Google Analytics Alternative

Billets de Regor - Page 4

  • Boirs. Aujourd’hui, on s’arrête devant un banc qui ne sert à rien… Billet de Regor

    banc boirs 2.jpgLe billet de Regor. Allez, aujourd’hui, on s’arrête devant un banc. Devant un banc, mais surtout pas sur le banc. Ce banc, tout le monde le connaît. Cela fait belle lurette qu’il fait partie du paysage de la Vallée du Geer. Il est situé à Boirs, rue aux crameux, près du petit pont qui surplombe le Geer. Sa couleur vert pomme, son allure de vieille carcasse de pédalo, l’absence d’ancrage au sol et son centre de gravité trop haut ne sont pas ses seules particularités. Aux dangers potentiels que son usage présente, le choix de son emplacement, juste en dessous d’un banc boirs 5.jpgcerisier portant des fruits, pose également question. En effet, en cette saison,  les fruits, arrivés à pleine maturité, se détachent au gré des coups de vent pour venir choir en contrebas sur l’assise du banc où ils éclatent, libérant ainsi un jus saumâtre de couleur brune nuancée de violet. Aussi, cette assise, incurvée, est-elle constamment nappée de jus de cerises. Pour la personne qui, en quête d’une halte salutaire, y aurait jeté son dévolu, c’est loupé. Ou, alors dans un geste de désespoir, fallut-il qu’elle sacrifie son pantalon ou sa jupe pour les livrer aux taches indélébiles dont les vêtements ne s’en banc boirs 4.jpgremettraient jamais. Et donc, ce banc qui présente différents pièges et qui est potentiellement dangereux ne sert à rien. Et enfin, comme l’écrivait mon ami Philippe sur Facebook au sujet du banc de Boirs : « Et, en plus, il est moche ! »

    On s’est arrêté aujourd’hui devant un banc qui ne sert à rien.

    Regor

    banc boirs 3.jpg

    banc boirs 6.jpg

    banc boirs 7.jpg

    banc boirs 2.jpg

  • Tourisme Bassenge. Trouver le parcours cycliste « Via Jecore » sur internet ? Détrompez-vous… Il est introuvable. Le billet poil à gratter de Regor.

    via jecore rien trouvé 3.pngLe billet poil à gratter de Regor. Avez-vous déjà essayé de faire une recherche sur Google pour trouver des renseignements sur le parcours cycliste « Via Jecore » qui traverse la Vallée du Geer de part en part ? Non ? Essayez, vous serez estomaqués, tout comme je l’ai été ! Vous n’en trouverez aucun si ce n’est d’anciens articles qui, vaguement, relatent son existence. Mais pour ce qui est de la carte : broquette !

    Est-elle sur le site de Bassenge, alors, cette carte ? Broquette ! Sur celui de la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse ? Broquette ! Plus fort encore : le seul renseignement, quelque peu valable, que j’ai  trouvé en faisant cette recherche sur Google, c’est un document titrant «  Ravel » qui, certes, évoque l’existence du parcours cycliste Via Jecore de Bassenge, mais qui déconseille aux touristes de l’emprunter et de lui préférer le tronçon flamand ! (voir ci-dessous) C’est tout de même incroyable ! A croire que tout le monde s’y met pour décourager les touristes potentiels…

    Est-ce normal pour une commune qui s’est dotée d’un échevinat du Tourisme ? D’un Syndicat d’initiative ? Qui fait partie de la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse ? Et, une commune qui nous parle de « Promotion touristique » ?  « D’élan touristique » ? De dynamisme ?

    Parce que moi, je vais vous le dire. J’habite à proximité de la Via Jecore. Mais depuis quelques années, j’en vois passer nettement moins des cyclistes. Et, ce n’est pas la promotion qui est faite pour la « Via Jecore » sur internet qui va nous les ramener. Après, on s’étonnera qu’à Nerem ou à Kanne les terrasses soient bondées.

    Regor

    via jecore rien trouvé site bassenge.be.png

    via jecore maison basse meuse.png

     

    via jecore rien trouvé 2.png

     

    Ci-dessous, le document RAVEL (PDF), disponible sur Internet avec un paragraphe remarquable... (on ne s'y prendrait pas autrement si on voulait décourager le touriste de visiter Bassenge).

