Google Analytics Alternative

Faits de société - Page 4

  • Environnement. Plastique dans les produits et emballages : Ikea veut du 100 % recyclé d’ici 2030

    coton tiges.jpgEn 2021, les plastiques à usage unique seront totalement bannis de notre vocabulaire. Directive européenne oblige, ils seront en effet interdits sur l’ensemble du territoire européen. Finis les cotons tiges, pailles et autres touillettes en plastique.

    Cette interdiction s’applique bien évidemment à tout à chacun. Aux ménages donc, mais aussi aux entreprises, restaurants, commerces…

    Certains, comme Ikea, ont d’ailleurs décidé de prendre de l’avance.

    « Aujourd’hui, divers articles tels que pailles, couverts, tasses et assiettes ont été remplacés par des articles jetables provenant de sources 100 % renouvelables », annonce le géant suédois qui entend bien intensifier ses actions dans les années à venir. « D’ici 2030, l’entreprise a pour but de recourir uniquement à des plastiques recyclés ou de source renouvelable dans ses produits et emballages », précise-t-il dans un communiqué.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi 12 février 2020

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.138559990.474588874.1581505595-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-02-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-02-12,BASSE-MEUSE,1|14

  • Population au premier janvier 2020. Les communes rurales attirent de plus en plus. Bassenge n'est pas en reste...

    chiffres population 2019.pngAns et Dalhem sont en tête. Et à part Herstal en hausse, Liège et Seraing perdent quelques habitants

    Les chiffres officiels de la population, établis au 1 er janvier 2020 sont sortis ! On sait donc quelles sont les communes qui séduisent le plus et, à l’inverse, celles qui sont en désamour. 

    L’arrondissement liégeois séduit ! Au 1er janvier de cette année, il comptait ainsi 624.841 habitants soit 1.360 de plus que l’an dernier à la même date. Ce qui représente une hausse de 0,22 %. Mais si on se réfère aux prévisions démographiques, qui prévoient que l’arrondissement devrait gagner 80.000 habitants d’ici 2050, on est encore très loin des 2.600 habitants qu’il faudrait gagner, en moyenne, chaque année.

    Et si on se penche un peu plus sur les chiffres des 24 communes de l’arrondissement, on constate qu’elles sont 17 à gagner des habitants. En nombre, c’est une nouvelle fois Ans qui gagne le plus (+235) suivie de Herstal (+223) et de Sprimont (+196). Par contre, en pourcentage, ce sont les communes rurales qui attirent le plus avec Dalhem (+1,55 %) suivie de Juprelle (+1,53 %) et encore de Sprimont (+1,33 %). L'article complet sur La Meuse.be 

  • Document rare ! Un film de 1922 sur le tressage de la paille dans la Vallée du Geer (film)

    Une enquête du Musée de la Vie wallonne montre les différentes étapes du tressage de la paille à Glons et Roclenge, en 1922 (film 8000032, muet).

    Plus d’infos et d'autres photos ? Consultez le catalogue en ligne des collections du Musée : www.viewallonne.be

  • 1er mai – Même pour les particuliers. Vous allez devoir faire contrôler vos terres excavées

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngL’entrée en vigueur de l’arrêté du Gouvernement wallon relatif à la gestion et à la traçabilité des terres, c’est pour le 1er mai 2020. Et cela concernera tous les mouvements de terre à partir de cette date, même pour ceux ayant lieu dans des chantiers en cours ! Cela signifie donc que, sauf exception, tous les mouvements de terres devront être accompagnés d’un certificat de contrôle qualité des terres, et faire l’objet d’une notification de mouvement.

    Certes, c’est l’Union des Villes et Communes qui prévient les administrations de la mesure mais même le particulier est concerné.

    Du cas par cas

    Vous aussi, si vous creusez un trou pour une piscine, si vous vous lancez dans un projet de nouvelle cave, vous aurez des règles à suivre. Comment faire ? La Région a confié la gestion de cette matière à l’association Walterre, une ASBL spécialement créée par le secteur de la construction, les entrepreneurs de voirie et une série d’autres partenaires pour mener à bien la gestion des terres excavées conformément à la législation wallonne en vigueur. Elle répondra, via son site, à toutes les questions.

