Google Analytics Alternative

Environnement

  • A proximité. Sécheresse: des agriculteurs pompent les cours d'eau

    camion hollandais pompe 2.jpgDe nombreux agriculteurs pompent l'eau à la source des cours d'eau ou dans les rivières en raison de la sécheresse. Natuurpunt a déjà identifié plusieurs cas de ce type en Hesbaye, au Limbourg et en Campine, peut-on lire dans les pages du Belang van Limbourg, Het Laatste Nieuws, Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad.

    (Source Belga) (photo prétexte)

  • Région liégeoise. Les dépôts clandestins en augmentation

    dépôts sauvage bassenge juprelle avril 2016.jpgEn 2018, sur 62 communes de la province de Liège, les abandons de déchets ont augmenté de 35%

    Avec 825 infractions constatées, l’augmentation est de 35 % par rapport à 2017…

    Les abandons de déchets dans la nature, malgré toutes les mesures prises, semblent donc toujours avoir la cote. Plus de la moitié de ces dossiers (445) ont d’ailleurs débouché sur une amende pour le contrevenant

    L’article complet à lire ici :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-20,BASSE-MEUSE,1|8

  • A proximité – Juprelle - Environnement et enseignement. Des gourdes pour tous les écoliers juprellois

    véhicules électriques juprelle.pngMais aussi l'achat de véhicules électriques et l’installation d’une borne

    Les actions en vue de protéger notre environnement se multiplient. Et la commune de Juprelle ne déroge pas à la règle. D’ici la fin de l’année, elle souhaite investir dans l’achat de gourdes réutilisables pour les écoliers, enseignement privé compris. Mais pas seulement... 

    Les préoccupations environnementales sont au coeur des débats citoyens, politiques et décisionnels, mais aussi, à titre plus local, des initiatives et projets développés par nos communes. Tel est le cas également à Juprelle. Récemment, le Collège s’est engagé dans la mise en place de plusieurs actions, visant à la préservation de notre planète.

    Parmi celles-ci, on peut noter l’achat de gourdes pour l’ensemble des écoliers de l’entité, qu’ils fassent partie de l’enseignement libre ou communal. « Nous sommes actuellement en train de nous renseigner sur les diverses possibilités qui existent. L’idéal serait de ne pas partir sur des gourdes en plastique mais, question coût, c’est sans doute dans ce sens que nous devrons partir... In fine, l’objectif est de toute façon d’inciter les enfants et leurs parents à l’utilisation d’un contenant réutilisable », explique Jonathan Grevesse, échevin des Travaux à Juprelle.

    Ce serait, au total, pas loin de 1.500 gourdes qui devront être achetées, « après une modification budgétaire qu’on espère le plus rapidement possible pour une distribution avant la fin de l’année scolaire ».

    L’article complet reprenant les différents projets :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-11,BASSE-MEUSE,1|8

  • Glons. Un vénérable saule pleureur abattu un 9 avril en pleine floraison

    saule pleureur rue lulay glons.5jpg.jpgCe mardi matin 9 avril 2019, un vénérable saule pleureur situé dans un espace boisé de la rue Lulay a succombé aux assauts des tronçonneuses du Service des travaux de Bassenge.

    Il présentait un tronc d’un diamètre de 50 cm et affichait une bonne santé. Photos à l’appui.

    Un ouvrier nous interdit de prendre des photos

    saule pleureur rue lulay glons.2jpg.jpgEn effet, notre reportage fut émaillé d’un fait étonnant. Parmi l’équipe, un ouvrier s’est opposé à ce que nous photographiions la scène de l’arbre jonchant le sol. Pris à partie, des invectives ont été proférées à notre adresse mettant un terme à toute possibilité pour nous d’obtenir des renseignements sur la raison de cet abattage radical préféré à des travaux d’élagage.

    Une attitude qui pose plusieurs questions que nous n’aborderons pas ici. Ce n’est pas le propos.

    saule abattu rue lulay.pngCeci étant, depuis 2013 (photo googlestreetview), c’est le second saule qui, à ce même endroit, est abattu (voir photo en haut à gauche).

