Google Analytics Alternative

Environnement

  • Environnement Bassenge. Optimisation de l’implantation des poubelles et des tournées de collecte avec le soutien de Be-WaPP

    Suite à un appel à projets lancé en septembre 2020 par Be WaPP, 79 communes wallonnes vont bénéficier de l'accompagnement d'un consultant externe afin d'optimiser leur parc de poubelles installées dans l’espace public. Bassenge en fait partie.
    Pourquoi ?
    Poubelles trop petites, mal placées ou insuffisamment vidangées sont autant d'éléments qui favorisent l'abandon de déchets au sol ou dans la nature. Quand on sait que placer les bonnes poubelles aux bons endroits permet de réduire de 50% les déchets sauvages, on mesure l'importance pour les communes de réaliser une analyse et un diagnostic précis de l'ensemble de leurs infrastructures. Elles seront à même alors d'organiser de manière plus efficace leurs tournées de collecte en fonction d'une meilleure connaissance de la vitesse de remplissage des différentes corbeilles.
    En pratique
    Durant 6 mois, un consultant externe mis à disposition par l’asbl Be WaPP aura pour mission d’encadrer et de soutenir chaque commune participant au projet dans la réalisation d’un diagnostic des poubelles publiques présentes sur son territoire.
    L’étude se basera sur un inventaire géolocalisé réalisé par les communes au moyen de l’application PRO-preté mise à leur disposition gratuitement par Be WaPP.
    Outre la localisation, c’est aussi le volume, la fréquence de vidange ainsi que le type d’environnement dans lequel les poubelles sont placées qui seront analysés.
    Par la suite, le consultant, avec l’aide de mesures prises par la commune, devra monitorer le taux de remplissage des poubelles ainsi que la quantité de dépôts clandestins dans ou autour de celles-ci.
    Grâce aux résultats de différentes analyses, la commune aura une vision claire quant aux poubelles publiques considérées comme problématiques ou mal utilisées et pourra réagir en conséquence. Au programme, déplacement de certaines poubelles, mise en place de nouvelles corbeilles de rue et de cendriers ainsi qu’optimisation des tournées de collecte en termes de fréquence et d’itinéraire.
    Bassenge figure dans le premier groupe de communes participantes.
    https://www.walloniepluspropre.be/optimisation-de-limplantation-des-poubelles-et-des-tournees-de-collecte/?fbclid=IwAR1CijIpCikRqtf2znILZCIIFh2RdrQUFrCu16wxxOqBewgaClpuPQ2UCdE

  • Wonck - Sur Heez. Le circuit permanent de motocross est imminent

    logo bassenge sudinfo.pngBillet de Roger Wauters

    Cela faisait plusieurs mois qu'on n'entendait plus parler de ce projet sur Heez à Wonck. Or, vendredi dernier, il a refait surface. Interrogée par la journaliste Aurélie Drion du journal La Meuse dans le cadre d'un sujet relatif à la chasse, la Bourgmestre de Bassenge a déclaré : " Depuis de nombreuses années, il y a un projet d'y faire un circuit permanent de Motocross. Depuis un an, le dossier avance bien et nous espérons qu'il aboutisse bientôt..."
    Voila une nouvelle qui devrait ravir les amateurs de ce sport moteur.

    (Source La Meuse vendredi 20 novembre 2020)

