Google Analytics Alternative

Faits divers - Page 2

  • Actualités / Bassenge. Quelques nouvelles

    (Photo bandeau : source Syndicat Initiative de Bassenge)

    Administration communale. Covid 19 : «Les tests sont négatifs»
    Milieu de semaine dernière, nous vous informions de la fermeture temporaire des services Population et Finances de l’administration de Bassenge, en raison d’un cas de Covid positif confirmé chez un membre du personnel. Pour l’heure, c’est une permanence sur rendez-vous qui est maintenue pour les démarches urgentes, en attendant que la dizaine de personnes placées en quarantaine puisse rentrer sans risque de contamination. « Tous les tests, dont le mien, sont revenus négatifs », précise la bourgmestre. « Pour ceux qui le souhaitent, un second pourra être fait ce lundi en vue de stopper le télétravail qui a été mis d’application mais, quoi qu’il arrive, c’est ce 18 septembre que le retour est prévu. »


    Le marché de Noël dans les grottes de Wonck est annulé !
    Le marché de Noël dans les grottes de Wonck est devenu une réelle tradition, à Bassenge, depuis plus de vingt ans maintenant. Covid oblige, malheureusement, les autorités ont finalement pris la décision d’annuler cette édition 2020, puisqu’en ces lieux particuliers, les mesures sanitaires seront difficiles, voire impossibles, à respecter. Mais une alternative est en réflexion, à l’extérieur cette fois.
    Tant le collège que le syndicat d’initiative qui organise l’événement ne souhaitent pas en rester là. Ensemble, ils étudient la possibilité d’organiser un autre événement durant ce même week-end (mi-décembre), « mais en extérieur ». « Tout dépendra de l’évolution des mesures de sécurité mais nous ferons notre possible pour maintenir un événement qui sera le reflet de la magie de Noël sur notre entité. Le lieu est encore en réflexion actuellement », a conclu Valérie Hiance.


    abri vélos tourisme bassenge.jpgTourisme Bassenge : un nouvel abri pour vélos
    Sur la Place Louis Piron de Roclenge, un nouvel abri pour vélos vient d'être installé à proximité de la devanture du bureau du Syndicat d'initiative. Le montage a été réalisé par le service des travaux. Il vient ainsi rejoindre le mobilier extérieur (table pique-nique) pour composer un beau petit havre aux accents champêtres. Rappelons, s'il le fallait encore, que le bureau du S.I. regorge de documentations diverses, histoire notamment de vous proposer différentes promenades pédestres ou à vélo à partir de la Place Louis Piron.

    miss liège 2020.png

    Qui sera la nouvelle miss Liège ? Parmi 4 candidates, Aleyna Aslan, de Glons, est en lice !
    Aleyna Aslan, 19 ans, de Glons (Bassenge), étudiante en publicité, se prépare en allant chercher tout ce qu’il faut pour le concours. « La robe pour être la plus belle et le maillot car j’ai envie d’être la plus présentable possible afin de convenir aux critères d’une bonne Miss et d’avoir plus confiance en moi. Les objectifs que je me fixe cette année sont de réussir à être dans les dauphines et, pourquoi pas, avoir la couronne sur ma tête. Cette aventure me tient à cœur car j’investis beaucoup de mon temps, comme je le peux. Même si je ne suis pas reprise pour Miss Belgique ou même Miss Liège ou dauphine, je serais quand même fière de moi. »

    Aleyna candidate miss belgique.jpg

    Aleyna Aslan

    https://www.lameuse.be/639826/article/2020-09-12/qui-sera-la-nouvelle-miss-liege-portrait-de-nos-quatre-candidates

    (Sources : les articles complets sont à lire dans La Meuse de ce lundi 14 septembre + Facebook)