     

    via jecore ravel.png

     

     

    ravel_viajecore.pdf

  • Sur son site internet, la commune de Bassenge publie une pétition contre le TEC. Elle traite un Directeur d’incompétent !

    pétition tec 1.pngLe billet d’un citoyen indigné.

    Un différend oppose la commune de Bassenge et le TEC Liège-Verviers. En effet, au conseil communal du 13 mars, la commune de Bassenge a décidé d’interdire l’accès des bus du Tec de la ligne 16 au terminal du Square Reine Fabiola de Boirs. Du coup, le TEC a décidé de supprimer la desserte de Roclenge et Boirs, au grand dam des usagers, bien entendu.

    pétition tec 2.pngMais plutôt que de recourir à une quelconque voie de négociation, le Collège communal a décidé, ni plus ni moins, de publier une pétition sur son site internet (Bassenge.be) dans laquelle, il va jusqu’à traiter un Directeur du TEC d’incompétent. Extrait : « Pour satisfaire l’égo d’une personne incompétente au sein de la Direction du TEC Liège-Verviers.. »

    Et ainsi, sans aucune vergogne, le Collège communal de Bassenge (Bourgmestre et échevin(e)s) invite les habitants de Bassenge à signer cette pétition.

    Déjà qu’une pétition lancée par une commune n’est pas chose courante, nous nous trouvons à Bassenge dans une commune où le Collège communal, et allez savoir quel statut de supérieur le justifie, porte un jugement sur un Directeur du TEC en le qualifiant d’égocentrique et d’incompétent, et qui ose appeler les citoyens bassengeois à signer sa pétition (et donc sa version). Pour étayer ses dires et confirmer ses accusations, alors qu’ils ne sont au courant de rien et certainement pas en possession de tous les éléments pour juger ?

    Excusez-moi, mais là… Je suis profondément indigné devant de tels procédés. Nos élus, dont c’est la responsabilité de veiller aux intérêts des citoyens et à assurer les services auxquels ils ont droit, n’auraient-ils pas la capacité de dialoguer, de négocier en toute sérénité avec d’autres institutions et de trouver des compromis et des solutions sans devoir, à tout bout de champ, recourir à des manœuvres belliqueuses, porter des accusations, juger le travail des autres ? Cela devient gênant, à force, cette attitude hautaine dont font preuve les élus d’une petite commune de 8.500 habitants. De quel droit le Collège communal de Bassenge peut-il porter un jugement sur la personnalité et les compétences d'un Directeur du TEC ? De quel droit, peut-il le traiter d’égocentrique et d’incompétent sur son site web communal afin que le monde entier le sache : c’est grave !

    Quant aux citoyens bassengeois, et dans ce cas des usagers des TEC pour la plupart finalement pris en otages dans ce conflit, iront-ils, pour retrouver les services auxquels ils ont droit, jusqu’à signer cette pétition et ainsi se faire complices du Collège communal de Bassenge qui, entre autre, cherche à en atteindre à l’emploi d’un Directeur du TEC ?

    Regor : citoyen indigné.

    Le lien vers la pétition sur le site de la commune de Bassenge : 

    http://www.bassenge.be/actualites/petition 

    pétition tec 2.png

    (illustrations capture écran site Bassenge.be)

    Et la pétition (source Bassenge.be)

    petition-tec.pdf

  • Dans La Meuse de ce jeudi, deux articles de Regor votre blogueur Bassenge Sudinfo !

    Deux articles de Regor de Bassenge Sudinfo dans La Meuse !.pngA découvrir dans votre journal La Meuse de ce jeudi 27 mars, deux articles signés Regor.

  • Billet de Regor. Politique communale Bassenge : le coup de gueule du jour…

    bouton rouge.png

    Billet de Regor. Politique communale Bassenge : le coup de gueule !

     

  • Bienvenue dans un des derniers « quartiers de vie » glontois… !

    panneaux cabossés glonsLe billet de Regor. Centre du village de Glons. Rue Saint Pierre. Un centre Culturel, lieu d’expositions et de salons, devenu aussi, au fil du temps de par les manifestations officielles qui y prennent place, une sorte de seconde résidence de la Maison communale de Roclenge. A côté, le bâtiment de l’ONE, la Bibliothèque de Glons, un peu plus loin une Boulangerie-Patisserie artisanale, un salon de coiffure et un marché de fruits et légumes le vendredi. Au sein d'une bourgade, un « quartier de vie », en somme, comme le définit le texte de certaines brochures de la Région wallonne. Puis, ces panneaux indicateurs cabossés et qui sont dans cet état depuis belle lurette. A priori, cela ne dérange personne... Ne faudrait-il trouver un accord, une sorte de compromis entre les annonceurs privés et la commune (elle a posé des panneaux à l'entrée du Centre Culturel) ? Regrouper tous les panneaux sur un nouveau, sur un seul... Faire quelque chose, quoi... Parce que là... 

