Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Le dancing «Le Real» à Tongres à nouveau fermé par la police

    Après avoir déjà été fermé plusieurs semaines au début de cette année, le dancing « Le Real » à Tongres, bien connu des fêtards liégeois, vient à nouveau d’être fermé par un arrêté de la bourgmestre de Tongres.

    La bourgmestre faisant fonction de Tongres, An Christiaens, vient de prendre un nouvel arrêté de fermeture momentanée du dancing Le Real, située chaussée de Liège, juste après la frontière linguistique.

    En janvier dernier, un contrôle des pompiers avait déjà constaté de nombreuses infractions au niveau de la sécurité. Et une première fermeture avait été ordonnée. Avec la promesse de faire le nécessaire, les patrons avaient pu rouvrir le dancing en mars pour une période de six mois.

    Ces derniers jours, un nouveau contrôle a donc été réalisé et les travaux effectués n’étaient pas suffisants. D’où cette nouvelle fermeture momentanée.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/427587/article/2019-08-23/le-dancing-le-real-tongres-nouveau-ferme-par-la-police

  • Bassenge – Vandalisme. Des tags nazis sur des abribus à Bassenge

    La semaine dernière, deux abris de bus de Bassenge ont arboré plusieurs croix gammées et le « double éclair » distinctif de la Waffen SS. Des sigles qui renvoient aux heures les plus sombres de notre Histoire. Alors qu’on célèbre, cette année, les 75 ans de la Libération, certains n’ont rien trouvé de mieux à faire que de taguer ces inscriptions particulièrement nauséabondes sur du mobilier urbain. Les abris se trouvent rue de la Résistance, face au dépôt TEC, un endroit de passage où le sinistre ouvrage n’a pas manqué d’attirer l’attention.

    Les faits sont remontés aux oreilles de la bourgmestre, Valérie Hiance, qui a pris le problème à bras-le-corps. « Je ne sais pas si ces personnes ont conscience de la signification de ce qu’elles ont dessiné, mais c’est inacceptable », commente-t-elle. « Nous sommes, à Bassenge, dans un travail de passeur de mémoire. Je ne peux tolérer ce genre de choses. »

    Les tags ont évidemment été nettoyés par le service des travaux . « On va repeindre, mais on va surtout déposer plainte contre X », promet la bourgmestre. « Pour détérioration, évidemment, mais aussi pour ces sigles inadmissibles. Ce n’est pas la première fois que les abris de bus sont tagués mais ici, il y a une autre dimension. »

    En vertu du Code pénal, l’auteur, s’il est identifié, s’expose à une amende de 750 euros et à une peine de travaux d’intérêt général.

    L’article dans votre journal La Meuse :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-16,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-16,BASSE-MEUSE,1|4

  • Fusillade à Roclenge: le cannabis, un business très juteux

    (Photo "La Maison bleue" - La Meuse)

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, une fusillade est survenue à Roclenge, place de l’Union. Plusieurs individus venaient de prendre en otage un couple, quand des tirs ont été entendus à l’extérieur. Ces coups de feu ont mis en fuite les agresseurs des occupants de la maison. Sur place, la police a découvert 804 plants de cannabis.

    Au moins 4 individus ont agressé un couple: ils cherchaient les 804 plants qui se trouvaient à l’étage

    Plusieurs zones d’ombre entourent encore la fusillade qui a éclaté, dans la nuit de mercredi à jeudi, place de l’Union à Roclenge. Mais ce vendredi, le parquet de Liège a levé, avec prudence, un coin du voile.

    Vers 4h30 du matin, entre 4 et 6 individus forcent l’entrée d’une maison bleue, divisée en plusieurs appartements, mitoyenne du glacier Michel. Les malfrats font alors irruption dans une chambre, où un couple dort paisiblement. L’homme (né en 1965) et la femme (née en 1984) sont pris en otages par le commando, armé et cagoulé. Les truands réclament à cor et à cri qu’on leur indique l’endroit où se développe la plantation de cannabis.