  • Bassenge passe aux conteneurs à déchets: ils arriveront mi-décembre

    paul sleypenn 2.jpgD’ici un gros mois, la collecte des déchets ménagers se fera à l’aide de conteneurs à puce à Bassenge. Un changement de taille qui se prépare. Mais en raison de la pandémie, le collège communal a dû changer son fusil d’épaule et sa manière de communiquer.
    Le 1er janvier 2021, Bassenge passera aux conteneurs à puce. Les habitants devront utiliser un conteneur gris pour les déchets résiduels et un conteneur vert pour les déchets organiques. Un changement énorme pour eux qui utilisaient des sacs-poubelles depuis des temps presque immémoriaux. Depuis plusieurs mois, le collège communal a donc planché sur cette transition mais surtout sa communication. Et celle-ci a malheureusement été confrontée à la pandémie.
    « Nous avions programmé des réunions d’information pour expliquer ce nouveau système aux habitants, explique Paul Sleypenn, échevin en charge de l’environnement. Elles devaient avoir lieu en octobre ou novembre. Mais en raison de la pandémie, nous avons dû les annuler. Nous aurions voulu les organiser plus tard cette année, malheureusement le Covid est toujours là. On a donc dû revoir nos plans. On vient donc de distribuer un ‘Info Bassenge’ dédié uniquement au nouveau système. Des capsules vidéos seront également mises en ligne et toutes les informations nécessaires se trouveront sur notre site internet communal. Malgré tout, on espère pouvoir organiser des réunions d’information au début de l’année prochaine. Même si le système fonctionne depuis quelques semaines. »
    Et la première phase importante de ce changement, c’est la distribution des deux conteneurs. « Elle se fera aux alentours du 16 décembre.
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 26 novembre 2020

  • Wallonie. Pendant le confinement, plantez un arbre ! Lundi commence la semaine de l'arbre

    Dans 45 communes, des distributions de plants seront organisées car lundi commence la semaine de l’arbre ! Notons cependant d'emblée qu'à Bassenge, renseignements pris, la journée de l'arbre a été annulée.
    Avec la crise sanitaire, le catalogue d’activités possibles est très limité. Pourquoi ne pas en profiter pour planter un nouvel arbre fruitier dans votre jardin ? Et malgré le confinement, des distributions seront organisées le week-end du 28 et 29 novembre dans 45 communes. Dans le strict respect des conditions sanitaires.
    Comme chaque année à la même époque, le Service public de Wallonie offre gratuitement des arbres aux citoyens. Et si une essence indigène est d’habitude mise à l’honneur, la semaine de l’arbre 2020 sera celle des fruitiers.
    « Si certaines se sont désistées, 45 communes maintiennent leur distribution les 28 et 29 novembre prochains avec un principe général de respecter les protocoles sanitaires que nous avons mis en place expressément pour cette initiative », explique la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Ecolo) qui souligne que cette année sera assez particulière, Covid-19 oblige. « Le principe général, c’est d’éviter les files et les rassemblements. Avec les différentes communes, nous avons communiqué des modalités pratiques. Nous recommandons de ne planter que par bulle de quatre personnes maximum, espacées de minimum 10 mètres. Et comme il nous semblait important de maintenir cette saison de plantation. Les jardineries et les pépiniéristes restent donc ouverts pour pouvoir fournir l’ensemble de ces éléments. »
    Objectif 4.000 km
    Une semaine de l’arbre qui s’inscrira évidemment dans le projet ambitieux du gouvernement wallon de planter 4.000 kilomètres de haies et/ou 1 million d’arbres à l’horizon 2024. Comme la Wallonie en dénombre actuellement 40.000, cela augmenterait de 10 % le linéaire de haies, essentielles pour maintenir la biodiversité.
    « Cette biodiversité, c’est notre meilleure assurance-vie contre de futures pandémies », a rappelé Céline Tellier. « La destruction des milieux naturels et les contacts rapprochés entre l’homme et certains animaux sauvages ont des impacts sanitaires très graves ».
    Combien de kilomètres de haies reste-t-il à planter pour atteindre cet objectif ? Un sacré paquet ! Selon un décompte réalisé en se basant sur les subventions octroyées depuis septembre 2019, seulement 149 kilomètres de haies ont été plantés. « Nous ne sommes qu’au début du processus », rappelle la ministre qui souligne aussi que c’est mieux que les 110 kilomètres plantés les trois années précédentes.
    Hausse des subsides
    Cette nouvelle saison de plantation est également marquée par une hausse sensible des subventions, avec un budget dégagé pour ces actions qui est passé de 350.000 à un million d’euros. Et qui devrait atteindre deux millions en 2024. « Le montant des subventions octroyées pour la plantation de haies vives, de taillis linéaires et d’alignements d’arbres, ainsi que pour l’entretien des arbres têtards et la plantation d’arbres fruitiers a été fortement revu à la hausse », a ainsi précisé la ministre. À titre d’exemple, le montant accordé pour la plantation d’un arbre fruitier passe de 12 à 25 euros, celui pour la plantation d’un mètre de haie mono-rang de 3 à 5 euros. Bon à savoir !
    Conseils, vidéos, subsides, challenge, lieux de distribution d’arbres… Retrouvez tous les renseignements sur le site https://yesweplant.wallonie.be/home.html
    Le dossier complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 21 novembre 2020

