Google Analytics Alternative

Faits de société - Page 3

  • En région liégeoise la distribution des masques commence cette semaine

    distribution des masques.pngTous les détails, commune par commune, dans votre journal La Meuse de ce samedi 2 mai 2020

  • Communiqué Bassenge. Le spectre des inondations resurgit

    inondations glons 2018 2.jpgSur la page Facebook de la commune de Bassenge, les autorités communales ont publié ce mercredi 29 avril 2020 un communiqué qui rappelle aux habitants qu’ils pourraient être exposés au risque d’inondations dans les semaines qui viennent. Ils les invitent à visiter le site internet de la "Wallonie" pour prendre les devants.

    Par les temps qui courent, cette information sur les calamités récurrentes que subissent les habitants vient certainement plomber encore un peu plus l’atmosphère…

    «  Bassenge : les confinés risquent aussi d’être inondés » : voilà qui aurait pu très bien servir de titre à cette note traitée, je le reconnais, sur un ton ironique.

    Roger Wauters

  • A la demande des communes. La 5G suspendue en plusieurs endroits

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngProximus avait déployé sa 5G « light » dans 30 communes du pays. Plusieurs d’entre elles, situées en région wallonne, ont cependant demandé à l’opérateur de suspendre l’activation de la technologie sur leur territoire, ce qui a été exécuté. Dans le sud du pays, les zones de couverture sont donc aujourd’hui beaucoup moins nombreuses. Parmi les zones actuelles, on en retrouve notamment une à Frasnes-lez-Anvaing, à Mons, au nord-est de Charleroi, à Wavre, Eupen et Bastogne. Dans la province de Namur, toutes les zones ont disparu.

    « Cette suspension temporaire nous permettra d’échanger de façon constructive avec la région wallonne et les communes qui nous l’ont demandé sur ce que peut apporter la 5G et partager des informations rassurantes concernant les aspects de la santé et environnementaux de cette nouvelle technologie », précise le porte-parole de Proximus, Haroun Fenaux.

    L’article complet en suivant ce lien ou dans votre journal La Meuse papier de ce jour :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php?_ga=2.160366132.863420242.1587990008-1444590501.1450255007#Sudpresse/web,2020-04-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-04-29,BASSE-MEUSE,1|16

  • Consommation. Fruits et légumes plus chers. Certains deviennent difficiles à trouver

    légumes panier.jpgConsommez de saison et local

    On attend impatiemment certaines récoltes belges. En cette période, le Belge mange sain : + 40 % de ventes en fruits et légumes chez Delhaize. Loi de l’offre et la demande, les prix augmentent 

    « Il est de plus en plus difficile de trouver des fruits et légumes frais dans les rayons de nos supermarchés : agriculteurs et maraîchers font face à un manque de main-d’œuvre. En Espagne, les travailleurs ne vont plus aux champs pour la cueillette. Emballage, transformation et transport sont aussi fortement impactés », explique le site spécialisé Retaldetail. Les citrons et les oranges, mais bientôt aussi les nectarines et les pêches deviendront des denrées rares. « Les augmentations de prix deviennent donc inévitables : le prix des citrons a doublé » indique Jurgen De Witte, PDG de l’entreprise de fruits et légumes Group A, au journal De Tijd.

    Priorité à nos produits

    Qu’en dit-on dans nos grandes surfaces ? Chez Delhaize : « Nous constatons une augmentation de 40 % des ventes de nos légumes, 10 % pour nos fruits », nous dit la porte-parole Karima Ghozzi. « On est en plein changement de saison. Les produits belges arrivent et les produits espagnols diminuent » Les prix ? « Les prix augmentent sur base de l’offre et la demande. Comme en Europe, il y a une forte demande pour tous les produits pour le moment et les prix risquent d’augmenter. Nous mettrons tout en œuvre pour soutenir nos producteurs tout en gardant des prix corrects pour nos clients ».

    Chez Aldi, fruits et légumes cartonnent. « Il s’agit surtout de produits à longue durée de conservation : ail, pommes de terre, poireaux, oranges... », nous dit Dieter Snoeck, porte-parole. « L’importation en provenance de l’Espagne et de l’Italie est compliquée. Mais la saison espagnole touche à sa fin : concombres, poivrons, fraises… commencent tous à devenir disponibles chez nous. Pour certains articles, le prix est actuellement légèrement plus élevé, mais à cause du changement de saison ».