  • A proximité. A Tongres, la discothèque le « Real Club » ferme ses portes

    Très prisée par les Liégeois, la discothèque le Real Club a connu ses heures de gloire dans les années 80 et 90. Maintes fois reprise, la célèbre enseigne située à Tongres a annoncé hier la fermeture de ses portes et la cessation de ses activités. Des suites et une conséquence directe de la crise sanitaire qui touche tout un secteur totalement à l’arrêt depuis mars.
    C’est une véritable institution du monde de la nuit qui a annoncé hier, sur les réseaux sociaux, la fermeture de ses portes. Si le club a connu ses heures de gloire durant les années 80 et 90, le Real Club renaîtra ensuite de ses cendres à plusieurs reprises, tel le phénix, ces dix dernières années. Devenu Nunu Club puis ensuite repris par des Liégeois sur le nom du Real Club depuis 2013, la discothèque n’aura pas survécu à la crise sanitaire.
    « Le loyer mensuel est de 7.000€ », nous explique Geoffrey, depuis 7 ans la cheville ouvrière des soirées au Real. « Malgré les aides, nous ne pouvons pas tenir sur une si longue période sans aucune activité ni aucune rentrée, avec un tel loyer. Chaque mois, la perte est énorme. Nous n’avons pas d’autre choix que de fermer définitivement les portes du Real. C’est une page de 55 ans qui se tourne pour les clients. » (Source La Meuse)

  • Bassenge - Dépôts sauvages. Après les canettes, voici les fûts, les bidons et les carcasses de voitures jetés aux bords des routes ! (Photos)

    Ces photos ont été prises à deux jours d'intervalle seulement (Mardi 27 et mercredi 28 août 2020)
    Un environnement martyr
    A Wonck, au lieu-dit " Sur Heez", ce sont plusieurs fûts et bidons contenant de l'huile de vidange qu'un promeneur a découvert, effaré devant le spectacle offert.

    dépôt sur heez bidons.jpg

    A Glons, c'est une carcasse de voiture qui jonche sur un bord de la route de Paifve.

    carcasse voiture glons.jpg

    carcasse voiture 2 glons.jpg

    carcasse voiture 3 glons.jpg

     

    On croyait avoir tout vu. Ben, non.

  • Haccourt - Hallembaye. Des pneus provoquent un incendie à la décharge

    incendie haccourt.jpgJeudi dernier, un incendie s’est déclaré au Centre d’Enfouissement Technique de Hallembaye. Arrivés en nombre sur place, les pompiers ont réussi à maîtriser le feu en moins de deux heures. Aujourd’hui, on connaît la cause de cet incident : un autre incendie qui a eu lieu lundi dernier, sur un autre site de traitement des déchets. En début de semaine dernière, des pneus ont en effet brûlé sur le site de Renewi à Seraing. « Et comme on ne pouvait plus les recycler, il a été décidé de les envoyer à la décharge de Hallembaye, explique-t-on chez Intradel, qui gère les deux sites. « Mais visiblement, ces pneus n’étaient pas totalement éteints. » Et peut-être aidé par les fortes chaleurs, le feu a repris, provoquant cet incendie à Hallembaye. Et qu’on se rassure, les risques étaient minimes.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://journal.lameuse.be/?_ga=2.118641289.101960837.1597751641-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-08-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-08-18,BASSE-MEUSE,1|12

  • Bassenge: l’ancien président de CPAS Jean-Claude Malchair est décédé à 71 ans

    malchair jean-claude.jpgJean-Claude Malchair, personnalité locale bien connue sur la commune de Bassenge, est décédé ce vendredi à l’âge de 71 ans.
    Devenu échevin dès les élections de 1988, il a ensuite occupé la présidence du CPAS de Bassenge durant une trentaine d’années. Décrit comme une personnalité engagée, Jean-Claude Malchair (cdH) avait un caractère bien trempé : « C’était un caractère fort, qui a toujours été assez direct dans ses interventions. Il était très engagé dans le domaine social. On peut dire que c’était son domaine de prédilection. Et au fur et à mesure des années, il a toujours su garder cette fibre sociale. Il a d’ailleurs mis en place pas mal de choses sur la commune. Ça m’a fait quelque chose de savoir qu’il n’est plus là. C’est un ami de longue date qui nous quitte trop tôt », explique Paul Sleypenn, actuel président du CPAS de Bassenge.
    Jean-Claude Malchair s’est éteint ce vendredi des suites d’un AVC. Il était malade depuis plusieurs années et avait été contraint de quitter la vie politique en 2011.
    L'article complet en suivant ce lien :
    https://www.lameuse.be/621484/article/2020-08-15/bassenge-lancien-president-de-cpas-jean-claude-malchair-est-decede-71-ans

