Google Analytics Alternative

Tourisme et Terroir Vallée du Geer - Page 8

  • Reportage photo. Escapade du côté de la Pachlauw à Wonck…

    promenade patchlauw 4.jpgCe mercredi 11.12.13, hé oui, pas à 14h00 (auquel cas : 11.12.13.14) mais vers 16h30, la Vallée du Geer bénéficiait d’un magnifique ensoleillement. L’astre étant très bas, sa lumière sculptait littéralement les éléments bâtis et naturels. L’occasion de glaner, ça et là, quelques photos au cours d’une ballade entre Wonck et Eben que j’ai entreprise, en fin d’après-midi, accompagné de mon petit chien « Socrate ». Sur le retour, une prise de vue de Bassenge. Contrastes entre tons chauds et pénombre naissante composent le sujet de ce petit reportage photo. (Regor)

    promenade patchlauw 5.jpg

    promenade patchlauw 3.jpg

    promenade patchlauw 9.jpg

    promenade patchlauw.jpg

    promenade patchlauw 6.jpg

    Ci-dessus, au premier plan à droite, la ferme d'Ali. Ci-dessous, une des facades

    promenade patchlauw 8.jpg

    promenade patchlauw 7.jpg

    cimetière bassenge.jpg

    Vue de Bassenge

  • A noter, d’ores et déjà, dans vos agendas. Roclenge : portes ouvertes de « L’épicier gourmand »…

    épicier gourmand 4 façade.jpgL’épicier gourmand de Roclenge, auquel nous avons déjà eu l’avantage de consacrer un  reportage* précédemment, organise des portes ouvertes ces samedi 23 et dimanche 24 novembre. L’occasion de réveiller vos papilles en allant y déguster une sélection de vins de fêtes, foie gras, confits et boudins, qui raviront les palais les plus délicats. Portes ouvertes de 11h00 à 20h00, le samedi 23 et de 11h00 à 18h00 le dimanche 24 novembre. Bienvenue à toutes et tous…

    épicier gourmand portes ouvertes.jpg

    logo facebook.pnghttps://www.facebook.com/pages/L%C3%A9picier-Gourmand/155468757880411?fref=ts

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2013/05/30/bassenge-reportages-w-e-wallonie-bienvenue-2-l-epicier-gourm.html 

  • Bassenge. Ses vins fruités « de la Vallée du Geer » vendus en grandes surfaces…

    vins de la vallée du geer princen.pngVoici quelques années qu’Alexandre Princen, un bassengeois, a lancé sa production de vins fruités. Si, jusqu’à présent, ses produits étaient vendus sur des marchés, ils sont maintenant disponibles dans plusieurs grandes surfaces de la région.

    Source La Meuse 5 novembre 2013

    vins de la vallée du geer princen.png

  • Et si on construisait un beau projet ensemble ? Un truc du genre : « Vallée du Geer : parcours des saveurs - d’antan, d’ici, d’ailleurs – et autres spécialités du Terroir »

    plan bassenge terroir.pngNous avons publié, hier, dans le groupe facebook «  Le Geer de la Vallée du Geer », une ébauche de carte qui reprenait les localisations de « petits » producteurs du Terroir ( et artisans de bouche) dont les activités ont fait l’objet d’articles et de reportages sur Bassenge Sudinfo. Plusieurs personnes n’ont pas manqué d’apporter des commentaires faisant état d’autres producteurs locaux dont nous n’avions pas connaissance. C’est donc avec plaisir que nous les avons incorporés à l’ébauche de plan. Devant la tournure, très intéressante autant qu’encourageante, que prend ce projet, nous avons donc décidé de publier cet article sur Bassenge Sudinfo afin de faire appel à nos lecteurs et lectrices.

    Avez-vous connaissance d’autres personnes, producteurs… etc… qui mériteraient de figurer sur cette ébauche de plan « Vallée du Geer : parcours des saveurs - d’antan, d’ici, d’ailleurs – et autres spécialités du Terroir » ? (Le concept de ce projet est évidemment copyright Regor et Bassenge Sudinfo)*.

