Google Analytics Alternative

Entreprises et Economie locales - Page 4

  • Economie – Concurrence. Grèves : bpost va perdre des contrats

    Des commerçants disent leur volonté de passer chez des concurrents privés…  Qui restent discrets

    Bpost va-t-elle payer au prix fort les jours de grève de ce mois de novembre ? Plusieurs sociétés ont dû chercher des solutions chez d’autres livreurs. La chaîne de magasins multimédias Coolblue a travaillé provisoirement avec PostNL, alors que l’un des poids lourds de l’électroménager, Krëfel, choisissait, lui, la firme DPD. Solutions provisoires ? Pas si sûr… Si les concurrents restent très prudents, certains commerçants l’affirment haut et fort. 

    Les concurrents de bpost ont-ils fait de bonnes affaires lors de la grève prolongée qui a touché la société dont l’État belge reste l’actionnaire majoritaire ? Pas si simple à savoir… DPD ne souhaite pas réagir. Pas d’écho chez DHL ou UPS, Fedex se contente d’un laconique « cela n’a rien changé » et on est à peine plus bavard, mais tout aussi discret chez PostNL. « Nous ne donnerons aucune info, ni aucun chiffre », explique la porte-parole. « Il faut juste tenir compte du fait que c’est la période la plus chargée de l’année avec la Saint-Nicolas et la Noël et que nous opérons sur un marché en croissance… » Ce qui laisse quand même imaginer que ces derniers jours ont plutôt souri commercialement à PostNL.

    La Suite dans votre journal La Meuse de ce mardi 20 novembre 2018

  • Dès ce mardi, retour du courrier dans votre boîte

    Après négociations, syndicats et direction de bpost ont décidé lundi midi de reprendre le travail, hier en soirée. La distribution des lettres et des colis va dès lors reprendre. Un pré-accord a été scellé, « en raison des évolutions positives, il a été décidé de suspendre les actions », a indiqué le syndicaliste Jean-Pierre Nyns (ACOD).

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-11-13,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-11-13,BASSE-MEUSE,1|14

     

  • Economie. Un guichet unique pour chouchouter les Wallons créatifs. Il devra guider PME, artisans, commerçants…

    artisans guichet unique.jpgUn guichet unique pour faciliter la vie des entrepreneurs wallons, des commerçants, indépendants, artisans ou étudiants qui aimeraient lancer leur entreprise. Cette volonté d’aider au mieux ceux qui lancent ou veulent développer leur activité est l’une des marottes du ministre wallon de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet (MR). Ce sera une réalité dans un mois, très précisément le 7 décembre.

    Concrètement, un site Web sera lancé le 7 décembre. Le ministre l’a voulu sobre et efficace. À qui s’adressera-t-il ? À tout qui a l’esprit d’entreprendre. Au responsable de PME qui cherche de l’aide pour développer son entreprise, à l’étudiant qui veut lancer sa start-up, à l’artisan qui cherche un ouvrier, au commerçant qui voudrait transmettre son activité mais est « un peu perdu » face aux démarches. Quel que soit le profil, quel que soit le stade de l’activité (création, développement…).

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-11-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-11-08,BASSE-MEUSE,1|16

  • Armistice 1918. Une montre venue de Bassenge. Du Wallon pour Trump, Macron et Merkel

    montres bassenge col et marcarthur.pngCes trois chefs d’État, mais aussi la princesse Astrid, vont recevoir une montre venue de Bassenge.

    Un habitant de Bassenge et un autre de Somme-Leuze peuvent être fiers. Leur montre commémorant la fin de la Première Guerre mondiale va être offerte ce samedi à Angela Merkel et à Emmanuel Macron. Une autre, destinée à Donald Trump, arrivera bientôt à la Maison Blanche. La princesse Astrid recevra aussi un modèle réalisé par la société belge Col & Mac Arthur. 

    Dimanche, cela fera 100 ans que l’Armistice a été signé dans la forêt de montres bassenge col et marcarthur 2.pngCompiègne, à Rethondes. Elle mettait fin à ce qu’on appela la Première Guerre mondiale. La veille, une cérémonie de commémoration aura lieu au même endroit, en présence d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron. À cette occasion mémorable, les présidents allemand et français recevront une montre spéciale offerte par la ville de Compiègne. De nombreux symboles figurent sur cet objet de collection limité à 1.918 exemplaires.

