Google Analytics Alternative

Faits de société - Page 3

  • Guy Gilbert : « Faut-il que les SDF s’enflamment pour qu’on leur vienne en aide ? »

    A Bassenge, cette réflexion est apparue plusieurs fois dans le groupe « Le Geer de la Vallée du Geer » sur Facebook. Force est de constater que le père Gilbert est du même avis…

    Le Père Guy Gilbert touché par l’incendie mais plus préoccupé par la pauvreté

    Le Père Gilbert venait de se lever quand nous l’avons contacté hier. Il se rasait. « Je suis coquet ». C’est vrai que l’homme d’Eglise allait vivre un grand moment quelques heures plus tard : il devait être intronisé chanoine de Notre-Dame de Paris. Une « promotion que je n’ai pas pu refuser ».

    L’article complet avec l'interview du père Gilbert est à lire dans votre journal La Meuse de ce jeudi

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-18,BASSE-MEUSE,1|18

  • Bassenge - Conseil communal. Ouvrir le Bulletin communal aux associations ? La proposition Ecolo et PS rejetée par la Bourgmestre

    POINT INTERROGATION.pngOuvrir le bulletin communal aux associations et à tous les partis politiques à Bassenge était une proposition conjointe du PS et d'ECOLO qui fut débattue au dernier conseil communal du jeudi 11 avril dernier.

    Cette proposition a été rejetée par Bassenge Demain.

    Suite à cette décision, Ecolo et PS ont émis un communiqué de presse. Parallèlement, il a été publié sur Facebook.

    Le voici dans son entièreté.

      « Jeudi soir, c'était conseil communal. Comme prévu, Ecolo et PS ont défendu ensemble la proposition visant l’ouverture du bulletin communal à tous les partis politiques et aux associations locales.

    Voici le compte rendu des discussions.

    La proposition défendue : permettre à tous les partis politiques et aux associations locales de pouvoir s'exprimer sur des sujets locaux et d'intérêt général et non uniquement de le permettre aux membres du Collège Communal, comme c'est le cas pour l'instant (Bourgmestre, échevins).

    Objectif ? Plus de transparence. Plus de participation citoyenne. Plus de démocratie.

    Notre proposition était claire : permettre la liberté d'expression sur des sujets locaux et d'intérêt général et non sur des sujets politiques.

    Nous avons défini ce qu'était, au sens du décret, l'intérêt local : la diffusion d'informations culturelles ; relatives à l'actualité de la commune ; relatives aux services administratifs.

    Nous demandions un accord de principe sur cette proposition ainsi que la mise en place d'une commission permettant de baliser, en accord avec la majorité, cette nouvelle dynamique afin de collaborer tous ensemble.

    Le groupe politique de la majorité, Bassenge demain (CDH, MR), représenté par la Bourgmestre Valérie Hiance, a refusé la proposition.

    L'argument ? Le bulletin communal n'est pas une tribune politique. Un argument étonnant et hors sujet quand on sait que la proposition visait, nous l'avons suffisamment étayé, la publication d'informations d'intérêt local et non politiques.

    Il n'y aura donc pas plus de transparence à Bassenge.

    Il n'y aura pas non plus de participation citoyenne au niveau de l’information.

    Il n'y aura enfin pas plus de démocratie : tous les citoyens, qui financent le bulletin communal, continueront de lire le même son de cloche. Celui d'un seul groupe politique qui expose le seul point de vue et de sa propre réalité.

    Dont acte. »

    Le billet citoyen de Roger Wauters

    Il ne faut pas se leurrer, ce refus est lourd de conséquences.

    Une commune se construit sur le sentiment partagé d’un destin commun*. Chacun contribue au progrès de l’intérêt général à hauteur de ses possibilités. Et, il le fait volontiers parce qu’il sait que l’intérêt général est aussi le sien propre, qu’il sera bénéficiaire de ce bonheur collectif qui se développe. D’autant plus qu’il est partie prenante des décisions délibérées en commun.

    Le citoyen se fait représenter par un parti et il accepte la loi commune puisqu’il en est aussi l’auteur.

