Google Analytics Alternative

- Page 3

  • Inondations – Sinistres – Glons. La Maison Seronvalle (Moulin) dans une situation dramatique suite aux inondations. Le sujet dans le journal de la RTBF de ce lundi

    Ce lundi, le JT 13h00 de la RTBF consacrait un sujet à la situation dramatique vécue par les Ets Seronvalle de Glons suite aux inondations de la semaine dernière.

    A découvrir en suivant ce lien ci-dessous. Voir à partir de 11’24" 

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_jt-13h?id=2360807 Ou cliquer sur l'image ci-dessous :

    moulin seronvalle glons inondations 2.jpg

  • Pour les agriculteurs, la taille des haies et arbres est désormais interdite du 1er avril au 31 juillet. Et pour les services de la commune de Bassenge ?

    Sur proposition du ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, le gouvernement wallon a entériné l’allongement de la période au cours de laquelle il est interdit pour les agriculteurs de tailler des haies et des arbres.

    Initialement en application du 15 avril au 30 juin, cette période s’étend désormais du 1er  avril au 31 juillet.

    Cet allongement fait suite à une recommandation de la Commission européenne qui suggère de favoriser plus efficacement la reproduction et la nidification de certains oiseaux en Wallonie. En effet, la période d’interdiction prévue actuellement est au cœur de la période de reproduction des oiseaux nichant dans les haies, ce qui ne permet pas de protéger une part suffisante de ceux-ci.

    « Ce changement atteste du rôle prépondérant que remplissent les agriculteurs dans la sauvegarde et la protection de la biodiversité », estime René Collin.

    Pour rappel, le ministre a également dévoilé, début juin, l’appel à projet « Challenge 110km haies » visant à inciter les agriculteurs à planter davantage de haies dans leurs surfaces agricoles pour bénéficier des avantages de cette structure naturelle (Lire Le Sillon Belge du 8 juin).

    Opinion

    Il n’est sans doute pas inutile de se remémorer les différents articles qui, au fil des années, étaient consacrés sur ce blog régional Bassenge Sudinfo aux élagages et coupes entrepris par le service des travaux de Bassenge en période interdite aux agriculteurs par le gouvernement wallon. Ces articles avaient soulevé autant de désappointement que de désapprobation dans les réseaux sociaux et plus particulièrement dans le groupe local « Le Geer dans la Vallée du Geer » (3.000 membres).

    Cette année encore, plusieurs citoyens bassengeois ont fait état de coupes inconsidérées entreprises par la commune. A Roclenge, tout d’abord, où un large talus boisé bordant une route a été la proie des tronçonneuses communales durant le mois de mai dernier, en pleine période de nidification et de reproduction. A Boirs, ce sont des habitants de la rue de l’île, gagnés par la circonspection voire le désarroi, qui ont vu disparaître, toujours en ce même mois de mai, tout un espace arboré à l’entrée de la promenade le long du Geer et ce sans raison apparente dans la mesure où aucune sélection n’a été opérée et que toute la végétation y est passée sans exception – Arbres, arbustes, taillis… -

    Ce faisant, s’impose ainsi l’idée de l’inexistence d’une quelconque collaboration ou de convention tacite, ou non, entre la commune de Bassenge et les agriculteurs pour protéger l’environnement et la biodiversité auquel cas la commune eut certainement à montrer l’exemple et servir de modèle afin de sensibiliser tous les acteurs, agriculteurs et autres, à respecter les interdictions et les dispositions prises par le Ministre Collin et les instances du Gouvernement wallon.

    Pour reprendre les termes du Ministre « Les agriculteurs remplissent un rôle prépondérant dans la sauvegarde et la protection de la biodiversité. »

    Mais le bon sens ne voudrait-il qu’une petite commune rurale comme Bassenge prenne aussi son rôle à cœur et surtout s’abstienne de contrevenir aux directives de la région wallonne en pratiquant des coupes et autres élagages  en période interdite pour les agriculteurs ?

    Encore faudrait-il que les autorités bassengeoises fassent preuve d’un quelconque intérêt pour la biodiversité et l’écologie.

    Mais ça, c’est une autre histoire…

    Pour terminer sur une note positive, nous retiendrons donc qu’il est désormais interdit aux agriculteurs de tailler les haies et les arbres durant la période du 1er avril au 31 juillet. Il va sans dire que cette interdiction vise aussi les coupes et abattages.

    Roger Wauters

  • Acte barbare. Ce chaton a été enfermé dans un four à 200º C !