    Cette montre a été réalisée par une société belge basée à Bassenge, en province de Liège : Col & MacArthur. « Col » pour Sébastien Colen, un ingénieur diplômé de l’ULiège qui s’est associé avec Iain Wood-MacArthur. « Iain est un ancien de la garde écossaise de Buckingham », précise le Liégeois, âgé de 33 ans. « Il est venu habiter en Belgique par amour, il y a plus de trente ans. Il y travaille comme horloger et a ouvert deux magasins à Namur et à Dinant. Son atelier se trouve à Baillonville (Somme-Leuze) ». Il y a cinq ans, le duo a créé la société. C’est elle qui sert la garde royale de Buckingham Palace en concevant des montres personnalisées sous une licence octroyée par le ministère de la Défense britannique.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-11-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-11-06,BASSE-MEUSE,1|18

  • Eben-Emael - Carrière du Romont. CBR veut étendre le Romont, ensuite, les terres seront rendues à l’agriculture

    La carrière du Romont devrait s'étendre de 24 hectares dans les prochaines années. La demande d'autorisation est en cours et une vingtaine de propriétaires devraient être expropriés. Mais une fois les gisements épuisés, ces hectares redeviendront des plaines agricoles. 

    (NDLR. Note de grandeur : 24 hectares équivalent à 34 terrains de football (7.140 m2)

    Depuis 1973, la société C.B.R. exploite la carrière du Romont pour y extraire le fameux tuffeau de Maastricht mais aussi des craies et du limon. Le gisement s'étend sur 550 hectares, dont 330 en région wallonne, à Eben-Emael. Actuellement, 220 hectares sont inscrits en zone d'extraction au plan de secteur. 230 millions de tonnes de craie et de tuffeau peuvent ainsi être excavées. Si le dernier permis d'extraction a été délivré à C.B.R. en 2004, la société doit régulièrement demander de nouvelles autorisations. Elle n'est ainsi autorisée à exploiter qu'une zone à la fois. Une fois que cette partie est pratiquement totalement exploitée, C.B.R. doit entreprendre des démarches pour pouvoir étendre la carrière. Ce qui vient d'être fait dernièrement, une enquête publique se tiendra d'ailleurs du 5 novembre au 5 décembre.

    Une soixantaine de parcelles

    La demande concerne 24 hectares, répartis sur une soixantaine de parcelles.

    L’article complet et détaillé est à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-29,BASSE-MEUSE,1|8

  • Eben-Emael - Avis d’enquête. Extension de la carrière du Romont : arrêté d’expropriation de 60 parcelles cadastrales ou parties de parcelles cadastrales

    carrière romont extansion.jpgUn avis à la population vient d’être affiché sur le lieu et publié sur le site Bassenge.be.

    « Une enquête publique se déroulera prochainement dans le cadre d’une demande d’arrêté d’expropriation en vue de de l’extension de la carrière du Romont à Bassenge. L’enquête publique sera ouverte le 5 novembre 2018 et clôturée le 5 décembre 2018. »

    L’enquête publique est à découvrir en cliquant sur ce lien :avis cbr carrière romont.pdf

     

    (Photo Hitachi Construction Machinery « Pelle géante Hitachi EX1900-6 dans la carrière du Romont »)

  • Solidarité – Basse-Meuse. Un resto social voit le jour à Haccourt. Des repas à 1 euro !

    Dès le 6 novembre, des repas seront servis les mardis et jeudis au prix d’un euro

    Après la Toussaint, c’est un tout nouveau service qui voit le jour au sein de l’ASBL Racynes à Haccourt. Chaque mardi et jeudi, un repas au prix d’1 € sera servi dans leur restaurant social aux habitants de la Basse-Meuse en situation financière difficile. Détails. 

    L’ASBL Racynes a vu le jour à Haccourt (entité d’Oupeye) en 2015. Elle vise à mettre en place toute une série d’actions afin de lutter contre l’exclusion sociale et la pauvreté dans une philosophie d’épanouissement personnel, éducatif et social. « Le but est d’accompagner des personnes vers un mieux-être, une meilleure intégration dans la société », explique l’ASBL. En parallèle du service d’insertion sociale, de l’association de promotion du logement, de l’école de devoirs, l’accueil à la ferme ou encore l’épicerie sociale déjà existante, un nouveau projet se met aujourd’hui en place : la création d’un restaurant social. Celui-ci verra officiellement le jour le 6 novembre prochain.