    Merci déjà pour vos commentaires.

    *Note : Ces derniers temps, nous avons vu paraître un certain nombre d’éléments –photos, slogans, infographie signées Regor - pourtant frappés du droit intellectuel, sur des sites et autres publications sans en avoir été avisés ni sans nous avoir demandé l’autorisation. C’est la raison du rappel ci-dessus.

    plan bassenge terroir.png

    presbytère wonck photo paysage.jpg

    Paysage Wonck - Regor

  • Emael. Historique : premières vendanges Vin de Liège ce samedi 5 octobre...

    1ère vendange pour vin de liège la meuse.pngTrois ans après sa création et un peu plus d’un an après la plantation de ses 10 hectares de vignes, la coopérative Vin de Liège vient de terminer ses premières vendanges. A Emael, elles avaient lieu ce samedi 5 octobre.

    Découvrez l’article complet dans La Meuse de ce lundi 7 octobre.

    Quant à nous, nous publierons celui de Bassenge Sudinfo demain mardi + vidéo.

  • Productions du terroir. Visite de la culture de framboises et mûres bio de la Ferme Saint Laurent à Glons. Nous en sommes restés pantois…

    ferme saint laurent 1.jpgLa ferme Saint-Laurent de Glons, du nom du bâtiment classé situé au cœur de la bourgade de Glons, propose, avec succès depuis quatre ans, des framboises et des mûres à cueillir soi-même en son exploitation de la route de Paifve. Un lieu où on afflue d’un peu partout et cela de bien au-delà de la frontière linguistique même s’il n’est peut-être pas encore assez connu dans la Vallée du Geer…

    On y vient seul, entre amis ou en groupes, cueillir de délicieux fruits charnus issus de plants spécialement sélectionnés chez un producteur Suisse. Si les plants proviennent de ce pays, les origines des variétés sont diverses : « Polka » de Pologne, « Loch Ness » d’Ecosse et bien d’autres encore comme cette variété du Canada.

    Bio ? Oui. A 95 %. Pourquoi ?

    ferme saint laurent 2 abeille avec texte.jpgMadame Cajot nous a expliqué que, contrairement à celle d’autres fruits, la culture de ces petits fruits rouges, tels que ceux dont il est question ici, nécessite un léger apport en phosphore. C’est incontournable. Ce qui n’affecte en rien l’appellation bio. D’ailleurs, alliés indispensables, différents insectes évoluent dans les plantations. Parmi eux, bourdons et abeilles y officient avec ferveur. C’est aussi que, tout spécialement pour eux,  des abris et des ruches ont été prévus sur tout le pourtour des serres (surface : 2.500 m2).

    Combien cela coûte-t-il ?

    ferme saint laurent 3.jpgLes raviers vous étant fournis et la cueillette vous incombant, les framboises sont proposées à 8 euros le Kg, les mûres à 7 euros. Pour ce qui est des framboises, la saison touche tout doucement à sa fin même si le choix et la qualité sont encore bien présents, quant aux mûres, le mois d’octobre continuera à offrir de très belles perspectives.

    ferme saint laurent 4.jpgEncore un producteur du terroir qui privilégie les circuits courts, propose une qualité de fruits exceptionnelle devant laquelle on ne peut que rester pantois. Les fruits, étonnamment gros, offrent une saveur et un goût jusqu’ici oubliés…

    Le conseil de Mme Cajot :

    Pour s’assurer du stade de maturité d’une mûre, il faut observer son aspect. Le brillant doit s’être estompé pour laisser place au mat. Le goût de vos confitures, tartes et autres préparations s’en verra rehaussé.