    C’est à ce moment précis que des coups de feu se font entendre dans la rue. Un autre groupe, dont on ignore encore le nombre exact d’individus, a ouvert le feu. Qui sont-ils? L’enquête devra le déterminer, mais il y a fort à parier que les intrus présents auprès du couple, à l’intérieur de l’habitation, n’étaient pas les bienvenus.

    La suite de l’article avec tous les détails dans votre journal La Meuse de ce samedi !

    Ou en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/424690/article/2019-08-17/fusillade-roclenge-le-cannabis-un-business-tres-juteux

  • Fusillade autour d’une plantation de cannabis à Roclenge

    C’est un fait divers assez mystérieux qui s’est produit à Roclenge ce jeudi. Dans la nuit, vers 4h30, des coups de feu ont été entendus, précisément sur la place de l’Union, aux abords de la maison voisine du glacier Michel. Selon certains témoins, une dizaine de coups de feu ont été tirés par des hommes cagoulés qui auraient ensuite pris la fuite à pied.

    Lorsque les forces de l’ordre sont arrivées sur place, ils ont trouvé la porte d’entrée fracturée et deux femmes qui étaient terrorisées à l’étage.

    Hier soir, le parquet de Liège ne voulait encore faire aucun commentaire sur cette affaire car l’enquête est toujours en cours. Deux arrestations auraient déjà été réalisées, mais d’autres personnes sont encore recherchées.

    Plantation de cannabis

    Une forte odeur régnait et, après avoir fouillé tous les étages, les policiers sont tombés sur une plantation de 600 à 700 plants de cannabis.

    L’enquête s’oriente vers un règlement de comptes dans le milieu de la drogue. On devrait en savoir plus ce vendredi.

    L’article complet dans votre journal La Meuse ou en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/424411/article/2019-08-16/fusillade-autour-dune-plantation-de-cannabis-roclenge

  • Bassenge : témoignage exclusif ! Dans votre journal La Meuse de ce mardi 13 août 2019

    Bassenge : témoignage exclusif ! Dans votre journal La Meuse de ce mardi 13 août 2019

  • Bassenge – Judiciaire. Sept ans de prison pour l’auteur d’un home-invasion à Wonck

    home invasion wonck.jpgBassenge – Judiciaire. Sept ans de prison pour l’auteur d’un home-invasion

    Un Liégeois âgé de 29 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de sept ans de prison pour avoir attaqué une famille de Bassenge en novembre 2016.

    Le prévenu faisait partie d’un groupe de trois auteurs qui ciblaient la récolte de cannabis d’une plantation illégale.

    Trois individus lourdement armés, dont un avec une Kalachnikov, avaient fait irruption le 4 novembre 2016 au domicile d’une famille de Bassenge, en exigeant d’obtenir de l’argent et du cannabis.

    La famille concernée par l’attaque nocturne était impliquée dans une culture de cannabis d’ampleur modeste. Les agresseurs visaient leur récolte et les bénéfices générés.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 8 août 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-08,BASSE-MEUSE,1|6

  • Une balle dans la gorge à Glons : Jodie est une miraculée

    Jodie, une jeune femme de 28 ans, domiciliée à Bruxelles, est une véritable miraculée. Elle a reçu une balle dans la gorge au terme d’une course-poursuite avec la police. La voiture dans laquelle elle se trouvait et qui a foncé sur le policier était conduite par Florian, de Liège. Lundi, en fin de journée, il a été libéré sous conditions strictes.

    L’article complet à lire dans La Meuse de ce mardi 6 août 2019

    https://www.lameuse.be/420694/article/2019-08-06/une-balle-dans-la-gorge-juprelle-jodie-est-une-miraculee

  • Basse-Meuse judiciaire. A proximité. Une femme blessée par balle après une course-poursuite

    polocd thier de glons faits divers.jpgL’article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 5 août 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-08-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-08-05,BASSE-MEUSE,1|4

  • Thier de Glons. Une jeune femme reçoit une balle dans le cou après une course-poursuite avec la police

    Une jeune femme d’une vingtaine d’années a été blessée par balle après une course-poursuite entre trois individus sortant de la boîte de nuit Versus et la police.