    Il devrait s’en sortir. « Il reste si gentil malgré le calvaire que l’homme lui a fait subir », s’étonne le vétérinaire

    Un chaton de 10 mois traité comme un ballon de foot puis enfermé dans un four chauffé à 200 degrés ! Il y aurait passé 15 minutes avant d’être sauvé. Cela s’est déroulé chez nous en Belgique. Le tortionnaire risque gros. Quant au chaton, Sprotje, qui a terriblement souffert, il est aux petits soins et va s’en sortir. Un miracle… 

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’une soirée bien arrosée entre amis à Courtrai, un chaton a subi un véritable calvaire. Non seulement il aurait été utilisé comme un ballon de foot pour divertir l’assemblée, mais il a fini dans le four de la cuisine. Il y aurait passé 15 minutes à 200 degrés. C’est un participant à la fête qui, entendant des bruits sourds à la cuisine (le chat se débattait pour sortir), l’a délivré. Il a d’abord tenté de soigner le pauvre animal, en passant ses brûlures sous la douche puis l’a amené, vendredi, chez un vétérinaire. L’animal était dans un état particulièrement grave : il souffrait de graves brûlures et de saignements internes, les coussinets de ses pattes sont complètement brûlés .« Mais son état évolue bien », comme nous l’a indiqué ce dimanche après-midi, Joshua Dutré, vétérinaire au cabinet Overleie de Courtrai. « Vu les circonstances, il ne va pas trop mal. Le chemin sera long vers une guérison complète, mais il devrait s’en sortir. Cela prendra plusieurs semaines. Le chaton commence à manger et à boire. On lui donne des antidouleurs et un médicament de la même famille que la morphine. Ses brûlures sont en ligne ou par rond, mais nous avons dû le bander quasi sur tout le corps, avec un bandage qui contient du miel. Le miel soulage et guérit la peau, il a un effet antibactérien. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-06-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-06-11,BASSE-MEUSE,1|16

  • Intempéries. Les orages feront augmenter les primes d’assurance incendie

    Le réchauffement climatique multiplie les calamités et alourdit la facture totale des assureurs  Le réchauffement climatique accélère et intensifie les orages sous nos latitudes. Les assureurs, de plus en plus sollicités par les personnes sinistrées, le savent. Cela va-t-il avoir une influence sur les primes ? « Oui, cela va faire augmenter les primes de votre assurance incendie », répond Assuralia, la fédération des entreprises d’assurance.

    Depuis 2017, c’est une obligation : l’assurance incendie de votre habitation couvre aussi les dégâts de tempête, d’inondation, de tremblement de terre, de glissement de terrain, de refoulement d’égout… Bref, tout ce qui est lié aux catastrophes naturelles.

    Or, il se fait que ces catastrophes ont tendance à gagner en intensité et à se répéter à des intervalles de plus en plus courts. En termes de dégâts, les inondations de ces mois de mai et de juin pourraient égaler celles de mai et juin 2016 où 84.100 sinistres avaient été dénombrés sur la Belgique avec des indemnisations totales de 305 millions d’euros. L’année 2014 avait été pas mal non plus avec de gros dégâts dus à la grêle.

    Bref, on a l’impression qu’en Belgique, les orages font de gros dégâts tous les deux ans. « Les années plus calmes comme 2017 et 2015 permettent heureusement aux assurances de faire des réserves, pour des années plus mouvementées comme celle que nous connaissons », explique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia. « Mais les assureurs sont des gens prudents : il faut que les primes tiennent compte d’une possible répétition de phénomènes naturels. Les assureurs s’informent donc auprès des scientifiques qui leur disent en effet qu’il faut s’attendre à des phénomènes plus intenses d’inondations et de tempête. Donc, à long terme, oui : les primes des assurances incendie vont augmenter ». C’est nous, donc, qui allons devoir mettre la main au portefeuille.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 11 juin 2018

  • Photo du jour. « A réparer et à réorganiser… »

    Photo du jour: « A réparer et à réorganiser… »

    Photo prise dans le Thier de Glons (Route provinciale) ce samedi 9 juin 2018 à 17h15

    (Photo A.C.)

  • Avis de recherche. Fléron : la police recherche Sarah Armaiqi (12 ans)

    La police est à la recherche de Sarah Armaiqi, une jeune fille de 12 ans qui a quitté son domicile de Fléron (rue des Remparts) le 1er juin dernier et qui ne s'est plus manifestée depuis, selon un communiqué diffusé vendredi soir.

