Google Analytics Alternative

Commémorations, hommages et honneurs rendus - Page 7

  • Ce lundi 27 mai dans La Meuse, deux articles sur Bassenge…

    évêque et lucien.jpgVous découvrirez dans votre Meuse de ce lundi 27 mai, deux articles ayant Bassenge pour sujet. Tout d’abord, l’un sur Lucien Vanstipelen, Curé de la paroisse, dont la pension se profile à l’horizon et un autre sur le weekend Wallonie bienvenue qui avait lieu ces samedi et dimanche derniers.

    En ce qui concerne cette opération, nous y reviendrons dans quelques heures avec les différents reportages que nous avons réalisés durant le week-end. Nous pouvons d’ores et déjà vous  annonçer que nous avons fait de belles découvertes et que nous sommes allés de surprise en surprise… Rendez-vous dans quelques heures pour la première partie du reportage en photos ; d’excellents moments que nous nous réjouissons déjà de partager avec vous.

    lucien vanstipelen,weekend wallonie bienvenue bassenge,articles bassenge la meuse

    lucien 1.jpgRoger

    (photo ci-dessus La Meuse, ci-contre Regor)

    Nous reviendrons également, cette semaine, sur les festivités programmées à l'occasion du départ à la retraite de Lucien.

  • Inauguration d’une nouvelle salle au Musée du Fort d'Eben-Emael ! Un reportage RTC vidéo.

    fort eben emael 3.pngLe « Fort d'Eben-Emael » vient d'inaugurer une nouvelle salle dans son musée. Elle est consacrée à la bataille du canal Albert en 1940.

    Le reportage vidéo de la télévision RTC en cliquant sur le lien ci-dessous:

    http://www.rtc.be/reportages/262-general/1455140-une-nouvelle-salle-au-musee-du-fort-deben-emael

    fort eben emael 4.png

    fort eben emael 2.png

    fort eben emael 1.png

  • Le Fonds Prince Philippe offre 100.000 euros aux écoles pour commémorer la guerre 14-18 !

    prince philippe.jpgBon à savoir pour Bassenge, commune wallonne voisine du Limbourg (commune de Riemst et Ville de Tongeren).

    Depuis 1998, le prince Philippe est à la tête d’un Fonds qui porte son nom. Son objectif est d’aider les différentes communautés belges à se rapprocher. De nombreux liens ont donc été créés entre les écoles flamandes et francophones, voire germanophones. Cette fois, le Fonds leur propose de participer à la commémoration de la Première Guerre mondiale.

    L’an prochain, cela fera cent ans que la Première Guerre mondiale a commencé. De nombreuses commémorations auront lieu dans tout le pays.

    Pour ressouder les liens entre les communautés flamande et francophone, le Fonds Prince Philippe accordera des aides financières aux écoles participant à cet événement, en s’alliant à une école appartenant à l’autre communauté. Le montant des aides variera entre 500 et 2.500 euros.

    Lire la suite dans les journaux de Sudpresse ce mardi 7 mai ou encore via nos éditions numériques.

  • Eben-Emael. Tambours pour la paix ce jeudi 21 : le reportage.

    tambours paix 1.jpgCe jeudi 21 mars, les élèves des écoles Saint-Joseph et de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'Eben-Emael ont participé à la journée mondiale des " Tambours pour la Paix "
    C'est ainsi qu'une centaine d'enfants d'Eben-Emael se sont retrouvés à 11h30 sur le parvis de l'église du village pour chanter, lire des textes ou encore jouer du tambour, des maracas et autres trompettes.
    Il s'agit-là d'un événement qui trouve écho auprès de milliers d'enfants à travers le monde dans le but de sensibiliser un maximum de personnes aux horreurs de la guerre mais aussi et surtout au maintien de la paix.
    Robert Garcet, Architecte constructeur de la tour d'Eben-Ezer, n'aurait d'ailleurs pas renié cette initiative puisqu'il a écrit sur le drapeau flottant fièrement au sommet de sa tour un verset du prophète Esaïe (chapitre 2, verset 4) : " De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : une nation ne tirera plus l'épée contre une autre et l'on n'apprendra plus la guerre."
    Cette action citoyenne a permis aux enfants de prendre conscience de l'absurdité de la guerre et du bonheur de connaître la paix.
    Les deux écoles se sont d'ores et déjà donné rendez-vous pour l'année prochaine.

    tambours paix 4.jpg

    tambours paix 3.jpg

    tambours paix 2.jpg

     

  • Liège. Ce week-end, le Collège Saint-Servais fête ses 175 ans !

    collège saint servais illustration.pngIl a formé Pierre Harmel, Philippe Bodson, Simenon…

    Il a formé des dizaines de milliers d’élèves dont plusieurs dirigeants de ce pays. Même s’il s’en défend, il a toujours eu la réputation d’école élitiste, formé par les pères jésuites. Il fête ce week-end ses 175 ans d’existence. De nombreux étudiants bassengeois fréquentent ce plus vieux Collège de Liège. Il nous paraissait donc normal que Bassenge Sudinfo se joigne à cette anniversaire en diffusant l’information sur Bassenge.