    Bienvenue dans un des derniers « quartiers de vie » glontois… ! 

    panneaux cabossés 1.jpg

    panneaux cabossés 2.jpg

    panneaux cabossés 3.jpg

  • Commune de Bassenge : des appels à la pelle ! Récapitulatif.

    logo appels à la pelle.pngIl est intéressant de constater, en ce début d’année, combien important est le nombre d’appels lancés par la commune de Bassenge et ses asbl communales. Afin d’y voir clair, nous les avons rassemblés en un seul article. Mais il est possible que l’un ou l’autre nous ait échappé.

    1er appel. Tout d’abord, un appel permanent est lancé par l’échevinat de la jeunesse et des sports afin d’essayer de former une commission sport-jeunesse (source comptes rendus conseils communaux).

    2ème appel. Pour la prochaine édition de Hobbies-Passions-Collections, l’asbl communale Reflets lance un appel aux personnes qui ont un hobby, une passion ou qui collectionnent (presse et site Reflets asbl).

    3ème 4ème et 5ème appels. Concours photos de carnaval organisé par cette même Reflets asbl.

    Appels sont lancés aux :

    - Candidats amateurs pour participer au concours ;

    - Professionnels du secteur pour faire partie du jury ;

    - Sponsors éventuels pour un prix spécial à décerner. (Presse et sites communaux)

    6ème appel. L’asbl “Vivre Jeune à Bassenge” lance un appel à des volontaires pour accompagner les adolescents de la 1ière à la 6ième secondaire dans les devoirs, dans l’apprentissage d’une méthodologie de travail, pour du soutien scolaire (site web bassenge.be).

    7ème appel. La Commission Communale de l’Accueil (CCA) et la Commission Locale de Développement Rural (CLDR) lancent un appel aux associations bassengeoises afin qu’elles se fassent connaître pour participer au salon des associations « Activ’idées » programmé pour le mois de mai 2014 (site bassenge.be).

    Voilà pour ce qui est des appels lancés par Bassenge et ses asbl en ce mois de janvier 2014.

    appels bassenge,appels lancés bassengeLes mois qui viennent devraient voir arriver de nouveaux appels. Il ne s’agira vraisemblablement plus, en majorité, d’appels émis par la commune de Bassenge, mais bien d’appels émanant de candidats aux élections afin d’obtenir vos suffrages… Là aussi, les appels devraient être lancés « à la pelle ».

    Regor

  • Facebook. Pomme de discorde entre des sociétés carnavalesques d’Eben-Emael et l’asbl culturelle communale Reflets. Un concours de photos de carnaval vraiment ouvert à toutes et tous ?

    carnaval wonck 2013 1.jpgQuand la vie communale bassengeoise agite les réseaux sociaux.

    Tout récemment, l’asbl culturelle communale Reflets a lancé un concours de photos de carnaval. Cet appel a été lancé dans la presse et il est apparu également sur le site web de l’asbl Reflets, sur sa page Facebook, ainsi que sur celle du Centre Culturel de Herstal (Partenaire). Cet appel est accompagné d’un règlement et, accolé, figure le programme des festivités carnavalesques qui prennent place dans la Vallée du Geer.

    Le titre d’un programme sème la zizanie : « Toutes les dates du carnaval pour la photo »