    Faisant partie du cadre de vie des habitants, du Patrimoine naturel et environnemental de la Vallée du Geer,  ils conféraient un charme indéniable au lieu. Leur abattage suscite plusieurs interrogations d’autant que la période choisie (floraison et sève montante) fait l’objet d’une loi l’interdisant. A lire ci-dessous :

    saule pleureur rue lulay glons.4jpg.jpgL’interdiction du Ministre Collin

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2018/06/12/pour-les-agriculteurs-la-taille-des-haies-et-arbres-est-deso-257181.html

    Note :

    Cet article est certainement plus proche du billet d’humeur que du récit objectif d’un fait.

    Rappelons que les principes d’un blog reposent sur la possibilité offerte à quiconque, y compris les autorités communales, d’y laisser un commentaire pour apporter des réponses et des explications aux interrogations soulevées par un blogueur.

    Roger Wauters

    saule pleureur rue lulay glons.5jpg.jpg

    abattage saule pleureur glons,saule pleureur abattu glons

  • Eben-Emael. Cette famille produit 15 fois moins de déchets que la moyenne des autres ménages. Ils ne produisent que... 10kg d'ordures par an !

    maud blaffart zéro déchets.pngRéduire nos ordures ménagères, c’est possible. Le zéro déchet réunit de plus en plus d’adeptes. Après l’ouverture de magasins du genre dans la région, certaines familles se convertissent à ce mode de vie.

    Maud Blaffart habite une maison à Eben Emael où aucun emballage plastique n’est visible à l’horizon… Des bocaux en verre remplissent ses armoires. Les déchets sont proscrits depuis 2017, quand la jeune maman a découvert ce mode de vie dans un livre. Elle et sa famille ont adopté le zéro déchet. “Cela touche tous les pans de notre vie, explique-t-elle. C’est lié à notre alimentation, mais aussi au vestimentaire, au transport, etc”.

    Un reportage RTC Liège :

  • A proximité. 6 m³ de crasses abandonnées en deux jours à Oupeye. Alors que le weekend dernier avait lieu la grande opération de nettoyage !

    Après Hermalle ce mercredi, c'est à Heure-le-Romain qu'un nouveau dépôt sauvage a été découvert. Au total, sur ces deux jours, ce sont plus de six mètres cubes de crasses en tous genres qui ont été ramassés par les ouvriers communaux ! La commune recherche activement le ou les coupables.

    Honteux ! Alors que le week-end dernier, 280 Oupeyens ont nettoyé leur commune et alors qu’une mobilisation sans précédent en faveur du climat est en marche, tous ces efforts sont mis à mal par le comportement inacceptable de certains individus.

    L’article complet :

    https://www.lameuse.be/370548/article/2019-04-04/6-m3-de-crasses-abandonnees-en-deux-jours-oupeye

  • Dans votre journal La Meuse de ce jeudi : « Que font les communes liégeoises pour le climat »

    On y apprend qu’à Bassenge la commune compte notamment investir dans une éolienne citoyenne. Celle-ci s’intégrerait dans le projet de neuf éoliennes qu’Elicio devrait implanter à Wonck. Investissement important aussi, le remplacement progressif de l’éclairage public par des lampes LED. L'article complet à découvrir dans votre Meuse de ce jeudi spécialement consacrée au "Climat" !

  • Le Ministre l'affirme : les Wallons pourront bientôt signaler les nids-de-poule et les dépôts sauvages avec leur GSM

    On s'en souvient, l'application Betterstreet, dont il est question ici, a déjà été proposée à Bassenge par le jeune Conseiller communal Christopher Sortino (PS). Mais, à l'époque, c'est à dire au mois de mars 2016 plus exactement, le Collège avait refusé la proposition jugeant que l'application allait apporter une charge de travail supplémentaire au personnel. Nous vous renvoyons aux articles relatifs à ce point.

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/02/22/bassenge-conseil-communal-une-application-pour-signaler-les-179964.html

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/03/12/bassenge-conseil-communal-egouttage-nouvelle-phase-pour-800-182111.html

    Pourtant, aujourd'hui, le Ministre Di Antonio l'affirme : les Wallons pourront bientôt signaler les nids-de-poule et les dépôts sauvages avec leur GSM. Et, il est question de l'application Betterstreet.

    Dépôt sauvage, nids-de-poule, éclairage public défectueux : en 2020, tous les Wallons pourront directement signaler ces problèmes via une application mobile et grâce à une photo envoyée via leur téléphone portable. Le ministre wallon des Transports, des Travaux et de la Mobilité, Carlo Di Antonio l’a confirmé lors d’une réponse parlementaire.

    « Une application web est effectivement testée au sein du SPW Mobilité et Transport dans le but de relever des dégradations sur le réseau routier », explique le ministre Di Antonio.