    Autant prendre les renseignements tout de suite auprès de Walterre. C’est très clair.

    La suite de l’article et tous les renseignements nécessaires dans votre journal La Meuse de ce lundi 27 janvier 2020.

  • Le Bassengeois qui murmure à l’oreille des chevaux. Arnaud Straet travaille depuis 20 ans avec une méthode particulière

    bassengeois murmure oreilles chevaux 2.pngRespect, confiance, écoute et observation 

    Il y a une vingtaine d’années, Arnaud Straet est tombé dans l’univers de l’équitation en sauvant un cheval de l’abattoir. Depuis, il n’a jamais quitté ces animaux qu’il chérit tant. Nous l’avons suivi lors d’une séance de travail. 

    « Le chuchoteur », voilà comment se fait appeler Arnaud Straet, un Bassengeois d’une cinquantaine d’années. L’homme travaille les chevaux, même les plus difficiles, avec une méthode qui lui est sienne. Confiance, respect, observation sont ses maîtres-mots. L’équitation, il ne l’a jamais apprise. Arnaud Straet jure n’avoir pris qu’une dizaine de cours dans sa vie. « Ce sont les chevaux qui m’ont appris à monter à cheval. C’est comme ça, on apprend à s’adapter à eux. Les chevaux nous montrent beaucoup, il faut arriver à comprendre leurs comportements », confie l’homme.

    Nous rencontrons Arnaud Straet dans une petite écurie privée, du côté de Haccourt, aux côtés de Flicka, une jument d’à peine trois ans. Une bâche, installée récemment près de la piste de travail, effraie le jeune cheval. Mais Arnaud Straet reste calme et prend le temps de rassurer Flicka. « Le cheval doit apprendre à avoir confiance en nous, conseille-t-il. Tout se rapporte à la douceur et à la patience ».

    L’article complet (Une page entière avec photos !) est à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 21 janvier 2020

  • A proximité. Riemst : une éolienne en panne après seulement deux ans de fonctionnement

    Le Nieuwsblad rapporte aujourd’hui dans ses colonnes qu’une éolienne de Membruggen (Riemst), le long de l'E313, est tombée en panne après seulement deux ans de fonctionnement.

    Selon le journal, la société énergétique Aspiravi confirme que l'usine est confrontée à des problèmes techniques et que ce problème devrait être résolus dans les prochains jours pour autant que le temps le permette aussi.

    Source Het Nieuwsblad.

  • Enquête. Nous gaspillons beaucoup trop de pain !

    pain levain 2.pngLe pain. Voilà bien un ingrédient qui se retrouve sur toutes les tables. Nous aimons le consommer frais, ce qui induit un gaspillage assez incroyable, tant au niveau des boulangeries que des consommateurs.

    "L’appli anti-gaspi Too Good To Go" vient de mener une enquête inédite auprès de 300 boulangeries dans toute la Belgique. Et les résultats sont pour le moins renversants.

    En moyenne, en Belgique, les boulangeries perdent près de 7 % de leur production hebdomadaire qui est ainsi écartée de la vente ou jetée. Pour certains commerces, cela peut même grimper jusqu’à la moitié de leur production.

    Pourtant, pour la quasi-totalité des boulangers interrogés, le gaspillage est considéré comme un mal à combattre. Un mal économique principalement.

    À la maison, le pain est l’un des aliments le plus gaspillé. En Flandre, une étude de Vlaamse overheid montre que le pain et les pâtisseries représentent 23 % du contenu de nos déchets ménagers.

    Il est pourtant très simple de réduire cette part. En enroulant par exemple un linge autour du pain, et en le plaçant dans un endroit ni trop chaud, ni trop froid (entre 14 et 18º), et plutôt sec. Et si votre pain est déjà rassi : passez-le sous un filet d’eau avant de le faire sécher dans un four à 70º.

    La suite de l’article dans votre journal La Meuse de ce samedi 18 janvier 2020

  • Nouveau. La localisation de toutes les « bulles Terre » sur le territoire de Bassenge !

    bulles terre bassenge.pngSur son site internet, l’asbl Terre vient de mettre en ligne le plan de localisation des « bulles Terre » sur la commune de Bassenge.