    C’est tout cela que la décision de la Bourgmestre de Bassenge, au nom de Bassenge Demain, implique en refusant aux citoyens d’être informés de tout ce qui compose la vie communale à Bassenge et de tout ce qui en fait son identité.

    Et les citoyens se sentent dépossédés car on leur avait seriné "la participation citoyenne".

    Un sentiment partagé d'un destin commun ? Non.

    Et c’est dommage.

    Roger Wauters

    *D'après Natasha Polony

  • Bassenge – Conseil communal. Les gangs de motards interdits

    motards bassenge.pngJeudi dernier, le conseil communal de Bassenge a également voté l’ordonnance de police interdisant les rassemblements de motards sur son territoire. Toutes les communes qui composent la zone de police de la Basse-Meuse (Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé) vont adopter cette ordonnance, si ce n’est déjà fait.

    De fin 2015 à juin 2018, pareil règlement avait déjà été adopté par ces six communes. Il avait été pris à la suite du meurtre de Jeff Nyssen, membre des Hell’s Angels, commis à Haccourt en décembre 2015. Les autorités craignaient alors des représailles. Depuis juin 2018, la situation s’étant apaisée, les motards pouvaient à nouveau se réunir librement en Basse-Meuse. Sauf que, depuis, des faits graves se sont produits, notamment une tentative de meurtre à l’encontre d’un des protagonistes de l’affaire « Nyssen ». Il a donc été décidé de reprendre une ordonnance. Fin février, Oupeye était la première des six communes à l’adopter. Après Juprelle et Dalhem, c’est donc à Bassenge de l’adopter.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-15,BASSE-MEUSE,1|8

  • Glons. Un vénérable saule pleureur abattu un 9 avril en pleine floraison

    saule pleureur rue lulay glons.5jpg.jpgCe mardi matin 9 avril 2019, un vénérable saule pleureur situé dans un espace boisé de la rue Lulay a succombé aux assauts des tronçonneuses du Service des travaux de Bassenge.

    Il présentait un tronc d’un diamètre de 50 cm et affichait une bonne santé. Photos à l’appui.

    Un ouvrier nous interdit de prendre des photos

    saule pleureur rue lulay glons.2jpg.jpgEn effet, notre reportage fut émaillé d’un fait étonnant. Parmi l’équipe, un ouvrier s’est opposé à ce que nous photographiions la scène de l’arbre jonchant le sol. Pris à partie, des invectives ont été proférées à notre adresse mettant un terme à toute possibilité pour nous d’obtenir des renseignements sur la raison de cet abattage radical préféré à des travaux d’élagage.

    Une attitude qui pose plusieurs questions que nous n’aborderons pas ici. Ce n’est pas le propos.

    saule abattu rue lulay.pngCeci étant, depuis 2013 (photo googlestreetview), c’est le second saule qui, à ce même endroit, est abattu (voir photo en haut à gauche).

    Faisant partie du cadre de vie des habitants, du Patrimoine naturel et environnemental de la Vallée du Geer,  ils conféraient un charme indéniable au lieu. Leur abattage suscite plusieurs interrogations d’autant que la période choisie (floraison et sève montante) fait l’objet d’une loi l’interdisant. A lire ci-dessous :

    saule pleureur rue lulay glons.4jpg.jpgL’interdiction du Ministre Collin

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2018/06/12/pour-les-agriculteurs-la-taille-des-haies-et-arbres-est-deso-257181.html

    Note :

    Cet article est certainement plus proche du billet d’humeur que du récit objectif d’un fait.

    Rappelons que les principes d’un blog reposent sur la possibilité offerte à quiconque, y compris les autorités communales, d’y laisser un commentaire pour apporter des réponses et des explications aux interrogations soulevées par un blogueur.

    Roger Wauters

    saule pleureur rue lulay glons.5jpg.jpg

    abattage saule pleureur glons,saule pleureur abattu glons

  • Sécurité routière. Trop branchée, l’affiche de l’AWSR n’est pas comprise. Pourtant, le message devrait l'être directement...