    Une course-poursuite s’est déroulée ce dimanche matin. Il y a eu des tirs de balles au Thier de Glons, dans l’entité de Bassenge.

    Trois personnes se trouvaient à bord du véhicule, dont un jeune homme d’une vingtaine d’années, ainsi qu’une jeune femme du même âge, se trouvant sur la banquette arrière. Celle-ci a reçu une balle dans le cou. Il s’agirait d’un tir de la police.

    L’article entier à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/419970/article/2019-08-04/slins-une-femme-blessee-par-balle-apres-une-course-poursuite

  • Inondations. Commune de Bassenge : communiqués

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngPremier communiqué :

    « Suite aux pluies orageuses de cette nuit, le Geer est sorti de son lit ce matin (dimanche 28 juillet 2019) et certaines de nos rues sont devenues impraticables. C'est actuellement le cas pour la rue des Bannes à Boirs et les rues Pont St-Pierre et Devant les Cours à Glons.

    Les ouvriers communaux sont à pied d’œuvre pour signaler ces endroits et mettre en place les dispositifs adéquats.

    Par ailleurs, un arbre est tombé sur la route, près de la plaine de jeu à Eben. Une équipe d'ouvriers est sur place pour dégager la rue et sécuriser les lieux.

    Les équipes sont sur le terrain et surveillent attentivement l'évolution de la crue du Geer. »

    Second communiqué :

    « Nouvelles des inondations.

    Des sacs de sable sont disponibles devant le site des travaux rue du Frêne à BOIRS.

    Par ailleurs, une permanence téléphonique a été mise en place au numéro suivant: 04 273 78 78 »

    Troisième communiqué :

    « Inondations

    Pour contacter la commune, un second numéro de téléphone est mis à votre disposition : 0496 20 84 83. »

    (Source Facebook commune de Bassenge)

  • Bassenge – Vandalisme. Deux bulles à vêtements incendiées

    Le coût de tels actes, pour Terre, est conséquent

    A lire dans votre journal La Meuse de ce jour !

    Deux sites de bulles à vêtements, appartenant à l’ASBL Terre, ont été incendiés, dans la nuit de mardi à mercredi, sur Bassenge. C’est la 2ème ou 3ème fois en moins d’un an qu’elles sont touchées. Ce qui pourrait amener l’ASBL à retirer définitivement ses bulles de ces deux sites. 

    Le premier site de bulles à vêtements à avoir été incendié est situé rue Marcel de Brogniez, juste en face de l’ancienne gendarmerie. D’après certains témoignages, le feu a été bouté vers 1h45. C’est un riverain qui a averti les pompiers.

    Arrivés sur place, ils n’ont malheureusement pu que sortir hors des deux containers, les sacs remplis de vêtements afin d’éteindre le feu. Les deux bulles ont été fortement endommagées et le service Environnement de la commune devait passer ce mercredi après-midi pour ramasser des vêtements bons à jeter.

    Le deuxième site touché par cet acte criminel est situé sur la place de l’église de Glons.

    Au total, le coût avoisine les 7 à 8.000 euros.

    Toutes les explications dans votre journal La Meuse de ce jeudi 18 juillet 2019

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-07-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-07-18,BASSE-MEUSE,1|8

  • Glons et Roclenge : le feu a été bouté à des bulles de collecte de vêtements…

    Ce mercredi matin 17 juillet 2019, les habitants de Glons et de Roclenge se sont réveillés devant un bien triste spectacle. Durant la nuit, le feu a été bouté aux bulles de récoltes de vêtements destinés aux personnes les plus démunies de notre société. Le ou les pyromanes sont activement recherchés.

    On se souvient qu'au mois de mars dernier, les mêmes faits avaient été perpétrés à Glons. Article ci-dessous :

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/03/01/glons-deux-bulles-terre-completement-ravagees-par-les-flamme-274368.html

    Sur les réseaux sociaux, c’est l’incompréhension et la grogne.