    Un lieu à découvrir absolument et aussi  un beau but de ferme saint laurent 6.jpgballade automnale*…

    Sur le site de la Ferme Saint Laurent, tous les renseignements : recettes, photos et beaucoup d’autres choses à découvrir.. :

    http://framboises.be/

    * Avec les tomates de So, les framboises et les mûres de la ferme Saint Laurent : le début d’un dossier spécial Bassenge Sudinfo : « Vallée du Geer : le meilleur du terroir » ? Si vous connaissez d’autres producteurs et autres bonnes adresses de derrière les fagots en Vallée du Geer, toutes vos informations sont bienvenues.

    ferme st laurent carte fr.jpg

    ferme st laurent carte nl.jpg

  • Glons-Sluizen. Visite chez « El cotîresse », une maraîchère bio qui cultive d’anciennes variétés de tomates !

    so stevens tomates 14.jpg« So », diminutif de Sophie, est une jeune maraîchère glontoise qui partage, avec d’autres maraîchers bio locaux, un terrain de 3 ha situé à Sluizen à quelques encablures de Glons. Là, selon les saisons, s’épanouissent en pleine terre, topinambours, potimarrons, pommes de terre, fraisiers et autres rhubarbes…  So Stevens « El cotîresse », quant à elle, a choisi d’y installer deux grandes serres pour y produire d’anciennes variétés de tomates qu’elle cultive avec amour et passion. Il faut dire qu’en matière de culture bio, elle en connaît un bout ! Formée au CRABE à Jodoigne, diplômée en Culture Bio, c’est elle qui aujourd’hui y dispense so stevens tomates 9.jpgses cours aux adultes.

    Ce samedi 21 septembre après-midi, la productrice glontoise ouvrait les portes de ses serres au public ; l’occasion pour nous d’en savoir plus. Devant l’entrée des serres, un étal nous attendait. Sur celui-ci, différentes variétés de tomates aux noms charmeurs telles ces « Roses de Berne », « Pêches blanches », « Merveilles du matin » et autres… étaient présentées dans des bacs. Au milieu, trônaient en bonne place les mieux connues « Cœur de bœuf ».  Histoire, s’il le fallait encore, de renforcer l’arôme perceptible dégagé par les tomates découpées en quartiers offerts à la dégustation, des pots de plantes condimentaires ceinturaient le plateau de l’étal. so stevens tomates 5.jpgParmi celles-ci, nous avons surtout retenu l’effluve très spécifique et corsée que dégageait le basilic dit « Fin vert ».

    Le moment de la dégustation venu, la phrase énoncée par une cliente a été perçue par le groupe comme une ritournelle déjà entendue : « Le goût des tomates, ici, n’a rien à voir avec celles proposées dans la grande filière ! » Constat que tout le groupe a tôt fait d’acquiescer. Il n’en fallait pas plus pour que So abatte d’autres cartes, en présentant alors une assiette de quartiers de tomates charnues, aux couleurs bigarrées, passant du jaune à l’orange  en allant même jusqu’au vert. Et ces tomates vertes avaient un goût… Comment dire ?  Un goût…  Un goût…  Qui fait encore saliver l’auteur de ce texte alors qu’il est occupé à essayer de le décrire.

    Du discours de « So », qui n’est certes pas avare en explications, nous avons aussi retenu, et c’est important, qu’à aucun moment, des considérations d’ordre quantitatif ne sont intervenues. Pour elle, c’est la qualité qui prime. Pas le tonnage. Nous vous le disions qu’ici la culture bio était menée avec amour et passion. D’ailleurs, les tomates bio de la maraîchère glontoise rejoignent régulièrement les étals des fermes bio so stevens tomates 4.jpgou des marchés placés sous cet emblème, comme celui de Mal, notamment où elles suscitent l’engouement.

    Deux ânes pour labourer les serres…

    Dans quelques semaines, les deux ânes de So entreront en scène. Equipés d’un attelage de conception française (soc de 60 cm de large), à eux incombera la tâche de labourer la terre des serres. Avec l’utilisation exclusive du purin d’orties et la traction animale pour le travail de la terre, plus bio que ça…

    Et les prix ?

    A partir de 2 euros le Kg, de succulentes tomates titilleront déjà vos papilles.

    Avant de prendre congé, So nous donne un so stevens tomates 6.jpgconseil… Que nous partageons avec vous.