    L’agence veut se rapprocher des jeunes avec l’anglicisme « chill » 

    Rouler tranquille, c’est chill. Avec ce slogan, l’Agence wallonne pour la sécurité routière invite les conducteurs à adapter leur vitesse. Problème : cet anglicisme n’est pas compris par tous. 

    Michel, fidèle lecteur, est perplexe quant à l’affiche de la dernière campagne de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. Il ne comprend pas le slogan « Rouler tranquille, c’est chill ». Pour lui, c’est du chinois. En réalité, c’est de l’anglais, comme l’a découvert Françoise qui a fait appel à ses enfants. Cet anglicisme qui vient du verbe « to chill » (se détendre) fait référence à une attitude cool, décontractée et reposante. Il est usuel chez les jeunes.

    « En matière de sécurité routière, une affiche le long de la route doit être compréhensible du premier coup, sinon la personne va croire qu’elle a raté quelque chose. À la fois suivante, elle risque de ralentir pour pouvoir tout lire. Dans le cas présent, on peut mieux faire quant à la clarté du message », analyse Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. Avec ce slogan, l’AWSR invite les conducteurs à profiter des bienfaits d’une vitesse adaptée aux circonstances. « chill » devient le nouveau cool.

    Michel et Françoise ne sont pas des cas isolés. « Nous avons reçu quelques remarques d’incompréhension quant au sens du message. Nous nous attendions à ces appels », reconnaît Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l’AWSR.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-09,BASSE-MEUSE,1|12

  • Eben-Emael. Cette famille produit 15 fois moins de déchets que la moyenne des autres ménages. Ils ne produisent que... 10kg d'ordures par an !

    maud blaffart zéro déchets.pngRéduire nos ordures ménagères, c’est possible. Le zéro déchet réunit de plus en plus d’adeptes. Après l’ouverture de magasins du genre dans la région, certaines familles se convertissent à ce mode de vie.

    Maud Blaffart habite une maison à Eben Emael où aucun emballage plastique n’est visible à l’horizon… Des bocaux en verre remplissent ses armoires. Les déchets sont proscrits depuis 2017, quand la jeune maman a découvert ce mode de vie dans un livre. Elle et sa famille ont adopté le zéro déchet. “Cela touche tous les pans de notre vie, explique-t-elle. C’est lié à notre alimentation, mais aussi au vestimentaire, au transport, etc”.

    Un reportage RTC Liège :

  • Prix dans les commerces. L’arrondi aux 5 cent devient obligatoire

    Cette fois, c’est fait : la Chambre a approuvé, dans la nuit de jeudi à vendredi, une proposition de loi qui impose aux commerçants de pratiquer l’arrondi symétrique, c’est-à-dire d’arrondir leur addition à un multiple de 5 cent, lors d’un paiement en liquide.

    « Les pièces de 1 et 2 cent suscitent souvent un embarras pour de nombreux commerçants et consommateurs », commente le ministre Kris Peeters (CD&V). « Ces pièces sont amassées dans des tirelires, au point que cela s’est même traduit par une pénurie il y a quelques mois. Les commerçants pouvaient déjà arrondir les montants depuis 2014, mais ils faisaient très rarement usage de cette possibilité (30 % d’entre eux selon une enquête du Syndicat neutre des indépendants, NDLR). C’est pourquoi nous rendons obligatoire l’arrondi en cas de paiement en espèces. Les organisations des commerçants soutiennent cette mesure. Selon le montant, les arrondis se font vers le haut (prix se terminant par 3, 4, 8 ou 9 cent, NDLR) ou vers le bas (prix se terminant par 1, 2, 6 et 7 cent, NDLR). En moyenne, le consommateur ne payera donc pas plus qu’aujourd’hui. Les pièces de 1 et 2 cent continueront à avoir cours légal. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-06,BASSE-MEUSE,1|20

  • A proximité. 6 m³ de crasses abandonnées en deux jours à Oupeye. Alors que le weekend dernier avait lieu la grande opération de nettoyage !