  • Collège communal - Règlement. Bassenge rappelée à l’ordre pour un droit de chasse : il avait été accordé directement et gratuitement

    sangliers bassenge.jpg

    En 2018, l’ancien bourgmestre Josly Piette octroyait un droit de chasse à titre gratuit sur le site de la carrière Sur Heez. Un droit donné sans mise en concurrence et dénoncé par le groupe PS. Après un recours introduit auprès du ministre compétent, ce dernier vient de pointer l’irrégularité et demandé que le collège se remette en ordre. Explications
    Nous sommes en 2018, quelques mois avant les élections communales. Lors d’une commission de l’agriculture, plusieurs agriculteurs font état d’un problème de surpopulation des sangliers aux alentours de la carrière Sur Heez. Des sangliers qui provoquent des dégâts aux cultures.
    Pour remédier à ce problème, Josly Piette, bourgmestre de l’époque, octroie à un chasseur un droit de chasse à titre gratuit sur ce terrain communal.
    « Une manière de faire qui ne respecte pas les règles, explique Christopher Sortino, chef de groupe PS. « C’est le conseil communal qui est compétent pour octroyer ce droit de chasse. Il faut mettre en concurrence des chasseurs et c’est celui qui propose le loyer le plus élevé qui l’obtient. Il devra également respecter tout un cahier des charges ce qui permettra de contrôler ce qui est fait. »
    En février 2019, le groupe PS intervient au conseil communal. Sans vraiment citer ce cas, il propose de louer un droit de chasse sur tous les terrains communaux afin de gérer un problème de surpopulation des sangliers maintes fois relayé par les agriculteurs. Ce qui permettrait, dans le même temps, de régulariser le cas de Sur Heez.
    « Mais ils ont trouvé toute les excuses du monde pour ne pas le faire, prétextant notamment que la surpopulation n’était pas prouvée par des chiffres. Donc, en 2018 on octroie un droit de chasse car on reconnaît une surpopulation et quelques mois plus tard on refuse de régulariser la situation sous prétexte qu’on n’a pas de chiffres. On maintient donc un privilège octroyé à un chasseur en toute illégalité. »
    Recours à la Région
    Face à ce refus, le groupe PS décide d’introduire un recours auprès du ministre wallon des Pouvoirs locaux.
    Et, au début de ce mois, le ministre Collignon a invité le collège à se remettre en ordre.

    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 20 novembre 2020

    (Photo prétexte)

  • Nuisances sonores - Survols Juprelle, Awans, Bassenge... etc... Qatar Airways opère des vols Maastricht-Liège pour… 38 km!

    Selon le site de la RTBF, ces avions (cargos) survolent la région deux fois par semaine.
    La Meuse rapportait la semaine prochaine que c’est une véritable aberration écologique qui vient d’être dénoncée par le conseiller communal liégeois Pierre Eyben (Vert Ardent). Un vol cargo de Qatar Airways en provenance de Doha s’arrête d’abord à Maastricht, avant de revenir vers Liège. Un vol de 9 minutes pour… 38 km !
    « Là, je crois qu’on bat véritablement un record du monde » s’étrangle Pierre Eyben de Vert Ardent. Un vol cargo de Qatar Airways en provenance de Doha a atterri le 3 novembre à Maastricht, puis a redécollé pour Liège à 19h50 où il est arrivé 9 minutes plus tard après avoir parcouru les 38 kilomètres entre les deux villes ! Est-ce qu’on imagine bien l’empreinte carbone épouvantable de ce saut de puce en avion ? »
    Source La Meuse : l'article complet à lire en suivant ce lien
    https://lameuse.sudinfo.be/467907/article/2019-11-05/qatar-airways-opere-un-vol-maastricht-liege-pour-38-km

  • INTRADEL a fourni à la Commune de Bassenge des films alimentaires à distribuer à sa population !