  • A proximité. Accident à Juprelle : un motard blessé après avoir percuté un chevreuil, rue Provinciale

    chevreuil moto.jpgCe vendredi matin, aux alentours de 6h, un accident s'est produit sur la rue Provinciale à Fexhe-Slins, à proximité de l'ancienne gendarmerie et peu avant l'entrée dans le village.
    Alors qu'un motard circulait à cet endroit, un chevreuil a traversé la route, sortant d'un des champs qui borde la rue Provinciale.
    Le motard n'a malheureusement pas pu éviter l'animal, le heurtant de plein fouet. Blessé, les jours du motard ne sont fort heureusement pas en danger. Le chevreuil n'a, lui, pas survécu.
    Le motard a été pris en charge dans un hôpital de la région pendant que la zone de police de la Basse-Meuse faisait les constatations d'usage. (Source La Meuse - Photo J.D)

  • 40.000 personnes sans électricité - Bassenge impacté. Mercredi, un incendie s’est déclaré à la sous-station électrique Malvoie à Herstal

    incendie électricité herstal.jpgUn incendie, suivi d’une explosion, s’est déclaré, mercredi vers 6heures, dans une sous-station électrique située rue Malvoie à Herstal, ont indiqué, mercredi, les pompiers de Liège. Aucun blessé n’est à déplorer mais les dégâts sont importants puisque « tout a brûlé », selon les pompiers. Plus de 40.000 personnes installées à Herstal, Bassenge, Oupeye et Juprelle ont été privées d’électricité mercredi matin.
    La sous-station électrique « Malvoie » à Herstal a donc été largement endommagée par les flammes. Elle est gérée par Elia et Resa. La première société y injecte l’énergie haute tension alors que la seconde la transforme en électricité moyenne tension pour qu’elle puisse être injectée dans les foyers. L’incendie est survenu dans la partie Resa de l’installation, un site hyper-sécurisé interdit au public. « Elia a été prévenue du problème et a bloqué tout le système, le temps que Resa solutionne le problème », soulignait Lætitia Naklicki, porte-parole de Resa. « Cela a pris quelques heures car, après l’incendie, nos services ont été obligés de tout nettoyer car la suie s’était déposée sur les connexions et si nous avions relancé le système, nous aurions risqué un second incendie. »
    À la suite du sinistre, plusieurs dizaines de milliers d’habitants de Herstal, Oupeye, Juprelle et Bassenge ont été privés d’électricité. « Mercredi, sur le coup de 11 heures, la situation avait déjà retrouvé son cours quasi normal », ajoutait la porte-parole. Mercredi, en fin de journée, l’origine du sinistre n’était toujours pas connue même si l’accident ne fait aucun doute. L'article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 6 août 2020.

  • Insolite. Jeudi dernier, une montgolfière a survolé Bassenge : pourquoi ? Voici les explications ( + Vidéo)

    La semaine dernière, vous avez été nombreux à avoir observé le survol de la Vallée du Geer par une rutilante montgolfière sur laquelle figurait l'inscription Wolf.
    Voici les explications données par Montgolfière-Wallonie, l'organisateur de ces vols :
    " Lors de ce vol nous avions décollé à Aubel avec 16 personnes qui voulaient voir le pays d'Herve de l'air. Une très belle région. Le vent de l'Est nous a poussés et nous sommes passés par Visé et puis nous avons survolé la région de Bassenge (Vallée du Geer), pour atterrir entre Tongeren et Borgloon. Tous nos vols planifiés sont visibles sur notre site www.montgolfiere-wallonie.be "