    Chez Colruyt ? « Au niveau des légumes, nous sommes en phase de basculement de l’import, de l’Europe du Sud à la production locale. Nous constatons actuellement une certaine volatilité au niveau des prix, très hauts en début de crise, et qui rebaissent ensuite ». Colruyt lance une grande campagne de pub pour promouvoir les produits locaux.

    Chez Lidl, « les produits qui se stockent facilement, pommes de terre, oignons, ail, se vendent bien. » explique Julien Wathieu, porte-parole. « Côté prix, nous avons vu de fortes fluctuations de la demande par rapport à l’offre, entraînant de fortes fluctuations des prix d’achat. L’augmentation est la plus frappante pour les agrumes, en raison de l’augmentation de la demande. Grâce à notre collaboration durable avec nos producteurs, cet effet reste largement limité. »

    Cora travaille avec des producteurs partenaires. « Tout est mis en œuvre pour limiter la hausse des frais et des produits. Pour les produits régionaux, les prix de certains ont augmenté. La demande est très importante et l’offre varie suivant la météo et les statistiques de production. Une incidence sur les prix de vente consommateur peut malheureusement se faire ressentir sur certains produits comme les agrumes, citrons, chicons, choux-fleurs », nous dit-on, « L’extension de gamme d’été commence, les beaux jours sont propices à la consommation de produits locaux : tomates, salades… »

    (Source 7Dimanche)

  • Aperçu dans une petite chapelle à Glons

    prière épidémie.jpgDans une petite chapelle de Glons, ce texte a été apposé récemment. Son titre « Prière en temps d’épidémie ».

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    prière épidémie.jpg

  • Une pluie de dépôts illégaux en Basse-Meuse...

    dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpg(photo prétexte) Les communes réagissent afin de tenter de mettre un terme aux dépôts illégaux, mais c’est surtout le travail de volontaires qui permet de maintenir un certain niveau de propreté. Dans plusieurs coins de la Basse-Meuse, la situation est déplorable. Des caméras de surveillance ont même été détruites sur le territoire visétois.

    À gauche de la route, plusieurs sacs-poubelles remplis d’immondices. De l’autre côté, des pneus de voiture et des déchets de bâtiment. Plus loin, un ancien frigo. Et un peu partout, des canettes. Nous sommes à Visé, plus précisément sur les hauteurs près de Wonck et de Bassenge. Là-bas, les dépôts illégaux sont légion. Et depuis plusieurs années !

    Ce ne sont pas les seuls. En se rapprochant de la cimenterie CBR, on aperçoit de nouveaux dépôts. Globalement, aucune commune bassi-mosane n’est exempte d’incivilités. Le problème est général. Et il commence à prendre de l’ampleur.

    « L’endroit dont vous parlez en premier lieu, c’est le gros point noir sur notre territoire », avoue Luc Ligot, le responsable des travaux à Visé. « Il s’agit d’un chemin isolé. La voirie est quasiment abandonnée. Mais elle demeure importante pour les fermiers ».

    Les citoyens s’activent

    Ali Aghroum, grand défenseur de la nature, a publié des clichés de dépôts illégaux sur Facebook. Ces derniers ont poussé plusieurs villageois à réagir. De fait, il s’agit encore et toujours du même endroit impacté ! Ainsi, ils ont contacté les communes concernées, à savoir Visé, mais aussi Bassenge qui est voisine.

    « Nous avons enlevé les dépôts. Cette fois, un camion de cinq mètres cubes a été nécessaire », reprend Luc Ligot. « En effet, des dépôts comme ceux-ci, on en enlève de manière récurrente là-bas. Ainsi, des dizaines de camions repartent remplis chaque année au départ de ce chemin ».

    En découvrant les lieux, nous avons constaté que la commune de Visé a bel et bien nettoyé le plus gros. « Mais il reste encore beaucoup de déchets », relate un villageois en exemplarisant ses propos. « Ici, il s’agit de dépôts antérieurs à ce ramassage. La commune a fait un bel effort. Mais il est nécessaire de trouver une solution pour endiguer le fléau».

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi 4 avril 2020

  • Bon à savoir. La Maison Saufnay de Glons (Fruits-Légumes) propose un service de livraison à domicile dans un rayon proche des marchés

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLa Maison bien connue « SAUFNAY Légumes-Fruits de Glons » est actuellement présente à Awans le mercredi, à Othée le jeudi et à Eben-Emael le samedi de 7h à 13h.