    Découvrez l'article complet ici ou en cliquant sur l'illustration :

    175 ans du collège Saint Servais.pdf

    collège saint servais illustration.png

  • Le programme des Commémorations de l’Armistice à Bassenge.

    monument de glonsNous retiendrons tout d’abord que, selon une info de la commune de Bassenge parue dans le magazine publicitaire Le Geer, différentes commémorations prendront place en différents villages de l’entité de Bassenge*

    Le samedi 10/11 :

    18h30 à Roclenge (Messe à 17h45)

    19h45 à Emael (Messe à 19h00)

    Le dimanche 11/11 :

    10h15 : Bassenge (Messe à 9h30)

    11h45 : Boirs (Messe à 11h00)

    12h15 : Glons (Messe à Boirs à 11h00)

    Samedi 17/11 :

    18h45 à Wonck (Messe à 18h00)

    Dimanche 18/11 :

    10h15 à Eben (Messe à 9h30)

    (*sauf erreur de retranscription ou omission de notre part)

    D’autre part, le bulletin paroissial le « Bonne Nouvelle » nous en dit un peu plus sur les commémorations qui prendront place à Bassenge et à Glons.

    11 novembre bassenge.pngA Bassenge, la FNC donne rendez-vous au public dès 9h30 pour la célébration d’une messe au souvenir avant de se rendre en cortège au monument. Ensuite, le public est invité au Canotier pour partager le vin d’honneur qui sera suivi d’un repas (Tous les renseignements en cliquant sur l’illustration)

    Pour ce qui concerne Glons, avant la cérémonie patriotique au monument sur la Place de l’église, c’est à Boirs que la FNC-FNAPG vous attend pour participer à une messe qui sera célébrée dès 11h00 (tous les renseignements en cliquant sur l’illustration).11 novembre glons.png

    Enfin, toujours selon cette même source, nous apprenons que le Comité des anciens combattants de Bassenge a décidé de remplacer le beau geste symbolique, qui consistait en un dépôt d’une potée de fleurs garnie d’un drapeau belge sur chaque tombe des combattants, par l’apposition d’une plaque commémorative sur le mémoriel (tombe d’honneur des combattants) qui, lui, fera l’objet d’une décoration de fleurs chaque année à la Toussaint.

    (Sources : Le Geer magazine et le bulletin paroissial Bonne Nouvelle)

  • En exclusivité : le discours tenu par Jean-Denis Lejeune avant de commencer la marche…

    jean-denis lejeune, marche bruxellesComme vous le savez, une marche se tient actuellement à Bruxelles contre la libération de M.Martin.  Jean-Denis vient de faire parvenir la teneur de son discours à ses amis, dont nous avons l'honneur de faire partie.

    Voici en exclusivité, le discours que Jean-Denis a tenu pour débuter la marche :

    Ma fille Julie nous a quittés il y a 17 ans déjà, dans les circonstances tragiques que vous connaissez tous. Depuis, le père que je suis n’a plus jamais été le même homme et c’est un combat de tous les jours, comme pour tous les autres parents de victimes, de trouver la force et le courage d’avancer.

     

    La Marche blanche du 20 octobre 1996 rassembla à Bruxelles une foule estimée à plus de 350.000 personnes et nous fit espérer de profondes réformes institutionnelles, mais qui semblent toujours en cours aujourd’hui.

    La récente décision du tribunal d’application des peines de Mons concernant la libération prochaine de Michelle Martin a ravivé une émotion légitime et une profonde  incompréhension et jamais je n’aurais imaginé que nous devions nous mobiliser à nouveau pour avoir plus de sécurité et une meilleure Justice dans notre pays.

    Cette inacceptable décision de libération stigmatise l’urgence, sans autre nouveau délai, d’opérer cette réforme de la Justice que les autorités politiques nous promettent depuis si longtemps.

    Hier, le porte-parole du syndicat de la magistrature a tenu a précisé qu’il n’y avait eu aucun « dysfonctionnement » dans la décision de libération rendue par le tribunal d’application des peines qui n’avait fait qu’ « appliquer la loi », une loi qui doit être « la même pour tous », dans un « Etat de droit ». Or, l’essence même d’une loi dans un « Etat de droit » qui se veut « démocratique » est qu’elle puisse être amendée, adaptée et améliorée si, dans la pratique, il s’avère qu’elle présente des lacunes flagrantes qui mettent notre société et nos enfants en danger.