    Facebook : https://www.facebook.com/montgolfierewallonie/

  • Bassenge. Avis du Commandement Militaire de la Province de LIEGE

    Avis aux communes d’AMAY, ANS, AWANS, BASSENGE, FLEMALE, GRACE-HOLLOGNE, JUPRELLE, SAINT-GEORGES et VISE. Les 1 et 2 juillet 2020, la Défense organise un exercice dans le cadre de la formation de ses nouvelles recrues. Marche vers le fort de LONCIN, bivouac, patrouille en véhicule et marche vers le fort d’EBEN-EMAEL. Nous tenons à rassurer la population et à nous excuser pour les éventuels désagréments occasionnés ( Source Commandement Militaire de la Province de Liège - Facebook)

  • Liège Judiciaire. 160 policiers et 17 perquisitions dans le milieu des stups. Des voitures de luxe et du cash ont été saisis

    opérations stups,opérations police stups,démantèlement culture cannbis glons,opération policièe liège,opérations policières région liégeoiseUn dossier complet dans votre journal La Meuse ce jeudi 11 juin 2020

    C’est une gigantesque opération qui a été menée, mardi et mercredi en région liégeoise. Les policiers ont mené une vague de perquisitions et interpellé une douzaine de suspects dans le cadre d’une organisation criminelle active dans la culture et le trafic de cannabis. 

    Mardi matin, dès 5 heures, 160 policiers ont procédé à 17 perquisitions menées, simultanément et essentiellement à Liège mais aussi à Seraing, à Oreye et à Ans... Ces perquisitions avaient été organisées dans le cadre d’une organisation criminelle suspectée active dans la culture de cannabis et dans le trafic de produits stupéfiants.

    « Le dossier avait été initié, en mai 2018, par les limiers de la brigade judiciaire de la police », souligne Catherine Collignon, premier substitut du procureur du roi de Liège en charge, notamment, des relations avec la presse.

    « Avant les perquisitions menées mardi et mercredi matin, les enquêteurs avaient déjà démantelé trois plantations de cannabis (NDLR : pour un total de plus de 3.000 plants) dans la région liégeoise. »

    Suite à ces démantèlements, le rouleau compresseur de la brigade judiciaire de la police de Liège s’est mis en route et l’enquête a permis d’identifier plusieurs cibles.

    Les enquêteurs liégeois ont ensuite reçu le soutien de la police judiciaire fédérale de Liège et de Bruxelles mais aussi du service local de recherches de la police de la zone de Seraing-Neupré et des unités spéciales pour mener à bien les 17 perquisitions.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 11 juin 2020 ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.70502547.2021533589.1591610115-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-06-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-06-11,BASSE-MEUSE,1|11

  • Opération de police à Glons: une plantation de cannabis démantelée

    police glons rue saint laurent.jpgCe mardi soir, la police est intervenue dans une habitation de la rue Saint-Laurent, à Glons. Une plantation de cannabis a été démantelée, et deux personnes ont été privées de liberté.

    Comme nous vous l'indiquions sur ce blog ce matin, mardi soir, vers 18h30, la police est descendue dans une habitation de la rue Saint-Laurent, à Glons. Plusieurs policiers ont investi une maison, notamment en faisant usage d’une échelle.

    Selon un riverain, témoin de la scène, un homme a été embarqué. Toujours selon ce riverain, il ne parlait pas français. Sur place, la police s’est refusée à toute déclaration.

    Renseignement pris du côté du parquet de Liège, il s’agissait du démantèlement d’une plantation de cannabis. « De 600 plants », précise Catherine Collignon, Premier substitut du procureur du Roi. Deux personnes ont été privées de liberté. »

    La porte du garage a été défoncée par la police et le périmètre de la maison a été balisé et interdit d’accès.