    Compte tenu de la situation, elle propose désormais un service de livraison à domicile durant ces 3 jours (à proximité des marchés cités ci-dessus – rayon proche). Pour ce faire, contacter le 0495/88.15.96 ou le 0472/80.88.86 au minimum un jour avant. (Source Facebook)

  • La solidarité aussi est contagieuse. Des petits gestes pour un peu tout le monde

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngS’il faut retenir quelque chose de positif dans cette crise sanitaire, c’est la solidarité dont ont fait preuve de nombreux Belges. Voisins, personnel soignant, policiers, seniors, personnes démunies : de nombreux gestes naissent un peu partout. 

    La solidarité est plus que jamais nécessaire et les Belges semblent l’avoir bien compris. Aux quatre coins de la Wallonie et à Bruxelles, les actions se multiplient pour venir en aide à ceux qui en ont besoin.

    On ne compte plus le nombre de voisins qui proposent aux personnes âgées ou malades de faire leurs courses et de les déposer sur le pas de leur porte. Les plateformes d’entraide, notamment sur les réseaux sociaux, rassemblent de plus en plus de monde. Une solidarité qui est belle à voir et qui, à défaut de combattre le virus, rend la période de confinement plus agréable.

    Mais la solidarité dépasse largement le cadre du voisinage. Beaucoup de citoyens se mobilisent aujourd’hui pour les personnes qui agissent en première ligne comme le personnel soignant ou encore les policiers. Les restaurants qui proposent un service de livraison, principalement les pizzerias et les friteries mais il y en a d’autres, ont souvent fait preuve de générosité en offrant gratuitement de la nourriture dans les hôpitaux et autres services d’urgence.

    Les citoyens ont, eux aussi, voulu témoigner leur reconnaissance en rapportant leurs masques ou en en fabriquant. Dans la province du Luxembourg, l’appel lancé par l’intercommunale Vivalia pour la confection de masques et blouses blanches pour pallier une possible rupture de stock a directement trouvé écho auprès de la population.

    À tous les niveaux

    Chacun aide à son échelle, en fonction de ses compétences et de son domaine d’activité.

    La suite dans votre journal La Meuse de ce jeudi 26 mars 2020

  • Petit Patrimoine Bassenge. Ali Aghroum a entrepris un remarquable travail de restauration de l’ancienne croix Colas de Wonck. Un second sauvetage en moins de trente ans…

    croix collas 0.jpgCes dernières semaines, Ali, -qu’on ne présente plus- s’est fixé un nouvel objectif : restaurer la très ancienne croix Colas située sur les hauteurs de Wonck. Et l’on peut assurément dire qu’il s’agit d’une réussite. Aujourd’hui, la croix est impeccablement restaurée et magnifiquement mise en valeur.

    Un peu d’Histoire

    Pour cet élément du Patrimoine bassengeois repris dans l’inventaire sous le n°27, un premier sauvetage avait été entrepris en 1991-1992 grâce à des subsides obtenus à la Région Wallonne. L’occasion au passage de saluer l’intervention précieuse de feu l’Echevin Jean-Pierre Detrez qui à cette époque s’est impliqué à fond dans  la préservation du Petit Patrimoine bassengeois et dans sa mise en valeur. L’échevin glontois a monté un nombre considérable de dossiers de restauration lesquels ont été introduits à la Région Wallonne et ont reçu son aval, son aide et ont été assortis de subventions. Une brochure intitulée « Petit Patrimoine Populaire de Bassenge » a été publiée.

    Pour en revenir à l‘ancienne croix Colas, le travail de restauration avait été confié en 1992 au restaurateur et artisan spécialisé Henry Hardy d’Emael.

    Malheureusement, faute d’intérêt et d’entretien, cet élément du Patrimoine se trouvait à nouveau dans un réel état de délabrement et de décrépitude.

    L’intervention bien salutaire et bénévole d’Ali Aghroum sur cette très ancienne croix est donc la seconde en 30 ans seulement.

    Aujourd’hui, grâce à cette magnifique restauration et cette belle mise en valeur qui la sert, l’élément patrimonial n°27 a retrouvé tout son lustre.

    Une restauration menée de main de Maître et devant laquelle on ne peut qu’applaudir.

    C’est d’ailleurs le cas sur Facebook où le travail d’Ali a reçu une véritable ovation.