    Il ne faut jamais placer les tomates au frigo. Non seulement, elles perdent de leur saveur et de leur arôme, mais les sucres s’en trouvent modifiés et l’acidité s’installe. La température ambiante leur convient parfaitement. Autrement dit, placées au frigo, les tomates ont moins de goût et sont moins digestes.

    so stevens tomates 8.jpgUn lieu didactique…

    Loin de toute agitation, le lieu, paisible, bucolique, bénéficiant d’un bel ensoleillement, se prête merveilleusement aux visites de groupes. Un but d’escapade aussi. Un lieu didactique. Sur simple coup de fil, « So » se fera un plaisir de vous faire découvrir sa culture tout comme elle est ouverte à toutes propositions : points de vente, dépôts bio, Restaurateurs, animations didactiques pour écoles, rencontres, collectivités… sans oublier, évidemment, les particuliers qui sont toujours les bienvenus.

    Roger Wauters

    so stevens tomates 11.jpgLa page Facebook d’ « El cotîresse », est ouverte depuis le 17 septembre.

    https://www.facebook.com/el.cotiresse

     

    So Stevens «  El cotîresse » 0495 / 70.68.66 Rosbergstraat Sluizen

    plan situation serres de SO.png

    so stevens tomates 13 660 grammes.jpg

    so stevens tomates 1.jpg

    el cotiresse avec âne.jpg

    Toutes les photos dans l'album ci-contre colonne de droite

  • Le 9ème numéro du bulletin de Meuse aval vient de sortir ! Il y est question des algues sur le Geer ! Vous pouvez vous procurer le pdf ici…

    logo meuse info.pngIl y est aussi question des algues sur le Geer…

    Le « Meuse info » est un bulletin de liaison trimestriel du Contrat de Rivière Meuse Aval et affluents. Il est édité en version informatique et en version papier et il est envoyé par courrier aux abonnés qui en font la demande. Son 9ème numéro vient de sortir et vous pouvez le télécharger en cliquant sur le lien situé en fin d’article. Outre un sujet développé dans la rubrique "Focus", le bulletin passe en revue les actualités des comités locaux et vous propose un agenda des activités liées à l'eau et à la rivière, organisées durant les 3 prochains mois par leurs partenaires.

    Pour tout renseignement :  Edmée Lambert, coordinatrice principale

    Contrat de Rivière Meuse Aval Place Faniel, 8 4520 Wanze

    Tél. : 085/71.26.55

    E-mail : info@meuseaval.be

    Site : www.meuseaval.be

    Pour obtenir le bulletin, cliquez sur le lien ci-dessous :

    brochure_Meuse-Aval9_web septembre 2013.pdf

    logo meuse info.png

  • Glons : photos de la semaine. Puisqu’on parle de ronds-points… Il n’est pas mal non plus celui-ci !

    rond-point gare glons 1.jpgUne nouvelle chronique intitulée « Le tour des ronds-points » ? Pourquoi ne pas continuer, puisqu’on évoquait tout récemment l'état de celui d’Eben. Aujourd’hui, nous sommes rue de la station à Glons. La gare est toute proche. La seule gare de la Vallée du Geer. Un rond-point principal, que personne ne peut louper. Un rond-point devant lequel tous les utilisateurs des transports en commun sont amenés à passer tous les jours que fait l’année. Outre les usagers des trains, ceux du Tec l’aperçoivent aussi, car l’arrêt principal des bus le jouxte. C’est dire combien ils sont nombreux les usagers des transports en commun à l’apercevoir ce rond-point placé à l’une des portes d’entrée de la Vallée du Geer. En utilisant « Google view », on peut le voir tel qu’il se présentait en 2009. C’est-à-dire, entretenu. Bien sûr, le vieux poteau électrique en béton trônant en son centre n’est pas à proprement parlé une œuvre d’Art… Mais bon, probablement qu’il faille faire avec : nécessité de la distribution d’électricité oblige ? N’empêche, qu’en 2009 (la photo google est datée), il y a donc 4 rond-point gare glons 4.jpgans, le rond-point faisait l’objet d’une attention de la part des services communaux. Et il était entretenu, comme on peut le voir sur la photo. Aucune mauvaise herbe. Nickel. Le soin avait même été poussé jusqu’à tailler la section de haie qui cachait le bas du poteau de béton. Cette petite haie glontoise était tellement bien taillée qu’elle aurait pu très bien rejoindre ses congénères dans les jardins de Versailles. Et donc, en termes de décoration végétale d’un rond-point, un mètre de haie, bien taillée, c’est déjà mieux que rien. Enfin, c’était mieux que rien.