    Sarah mesure 1m60 et est de corpulence forte. Elle a le teint mat et les cheveux bruns foncés bouclés. Au moment de son départ, elle était vêtue d'un pantalon en jean gris, d'un t-shirt noir et d'une veste en simili cuir rose. Elle se déplace en transports en commun et pourrait fréquenter le centre de Liège et le quartier de la Préalle à Herstal.

    Les autorités demandent également à Sarah de se manifester auprès de sa famille et de ses proches afin de les rassurer.

    Les personnes qui auraient vu la jeune fille ou qui savent où elle se trouve peuvent prendre contact avec les enquêteurs via le numéro gratuit 0800 30 300 ou via Child Focus (116 000). Les témoignages peuvent aussi être transmis à l'adresse avisderecherche@police.belgium.eu.

  • "Wallonie Week-ends Bienvenue" ces 9 et 10 juin à Bassenge et Juprelle

    C’est ce week-end des 9 et 10 juin prochain, qu’auront lieu deux journées entièrement consacrées à la mise en valeur des richesses artistiques, touristiques, culturelles et découvertes de la commune de Bassenge et de la commune de Juprelle. Cette opération porte le nom de "Wallonie, Week-ends Bienvenue".

    Un week-end festif et attractif qui veut inciter à la découverte des deux communes. Pas moins de 30 Bassengeois et Juprellois ont décidé d'ouvrir leurs portes au grand public et de partager leur univers.

    Pour tous renseignements :

    Syndicat Initiative Bassenge

    04/286 91 46 - 63

    katrijn.lekens@bassenge.be  - joel.stokis@bassenge.be

    https://www.facebook.com/Bassenge.tourisme/

    (Source Facebook S.I. Bassenge)

  • En Province de Liège. Donceel, une référence contre les inondations. Le plan pluies est une réussite

    Depuis plus de dix ans, Donceel (province de Liège) lutte contre les inondations et coulées de boue. Après de nombreux sinistres, la commune devient une référence qui sert d’exemple à des bourgmestres et échevins de toute la Wallonie. Collaboration avec les agriculteurs, imposition de citernes tampons dans tous les permis de bâtir, négociations avec les agriculteurs ou encore égouttage surdimensionné : ces mesures gardent Donceel au sec. 

    Depuis quatre ans, les Donceelois gardent davantage les pieds au sec. La boue ne coule plus dans les maisons et l’eau n’infiltre plus régulièrement les caves. Donceel se situe en Hesbaye. Champs et cultures s’étendent sur 90 % du territoire. En cas d’intempéries, l’eau ruisselle des bassins-versants en direction de l’Yerne, le ruisseau qui traverse la commune.

    Confrontée à des violentes intempéries tout au long des années 2000, cette commune de trois mille habitants appréhende désormais avec moins d’inquiétude les orages et fortes pluies. Le bourgmestre conserve malgré tout une paire de bottes dans le coffre de sa voiture. Son échevin des Travaux également. Le binôme reste quand même sur le qui-vive ces dernières semaines à l’approche des nuages : « Personne n’est à l’abri d’une inondation. Aucun miracle ne protège d’un déluge exceptionnel, mais on obtient des résultats. Le travail entamé il y a une quinzaine d’années porte ses fruits, même si on reste attentif. On intègre cette problématique dans toutes nos réflexions », explique le mayeur Jean-Luc Boxus.

    MESURE DU PLAN PLUIES POUR LUTTER CONTRE L’ÉROSION

    Un incitant de 1.300 € par hectare pour les agriculteurs 

    Le plan pluies de la commune de Donceel passe par une collaboration avec les agriculteurs. Les parcelles cultivées représentent 90 % du territoire communal.

    « On négocie des incitants financiers. On propose ainsi un dédommagement de 1.300 euros par hectare pour l’aménagement de jachères. On limite les emblavements comme la culture de pommes de terre sur un millier d’hectares. On demande aux agriculteurs qu’ils cultivent en parallèle aux routes. Ces discussions prennent du temps, mais ces initiatives portent leurs fruits », détaille Philippe Mordant, échevin.