    Les lacunes législatives et judiciaires se trouvent aujourd’hui sur plusieurs niveaux cumulés et nous entendons déposer ce jour à la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, un manifeste réclamant qu’une place soit garantie aux droits des victimes dans notre système judiciaire, sans démagogie ni populisme. Nous revendiquons :

    1) Un durcissement des peines, une gradation des peines, notamment pour les crimes lourds contre les enfants et les personnes. Et que ces peines soient cumulables et non absorbées ;

    2) L’interdiction de toute demande de libération conditionnelle, en cas de récidive, avant que l’auteur n’ait purgé au minimum les 2/3 de sa peine ;

    3) Que la notion de récidive soit appréciée quel que soit le tribunal ayant eu à connaître des faits incriminés ;

    4) Le renforcement des conditions pour pouvoir introduire une demande de libération conditionnelle

    5) Une transparence totale à tous les stades de la demande afin que la victime puisse prendre connaissance du dossier, participer contradictoirement aux débats et émettre le cas échéant ses objections, comme l’impose la jurisprudence de la Cour Européenne de Strasbourg ;

    6) Un droit d’appel pour les victimes sur toute décision de libération conditionnelle ;

    7) Subordonner, pour les crimes contre les personnes, une libération conditionnelle à un vrai plan d’indemnisation sérieux et effectif de la victime ;

    8) Imposer un suivi plus strict et effectif de l’auteur libéré sous conditions, avec la suspension ou la suppression pure et simple de la libération en cas de non-respect de ses obligations de suivi.

    9) Imposer un devoir d’information des autorités locales censées accueillir sur leur territoire un condamné libéré, afin de mesurer leur capacité à prendre en charge sa surveillance et les risques pour la population ;

    10) Renforcer le pouvoir de contrôle à domicile des libérés sous conditions.

     

    Je demande à nos responsables politiques que ces propositions soient rapidement mises à leur agenda de travail afin qu’elles soient débattues en synergie avec le monde judiciaire, pour qu’il résulte enfin, de ce débat, une refonte profonde de la Justice qui nous évitera de nouvelles et intolérables dérives.

    Nous entendons porter ce manifeste jusqu’au Palais de Justice de manière digne, constructive et citoyenne. Je vous demanderais donc que nous marchions de concert de manière calme et sans incident qui ne ferait que déforcer notre légitime démarche. Et bien sûr, je vous remercie tous d’être là pour défendre l’avenir de nos familles et de nos enfants.

     

    Jean-Denis Lejeune

  • Le T-shirt créé par David : voici l’article -interview- en entier paru dans le journal La Meuse!

    david t shirt 1.jpgL'article est paru dans le journal La Meuse de ce jeudi 9 août.

    Alors, pour celles et ceux qui ne se sont pas procuré le journal, voici l'interview de David par la journaliste Aurélie Drion.

    david t shirt.pdf

     

     

     

    david t shirt l'article.jpg

  • Jeannick Piron, notre collègue Blogueuse Sudinfo mise à l’honneur dans sa commune de Nandrin.. !

    jeannick piron, blogeuse nandrinHier soir la Fondation Royale Christian Blavier de Nandrin à mis à l’honneur Jeannick Piron la blogueuse Sudpresse de Nandrin. Chaque année, la Fondation remet un prix et met à l’honneur une personne ou une asbl méritante de la commune. Depuis plus de 18 ans Jeannick s’est investie pour sa commune dans le bénévolat ; qu’il s’agisse du secteur des enfants, des personnes âgées ainsi que dans la Culture.

    Et, à la grande surprise de notre collègue blogueuse bénévole, la fondation lui avait concocté hier soir, en présence des personnalités locales, une grande réception au champagne digne de Cannes…

    Nous tenons à nous associer à cet événement en adressant nos plus vives félicitations à notre collègue blogueuse.

    http://nandrin.blogs.sudinfo.be/

    diplôme jeannick piron.jpg

  • Tueries de Liège : Bassenge blog Sudinfo se joint à la peine des familles des victimes et des blessés.

    Le blog est en stand by et ne reprendra que dans plusieurs heures.

  • Commémorations du 11 novembre...

    Monument de glons canon bien visible.jpgCe vendredi, les habitants, les associations patriotiques et les autorités communales de Bassenge n'ont pas failli au devoir de mémoire.

    Honneurs ont été rendus aux victimes de la barbarie allemande et des gerbes de fleurs ont été déposées au pied des monuments en mémoire de ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie pour sauvegarder nos libertés.