    Nous vous en parlions récemment et vous attendiez les modalités.
    Voici ce qu'on peut lire depuis peu sur la page Facebook de la commune de Bassenge.
    "Le film alimentaire réutilisable enduit à la cire d’abeille permet de recouvrir un plat, un bol mais aussi d'envelopper directement les aliments pour les conserver sainement et durablement. Il évite l'utilisation de films alimentaires jetables. C'est un emballage imperméable et respirant à base de cire d’abeille qui est un antiseptique et antifongique naturel. Il protège vos légumes, recouvre vos plats… mais ne remplit pas vos poubelles! ♻
    Simple d'utilisation : emballer, laver et réutiliser.
    Pour en savoir plus, suivez le guide grâce à la vidéo de présentation et au tuto : comment fabriquer ou ré-enduire un film alimentaire réutilisable
    https://www.intradel.be/filmalimentairereutilisable.html
    TOUTEFOIS, NOTRE COMMUNE N’A REÇU QUE 400 PIÈCES, ils seront donc distribués UNIQUEMENT sur commande auprès de annick.sleypenn@bassenge.be ou au 04/286.91.49."

  • Bassenge. Intradel distribue des films alimentaires réutilisables dans 70 communes liégeoises!

    Dans le cadre des actions locales de prévention en vue de réduire la quantité de déchets, Intradel et 70 communes proposent une alternative zéro déchet aux films alimentaires jetables, avec le soutien de la Région Wallonne et de la Province de Liège. Il s’agit d’un film alimentaire réutilisable à la cire d’abeille. Au total, ce sont 40.000 pièces qui ont été distribuées aux communes liégeoises participantes, chargées de les offrir à leurs citoyens.
    Réduire sa quantité de déchets est aujourd’hui devenu une évidence, tant pour l’impact économique qu’écologique que cela représente. Mais il est toujours bon de sensibiliser au maximum la population à cette problématique via, notamment des actions menées dans nos communes par le biais d’Intradel, gestionnaire de récoltes. Ce dernier vient d’ailleurs d’annoncer une nouvelle initiative qui vient d’être mise en place, qui se veut à la fois ludique et favorable au « zéro déchet », car elle vise à réduire sa quantité de déchets liés aux emballages à usage unique (aluminium, cellophane, etc.).
    De quoi s’agit exactement ? D’un film alimentaire réutilisable, enduit à la cire d’abeille. Concrètement, « il permet de recouvrir un plat, un bol mais aussi d’envelopper directement les aliments pour les conserver sainement et durablement. Il évite l’utilisation de films alimentaires jetables. C’est un emballage imperméable et respirant à base de cire d’abeille qui est un antiseptique et antifongique naturel. Il protège votre concombre, recouvre vos plats… mais ne remplit pas vos poubelles », détaille Intradel.
    Et, détail tout de même important, ce film alimentaire est aussi… local, puisque sa conception est belge, via la société WRAPI situé à Leuze-Eghezée.
    Ainsi, ce sont 70 communes de la province de Liège qui vont recevoir un tel produit. Au total, 40.000 films réutilisables vont leur être distribués. À chacun de ces communes, ensuite, de les redistribuer à ses citoyens.