    L’application se nomme Betterstreet. Il suffit de signaler le problème via l’application mobile ou un formulaire web et la commune concernée intervient.

    « Selon le département des Technologies de l’Information et de la Communication, l’application devrait être opérationnelle dans le courant de l’année 2020. » En région bruxelloise, l’appli est disponible depuis 2013.

    https://www.sudinfo.be/id110420/article/2019-03-30/les-wallons-pourront-bientot-signaler-les-nids-de-poule-et-les-depots-sauvages?fbclid=IwAR2duvDyRChbmk3HBJkne6QYxVQmmXfp_2_U6l-Zit6fEDzIgsGGF68c

  • Bassenge - Grand nettoyage de printemps. Ce samedi 30 mars 2019, matinée de nettoyage des rues et sentiers de nos villages

    nettoyage printemps mars 2019  bassenge.jpgCette date correspond à la journée BEWAPP (pour une Wallonie Plus Propre) mise en place par la Région wallonne. Le lieu de rendez-vous est fixé à la Maison de la cohésion sociale de Wonck (Lieux magiques – rue des Martyrs 6).

    nettoyage glons bénévoles8.jpg

  • Exclusif – A proximité. A Crisnée, les sacs en plastique qui emballent les publicités toutes-boites vont disparaître

    Le Collège de Crisnée a décidé, vendredi, d’interdire l’usage de sacs en plastique pour emballer les publicités toutes-boites. Ces sachets transparents servent en fait à protéger les publicités des intempéries.

    La décision doit être prise formellement au conseil communal du 3 avril prochain, car il s’agit de modifier le règlement de police administrative. « A ma connaissance, Crisnée serait la première commune à prendre une telle disposition », déclare Philippe Goffin, le bourgmestre.

    Découvrez le timing et tous les détails sur notre nouvelle édition digitale en suivant ce lien :

    https://huy-waremme.lameuse.be/364680/article/2019-03-23/crisnee-veut-interdire-les-sacs-en-plastique-des-toutes-boites

  • C’est le printemps ! Il est revenu le temps de se remettre au jardinage

    Après nous avoir offert de très belles journées cette semaine, le printemps se montrera un peu plus timide dans les jours qui viennent. Mais, si vous en avez le loisir, entre deux averses et sous un ciel généralement gris, c’est le moment de vous remettre au jardinage. (Photo bandeau illustration  - jardin Kreavert à Boirs)

    Les fleurs se développent de plus en plus, les protections hivernales vont pouvoir être progressivement retirées, et vous allez pouvoir vous adonner aux tailles de mars, réputées les meilleures, selon l’adage bien connu.

    Au verger.

    C’est le moment de greffer, tailler, planter… Depuis quelques mois, les arbres fruitiers attendent leur tour. Si la taille n’a pas encore été faite, ne tardez plus car les fruitiers mettent leurs feuilles, et déjà pour certains leurs fleurs.

    Au jardin d’ornement.

    Les fleurs de saison pointent leur nez et commencent à égayer le jardin : primevères, amélanchier, cognassier du Japon, prunus, mimosa, et évidemment l’incontournable forsythia jaune, annonciateur de l’arrivée du printemps ! Plantez les vivaces ainsi que les bulbes à floraison estivale et automnale. Semez les annuelles, uniquement sous abris : pétunias, verveines, sauges, œillet d’Inde, cosmos… Pour les arbustes, taillez toutes les haies, ainsi que le camélia défleuri, l’hibiscus, la glycine… Taillez aussi vos derniers rosiers. Terminez la plantation des arbustes caducs à racines nues et des arbustes persistants en motte.

    Au potager.

    Les semis sous châssis et les premières divisions de plants ouvrent le bal. En passant par la serre, on active les semis délicats qui s’impatientent déjà… Le potager commence à s’agiter : boutures et plantation des bulbes comestibles sont au menu.

  • Glons : La récolte de la sève de bouleau a commencé (explications en vidéo)

    sève bouleau.jpgDans le jardin de votre blogueur Sudinfo, la récolte de la sève de bouleau a commencé. Il faut néanmoins savoir que généralement, cette récolte s’opère fin mars. Mais cette année 2019, les conditions climatiques clémentes ont permis de la commencer prématurément.