    Informations pratiques

    Ouverture du resto dès le 06/11, de 11h30 à 14h, chez Racynes (rue du Moulin, 65 - 4684 Haccourt). Une réservation est plutôt recommandée (mais non obligatoire): 0494/42.45.44 ou via info@racynes.be.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-24,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge – Manifestation gourmande. 2ème édition de " La Place des Saveurs "

    place des saveurs 20182.pngLa première édition, en mars dernier, avait été un franc succès. L’ASBL Basse-Meuse développement, la Commune de Bassenge et le Syndicat d’initiative « Bassenge en Vallée du Geer » remettent donc le couvert et organisent la deuxième édition de la « Place des Saveurs ». Celle-ci se tiendra ce vendredi 28 septembre, de 16 à 22h30.

    L’article complet à découvrir dans la Meuse papier de ce mardi ou en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-25,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-25,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge. Le cru 2019 de Vin de Liège se vendange

    Il ne faisait qu’une petite dizaine de degrés et un ciel plombé qui a amené quelques averses. Mais les conditions climatiques de samedi n’ont pas refroidi les 47 personnes qui sont venues vendanger, bénévolement, pour Vin de Liège.

    Ils avaient pour mission de récolter les précieuses grappes sur 1,5 hectare de vignes situées à Eben-Emaël (entité de Bassenge). « On a calculé qu’un vendangeur met 10 secondes par grappe et une minute et demie par pied », sourit Alec Bol, administrateur de la coopérative à succès. Sachant qu’il y avait, ce samedi, près de 7.500 pieds à vendanger, on vous laisse calculer le temps que les 47 bénévoles auront mis pour accomplir leur mission. Une tâche réalisée dans la bonne humeur et la motivation.

    Il faut dire aussi que Vin de Liège fait tout pour choyer ses vendangeurs. Petite soupe sur le coup de 10h. Pain saucisse à midi. Et un petit verre de vin en récompense de cette dure journée.

    L'article complet à découvrir sur :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-24,BASSE-MEUSE,1|11

  • Eben-Emael. Le 28 septembre 2018 : 2ème édition de « Place des saveurs »

    place des saveurs 2018.pngPlace des saveurs s'exporte à la Boucherie sous-le-porche. // De 16h00 à 22h30.

    place des saveurs 20182.png

  • Bassenge. De succulents burgers dans un truculent « Food truck » : rencontre avec Mister Burger

    C’est un jeune entrepreneur particulièrement satisfait et enthousiaste que nous avons rencontré cette semaine à Bassenge. Depuis un peu plus d’une semaine, il a installé son Foodtruck rue de la résistance à Bassenge sur la petite la place en face du dépôt des TEC. Et la clientèle n’a pas attendu pour se presser et aller déguster ses délicieux burgers qui composent une gamme articulée autour d’une viande pur bœuf accompagnée de produits frais issus des producteurs locaux (légumes). Yohan, le Mister Burger de 25 ans Ô combien sympa, insiste sur la qualité de la viande, le respect de la chaîne du froid et la fraîcheur des produits qu’il met en œuvre. De la sorte, les Burgers méritent certainement le label « Faits Maison » ou plutôt « Faits camion » et notre Mister Burger ne manque pas d’imagination pour proposer une carte de Burgers qui se déclinent en plus d’une dizaine de préparations. Yohan propose aussi un service de livraison à domicile le lundi moyennant une modique somme de 3 euros et ce pour un rayon d’action de Glons à Emael, soit toute la Vallée du Geer. Il se déplace aussi lors d’événements divers pour autant que le nombre de 50 convives soient atteint. Nous avions donc rendez-vous cette semaine avec un jeune entrepreneur bien sympathique dont les commentaires postés sur les réseaux sociaux témoignent de l’intérêt manifesté pour sa cuisine dont la qualité est mise en exergue.

    Encore une belle initiative à mettre à l’actif d’une Vallée du Geer qui bouge.

    Bon vent à Mister Burger !