    intradel film réutilisable.jpg


    Voici la liste des communes concernées :
    Amay, Ans, Anthisnes, Aubel, Awans, Aywaille, Baelen, Bassenge, Berloz, Beyne-Heusay, Blegny, Braives, Burdinne, Chaudfontaine, Clavier, Comblain-au-Pont, Crisnée, Dalhem, Dison, Donceel, Engis, Esneux, Eupen, Faimes, Ferrières, Fexhe-le-Haut-Clocher, Flémalle, Fléron, Grâce-Hollogne, Hamoir, Hannut, Herstal, Herve, Huy, Jalhay, Juprelle, Kelmis, Limbourg, Lincent, Lontzen, Marchin, Modave, Nandrin, Neupré, Olne, Oreye, Ouffet, Oupeye, Pepinster, Plombières, Raeren, Remicourt, Saint-Georges-sur-Meuse, Saint-Nicolas, Seraing, Soumagne, Spa, Sprimont, Theux, Thimister-Clermont, Tinlot, Trooz, Verlaine, Verviers, Villers-Le-Bouillet, Visé, Wanze, Waremme, Wasseiges et Welkenraedt.
    Plus de détails à découvrir ici :

    https://www.intradel.be/filmalimentairereutilisable.html

  • Bassenge. Attention ! Le mercredi 11 novembre, jour férié, la collecte des déchets n'aura pas lieu.

    info intradel.png

    Pour les papiers-cartons, sacs bleus, sacs transparents, sacs jaunes de la zone 1, la collecte aura lieu le samedi 14 novembre 2020. Merci de ne sortir vos déchets que ce vendredi 13 après 18 heures ! (Source Bassenge.be)

  • Vergers, allées d'arbres, haies, taillis... À vos pelles ! Voici les subsides promis pour vos plantations

    subsides plantations 2020.png

    Pour améliorer la biodiversité et aider la planète, c’est le moment de planter.
    À la Sainte-Catherine (25 novembre), tout bois prend racine. Cela vous laisse le temps de demander vos subsides pour planter des arbres et des haies. Voici ce que la Région wallonne peut vous verser comme petit incitant financier.
    La plantation de 4.000 km de haies ou d’1 million d’arbres en Wallonie, c’était l’un des projets phares du gouvernement wallon et de sa ministre Écolo de l’Environnement, Céline Tellier. Pour y arriver, les autorités comptent sur les pouvoirs publics mais aussi sur les citoyens. Ainsi, le gouvernement a-t-il prévu un incitant financier à ceux et celles qui planteront haies et arbres dans leurs jardins, champs ou propriétés.
    On connaît enfin les montants précis des subventions. Ils ont été publiés au Moniteur belge ce mercredi (lire ci-contre). Il s’agit des montants prévus pour le particulier. Si le travail est effectué par un entrepreneur, les subventions sont différentes. Il faut alors multiplier le montant forfaitaire prévu pour le particulier par 1,5, sans toutefois dépasser 80 % du montant total des factures.
    Plusieurs types de plantations sont pris en compte. Mais informez-vous bien sur les essences subsidiables. Il s’agit d’essences indigènes pour la plupart comme des ormes, châtaigniers, aubépines, charmes, chênes, cognassiers, érables, groseilliers, hêtres… Si vous vous lancez dans un verger, il devra s’agir d’arbres fruitiers de variétés anciennes de haute-tige (avec un tronc d’une hauteur minimale d’un mètre quatre-vingt). Par taillis linéaire, on entend la plantation d’un ou de plusieurs rangs d’arbres ou arbustes, d’une largeur maximale de dix mètres destinés à être recépée.
    Renseignez-vous bien car en échange de cette subvention, vous vous engagez à respecter certaines règles. Par exemple : interdiction de tailler votre haie entre le 1 er avril et le 31 juillet. Vous acceptez aussi que des agents du SPW viennent vous rendre visite afin de vérifier que vous avez utilisé les deniers publics à bon escient. La demande de subvention doit se faire 1 mois avant le début des plantations. Et il y a des volumes minimaux à planter. À vos bêches !
    Infos : wallonie.be ou SPW, Département de la Nature et des Forêt, Avenue Prince de Liège, 15 à 5100 Jambes
    http://biodiversite.wallonie.be/fr/subvention-a-la-plantation.html?IDC=6057