    (Source Sudinfo et Bassenge Sudinfo)

  • Glons. Descente de Police rue Saint Laurent : un homme embarqué

    police glons rue saint laurent.jpgCe mardi soir (9 juin 2020), vers 18h30, une descente de la Police judiciaire a eu lieu rue Saint Laurent à Glons. Plusieurs policiers ont investi une maison. Ils ont aussi fait usage d’une échelle. Interpellé, un homme a été embarqué dans un véhicule de la Police. Selon un riverain témoin de la scène, il ne parlait pas le français. La Police s’est refusée à toute déclaration.

    police glons rue saint laurent 2.jpgSelon un témoignage, des agissements louches ont été constatés la nuit. On parle d’apport de bidons dans la maison… Mais on ne connait évidemment pas la nature du contenu. La porte du garage a été défoncée par la Police et le périmètre de la maison a été balisé et interdit d’accès.

    Voilà ce qu’on sait à l’heure où sont écrites ces lignes.

    (Photos Roger Wauters)

  • A proximité. Informations aux citoyens. Sécheresse en Wallonie : le Centre Régional de Crise de Wallonie appelle à un usage raisonnable de l'eau de distribution !

    Il y a une demi-heure, la commune d’Oupeye vient de publier ce mardi 2 juin 2020, un communiqué à l’attention des habitants. Comme il relaye l’appel du Centre régional de crise de Wallonie, il s’applique également à Bassenge.

    Le Centre Régional de Crise de Wallonie a procédé à la fin du mois de mai à un état de la situation de sécheresse en Wallonie. Il en ressort que les très faibles précipitations de ces dernières semaines ont des effets concrets, en particulier sur la végétation, l’agriculture et les eaux de surface. Malgré cette situation, la distribution de l’eau reste actuellement assurée normalement.

    Ces dernières semaines, une hausse de la consommation a été enregistrée, notamment en raison du confinement et du beau temps, mais la distribution publique de l’eau se déroule cependant normalement sur une grande partie du territoire wallon.

    Afin de préserver les ressources en eau et pour garantir un approvisionnement normal au coeur de l’été, il est important que les citoyens fassent dès à présent un usage raisonnable de l’eau de distribution.

    Cette situation pouvant augmenter le risque d’incendie, la plus grande vigilance doit rester de mise. La sécheresse actuelle de la végétation favorise en effet les départs de feux de broussailles et de forêt, qui se sont d'ailleurs multipliés ces derniers jours.

    En forêt particulièrement, des règles de prudence sont à respecter : ne pas fumer, ne pas jeter de déchets qui pourraient provoquer un effet de loupe et bien entendu ne pas allumer de barbecues sauvages ou de feux d’artifice.

  • Fauchage des bords de routes : deux articles publiés simultanément sur ce blog créent une certaine confusion. Explications

    fauchage tardif.jpgChronique de Roger Wauters

    Deux articles publiés à quelques heures d’intervalle sur ce blog avaient pour sujet des fauchages de bords de routes qualifiés sur facebook d’inconsidérés. Ils ont créé une certaine confusion.

    Car, il faut différencier les travaux de fauchage entrepris à Hermalle au Trilogiport et ceux menés à Wonck par le service des travaux de la commune de Bassenge.

    Pour ce qui est d’Hermalle, la zone du Trilogiport concernée est gérée par le SPW mobilité et transports.

    Dans l’article publié dans La Meuse d’hier, on pouvait lire ceci (extrait):

    « Si c’est le SPW Mobilité et Infrastructures qui gère le site, ce dernier nous a renvoyé vers Nicolas Delhaye, du Département Nature et Forêt de Liège, pour avoir une réponse plus technique à cette problématique », écrit la journaliste Aurélie Drion.

