

    Mais qu’à cela ne tienne le dicton de la journée «  Aux grands maux les grands remèdes » était de mise.

    Sur le coup de midi, le défi était relevé avec brio.

    Notons au passage que l’équipe des Volon’terres s’était considérablement étoffée et que la jeunesse était fortement représentée.

    volon'terres emael 22 décembre 20197.jpgNous ne résistons pas à publier le communiqué publié par les Volon’terres sur leur page Facebook

     « Mille fois merci !

    Nous vous avons lancé un défi et vous avez été très nombreux à nous entendre et à nous rejoindre!

    Cela prouve, s'il le fallait, que notre action est appréciée et soutenue; la majorité des gens dans la Vallée sont derrière nous; beaucoup restent dans l'ombre mais nous voulons les mettre à l'honneur car ils nous ont rejoints en cette veille de Noël : Luc, Carole-Anne, Paco, Maxime, Lisiane, Kevin et son fils, Jean-Paul, Angeline, Nora, et tous les habitués de notre groupe d'amis.

    Nous avons ainsi pu nettoyer de très anciens dépôts dans la Montagne Saint Pierre.

    Il faut maintenant une suite des autorités communales pour garder ce magnifique volon'terres emael 22 décembre 20195.jpgsite en l'état.

    Nous continuerons notre action en 2020 et comptons sur vous pour nous soutenir, chacun à votre manière, chacun selon vos possibilités, mais tous ensemble, nous arriverons à garder notre Vallée propre et à ainsi donner l'exemple aux communes avoisinantes.

    Joyeuses fêtes de fin d'année et Bonne année 2020 du groupe les Volon'terre de la Vallée du Geer!

    Nous vous donnons rendez-vous le 05 janvier à Glons. »

    volon'terres emael 22 décembre 20194.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 2019.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20192.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20193.jpg

  • Emploi – Motocross - Bassenge. La réinsertion sociale par le motocross : coup de projecteur sur l’Asbl En Vies d’Avenir de Bressoux (+ Vidéo)

    asbl eva motocross.2jpg.jpgChronique de Roger Wauters

    On le sait, Bassenge compte de nombreux adeptes du motocross. Et, ce sport a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps en Vallée du Geer.

    En effet, que ce soit la jeune pilote bassengeoise Amandine Verstappen qui s’illustre régulièrement dans les compétitions internationales ; que ce soit une épreuve de motocross organisée en 2017 à Wonck à un jet de pierre du site « Sur Heez » qui redonna espoir aux amateurs du genre de pouvoir disposer d’un circuit permanent ou motocross wonck sur heez.jpgqu’il s’agisse encore des autorités communales de Bassenge qui viennent de décider de mettre ce site en vente pour permettre d’y pratiquer le motocross en toute légalité, force est de reconnaître que le motocross a la part belle en notre région.

    Il nous a donc paru utile de jeter un coup de projecteur sur l’abl En Vies d’Avenir de Bressoux, peut-être pas assez connue à Bassenge, qui offre des possibilités aux demandeurs d’emploi de suivre, dans le cadre d’un programme de réinsertion sociale, différentes formations dont l’une est précisément articulée autour du Motocross.

    Extrait du site internet de EVA asbl : « Formation en orientation professionnelle via le SPORT MOTO

    Cette formation vise l’orientation professionnelle tout secteur et la redynamisation. Par le sport moto, nous voulons déclencher un processus de motivation et de reprise de confiance en soi. Autour de cette activité attractive, nous développons des modules et des cours d’orientation professionnelle ce qui reste l’objectif principal de cette formation. »

    Source :

    http://www.asbleva.be/

    louis smal.pngL’asbl EVA qui a son siège à Bressoux doit sa fondation à Louis Smal, ancien syndicaliste de la CSC comme le furent d’ailleurs Josly Piette et feu Ghislain Hiance qui se sont échangés l’écharpe maïorale à Bassenge.

    Coup de projecteur sur l’asbl EVA

    En vies d’avenir (Les copains d’Eric)

    En fait de jeter un coup de projecteur, on ne pourrait trouver mieux que de publier ce reportage réalisé par la télévision RTC le 27 janvier 2015 à l’occasion de l’anniversaire des 20 ans de l’asbl dans lequel Louis Smal explique les buts poursuivis et retrace son évolution.