  • Limitation des activités de chasse à 4 personnes

    willy borsu.jpgSuite à l’arrêté de la ministre de l’Intérieur publié au Moniteur belge, le ministre wallon de la Chasse, Willy Borsus, tient à préciser que toutes les pratiques de chasse réunissant plus de 4 personnes sont strictement interdites. Cette mesure annule donc le protocole fixant les modalités en vigueur jusqu’ici.
    L'article complet à lire en suivant ce lien vers "Le sillon belge" :
    https://www.sillonbelge.be/6716/article/2020-10-29/limitation-des-activites-de-chasse-4-personnes

  • Conseil communal Bassenge. Lancement des conteneurs à puce à Bassenge: la facture sera finalement moins salée

    bassenge conteneurs à puce 2.pngLe 1er janvier prochain, les Bassengeois passeront aux conteneurs à puce pour gérer leurs déchets. Un changement qui, pour le socialiste Christopher Sortino, allait entraîner une forte hausse des coûts pour les citoyens. Bonnes nouvelle : elle sera finalement moins importante. Explications.
    2021 sera l’année du changement pour les Bassengois. Au 1er janvier, ils en auront fini avec les sacs-poubelles, qui feront place aux conteneurs à puce. Un gris pour les déchets résiduels et un vert pour les déchets organiques. Avec eux, la taxe poubelle a dû être revue. La partie forfaitaire passera de 60 à 80 euros pour les isolés ; de 90 à 110 euros pour les ménages de 2 personnes ; et de 90 à 130 euros pour les ménages de 3 personnes et plus. Une taxe forfaitaire qui comprend une série de services dont un nombre de levées des conteneurs et de kilos.
    Et c’est principalement ça qui a crispé les socialistes. En préparant le conseil communal de jeudi dernier, ils ont en effet sorti leur calculatrice. Sur base du projet de règlement-taxe qui leur avait été envoyé, ils ont calculé ce que le passage aux conteneurs à puce allait coûter aux Bassengeois. Sur base de leurs calculs, l’augmentation allait être de 50 à 139 % suivant la taille du ménage. Une forte hausse principalement due au nombre de kilos gratuits prévus dans la taxe forfaitaire. « Celle-ci prévoyait en effet 75 kg gratuits par ménage, explique Christopher Sortino. « Dans le détail, nous avions 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques. Pour nous, c’est tout à fait discriminatoire puisque cette mesure n’est pas équitable suivant qu’on est seul, à deux ou à plus de trois personnes dans le ménage. Pour nous, ils auraient dû proposer 75 kg gratuits par personne qui compose le ménage. »
    Un argument qu’a défendu le socialiste devant le conseil. Et la majorité a bien dû reconnaître son erreur. « Il y a clairement eu maldonne, reconnaît Philippe Knapen, échevin des Finances. « Pour nous, c’était évident qu’il s’agissait de 75 kg – 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques – par personne. D’ailleurs, c’était tellement évidemment que nous avons calculé notre coût-vérité avec ces données. Mais nous ne l’avions pas précisé dans notre règlement. On a donc ajouté cela pour que ça soit clair pour tout le monde. Ça sera bien 75 kg par personne qui compose le ménage. »
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 27 octobre 2020

  • Embellissement - Bassenge - Environnement. Les Volon-Terres plantent des milliers de bulbes

    volon-terres bulbes.png

    Il y a quelques semaines, les Volon-Terres de la Vallée du Geer se sont attelés à la plantation de plus de 2.000 bulbes de jonquilles dans les parterres et espaces verts de la Commune de Bassenge. 1000 autres bulbes, de tulipes ceux-là, ont été plantés dans les jardinières communales. Cette opération a reçu le soutien de la Commune qui a financé l'achat des bulbes, du terreau, de l'engrais et des copeaux de bois. C'est donc une commune de Bassenge entièrement fleurie qui accueillera le printemps 2021.
    (Source Bulletin communal octobre 2020)