    Diversifier les cultures

    Jean-Luc Boxus rappelle l’intérêt de tous : « Quand la pluie qui tombe dans les champs se transforme en boue, les agriculteurs y perdent. L’eau dévale dans les rues en emportant à la fois les cultures et la terre. On enfile nos bottes et on l’explique aux fermiers »

    Le bourgmestre milite d’ailleurs pour un cadastre des cultures. « La commune achète des terres et, grâce aux fonds européens, on construit des digues entre deux parcelles cultivables. On invite les agriculteurs à diversifier leurs plantations et à ne pas se limiter aux pommes de terre, car quatre cultures constituent autant de barrages naturels. On en profite pour reconstituer des zones naturelles où vivent faisans, chevreuils, etc. Le travail ne s’arrête jamais, car on vérifie le respect de nos accords et on évalue la situation après chaque pluie. On regarde où la boue apparaît et, si la situation le nécessite, on propose une indemnisation. Tous les agriculteurs ne marquent pas leur accord d’emblée, mais on insiste et, après un temps, la plupart d’entre eux acceptent le dédommagement pour qu’on fasse une jachère », explique le premier Donceelois.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-06-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-06-08,BASSE-MEUSE,1|20

  • Vallée du Geer. Vous redoutez les orages ? Vous craignez les inondations ? Voici un site pour découvrir les impacts de foudre en temps réel

    Le site Lightingmaps.org est un site, alimenté par des bénévoles, qui publie les impacts de la foudre en temps réel en Europe. En agrandissant, on peut aussi y découvrir ceux qui touchent la Belgique et, par conséquent, les risques pour Bassenge en fonction de l'évolution des impacts. Histoire de prendre ses précautions, ou pas.

    https://www.lightningmaps.org/?lang=fr#x=;m=sat;r=0;t=3;s=201;o=0;b=;n=0;

  • Du nouveau à l’école fondamentale d’Eben-Emael : ouverture d’une classe de 3ème maternelle en 2018-2019

    Du nouveau, en effet, à l’école fondamentale d’Eben-Emael avec l’ouverture d’une classe de 3ème maternelle pour la période 2018-2019. Tous les renseignements sur l’illustration ci-contre. D’autre part, son invitation pour la traditionnelle Fancy-Fair annuelle est lancée. Elle aura lieu le 24 juin prochain. Nul doute qu’elle devrait encore, comme chaque année, accueillir un nombreux public.

    école emael 2018 3ème maternelle.png

    école emael 2018 fancy fair.png

  • Glons. Les photos du jour : « Ici »

    incivilités glons juin 2018 2.jpgIci, à Glons, il y a quelque temps, les Volon’terres ont aménagé le parterre.

    Ici, ils ont planté de belles fleurs et quelques plantes aromatiques, telles que de la sauge.

    Ici, une poubelle est mise à la disposition du public. Elle se trouve à quelques mètres.

    Ici, le lieu est nettoyé régulièrement par les services communaux, la poubelle est vidée.

    Ici, les inciviques opèrent au vu et au su de tous.

    Ici, ils viennent manger dans les déchets qu’ils ont laissés le jour avant.

    Ici, pourtant, le spectacle est hideux et répugnant, les odeurs sont nauséabondes. Mais ils mangent et puis, ils jettent. Et les restes jonchent le sol : nourriture, plats préparés, mayonnaise, frites, sandwiches, pain…

    incivilités glons juin 2018 3.jpgIci, au Moyen-âge, c’eut été un lieu de rendez-vous pour les rats qui de ces restes d’aliments divers en état de putréfaction en eurent fait un véritable festin.

    Mais ici, ce sont des humains qui, chaque jour, se régalent entourés de leurs « excréments » des jours précédents.

    Ce que même un rat ne fera jamais.

     

    Ce qui nous amène, tout naturellement, à publier cet article de La Meuse de ce jour. 

    Les jeunes punis pour les délits environnementaux

    La Région wallonne entend à l’avenir punir plus sévèrement la délinquance environnementale. Il y aura plus d’agents sanctionnateurs, les amendes seront augmentées et les jeunes seront particulièrement suivis. Dès 14 ans, ils devront effectuer des travaux d’intérêt général en cas de délit environnemental.

    Le ministre Carlo Di Antonio a prévu tout un arsenal en vue de lutter contre la délinquance environnementale, selon L’Echo.

    Parmi les grandes nouveautés, on note que les jeunes, à partir de 14 ans, devront prester un travail citoyen. Le nombre d’heures de travail d’intérêt général dépendra de la gravité de la faute commise. Il sera d’un maximum de 15 heures. Il pourra s’agir d’une tâche à remplir auprès de la commune, d’une ASBL ou d’une fondation en rapport avec la protection de l’environnement ou des animaux.

    A côté de la peine citoyenne (qui touchera aussi les adultes), le ministre prévoit aussi l’arrivée de nouveaux agents sanctionnateurs et le recours à la vidéo surveillance

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/240438/article/2018-06-06/les-jeunes-punis-pour-les-delits-environnementaux?from_direct=true

    incivilités glons juin 2018 4.jpg

  • Météo : temps chaud qui précédera des orages cet après-midi. L’IRM lance un avertissement

    Le climat sera ensoleillé mais en cours de journée, on constatera une augmentation de la nébulosité et un risque d’orages à partir du sud. Les maxima atteindront de 23 à 28 degrés dans l’intérieur des terres. L’IRM lance un avertissement aux orages et à la pluie à partir de 15 heures.