    Après Hermalle ce mercredi, c'est à Heure-le-Romain qu'un nouveau dépôt sauvage a été découvert. Au total, sur ces deux jours, ce sont plus de six mètres cubes de crasses en tous genres qui ont été ramassés par les ouvriers communaux ! La commune recherche activement le ou les coupables.

    Honteux ! Alors que le week-end dernier, 280 Oupeyens ont nettoyé leur commune et alors qu’une mobilisation sans précédent en faveur du climat est en marche, tous ces efforts sont mis à mal par le comportement inacceptable de certains individus.

    L’article complet :

    https://www.lameuse.be/370548/article/2019-04-04/6-m3-de-crasses-abandonnees-en-deux-jours-oupeye

  • Dans votre journal La Meuse de ce jeudi : « Que font les communes liégeoises pour le climat »

    On y apprend qu’à Bassenge la commune compte notamment investir dans une éolienne citoyenne. Celle-ci s’intégrerait dans le projet de neuf éoliennes qu’Elicio devrait implanter à Wonck. Investissement important aussi, le remplacement progressif de l’éclairage public par des lampes LED. L'article complet à découvrir dans votre Meuse de ce jeudi spécialement consacrée au "Climat" !

  • D’où vient la tradition ? Mystère. Lundi, méfiez-vous du traditionnel poisson d’avril

    Lundi, attendez-vous à être victime de l’une ou l’autre blague de plus ou moins bon goût de la part de vos collègues ou amis. C’est que nous serons le 1 er avril, jour du célèbre poisson d’avril.

    Qui donc a eu l’idée saugrenue de faire du 1 er avril le jour des farceurs ? Eh bien, on n’en sait trop rien ! Le terme « poisson d’avril » est attesté au XVe siècle pour désigner un jeune garçon chargé de transmettre les lettres d’amour de son employeur. Au XVI e siècle, il désigne le souteneur, ou maquereau. Le lien avec les farces ? Pas évident…

    Une autre hypothèse, souvent reprise mais tout aussi souvent battue en brèche, fait remonter l’origine du poisson d’avril au roi de France Charles IX. Par l’édit de Roussillon, le souverain décidait, en 1564, de faire débuter l’année au 1 er janvier.

    Fake news

    Au lieu du 1 er avril ? C’est l’une des hypothèses… Certains, n’étant pas au courant ou n’étant pas d’accord avec le changement de date, auraient continué à se donner des étrennes au 1 er avril donnant naissance au poisson. Sauf que… personne ne peut affirmer avec certitude que l’année commençait bien au 1er avril avant l’édit de Roussillon…

    Bref, le poisson d’avril garde son mystère. Mais a donné lieu à ce que l’on appellerait aujourd’hui des « fake news » qui sont restées dans les mémoires. Comme ce poisson signé Burger King, en 1998. L’enseigne de fast-food prétendait avoir inventé le Whopper pour gauchers, un burger dont les ingrédients étaient tournés de 180 degrés ce qui empêchait salade, mayo et autres tomates de dégouliner le long de la main des gauchers. Un poisson d’avril : les condiments dégoulinent toujours !

    En 1962, à l’heure de la télé en noir et blanc, une télé suédoise a annoncé avoir la couleur : il suffisait de poser un linge sur la télé pour voir l’image en couleur. D’innombrables téléspectateurs ont tenté le coup. En vain, évidemment.

    Et le 1 er avril 1915, un avion français larguait dans les tranchées allemandes un gigantesque obus. À la place d’explosifs, les soldats trouvaient un message stipulant « Poisson d’avril ». Pas sûr qu’ils aient ri… (source 7dimanche)

  • Bassenge - Grand nettoyage de printemps. Ce samedi 30 mars 2019, matinée de nettoyage des rues et sentiers de nos villages

    nettoyage printemps mars 2019  bassenge.jpgCette date correspond à la journée BEWAPP (pour une Wallonie Plus Propre) mise en place par la Région wallonne. Le lieu de rendez-vous est fixé à la Maison de la cohésion sociale de Wonck (Lieux magiques – rue des Martyrs 6).

    nettoyage glons bénévoles8.jpg

  • Ce lundi, les transports du TEC seront perturbés en Wallonie: voici le point région par région

    Ce lundi 18 mars devrait être perturbé en Wallonie, principalement à Namur où les syndicats espèrent réunir entre 5.000 et 10.000 manifestants. Le mot d’ordre est de venir défendre, dans la capitale wallonne, une « Wallonie solidaire » et cela va d’avoir des conséquences sur le réseau Tec, dans les administrations et dans certaines écoles.