    A découvrir en suivant ce lien :

    https://bulles.terre.be/terre_sf/index.html#findSitesBy:1

  • Parlement Wallon. Ne faudrait-il pas interdire les feux d’artifice en Wallonie ?

    chat pétards.pngDe nombreux particuliers ont rapporté sur les réseaux sociaux la terreur qu’ont vécue leurs animaux de compagnie le soir du réveillon quand les feux d’artifice ont éclaté à tout bout de champ. Mardi prochain, lors de la session parlementaire wallonne, Sophie Pécriaux interpellera la Ministre du Bien-être animal à ce propos et lui demandera si la Wallonie envisage une interdiction totale de leur utilisation comme en région flamande. La députée demandera également si ces feux ne devraient pas être organisés dans un endroit déterminé et prévu à cet effet, retiré des habitations, sans présence d’animaux domestiques.

    (Source 7Dimanche)

  • Infrastructures publiques – Environnement. Nouvelle fresque à Boirs : « Bassenge fait son cinéma… »

    Fresque charlie chaplin boirs.2jpg.jpgChronique de Roger Wauters

    Le week-end dernier, le jeune et talentueux artiste, dont on a déjà souvent parlé, a ajouté une nouvelle œuvre à la série de fresques à la bombe entamée il y a quelques mois en différents endroits de Bassenge.

    Cette fois, c’est un des piliers du viaduc de Boirs qui est désormais orné d’une représentation de Charlie Chaplin et d’un enfant, un plan très expressif extrait du film « The Kid » sorti en 1921.

    Placé en bonne vue aux abords directs de la route nationale, aucun usager ne peut la manquer. Remarquons que dans la série des fresques réalisées jusqu’ici par le jeune Antonin, véritable virtuose de la bombe de peinture, le cinéma tient le haut du pavé tout comme les représentations picturales d’acteurs ont sa préférence. En effet, aucune actrice ne figure encore parmi les personnalités représentées.

    Ainsi, depuis quelque temps, « Bassenge fait son cinéma ». Avec la condescendance de la Bourgmestre de Bassenge, les infrastructures publiques (Infrabel- SPWallonie) sont devenues des cimaises qui servent l’expression du jeune artiste auquel « presque carte blanche » (voir encart ci-dessous*) a été donnée.

    En parlant de carte blanche, paradoxalement, l’artiste exécute ses travaux la nuit, dans le noir…

    *Voici ce qu’on pouvait lire dans un article de La Meuse du 25 décembre 2019

    Plutôt que de sévir, la commune lui propose une collaboration

    « La bourgmestre Valérie Hiance a rencontré Antonin il y a quelques semaines, explique l’échevin Philippe Knapen. Elle lui a proposé de collaborer. La commune lui met des murs à disposition, Antonin a presque carte blanche pour réaliser des fresques mais en contrepartie, il accepte de partager son art avec tout qui veut. »

    Une déclaration qui suscite quelques questions

    Sont-ce les murs communaux qui sont mis à disposition ou ceux qui sont la propriété d’Infrabel et du SPWallonie ? (Ponts de chemin de fer et viaduc autoroutier). « Presque carte blanche : ça veut dire quoi, exactement ? « Accepter de partager son Art avec tout qui veut » : une lapalissade alors que les œuvres sont réalisées sur les infrastructures publiques ?

    Comprendra qui pourra. Mais ça, c’est une autre histoire.

    Contentons-nous de suivre avec intérêt les belles histoires qu’Antonin nous raconte.

    Roger Wauters

  • Dépôts sauvages – Roclenge. Après les canettes de boissons le long des routes, voici les…

    carcasses homards.2 jpg.jpgA Roclenge, après les canettes de boissons, les emballages, les papiers gras et autres déchets le long des routes, voici, sur plusieurs mètres, les restes d’un repas gastronomique constitué de produits de la mer. On y trouve des carcasses de homards, d’écrevisses et autres crustacés… (Photos prises le samedi 28 décembre 2019à Roclenge)

    carcasses homards.jpg

    carcasses homards.3 jpg.jpg

  • Dépôts sauvages – Environnement Bassenge. A Emael, les Volon’terres ont nettoyé tout un flanc de coteau : un défi relevé avec brio ! (+ Reportage vidéo)