    La sève de bouleau contient des sels minéraux et deux hétérosides (Bétuloside et Monotropitoside) reconnues pour leurs actions diurétiques, des acides de fruits, 17 acides aminés dont l’acide glutamique (qui contribue à la vivacité de l’esprit !). Une petite cure annuelle fait le plus grand bien et de nombreux sites en relatent les bienfaits. On parle même de cure de Jouvence !

    La vidéo ci-dessous vous explique comment procéder.

    Attention. L’arbre n’est nullement blessé. Il suffit simplement, après la récolte, de veiller à reboucher le petit trou au moyen d’un morceau de bois (un éclat suffit).

    La sève de bouleau est également appelée eau de bouleau en raison de sa transparence. La sève de bouleau est une récolte vivante, à l’état pur, naturelle et possède une grande concentration de principes actifs.

    Pourquoi consommer de l’eau de bouleau fraiche ?

    C’est la seule sève vivante, pleine de minéraux qui apportera les bienfaits reconnues de drainage et de régénération, à l’état naturel sans conservateur.

    Quand a lieu la récolte de sève de bouleau ?

    Au début du printemps, l’arbre se gorge de toute la sève dont il a besoin et ce pendant 3 à 4 semaines. Pendant cette période la sève monte alors dans l’arbre. C’est à cette période très précise que l’on peut récolter l’eau de bouleau, juste avant que les bourgeons n’apparaissent, parfois dès la fin du mois de février.

    Comment la sève est récoltée ?

    Cette eau limpide et transparente se récolte assez facilement à l’aide d’une foreuse, d’un tuyau en plastique (paille) et d’une simple bouteille.

    Source : http://www.seve-bouleau.com/

  • Routes wallonnes. Arrêt prématuré de l’élagage : en cause, le redoux du mois de février

    élagages.jpgAlors que les chantiers routiers sont souvent à l’arrêt, la saison hivernale est mise à profit pour élaguer les abords des autoroutes et des routes régionales. Cette année, elle est écourtée pour ne pas nuire à la nidification des oiseaux. 

    Les automobilistes l’auront remarqué des milliers d’arbres ont été abattus le long des autoroutes et des principales routes de Wallonie ces derniers mois. Cela aurait dû se poursuivre jusqu’au début avril, comme l’année dernière. « Les travaux d’élagage en cours vont s’achever, mais aucun autre ne débutera dans les prochaines semaines à cause du risque de nidification prématuré des oiseaux à la suite du redoux en février », explique Carlo Di Antonio, le ministre wallon des Travaux publics et de l’Environnement.

    « Durant l’hiver 2017-2018, une centaine d’hectares, soit 6 % du domaine boisé le long des routes régionales, avait été traitée. Le bilan pour 2018-2019 n’a pas encore établi. Mais nous ne devrions pas atteindre ce chiffre », indique Harold Grandjean de la Direction des aménagements paysagers au SPW.

    L’article complet à découvrir sur :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-03-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-03-09,BASSE-MEUSE,1|18

  • En Wallonie. Les drones ne peuvent plus survoler les réserves naturelles

    drone réserves naturelles.jpgEn Wallonie. Les drones ne peuvent plus survoler les réserves naturelles

    À partir du 15 mars prochain, les drones seront interdits de vol au-dessus de toutes les réserves naturelles de Wallonie. Ainsi en a décidé le parlement wallon, sur une proposition de la députée Écolo Hélène Ryckmans. Certaines réserves naturelles, comme celle des Hautes Fagnes, étaient déjà protégées des drones, mais pas toutes. Avec ce décret, les choses ont le mérite d’être claires : interdiction pour toutes les réserves naturelles et pour les futures qui seraient créées et pour toute nouvelle extension.

    Les réserves naturelles en Wallonie représentent actuellement 13.000 hectares.

    L’article complet :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-03-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-03-08,BASSE-MEUSE,1|16

  • Respect de l'environnement - Bassenge. Petite piqûre de rappel…

    logo bassenge sudinfo page facebook.png« Chaque année, la Wallonie débourse près de 20 millions d'euros (!!!) pour ramasser les multiples détritus (canettes, sacs plastiques, déchets divers...) le long des routes régionales. Ce chiffre est hallucinant. Tant d'autres secteurs, notamment en matière de santé ou d'action sociale (aînés, personnes handicapées,...) pourraient utilement bénéficier de ces moyens financiers si les gens se donnaient la peine de respecter l'environnement et les autres. C'est une question élémentaire d'éducation ! » Maxime Prévot 2016.