    Car, les années passèrent…

    rond-point rue de la station glons.png

    rond-point rue de la station glons octobre 2009.png

    Et voici, ci-dessous, le rond-point tel qu'il se présente en septembre 2013

    rond-point gare glons 1.jpg

    rond-point gare glons 3.jpg

    rond-point gare glons 5.jpg

  • Rare. De majestueux ormes, épargnés, témoignent du riche patrimoine naturel de la Vallée du Geer…

    ormes 2.jpgLes promeneurs qui, à Glons, empruntent le Thier Saint Laurent pour se rendre au sommet du versant droit de la Vallée, ne manqueront pas d’apprécier, dans une praire privée sur la gauche, une enfilade d’ormes majestueux qui donnent au lieu tout son charme bucolique. Pourtant, ce sont des rescapés. Ces ormes fringants et en pleine force de l’âge auraient très bien pu succomber à une épidémie qui saccagea cette essence dans les années 70 dans toute l’Europe. Mais, heureusement, voire miraculeusement, les ormes bassengeois en ont été épargnés.

    orme placage.jpgIl faut se rappeler, qu’en Europe dans les années 1970, un effet de mode s’était emparé de cette essence de bois. Dans le domaine de la décoration, et qu’il s’agisse de l’ébénisterie, de la fabrication de mobilier à grande échelle et  l’industrie du bois en général (placage panneaux), l’orme fut autant exploité que recherché. Il fut bientôt surexploité ; la production européenne de grumes d’ormes ne suffisant plus à répondre à la demande. Aussi, en a-t-on importé massivement ormes 1.jpgde Chine, des Etats-Unis et du Canada. Et des grumes sont arrivées en Europe et en notre pays, porteuses de la « graphiose »* une maladie fongique redoutable qui se répandit, telle une épidémie, pour toucher irrémédiablement nos arbres sur pied. A notre connaissance, avec quelques jeunes individus isolés présents au lieu-dit « sur Heez » à Wonck, les ormes de Glons, sains et fringants, sont les seuls rescapés de la Vallée du Geer voire même de beaucoup plus loin.

    Alors, vous cherchez un but de promenade ? N’hésitez-pas à aller découvrir ces splendides représentants de cette précieuse essence de bois, devenue très rare, et qui ormes 4.jpgtémoignent de la richesse du patrimoine naturel de la Vallée du Geer.

    Preuve s’il en est que, parfois et pour autant qu’on la respecte, celle-ci peut s’avérer un magnifique musée… à ciel ouvert. Pour ne pas dire, une grande réserve naturelle.

    *La graphiose, aussi nommée « maladie hollandaise de l'orme », est une maladie fongique de l'orme vraisemblablement d'origine asiatique, qui est apparue en 1919 pour la première fois aux Pays-Bas (d'où son nom) et dans le nord de la France, puis s'est développée dans toute l'Europe. Son introduction en Amérique du Nord (États-Unis puis Canada) en 1928 provoque de très graves dégâts sur l'orme américain qu'elle détruit sur des surfaces considérables. Vers 1970, une nouvelle souche encore plus agressive fut introduite en Europe à la faveur d'importations de grumes.