    volon'terres emael 22 décembre 20196.jpgC’est véritablement un défi que se sont lancés les Volon’terres de la Vallée du Geer ce dimanche 22 décembre 2019. Ils se sont attaqués au nettoyage de tout un flanc de coteau de la rue du Garage à Emael. L’endroit qui avait fait l’objet d’un repérage préalable et qui regorgeait d’objet aussi hétéroclites que divers a été passé au peigne fin – On y retrouvera d’ailleurs tout un matériel de culture du cannabis - . Le coteau abrupte qui présentait une végétation dense rendait la zone difficile d’accès et à vrai dire, l’effort demandé aux Volon’terres pour extraire les déchets et les amener à son sommet relevait plutôt d’une épreuve sportive.

    Mais qu’à cela ne tienne le dicton de la journée «  Aux grands maux les grands remèdes » était de mise.

    Sur le coup de midi, le défi était relevé avec brio.

    Notons au passage que l’équipe des Volon’terres s’était considérablement étoffée et que la jeunesse était fortement représentée.

    volon'terres emael 22 décembre 20197.jpgNous ne résistons pas à publier le communiqué publié par les Volon’terres sur leur page Facebook

     « Mille fois merci !

    Nous vous avons lancé un défi et vous avez été très nombreux à nous entendre et à nous rejoindre!

    Cela prouve, s'il le fallait, que notre action est appréciée et soutenue; la majorité des gens dans la Vallée sont derrière nous; beaucoup restent dans l'ombre mais nous voulons les mettre à l'honneur car ils nous ont rejoints en cette veille de Noël : Luc, Carole-Anne, Paco, Maxime, Lisiane, Kevin et son fils, Jean-Paul, Angeline, Nora, et tous les habitués de notre groupe d'amis.

    Nous avons ainsi pu nettoyer de très anciens dépôts dans la Montagne Saint Pierre.

    Il faut maintenant une suite des autorités communales pour garder ce magnifique volon'terres emael 22 décembre 20195.jpgsite en l'état.

    Nous continuerons notre action en 2020 et comptons sur vous pour nous soutenir, chacun à votre manière, chacun selon vos possibilités, mais tous ensemble, nous arriverons à garder notre Vallée propre et à ainsi donner l'exemple aux communes avoisinantes.

    Joyeuses fêtes de fin d'année et Bonne année 2020 du groupe les Volon'terre de la Vallée du Geer!

    Nous vous donnons rendez-vous le 05 janvier à Glons. »

    volon'terres emael 22 décembre 20194.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 2019.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20192.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20193.jpg

  • Bassenge – Mobilisation. Une pétition pour la famille irakienne qui doit être expulsée

    famille irakienne wonck.jpgLa Meuse de ce samedi consacre un encart au lancement de la pétition en faveur de la famille irakienne.

    « Dans notre édition du 10 décembre dernier, nous vous parlions de la famille Al-Khalidi. Mohamed, Nuha et leurs cinq enfants sont arrivés en Belgique voici quatre ans et demi après avoir fui l'Irak. Aujourd'hui, ils sont menacés d'expulsion. Depuis quelques jours, la mobilisation s'organise pour permettre à cette famille très bien intégrée de rester, en Belgique et à Wonck où ils vivent depuis trois ans. Dernièrement, l'école Saint-Joseph de Wonck, où est scolarisé Abdulazez, 8 ans, a ainsi lancé une pétition en ligne, sur le site change.org. Ils espèrent ainsi faire « changer cette décision inhumaine. Si nous ne nous battons pas maintenant, dans quelques semaines, Abdu sera en Irak dans l'incertitude de trouver un foyer, une école ou tout simplement des amis. » Près de 800 personnes l'ont déjà signée. »

  • Emploi – Motocross - Bassenge. La réinsertion sociale par le motocross : coup de projecteur sur l’Asbl En Vies d’Avenir de Bressoux (+ Vidéo)

    asbl eva motocross.2jpg.jpgChronique de Roger Wauters

    On le sait, Bassenge compte de nombreux adeptes du motocross. Et, ce sport a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps en Vallée du Geer.