  • Nature - Dangers. La chasse, un mal nécessaire : la surpopulation des sangliers entraîne de nombreux dégâts

    sangliers chasse.png

    La chasse est souvent décriée pour son manque d’éthique. Nombreuses sont les personnes à s’émouvoir à la vue d’un animal apeuré. Cette pratique s’avère toutefois plus que nécessaire pour réguler la présence du sanglier et protéger la biodiversité. Même si elle peut parfois s’avérer contre-productive…
    Sur trente ans, le nombre de sangliers a été multiplié par sept en Belgique. « Dans nos communes, nous sommes également confrontés à une surdensité », indique Hervé Pierret, directeur du DNF Liège. Elle cause des dégâts non-négligeables. Même si le risque qu’ils s’attaquent directement à l’homme est faible, les sangliers peuvent s’en prendre facilement aux animaux domestiques. Ils sont aussi responsables de nombreux accidents de voiture, sans compter les risques sanitaires liés à la peste porcine africaine.
    Au-delà de l’impact sur l’homme, les sangliers portent atteinte à la régénération forestière et à la biodiversité. Comme l’explique Alain Licoppe, professeur invité à la faculté de Gembloux et responsable à la cellule Faune au Service Public de Wallonie, « les semis et les jeunes arbres peuvent être mangés par le gibier, ce qui ne permet pas d’avoir un bois de qualité ». Sur leur passage, les sangliers retournent les micro-habitats que d’autres espèces utilisent comme refuge.
    Loin d’atteindre un équilibre faune-flore, il s’avère donc indispensable de prélever les sangliers dans nos régions. Le loup ayant pratiquement disparu de la circulation, le chasseur reste le seul prédateur pour le gibier.
    « On ne peut pas faire sans les chasseurs, souligne Alain Licoppe. A Genève où la population s’est prononcé contre la chasse, la DNF se charge elle-même de réguler la population de gibier, ce qui coûte une fortune à l’Etat. »
    Mais qu’est-ce qui explique cette surpopulation de sangliers ? Les raisons sont en fait multifactorielles.
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce lundi 26 octobre 2020

  • Bassenge - Poubelles. La taxe ménage va exploser en 2021 ! Pour le PS, des changements peuvent être faits

    Les Bassengeois vont devoir s’y faire. Dès le 1er janvier 2021, ça en sera fini des sacs poubelles. Il faudra faire place aux conteneurs à puce. Si le changement est déjà de taille, il va surtout faire mal au portefeuille.
    La nouvelle « taxe poubelle », soumise au vote du conseil communal de ce jeudi soir, va en effet exploser. La taxe comportera deux volets: une partie forfaitaire et une partie proportionnelle. Pour la première, les isolés payeront 80 euros (contre 60 euros en 2020); les ménages de deux personnes débourseront 110 euros (contre 90 euros) et les ménages de plus de deux personnes devront s’acquitter de 130 euros (contre 90 euros). Cette partie forfaitaire comprend une série de services dont 30 vidanges par an des conteneurs ainsi que, par ménage, 50 kg maximum de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques. Quant à la partie proportionnelle, si vous dépassez le service minimum fourni, il faudra payer 1 euro par levée supplémentaire; 0,50 euro par kilo supplémentaire de déchet résiduel et 0,08 euro par kilo supplémentaire de déchet organique.
    De 50 à 139% d’augmentation!
    En voyant arriver le projet de règlement taxe, les socialistes Christopher Sortino et Michael Sente ont sorti leur calculatrice.
    Et le constat est lourd...
    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce mardi 20 octobre 2020 avec la réaction de Philippe Knapen échevin des finances sous le titre : "On va vers l'inconnu".
    Ou en suivant ce lien :
    https://journal.lameuse.be/?_ga=2.31930298.501602814.1602934399-927525259.1588866424#Sudpresse/web,2020-10-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2020-10-20,BASSE-MEUSE,1|10