    Course du Touquet : l'article du motocross magazine !

    https://fr.motocrossmag.be/index.php/2019/02/tim-louis-et-daymond-martens-ont-fait-briller-les-couleurs-de-lasbl-en-vies-davenir-sur-la-plage-du-touquet/#.XftMk2RKiM8

    Pour des demandeurs d’emploi bassengeois(es) qui souhaiteraient suivre des formations à Bressoux et qui voudraient plus spécialement y pratiquer le motocross, deux possibilités se présentent : soit prendre rendez-vous au 04.3552347 ou envoyer MOTO au 0499.101101

    La page Facebook de l'asbl EVA :

    https://www.facebook.com/asbleva/

    Sources :

    http://www.asbleva.be/

    Et articles :

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/07/25/wonck-c-est-bien-parti-pour-le-terrain-permanent-de-motocros-230565.html  

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/12/09/bassenge-environnement-la-carriere-de-heez-mise-en-vente-fin-293018.html  

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/12/11/environnement-bassenge-vente-du-site-sur-heez-a-wonck-comple-293171.html

  • Environnement Bassenge. Vente du site « Sur Heez » à Wonck : complément d’information

    wonck carrière de Heez.pngEn début de cette semaine nous avons publié sur ce blog un article qui avait trait à mise en vente par la commune du site dit « Sur Heez » à Wonck. Il demande un complément d’information dans la mesure où deux intervenants ont fait des déclarations qui apportent un éclairage sur le sujet.

    La Bourgmestre Valérie Hiance

    « On veut respecter la nature. Il y a effectivement une ASBL qui fait de la réinsertion qui est intéressée par le rachat. Si elle y développe un projet social qui permettrait de réguler la pratique du motocross tout en préservant une grande partie du site, c’est à réfléchir. Mais d’abord, nous avons rencontré différents partenaires comme Natagora et la DNF. J’attends leur retour pour voir quels genres de projets pourraient y être faits, dans le respect de l’environnement. Ça sera ensuite intégré dans les conditions de vente. Je veux qu’elle soit bien balisée, parce qu’il est évident que je n’ai pas envie qu’on y fasse n’importe quoi. D’ailleurs, si la Région est prête à s’investir et à s’occuper de la gestion et de l’entretien du site, je suis prête à annuler la vente. »

    Francis Krauth de l’asbl Rosa Canina

    « Notre démarche est avant tout de faire savoir aux gens que ce site est en vente pour qu'éventuellement, la population puisse l'acheter ensemble. Il s'agit d'un site à la biodiversité exceptionnelle, en partie classé Natura 2000. Mais d'après les échos que l'on a, un promoteur enduro serait intéressé de le racheter et la commune ne serait pas contre. »

    Mais Francis Krauth est prêt à s'investir pour préserver l'endroit. « Quand je vois l'engouement que la publication suscite, je pense qu'on pourrait peut-être parvenir à créer une sorte de coopérative pour racheter le site, comme ça s'est fait à Esneux. » Francis Krauth attend donc de la commune qu'elle communique rapidement sur l'organisation de la vente « pour qu'on ait toutes les chances d'avoir le temps de mobiliser les gens et de faire un appel aux dons. Avec la volonté d'ensuite faire de ce lieu une réserve naturelle, gérée par les citoyens. » (Source La Meuse)

  • Bassenge – Environnement. La carrière de Heez mise en vente fin janvier

    Inexploitée depuis longtemps, la carrière de Heez revient, épisodiquement, sur le devant de l'actualité bassengeoise. En cause, des projets qui, jusqu'ici, ont toujours suscité la polémique. Et cette fois, c'est sa vente prochaine qui inquiète. Il faut dire qu'avec le temps, un biotope riche et varié s'y est développé et que des espèces protégées y ont trouvé refuge.

    Mais si la faune et la flore s'y plaisent bien, c'est également le cas des pratiquants de motocross. Quand il fait beau, les nombreuses bosses du site font la joie des deux roues qui transforment l'endroit en terrain de motocross. Une pratique qui se fait dans la plus grande illégalité. En plus des deux roues, l'endroit est aussi le paradis des pollueurs qui, régulièrement, viennent y abandonner leurs déchets. Préservation de la nature, pratique illégale du motocross et dépôts sauvages ne font évidemment pas bon ménage.

    En grande partie propriété communale et dans l'impossibilité d'en assurer une bonne gestion, les autorités locales ont donc décidé de mettre en vente leurs parcelles, soit une superficie de 20 hectares, pour minimum 131.000 euros. Une prochaine vente publique qui inquiète les amoureux de la nature. Ceux-ci craignent que le site ne soit racheté par un promoteur enduro et qu'il le transforme en terrain permanent de motocross.

    Depuis quelques jours, l'asbl Rosa Canina a donc pris les choses en main. Déjà fort active dans la préservation de l’environnement, l'asbl s'occupe de l'écopâturage de la Montagne Saint-Pierre. Via une publication Facebook, elle tente de sensibiliser et mobiliser les gens.

    Pour participer à cette mobilisation, rendez-vous sur la page Facebook de Rosa Canina

    https://www.facebook.com/rosa.canina.7902

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce jour :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.169496929.1919226779.1575278481-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2019-12-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-12-09,BASSE-MEUSE,1|12