  • Rectificatif ! Les Commémorations du 11 novembre en Vallée du Geer...: programme et questions...

    monument au soldat inconnu bassengeNous écrivions : Deux cérémonies : l’une à Bassenge, l’autre à Glons. En fait, il y en a bien plus que cela... En matière d'information, toute la difficulté que nous rencontrons réside dans la nécessité de compulser plusieurs sources pour donner une information complète. Sur base d'une Info Bassenge parue la semaine dernière, des commémorations ont déjà pris place le samedi 5 à Wonck, le dimanche 6 à Eben.

    Après celles reprises en détail dans cet article, prendront place également, l'une le samedi 12 à Emael à 19h45 et deux autres le dimanche 13 à 10h30 à Roclenge et à Boirs à 11h30. Voilà qui est rectifié..!

    Le 11 novembre :

    A Bassenge, organisée par la section locale de la FNC, la commémoration de l’armistice prendra place après l’Office de 9h30 et, à Glons, organisée par la section locale de la FNC-FNAPG, après celui de 10h45.

    A Bassenge

    Après la messe du souvenir (9h30) qui sera donnée en l’église, les participants se rendront alors en cortège au monument pour un moment de recueillement qui sera suivi d’un dépôt de gerbes par les Anciens Combattants, la Commune de Bassenge, l’A.J.A.B. (Association des jeunes de Bassenge), le Centre Culturel et le Patro. L’appel aux morts sera ensuite prononcé tandis que, fidèle au poste, le D.M.A. Band interprétera la Brabançonne. Les participants à la cérémonie de commémoration seront ensuite invités à se rendre au « Canotier » (Espace Bar/Restauration de la salle la Passerelle) où les Anciens Combattants auront le plaisir de leur offrir le vin d’Honneur. Après quoi, pour celles et ceux qui le souhaitent, un repas sera proposé avec, au menu : boulets ou moules frites.

    monument soldat inconnu de glons, 11 novembreA Glons

    Après l’office de 10h45, en présence des Anciens Combattants et des représentants des autorités communales, un hommage sera rendu aux victimes des deux guerres : une cérémonie patriotique prendra place au Monument au Soldat Inconnu de Glons. Des gerbes seront déposées.

    Pour y avoir participé les années précédentes, une collation devrait être offerte, en principe, à la salle « Notre Maison » mais l’annonce ne le mentionne pas. D'où la première question... (Sources : bulletin paroissial B.N.).

    Le saviez-vous ? Les monuments « Au Soldat Inconnu »... (deuxième question)

    Tout d’abord, il est bon de rappeler ou il faut savoir, et c’est évidemment une lapalissade parlant de soldat « inconnu », que ce type de monument symbolise le sacrifice de tous les anonymes qui n’ont pas trouvé de sépulture et ne peuvent être célébrés individuellement.

    Bassenge le monument.jpgmonument de glons carte postale.jpg

    Cela veut donc dire aussi que l’édification d’un tel monument n’est pas liée uniquement aux victimes dont les noms apparaissent sur les différentes plaques qui lui ont été apposées au fil du temps mais qu’elle a été entreprise en hommage à toutes les victimes d’une région déterminée.

    Pour ériger un monument au soldat inconnu, la déontologie, le protocole ou le respect en la matière veulent que le soldat ne puisse prendre que certaines positions ou attitudes qui ont chacune une signification :

    - En sentinelle, déterminé et inflexible, le regard fixé sur la ligne d’horizon.

    - En position offensive, à l’assaut, agressif, courageux, prêt à se sacrifier.

    - Mourant, blessé mais sans réalisme (pas de blessure apparente, pas de larmes, pas de cris)

    - Plus rares sont les monuments au soldat inconnu qui montrent le soldat pensif, appuyé sur son fusil, parfois aussi retourné en signe de pacifisme.

    Jamais la boue, l’affrontement, la saleté, la laideur ne sont montrés : la guerre et ses atrocités quotidiennes sont niées.

    Pour avoir défendu des valeurs, un idéal, de par son sacrifice, le soldat est promu à l’immortalité.

    Et ainsi force est de constater qu’à Glons, le soldat est en position offensive, allant à l’assaut ; agressif, courageux et prêt à se sacrifier.

    Tandis qu’à Bassenge, le monument montre le soldat pensif, appuyé sur son fusil et, à bien l’observer, on dirait même qu’il esquisse un léger sourire. Monument rare donc.

    (source Musée royal de l'Armée et d'Histoire Militaire Parc du Cinquantenaire 3 1000 Bruxelles : http://www.klm-mra.be/ )

     

    11 novembre,monument soldat inconnu bassenge,soldat inconnu glons,commémoration,victimes des deux guerres

    Saluons ici le grand photographe russe Sergey Larenkov qui, dans ses photographies, unit passé et présent... Son site est à voir absolument. 

    http://sergey-larenkov.livejournal.com/