    A partir de mercredi après-midi, nous devrons composer avec des averses et orages de plus en plus marqués, pouvant être accompagnés de grêle et localement de précipitations abondantes pouvant conduire à des débordements, prévient l’IRM.

    Mais avant cela, le temps sera d’abord généralement ensoleillé. Dans le courant de la journée, des nuages cumuliformes se développeront dans la partie sud du pays et des averses orageuses éclateront. Les orages atteindront l’ouest du pays en fin de journée avec là aussi le risque d’orages, de grêle et de précipitations abondantes. Les maxima seront compris entre 23 degrés en Hautes Fagnes à 28 degrés en Campine, sous un vent faible à modéré de nord-est ou de direction variable. A la mer, le vent soutenu de nord-nord-est limitera les maxima aux environs des 18 degrés.

  • Inondations – Sinistres - Bassenge. Avis aux habitants : enlèvement des encombrants… (Meubles, objets abîmés par les eaux)

    Pour l’enlèvement des meubles et divers objets (encombrants) abîmés par les eaux, les personnes doivent le signaler à ce numéro de téléphone : 04 /273.78.76 (Service travaux)

    (Source communiqué Bassenge.be)

  • Inondations-Bassenge. La photo du jour : c’est à eux que l’on doit les sacs de sable supplémentaires !

    Le 1er juin, tard en soirée, ils ont donné un coup de main à la commune pour remplir les sacs de sable.

    Ils méritent certainement un grand coup de chapeau !

    Avec Anne Fouarge, Louis Bruckwilder, Enzo Vancrayebeck, Olivier Vancrayebeck, Elisa Vancrayebeck, Said Tourmine et Charlotte Vancrayebeck.

    (Source Facebook)

  • Inondations – Glons. Un formidable élan de solidarité pour venir en aide à des familles sinistrées ! 50 personnes, au moins, se sont relayées tout le weekend !

    solidarité glons,solidarité inondations glons,inondations seronvalle glonsSi en Vallée du Geer, les sinistres subis à cause des inondations ce vendredi  1er juin 2018 ont été nombreux, c’est certainement à Glons que l’élan de solidarité a été le plus marqué. Ce sont en effet une cinquantaine de personnes qui se sont relayées depuis samedi pour apporter une aide tout le weekend à des familles sinistrées, rue Oborne à Glons où les dégâts étaient le plus important et les maisons demandaient à être vidées entièrement. Un membre d’une famille sinistrée explique « Ils sont venus de partout : des amis, des voisins, des habitants de la rue, d’autres glontois, des agriculteurs du coin, mais aussi des personnes venues des autres villages de la Vallée du Geer… On ne saurait les citer tous…  Non seulement ils ont retroussé leurs manches, mais ils nous ont apporté un soutien moral considérable et un réconfort qui n’a pas de prix… Nous ne saurons jamais assez les remercier. A ce sujet, nous tenons à vous dire merci aussi pour votre reportage sur « Bassenge Sudinfo » et les partages sur Facebook…! Ils ont assurément porté ! Cela fait vraiment chaud au cœur de savoir qu’une telle solidarité existe encore en notre région. »

    Et si tous les meubles, appareils ménagers et autres biens mobiliers des maisons ont été rangés dans la cour, ils devront y rester jusqu’au 15 juin, pour des raisons de constats d'assurances.

    solidarité glons,solidarité inondations glons,inondations seronvalle glonssolidarité glons,solidarité inondations glons,inondations seronvalle glonsLa Coiffeuse Eléonore, qui a vu son salon complètement dévasté, a publié un message sur Facebook que nous relayons volontiers « Chères clients et clientes, c’est avec beaucoup de tristesse que je vous annonce la dévastation de mon salon de coiffure! Cependant nous avons pu sauver du matériel et des produits. Et donc, en attendant la remise en état du salon, je me propose de venir chez vous pour vous coiffer. Merci de votre compréhension ! gsm 0494496114 »

    Devant le formidable élan de solidarité manifesté, le visage blême des personnes sinistrées rencontrées vendredi lors de notre reportage a fait place aujourd’hui à quelques sourires. Preuve s’il en est que dans la Vallée du Geer, la solidarité n’est pas un vain mot.