    En effet, que ce soit la jeune pilote bassengeoise Amandine Verstappen qui s’illustre régulièrement dans les compétitions internationales ; que ce soit une épreuve de motocross organisée en 2017 à Wonck à un jet de pierre du site « Sur Heez » qui redonna espoir aux amateurs du genre de pouvoir disposer d’un circuit permanent ou motocross wonck sur heez.jpgqu’il s’agisse encore des autorités communales de Bassenge qui viennent de décider de mettre ce site en vente pour permettre d’y pratiquer le motocross en toute légalité, force est de reconnaître que le motocross a la part belle en notre région.

    Il nous a donc paru utile de jeter un coup de projecteur sur l’abl En Vies d’Avenir de Bressoux, peut-être pas assez connue à Bassenge, qui offre des possibilités aux demandeurs d’emploi de suivre, dans le cadre d’un programme de réinsertion sociale, différentes formations dont l’une est précisément articulée autour du Motocross.

    Extrait du site internet de EVA asbl : « Formation en orientation professionnelle via le SPORT MOTO

    Cette formation vise l’orientation professionnelle tout secteur et la redynamisation. Par le sport moto, nous voulons déclencher un processus de motivation et de reprise de confiance en soi. Autour de cette activité attractive, nous développons des modules et des cours d’orientation professionnelle ce qui reste l’objectif principal de cette formation. »

    Source :

    http://www.asbleva.be/

    louis smal.pngL’asbl EVA qui a son siège à Bressoux doit sa fondation à Louis Smal, ancien syndicaliste de la CSC comme le furent d’ailleurs Josly Piette et feu Ghislain Hiance qui se sont échangés l’écharpe maïorale à Bassenge.

    Coup de projecteur sur l’asbl EVA

    En vies d’avenir (Les copains d’Eric)

    En fait de jeter un coup de projecteur, on ne pourrait trouver mieux que de publier ce reportage réalisé par la télévision RTC le 27 janvier 2015 à l’occasion de l’anniversaire des 20 ans de l’asbl dans lequel Louis Smal explique les buts poursuivis et retrace son évolution.

    Course du Touquet : l'article du motocross magazine !

    https://fr.motocrossmag.be/index.php/2019/02/tim-louis-et-daymond-martens-ont-fait-briller-les-couleurs-de-lasbl-en-vies-davenir-sur-la-plage-du-touquet/#.XftMk2RKiM8

    Pour des demandeurs d’emploi bassengeois(es) qui souhaiteraient suivre des formations à Bressoux et qui voudraient plus spécialement y pratiquer le motocross, deux possibilités se présentent : soit prendre rendez-vous au 04.3552347 ou envoyer MOTO au 0499.101101

    La page Facebook de l'asbl EVA :

    https://www.facebook.com/asbleva/

    Sources :

    http://www.asbleva.be/

    Et articles :

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/07/25/wonck-c-est-bien-parti-pour-le-terrain-permanent-de-motocros-230565.html  

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/12/09/bassenge-environnement-la-carriere-de-heez-mise-en-vente-fin-293018.html  

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/12/11/environnement-bassenge-vente-du-site-sur-heez-a-wonck-comple-293171.html

  • Scandale des dindes de Noël: l’horreur dans les élevages belges ( + Vidéo)

    dindes de noël.jpgC’est une campagne choc que Gaia lance aujourd’hui : l’association de défense animale entend dénoncer les conditions apocalyptiques d’élevage industriel des dindes qu’il a mises au jour. Mortalité, blessures, agressions, hygiène : les images sont insupportables. En cause : l’absence de toute législation en matière de bien-être animal dans les élevages industriels de dindes… que de nombreux Belges vont consommer pour Noël.

    Des « espions » ont pris des images en caméra cachée en octobre dernier dans trois élevages industriels de Flandre occidentale. Des élevages pris au hasard, assurent-ils, parmi les 24 élevages industriels implantés dans notre pays. « Aucune plainte ne concernait ces élevages, mais le résultat est édifiant et révoltant. »

    La vidéo de Gaïa ( Attention elle peut heurter les personnes sensibles ! )

    GAIA - Enquête dans 3 élevages intensifs de dindes 2019 - version longue (clean) - FR from GAIA TV on Vimeo.

    Un article de Michel Royer à lire en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/491692/article/2019-12-17/scandale-des-dindes-de-noel-lhorreur-dans-les-elevages-belges