    Les deux restaurations en photos

    Extrait de la brochure Petit Patrimoine Populaire de Bassenge (1992)

    croix colas wonck.jpg

    La croix en 2019. Avant restauration.

    croix collas.jpg

    croix collas 2.jpg

    La croix après restauration

    croix colas restaurée Ali.2 jpg.jpg

    croix colas restaurée Ali.jpg

    Roger Wauters

  • Région liégeoise - Les Liégeois solidaires ont le moral : les beaux gestes se multiplient

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngLes gestes de solidarité des Liégeois se multiplient depuis la crise du coronavirus. En faveur de ceux qui restent mobilisés, mais aussi pour combattre la morosité ambiante. 

    Impossible d’énumérer ici toutes les marques de solidarité dont font preuve les Liégeois depuis quelques jours tant elles sont nombreuses. Partout, ils se mobilisent pour confectionner des masques, pour venir en aide aux personnes en difficultés ou pour soutenir le personnel soignant, plus que jamais en première ligne. De nombreux restaurateurs, contraints à l’inactivité ou, du moins, à un service au ralenti, ont ainsi décidé de contribuer à leur manière à l’effort de guerre en offrant leurs produits au personnel hospitalier.

    C’est le cas notamment de la pizzeria « Vesuvio », installée à Visé : « Cette pizzeria fait depuis le confinement pas mal de gestes envers sa clientèle : livraisons à domicile gratuites durant le confinement, soutien vers les infirmiers. Ils n’hésitent pas non plus à rassurer leur clientèle », tient ainsi à souligner Anthony. Le bar à pâtes Carmelo, à Soumagne, a lui aussi mis ses talents culinaires au service du personnel soignant. « Mes collègues et moi, infirmiers à la Citadelle de Liège salle 36, nous tenons à remercier le bar à pâtes de Carmelo pour sa générosité, son dévouement et sa sympathie », témoignent ainsi les infirmiers liégeois, après avoir reçu un beau colis pour tenir le rythme.

    D’autres ont décidé de s’adresser à l’ensemble de la population, pour tenter de leur remonter le moral. Ce chauffeur du TEC Liège, toujours en poste malgré la crise du coronavirus, a ainsi voulu montrer à tous qu’il était encore possible de garder sa bonne humeur, même en pareilles circonstances. « Un collègue a eu l’envie de partager sa bonne humeur avec la Belgique tout entière, souligne Benoît. De Montrer aux gens que nous pouvons nous aussi s’amuser sur notre lieu de travail tout en étant appliqués… Eh oui, nous sommes aussi au front comme nos amis infirmières, médecins, caissiers, éboueurs, etc. »

    Enfin, on notera également le beau geste des policiers de la Basse-Meuse qui sont allés soutenir le personnel de l’hôpital de Hermalle-sous-Argenteau ce vendredi soir.

    Source 7 Dimanche

  • Entraidons-nous. Sudpresse, avec Listminut, lance une plateforme d’aide et de services

    entraide sudpresse.pngDepuis le début de la crise sanitaire que nous connaissons, de nombreux groupes d’entraide naissent sur les réseaux sociaux. De Woluwe-Saint-Lambert à Liège en passant par Tournai ou Namur, les initiatives locales se multiplient et s’organisent, comme elles peuvent. En temps de crise, il est rassurant de savoir que nous pouvons compter les uns sur les autres et que notre pays ne faillit pas à sa réputation de peuple généreux

    Listminut, l’entraide comme ADN

    Sortir les chiens, faire les courses, réparations d’urgence ou encore garde d’animaux, tels sont quelques-uns des services proposés par les centaines de bénévoles qui ont rejoint la plateforme www.listminut.be/fr/coronavirus

    Listminut est une plateforme collaborative bruxelloise, née en 2013. À sa création, elle était la première entreprise à se baser sur l’économie collaborative et mettait en relation des particuliers avec des prestataires de services (jardinage, bricolage, garde d’animaux domestiques…). On peut dire que l’entraide est vraiment ancrée dans leur ADN !

    Avec leur base de données dépassant les 60.000 prestataires et face à la situation que nous connaissons, Listminut a eu l’idée de lancer un appel à la solidarité, pour rendre service bénévolement aux personnes dans le besoin. « Il y a eu un véritable élan de solidarité, de la part de nos prestataires, bien sûr, mais également d’anonymes qui avaient l’envie d’aider, d’une manière ou d’une autre », se réjouit Géraldine Vandamme, Responsable marketing au sein de Listminut.

    Et pour toucher un maximum de public, Listminut a contacté Sudpresse. « Nous avons choisi de nous associer à Sudpresse parce que nous sommes persuadés que, grâce à ce média, l’information touchera le plus grand nombre », poursuit Géraldine.