    Suite à la parution de ce communiqué sur facebook, certains comités et sociétés d’Eben-Emael, piqués au vif, sont montés au créneau. Outrés, tout d’abord, de ne pas voir leurs noms cités, de constater que leurs organisations ne sont pas reprises dans ce programme, ils se demandent aussi pour quelle raison ils ne peuvent participer au concours lancé par l’échevinat de la Culture via son outil Reflets. Certains membres vont même jusqu’à crier à une sélection partisane opérée par une asbl communale. Alors que, sur le réseau social facebook, les propos commencent à s’envenimer, le porte-parole de l’asbl communale Reflets, gestionnaire de sa page facebook, intervient dans le débat (sur la page Reflets) pour justifier la décision de Reflets, motivant celle-ci par le manque de « photogénie » des activités organisées par leurs sociétés. Il fallait s’y attendre, dans ce débat très chaud, souffler sur ses braises, ne fit que raviver le feu et ainsi appeler la question : « Nous ne pouvons pas participer au concours parce que nous ne sommes pas photogéniques ? ». Le « porte-parole Reflets » de rétorquer : « Le qualificatif Photogénique est placé entre guillemets, parce qu’en fait, j’entendais des manifestations faciles à photographier, c’est pourquoi je ne mentionnais que les manifestations en extérieur… les festivités de type « soirées » n’ont pas été reprises.. »

    Après moult joutes, le débat finit en queue de poisson par plusieurs invectives à l’adresse du porte-parole de Reflets (qui a conservé l’anonymat).

    Bref : cacophonie et grogne.

    Quant au programme officiel des festivités carnavalesques qui prennent place en Vallée du Geer et qui émane, traditionnellement chaque année, de l’échevinat de la Culture, il n’a pas encore été publié.

    En ce qui concerne le règlement du concours, voir ici :

    https://www.facebook.com/pages/Centre-Culturel-Reflets-Asbl/566516303439955?fref=ts  

    http://refletsasbl.be/index.php/agenda-centre-culturel-de-glons/90-28-avril-2014-concours-photo-carnaval

    https://www.facebook.com/pages/Centre-Culturel-Reflets-Asbl/566516303439955?fref=ts    

  • Distribué toutes-boîtes, un courrier de la commune de Bassenge annonce la suppression du passage à niveau de la Gare de Glons ! Seuls les glontois en sont informés.

    gare glons 2.jpgBillet de Regor.

    Une lettre de la commune de Bassenge, distribuée toutes-boîtes aux habitants de Glons ce 14 décembre, les informe de la suppression, par Infrabel, du passage à niveau de la gare de Glons (22A) - Rue de la gare - Route de Paifve. Ni plus ni moins.

    Si ce courrier fait état d’une demande de permis d’Urbanisme introduite Toutes-boîtes suppression passage à niveau de Glons rue de la ga.jpgpar Infrabel, le fond du projet n’est cependant pas abordé  et ses signataires invitent les glontois à en prendre connaissance dans le courant du mois de janvier 2014.

    Ce courrier a interpellé plusieurs usagers, tant de la gare que de la route, d’ailleurs. Ils ne comprennent pas. Et nous l’ont fait savoir.

    Nous avons donc contacté Infrabel. Son porte-parole se veut assez rassurant : « Il ne s’agit pas uniquement de suppression. Il y a une solution alternative, évidemment, solution dont je ne peux vous présenter le détail car cela viderait de son intérêt la réunion prévue fin janvier 2014. Je vous rappelle que la suppression des passages à niveaux est une des missions qu’Infrabel se doit de remplir en vertu de son contrat de gestion ».

    Renseignements pris, une autre source fait état, dans ce projet, de la construction d’un pont…

    Il s’avère aussi que seuls, les glontois ont reçu ce toutes-boîtes et pourtant, à l’évidence, tous les bassengeois sont concernés. Assez déroutant en effet ce courrier dont l’adressé stipule « Aux habitants de Glons », et le titre « Lettre d’information à la population ». S’agit-il de la population de Glons ? Ou celle de l’entité ? A n’y rien comprendre.

    Quant à la phrase : « Vous pourrez prendre connaissance de cette date et du lieu de réunion sur le site de la commune de Bassenge, et aussi par voie postale, dès qu’Infrabel nous aura confirmé ces informations.», il est à espérer que parallèlement à l’information qui sera donnée par la commune de Bassenge sur internet - rappelons qu’un site web est ouvert au monde entier - , un courrier par voie postale informera cette fois tous les habitants de la Vallée du Geer et non uniquement ceux de Glons.

    Encore faudra-t-il penser que, hormis les glontois qui en ont eu le privilège, la majorité de la population de Bassenge n’a pas reçu ce premier courrier dont il est question ici et ne sont  donc pas informés du projet d’Infrabel. Alors, pourquoi iraient-ils voir, fin janvier, ce qu’il en retourne sur le site de Bassenge ?

    Bref : un chat n’y retrouverait pas ses jeunes…