    Heures d’ouverture : tous les jours de 12h00 à 14h00 et de 17h00 à 22h30

    Sa page Facebook :

    https://www.facebook.com/yohanbat/

  • Initiatives privées : ça bouge en Vallée du Geer !

    logo bassenge sudinfo page facebook.pngCes dernières semaines, nous avons eu vent de plusieurs initiatives émanant de citoyen(nes) bassengeois(e)s qui se lancent dans des activités diverses dont l’intérêt, indéniable, mérite qu’on y lève un bout du voile.

    Nous y consacrerons bientôt des reportages de présentation.

    Mais, en attendant, voici de dont nous avons eu écho.

    Tout d’abord, à Roclenge, revenons sur la nouvelle friterie « Le Casse Dalle » qui a ouvert ses portes en ce début septembre avec une clientèle qui a répondu en nombre au rendez-vous.

    A Bassenge, c’est un nouveau « Foodtruck » qui propose de succulents burgers. Sur ce point, la clientèle est unanime.

    A Glons, toujours dans le domaine « Restauration » des « Ateliers Cuisine » verront le jour d’ici quelques mois. Les travaux d’aménagement sont en cours. Le cadre insolite méritera, certes aussi, le détour.

    A Bassenge, « L’Atelier du chat noir » ouvrira ses portes au mois de novembre. Il est question aussi d’Ateliers créatifs.

    A Glons, le « « Traiteur Saint Laurent » propose, parallèlement aux siennes, de nouvelles salles de location pour banquets, réceptions et autres… qui ont pour écrin le magnifique Château Saint-Laurent situé sur les hauteurs du village côté rive droite du Geer.

    Décidément, ça bouge en Vallée du Geer du côté des initiatives privées !

    Roger Wauters

  • Sécheresse et fruiticulteurs. Achetez vos fruits chez le producteur

    fruits hustin.pngDepuis quelques années, les fruiticulteurs font face à de nombreuses difficultés. Si vous voulez les aider, le meilleur moyen est d'aller acheter les fruits en direct. Dans la Basse-Meuse, Georges Leclerc (Dalhem), la ferme Watrin (Juprelle), chez Loly (Hermée) ou encore Philippe Hustin (Bassenge) vendent ainsi leurs fruits en direct. L'article complet dans La Meuse de ce jour.

  • Nouveau: une concession Harley-Davidson va ouvrir à Liège!

    C’est une nouvelle qui va ravir les fans de cette moto mythique qu’est la Harley-Davidson. Dès le 15 septembre, une concession Harley va en effet rouvrir ses portes en Cité ardente, dans un ancien bâtiment industriel du quai Timmermans.

    Grande nouvelle pour les fans de Harley-Davidson : d’ici quelques jours, la Cité ardente aura en effet son propre concessionnaire.

    Jusqu’à présent, les Liégeois adeptes de la mythique moto née à Milwaukee en 1903 n’avaient d’autre choix que de se rendre à Genk, à Spy, à Geel ou en région bruxelloise s’ils voulaient trouver un concessionnaire agréé.

    Mais dès le 15 septembre, ce ne sera plus le cas. Alexandre Valentiny et Selim Delbecq, deux jeunes entrepreneurs, vont en effet faire revivre la marque en terres liégeoises en ouvrant une concession Harley-Davidson sur le quai Timmermans, dans une ancienne usine d’engrenages.

    https://www.harley-davidson-liege.be/be-fr

  • Roclenge. Nouveau : le Casse’Dalle, une friterie mais pas que ça…

    Dès le 1er septembre prochain, à Roclenge, une nouvelle friterie ouvrira ses portes au n° 6 de la rue du commerce (anciennement Fleurs Lelarge). Dans une ambiance familiale, les jeunes patrons, qui insistent sur l’attention qu’ils tiennent à porter à l’accueil, vous proposeront tous les produits habituels de friterie ainsi qu’un grand de choix de snacks. Les incontournables boulets, un large assortiment de sauces, les carbonnades maison et les vol-au-vent rejoindront la carte qui ne se voudra nullement exhaustive.

    Au « Casse’Dalle », les préparations seront bien entendu à emporter et, sur place, quelques tables permettront également de se restaurer dans un cadre accueillant et familial. Cerise sur le gâteau, un service de livraison à domicile sera mis en place . L’ouverture est prévue le 1er septembre. Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir dans un autre article.

    En attendant, souhaitons déjà bon vent au « Casse’Dalle ».

    Roger Wauters