    Les syndicats ont coché en rouge (et en vert) la date de lundi dans leur agenda wallon. Ils organisent à Namur une manifestation contre la marchandisation des services. L’action dénoncera également l’asphyxie financière du secteur associatif ainsi que la diminution de moyens pour les services publics. La faute notamment, selon les syndicats, à la réforme « injuste » des aides à la promotion de l’emploi (APE).

    La société a communiqué ce samedi sur les perturbations attendues sur son réseau lundi.

    TEC Liège-Verviers

    Quelques perturbations sont à prévoir sur notre réseau. La majorité des lignes devrait circuler normalement. Pour savoir si votre parcours sera supprimé, veuillez consulter la liste détaillée des parcours sur le site du TEC.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.sudinfo.be/id107841/article/2019-03-16/ce-lundi-les-transports-du-tec-seront-perturbes-en-wallonie-voici-le-point

  • En Wallonie. Les drones ne peuvent plus survoler les réserves naturelles

    drone réserves naturelles.jpgEn Wallonie. Les drones ne peuvent plus survoler les réserves naturelles

    À partir du 15 mars prochain, les drones seront interdits de vol au-dessus de toutes les réserves naturelles de Wallonie. Ainsi en a décidé le parlement wallon, sur une proposition de la députée Écolo Hélène Ryckmans. Certaines réserves naturelles, comme celle des Hautes Fagnes, étaient déjà protégées des drones, mais pas toutes. Avec ce décret, les choses ont le mérite d’être claires : interdiction pour toutes les réserves naturelles et pour les futures qui seraient créées et pour toute nouvelle extension.

    Les réserves naturelles en Wallonie représentent actuellement 13.000 hectares.

    L’article complet :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-03-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-03-08,BASSE-MEUSE,1|16

  • Des perturbations suite à la grève des femmes ce vendredi ?

    Vous n’avez pas pu rater cette actualité : ce vendredi 8 mars, Journée internationale pour les Droits de la Femme, le collectif « Collecti.e.f 8 mars » appelle à la première grève nationale des femmes en Belgique.

    À l’instar des 5 millions d’Espagnoles qui avaient paralysé leur pays l’an dernier, le collectif invite donc chacune des Belges à montrer que si elles s’arrêtent, « le monde s’arrête également de tourner ».

    Bref, concrètement chez nous, cet appel risque de provoquer quelques perturbations.

    Au TEC, pour l’heure, aucun blocage n’est annoncé : toutes les lignes seront bien assurées aux horaires habituels. Dans nos établissements hospitaliers, où le personnel féminin est souvent majoritaire, même son de cloche. «

    Pour nos administrations communales et autres services publics, c’est plus compliqué.

    Là, c’est au cas par cas qu’il va falloir se renseigner.

    Le mieux reste donc encore de vous renseigner directement auprès de votre commune des dispositions à prendre en ce jour spécial.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/356520/article/2019-03-06/des-perturbations-suite-la-greve-des-femmes-ce-vendredi

  • A proximité. Incroyable vidéo: des déchets jonchent cette rue sur près d’1 km !

    Ce mercredi matin, Laurent a publié une vidéo sur les réseaux sociaux. On y voit une rue couverte d’immondices sur près d’1km entre Grâce-Hollogne et Fexhe-le-Haut-Clocher, la rue du Radar. Le bourgmestre de Fexhe-le-Haut-Clocher est outré par la situation. Il veut installer des caméras sur les routes de campagne de la commune.

    La vidéo et l’article à découvrir en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/353019/article/2019-02-27/incroyable-video-des-dechets-jonchent-cette-rue-sur-pres-d1-km