    Montage ormes de Glons.jpg

    plan situation ormes glons.png

  • Bassenge. Les prairies fleuries ont la cote ! Reportage à l’ancien presbytère de Wonck chez Roland et Monique Marchot ! Vidéo et photos ! (1ère partie « Prairies fleuries attitude »)

    vignette prairies fleuries roland.pngEn Vallée du Geer, les prairies fleuries suscitent un réel engouement. C’est surtout que ces surfaces joyeuses et colorées possèdent d’innombrables atouts, que ce soit du point de vue esthétique ou du rôle déterminant qu’elles jouent en faveur de la biodiversité. Joyeuses, sauvages et colorées, les fleurs sauvages sont aussi appréciées pour leur côté naturel ; la légèreté des graminées, lavatères, bleuets, coquelicots, achillées, et autres précieuses collerettes mêlés… n’en finissent pas de séduire les amoureux des jardins comme de l’environnement. Avec Ali Aghroum de « La ferme aux hirondelles de Wonck », la commune de Bassenge a certainement été à la base de cet engouement en montrant l’exemple et, se voulant un modèle pour les citoyens bassengeois, a procédé à l’ensemencement de nombreuses surfaces communales, le rond-point d’Eben en étant un des exemples les plus marquants…

    Photo vignette Roland Marchot. Ci-dessous " Chez Ali à la Ferme des hirondelles de Wonck "

    fleurs sauvages ali 1.jpgPrairies fleuries : les bassengeois ont suivi le pas…

    Si l’on parle de jachères et prairies fleuries, synonymes de grandes surfaces, de nombreuses autres possibilités s’offrent aussi pour des espaces plus réduits tels l’ensemencement bienvenu dans les bacs, terrasses, pots décoratifs…

    Nous nous sommes rendus chez Roland et Monique Marchot à l’ancien presbytère de Wonck, appelé aussi Centre d’Arts Cama, où Roland procédait à un ensemencement de fleurs sauvages dans un bac. Nous y avons réalisé un reportage vidéo.

    En Vallée du Geer , où trouve-t-on des semences fleurs sauvages ali 2.jpgpour prairies fleuries ?

    Voir aussi en bas de l’article : « Adoptez la prairie fleurie attitude » : la Maison Seronvalle de Glons met à votre disposition une large gamme de fleurs sauvages en différents conditionnements pour petites et grandes surfaces.

    Une vidéo Bassenge Sudinfo.

    composition Seronvalle Regor.jpg

    http://www.seronvalle.be/

  • Exclusif ! La Montagne Saint-Pierre, refuge naturel millénaire : nouveau guide téléchargeable ici !

    Montagne st pierre.3.jpgExclusif ! La brochure papier n'est pas encore disponible, mais vous la trouverez en cet article (Dossier PDF) ! La Montagne St Pierre est un refuge naturel pour une grande diversité d’espèces qui y trouvent un dernier point de chute dans leur progression vers le nord. Ce monument incontournable du patrimoine naturel manquait cependant cruellement d’informations, fournies sur place, à destination des très nombreux visiteurs. Dans le cadre du projet LIFE, un sentier didactique a été valorisé par la pose de 10 panneaux développant des thèmes aussi variés que la géologie locale, l’hibernation des chauves-souris ou la diversité paysagère.      

    montagne st pierre juin 2013.jpgEn complément de ces panneaux, égrainés sur un parcours d’un peu plus de 6 km, une petite brochure vient d’être réalisée. Celle-ci développe des éléments importants de la Montagne St Pierre qui n’ont pas pu être abordés sur les panneaux, et reprend le circuit à parcourir. Panneaux et brochure sont les prolongements directs de la visite du musée de la Montagne St Pierre, situé sur la place de Lanaye, à côté de l’église. Cette brochure sera bientôt disponible en 2 langues (Fr et NL) au Musée de la Montagne St Pierre et à la Maison du Tourisme de la Basse Meuse et au Syndicat d'initiative de Bassenge. Elle a été entièrement réalisée par Méline Dechambre, une stagiaire de Natagora.