    Et Nicolas Delhaye de la DNF d’expliquer « Il faut savoir qu’il n’y a pas de législation en Wallonie en ce qui concerne le fauchage tardif, sauf dans certains cas : les sites Natura 2000 ou lorsque c’est une obligation liée à un permis. Ce qui est le cas ici, dans cette zone du Trilogiport. Dans le permis, il est stipulé que les bords des routes, sur une largeur de 6m, doivent être fauchés 3 fois l’an. Le reste du site doit l’être une fois par an, après la mi-juillet. Le fauchage de cette semaine était le premier de cette année et respectait donc le cahier des charges. Maintenant, on se rend malheureusement bien compte qu’il y a eu un problème. Il n’y a pas de dates imposées pour réaliser les trois fauchages, l’entreprise vient quand elle veut. Et si nous avions été au courant que le fauchage allait se faire, nous serions intervenus pour l’éviter. Mais la situation de cette semaine fait qu’il va y avoir une concertation entre les services du SPW afin d’améliorer l’ensemble et réévaluer le cahier des charges. Probablement en réduisant la bande de 6 mètres et par exemple en stipulant que le premier fauchage doit avoir lieu début avril ou mi-juin. » Et ainsi, ce sont des centaines d’oiseaux qui ne finiront plus déchiquetés par une faucheuse. » (Source La Meuse 28 mai 2020)

    Concernant le fauchage constaté à Wonck, l’entretien des bords de voiries incombe au Service des travaux de la commune de Bassenge.

    Ce Service, qui est composé d’ouvriers sous la direction du Chef des travaux, est sous la responsabilité de l’échevin des travaux.

    Cependant, pour bien planter le décor, il faut savoir qu’à Bassenge les travaux et l’environnement relèvent de deux échevinats distincts. Bassenge compte un échevin des travaux et un échevin de l’environnement.

    Il est clair que dans le cas qui nous préoccupe, à savoir l’entretien des bords de routes (travaux et respect de l’environnement), une concertation entre les deux échevins s'avère obligatoire.

    Outre ce fait, la commune a adhéré au plan « Fauchage tardif » initié par le SPW Environnement, il y a de cela bon nombre d’années déjà et elle s’est engagée à le respecter.

    La question qui se pose donc est celle de savoir quelles ont été, en début de nouvelle législature,  les concertations menées entre les deux échevins pour définir un plan d’actions commun, coulé dans un cahier des charges mis à jour et ayant reçu l’aval du Collège.

    C’est certainement cette question qui a été abordée hier au Conseil communal et à laquelle une réponse a dû être donnée.

    Nous y reviendrons…

  • Home invasion à Bassenge: les malfrats emportent 21.000€!

    Dans la nuit de dimanche à lundi, un home invasion s’est produit au domicile du gérant de « Mister Burger Food Truck », à Bassenge. Quatre malfrats cagoulés et armés ont malmené la compagne du gérant, dans le but de se faire remettre un coffre-fort qui renfermait 21.000 euros. Soit, les économies du gérant pour transformer un bus impérial en restaurant. Une fameuse tuile pour le jeune homme.

    Yohan Battais a, plus que jamais, besoin du soutien de sa clientèle. Ce jeudi, à partir de 17h30, il sera donc de nouveau derrière les fourneaux, rue de la Résistance à Bassenge. Et pourtant, dans la nuit de dimanche à lundi, son domicile a été pris d’assaut par quatre malfrats encagoulés et armés. « Je n’étais pas chez moi », explique-t-il. « Ma compagne s’y trouvait et, à 00h10, elle a vu quatre hommes faire irruption dans notre maison, après avoir forcé notre porte d’entrée. » La jeune femme a été menacée d’une arme à feu mais n’a, fort heureusement, essuyé aucun coup. « Ils voulaient aussi emporter mon food truck et séquestrer ma compagne, mais ils ont fort heureusement abandonné cette idée. » Avec une arme sur la tempe, la victime n’a eu d’autre choix que de montrer l’emplacement du coffre-fort dans lequel Yohan renfermait un investissement précieux.

    « Il y avait 21.000 euros, qui devaient être utilisés pour poursuivre la transformation de mon bus impérial londonien, dans lequel je souhaite aménager un restaurant. » L’enquête a été confiée à la PJF de Liège qui doit désormais analyser tous les éléments en sa possession. À l’heure actuelle, les auteurs sont toujours dans la nature.

    Tous les détails dans l’article de La Meuse de ce mercredi 13 mai 2020

    https://www.lameuse.be/559276/article/2020-05-13/home-invasion-bassenge-les-malfrats-emportent-21000eu