    Roclenge (grand route) :

    incendie bulles.jpg

    Glons Place de l'église

    incendie bulles glons.jpg

  • Six ans de prison requis contre un habitant de Bassenge qui volait des photos de jeunes filles pour créer de faux profils sur les réseaux sociaux

    Le parquet a requis vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de six ans de prison contre un habitant de Bassenge âgé de 26 ans poursuivi pour des faits de diffusion et de détention de matériel pédopornographique et pour incitation à la débauche. Le prévenu avait créé des centaines de faux profils sur des réseaux sociaux en utilisant des photos volées de jeunes filles mineures d’âge. Il les mettait en scène dans des histoires inventées à caractère pédophile.

    Le parquet a dénoncé à l’audience l’absence de remise en question du prévenu qui, durant sept années, a répété les faits qui lui sont reprochés alors qu’il avait déjà été inquiété par la justice. Incarcéré une première fois, il ne lui avait fallu que trois jours pour recommencer le même type de faits. Entre 2011 et 2018, deux dossiers ont été constitués contre lui. Mais la justice l’a encore surpris en mai dernier alors qu’il ne respectait pas les conditions liées à se remise en liberté et qu’il avait répété les mêmes faits. «Sept ans de pied de nez à la justice!», a synthétisé le substitut à l’audience.

    Plus de 30 victimes, de très jeunes adolescentes, ont été victimes des agissements du prévenu qui volait leurs photos sur les réseaux sociaux, les transformait en images pédophiles et créait de faux profil sur Facebook, Skype ou encore Skyrock. Des centaines de faux profils et des milliers de conversations à caractère sexuel ont été découverts sur l’ordinateur du prévenu qui se faisait passer pour des adolescentes dans des scénarios destinés à attirer les hommes pédophiles.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.sudinfo.be/id127544/article/2019-06-28/six-ans-de-prison-requis-contre-un-habitant-de-bassenge-qui-volait-des-photos-de

  • Wonck. Honteux ! Des sacs de détritus jetés à quelques mètres de la chapelle Sainte-Anne

    chapelle sainte anne détritus.jpgAlors qu'elle est en cours de restauration, la chapelle Sainte Anne à Wonck a reçu hier une offrande d'un très mauvais goût. Des sacs de nourritures diverses, dont des œufs, ont été jetés à quelques mètres du bâtiment. C’est un acte tout simplement abject.

    chapelle sainte anne détritus 3.jpg

    chapelle sainte anne détritus 2.jpg

    chapelle sainte anne détritus 4.jpg

  • A proximité - Juprelle. Une joggeuse agressée par une buse impressionnante

    Soyez vigilants si vous vous promenez dans les campagnes du côté de Lantin (entité de Juprelle). Plus précisément, dans les champs situés entre la rue du Fays et Xhendremael, via le chemin, dit, de Berlin.

    Plusieurs promeneurs et joggeurs nous signalent la présence d’une buse au comportement plutôt agressif. « Cela fait plusieurs jours que la bête est là, à chaque fois que j’y passe pour courir », explique Patricia, une riveraine. « Quand on s’approche, elle passe d’un arbre à l’autre, nous suit du regard… Parfois, elle reste à nous surveiller et nous suivre, parfois, elle s’élance », ajoute-t-elle.

    Le rapace a déjà foncé sur la joggeuse, la frôlant à vive allure. « Je n’ai rien eu pour l’instant mais, un jour, j’avoue avoir fait demi-tour. J’ai par contre déjà croisé une autre dame, qui s’en est sortie blessée dans les cheveux ! Pour tout vous dire, quand j’y passe, je cours maintenant avec les bras en l’air et un sachet plastique en mains. De cette façon, elle ne me plonge pas dessus », sourit-elle.

    Entre 50 et 60 cm

    La buse, d’une envergure estimée entre 50 et 60 cm, est plutôt impressionnante. « Son bec est quand même crochu, c’est assez spectaculaire. Et je la sens vraiment agressive. Elle doit sans doute protéger son nid et, je suppose, que d’ici la fin juin, on ne devrait plus en entendre parler… Mais je pense surtout aux familles qui pourraient se promener là-bas, avec des enfants à vélo par exemple… Cela pourrait être danger », informe Patricia.

    L’article à découvrir dans La Meuse de ce samedi 22 juin 2019