     

    Pour télécharger la brochure, c’est ici :

    Brochure Montagne st pierre.png


  • Astucieux. A Gronsveld, des moutons pour entretenir les espaces verts…

    moutons gronsveld.jpgA proximité. Depuis cette année, la commune de Gronsveld, en Hollande près d’Eijsden et donc à quelques encablures de la Vallée du Geer, fait appel à des moutons pour entretenir les zones vertes (espaces publics). Par un système de clôtures légères, facilement déplaçables, la transhumance peut s’opérer régulièrement. Simple, judicieuse, à faible coût, cette formule est intéressante à plus d’un titre. Les moutons broutent les herbes hautes, évitant ainsi leur croissance, et si les services environnementaux de la commune interviennent ensuite à l’aide de tondeuses, la fréquence de leurs interventions s’en voit ainsi fortement limitée tout comme la pollution que ces machines engendrent.

    moutons gronsveld 3.jpgCerise sur le gâteau : pour le plus grand bonheur des petits comme des grands, comme d'ailleurs pour celui des visiteurs, avec ces petits troupeaux de moutons broutant en différents lieux, le village retrouve ainsi sa physionomie d’antan.

    Bientôt des moutons pour entretenir les zones vertes de la commune de Bassenge ?

    Photos Patricia Graff - illustration carte postale Delcampe

    gronsveld panneau.jpg

     

     

     

     

     

    moutons gronsveld 2.jpg

    wonck berger et moutons.jpg

  • Bassenge. Dégustation de vins biologiques ce jeudi au restaurant La Véranda…

    logo dégustation vins biologiques.jpgCe jeudi 30 mai dès 18h00, au Restaurant La véranda de la rue de la paille à Bassenge, Benoit Bodson présentera une dégustation de vins biologiques issus du Domaine du Père Benoit.

    Durant cette soirée, présentation des différents cépages, dégustation et vente de deux vins blancs : « Gavroche » et « Psaume » (médaillés d’Or Beaune 2013). Le rosé Marie-Charlotte sera également proposé à la dégustation comme à la vente. Nul doute que cette soirée, qui apparaît déjà comme un privilège de découvrir d’excellents vins de derrière les fagots, retiendra l’attention des nombreux amateurs de vins que compte la Vallée du Geer…

    Rendez-vous est pris. Voir aussi le site :

    http://www.lhuitreetlavigne.com/index.php/fr/vins 

    dégustation de vin.jpg

  • Bassenge. Reportages W.E. Wallonie Bienvenue : (1) Le concours de pêche…

    pêcheurs week end wallonie bienvenue 2013.jpgDurant le weekend « Wallonie Bienvenue » qui était organisé ces 25 et 26 mai derniers à Bassenge, nous nous sommes rendus en différents endroits afin de rendre compte, au mieux, des activités qui étaient proposées. C’est ainsi que nous avons ramené dans nos cartons un certain nombre de reportages qui feront l’objet d’une série.

    Nous commencerons celle-ci par le concours de pêche à la truite qui prenait place à Bassenge au lieu-dit « Le bras mort du Geer ».

    Week-end Wallonie Bienvenue à Bassenge : le concours de pêche… Reportage (1).

    Un froid de canard, des trombes d’eau, des mordus et des hameçons qui ne l’ont pas été…

    Si, dès 9h00, la dizaine de mordus de ce sport étaient sur le pont, ce sont les poissons, eux, qui durant l'épreuve n’ont pas beaucoup mordu. Selon certains pêcheurs, la t° trop basse pour la saison y était pour quelque chose (4 degrés ! au mois de mai). Même si le public n’était pas au rendez-vous et même s’ils ne prenaient rien, tant qu’à prendre quelque chose, sur l'heure de midi, le p’tit Peket fut bienvenu et, coutumières aux pêcheurs, c’est la bonne humeur et la convivialité qui prirent le dessus.

    pêcheurs week end wallonie bienvenue 2013 2.jpg

    pêcheurs week end wallonie bienvenue 2013 3.jpg

    pêcheurs week end wallonie bienvenue 2013 4.jpg

    Photos Regor