    Sudpresse, toujours plus proche de son public

    Sudpresse réfléchissait depuis quelque temps déjà à lancer une action solidaire pour la Belgique, le rapprochement avec Listminut s’est donc fait assez naturellement. « En tant que média leader sur l’information locale, il est de notre devoir de nous joindre à cet élan de solidarité. Nous voulons, par cette collaboration, rassurer nos publics et les aider à traverser cette crise au mieux », insiste Vincent Brossel, Directeur Marketing et Commercial du groupe Sudpresse. En ces temps de confinement et de distanciation sociale, Listminut et Sudpresse se veulent rassurants et les règles imposées par le Conseil National de Sécurité seront bien entendu respectées.

    Si vous avez besoin d’un coup de main, rendez-vous sur www.listminut.be/fr/coronavirus . Des centaines de bénévoles de votre région vous attendent pour vous rendre service. Et si vous souhaitez être bénévole, il n’est pas trop tard !

  • Bassenge – Avis à la population. Les mesures qui seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus.

    logo info 2.jpgA toutes fins utiles, nous publions le communiqué émis par le Collège communal de Bassenge sur le site Bassenge.be

    Chères bassengeoises, Chers bassengeois,

    Suite aux dernières évolutions de l’épidémie du Covid-19, le Conseil National de Sécurité (CNS), regroupant la Première Ministre et les Ministres-Présidents régionaux et communautaires.

    A la suite de cette réunion, le dispositif existant établit lors du déclenchement de la phase 2 renforcée (qui est maintenue) a été complété par des mesures additionnelles visant à endiguer le plus efficacement la propagation de l’épidémie. Afin d’assurer la meilleure coordination possible entre les différents niveaux de pouvoir, TOUTES LES DÉCISIONS seront prises dans le cadre d’une cellule de gestion de crise fédérale. Ces mesures seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus et sont les suivantes :

    Cliquez sur le lien pour connaître les mesures détaillées :Bassenge avis covid19_pdf.pdf

  • A proximité. Le carnaval de Tongres de ce dimanche est annulé !

    carnaval tongres annulé.pngC’est ce qu’on peut lire sur le site internet de la ville de Tongres.

    Dimanche de carnaval, 23 février - ANNULÉ!

    En raison des mauvaises conditions météorologiques, le carnaval du dimanche 23 février a été annulé.

    Plus d’informations sur le site de la ville de Tongres

    https://www.tongeren.be/carnaval-op-22-en-23-februari

  • Burlesque à proximité de Glons. Le signal qui avertit de la présence d’un dos d’âne, après le dos d’âne…

    sluizen.jpgA l’entrée de Sluizen, village voisin de Glons, un coussin berlinois a été placé sur une petite rue d’accès au village, histoire de refréner l’ardeur des conducteurs. Mais voilà, assez bizarrement, le signal qui avertit les usagers de la présence du dos d’âne a été placé à une dizaine de mètres après lui…

    Autrement dit, il est là pour vous signaler que si vous avez ressenti un choc en franchissant le coussin berlinois, c’est normal…

    Après les signaux préventifs, voici les signaux explicatifs…

    « Only happend in Belgium », comme disait l’autre

    Regor

  • Les carnavals, c'est parti dès dimanche

    cortège carnaval wonck 2017.jpgAttendue par des centaines de passionnés, la saison des cortèges carnavalesques démarre ce dimanche à Wonck. Où et combien de fois pourrez-vous vous amuser ? Les réponses sont ici !

    Du 16/2 au 14/3

    Ce dimanche, c'est à Wonck et les chars se mettront en route vers 14h.

    Dimanche 23 février à 14h30. C'est au tour de Bassenge d'accueillir les fêtards pour ce qui est le cortège qui attire le plus de spectateurs : entre 3 et 4.000.

    Mardi 25 février. Plus petit mais pas le moins festif, le village d’Houtain vous attend dès 15h pour son carnaval de rue.

    Samedi 29 février dès 14h. Avec près de 25 groupes et chars c’est le cortège carnavalesque de Slins et Fexhe-Slins qui est le plus gros en terme de participants.

    Samedi 7 mars dès 14h30, cortège dans les rues de Haccourt.

    Le dimanche 8 mars dès 13h30. Celui de Vottem est le dernier né des cortèges en Basse-Meuse.

    Samedi 14 mars dès 14h30 c’est à Glons que la saison 2020 se terminera.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi !