Google Analytics Alternative

- Page 4

  • Les photos du jour prises en notre belle vallée

    Les photos du jour prises en notre belle vallée.

    1. Bergeronnette grise

    bergeronnette grise.jpg

    2. Paysage à Glons

    paysage glons 2017.jpg

    3. Famille de oies blanches au bord du Geer près de Glons

    oies blanches.jpg

     

  • Les ronds-points d’Eben et de Bassenge ont fait l’objet d’un entretien

    Dans une note précédente, nous relations l’état déplorable dans lequel se trouvaient le rond-point d’Eben et celui du clos Saint Jacques à Bassenge. La semaine dernière, la commune de Bassenge a fait appel à une entreprise privée pour extraire les mauvaises herbes envahissantes qui étouffaient les millepertuis et autres petits arbustes. Une équipe d’ouvriers a travaillé plusieurs jours pour rendre aux ronds-points leur cachet initial. Ci-dessous photos du rond-point d'Eben (travail d'entretien terminé) et celui du Clos Saint Jacques à Bassenge (photo en cours d'entretien)

    rond-point eben millerpertuis 2.jpg

    rond point bassenge.jpg

  • Fabriquez votre propre smoothie en magasin

    Nouveau service chez Carrefour : des smoothies sur commande. Le client choisit lui-même les fruits et légumes qu’il désire et ceux-ci sont transformés en smoothie par une machine développée par la start-up belge Alberts. La machine est une sorte d’automate qui renferme des morceaux de fruits et de légumes congelés. Le consommateur sélectionne les variétés souhaitées, puis assiste au processus de préparation de A à Z. En fonction du mélange réalisé, le client préparera un smoothie detox, survitaminé ou boostant.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-12,BASSE-MEUSE,1|18

  • Bassenge. L’histoire du Petit Lourdes. Entretien avec Lucien Vanstipelen : un reportage d’Ali Aghroum

    Ali Aghroum a réalisé un reportage qui a le « Petit Lourdes de Bassenge » pour sujet. Lucien Vanstipelen a relaté l’historique et a fourni quantité d’informations. Un entretien à bâtons rompus à découvrir en vidéo :

  • Au potager, prévenir vaut mieux que guérir!

    Pour être en pleine forme, nous devons rester actifs, bouger, nous aérer pour bien respirer, profiter de la lumière du jour et du soleil sans abuser, bien nous alimenter, avoir une bonne hygiène. Il en est de même pour les légumes du potager ! Déclinons ces principes simples de bon sens à leur niveau !

    Pour être en pleine forme, nous devons rester actifs, bouger, nous aérer pour bien respirer, profiter de la lumière du jour et du soleil sans abuser, bien nous alimenter, avoir une bonne hygiène. Il en est de même pour les légumes du potager ! Déclinons ces principes simples de bon sens à leur niveau !

    La résistance de la variété est une méthode de lutte préventive très  efficace. Mais celle-ci n'est pas toujours complète. Les champignons qui contournent la résistance se généralisent dans l'environnement et nous devons alors choisir, pour l'avenir, d'autres variétés  de légumes mieux adaptées. La résistance de la variété est une méthode de lutte préventive très efficace. Mais celle-ci n'est pas toujours complète. Les champignons qui contournent la résistance se généralisent dans l'environnement et nous devons alors choisir, pour l'avenir, d'autres variétés de légumes mieux adaptées.

    En appliquant ces quelques principes, nous garderons des légumes sains et un potager exempt, ou presque, de maladie.

    Rester actifs

    Quand les conditions de sol et météorologique sont propices à une croissance active de la culture, les risques de maladies dites de faiblesse diminuent sensiblement.

    Ce sera notamment le cas pour des champignons décomposeurs du sol. Si les plantes ne poussent pas bien parce qu’il fait trop froid, que le sol est gorgé d’eau ou compact, elles seront plus vite malades. Ce sera également le cas pour les carences minérales car les racines qui poussent peu explorent mal le sol.

    Bouger

    C’est le principe de la rotation. Nous semons les carottes en un endroit qui n’a pas été cultivé avec des carottes ou des légumes de la même famille depuis plusieurs années. C’est une manière simple et efficace de limiter les risques de transmissions de maladies par le sol.

    Pour que l’efficacité de ce principe des rotations soit bonne, nous essayons d’avoir la rotation la plus longue possible : 6 ou 7 ans, c’est parfait ; 4 ans, c’est déjà bien.

    Cela ne signifie pas que cultiver des salades au même endroit qu’il y a deux ans conduira inévitablement à un échec. Mais les risques sont plus élevés au point que c’est déconseillé. C’est vrai pour des maladies transmises par le sol et aussi pour des ravageurs qui y vivent.

    S’aérer

    Quand les plantes sont bien aérées, elles sèchent beaucoup plus vite de la rosée du matin ou après une pluie. Le feuillage reste humide moins longtemps. Or, plusieurs maladies foliaires redoutables sont favorisées par de longues périodes d’humidité ou d’humectation du feuillage. Favoriser une bonne aération des plantes est donc « tout bénéfice » pour prévenir ou diminuer l’importance de plusieurs maladies foliaires importantes.

    Les distances de plantations recommandées dans les revues de jardinage sont des données de références. Dans les jardins mal aérés, ceux dont la configuration des lieux entraîne un séchage de la rosée que tardivement dans la matinée, plantons à des écartements un peu supérieurs.

    Avec la même logique, le jardinier arrosera en évitant de mouiller le feuillage. S’il ne sait pas faire autrement que de mouiller les plantes, il arrosera durant la période naturellement humide, pendant la rosée par exemple. Ainsi, il n’allonge pas la longueur de la période d’humidité du feuillage.

    Le choix variétal et une très bonne aération des plantes sont des méthodes préventives qui permettent de retarder significativement l'extension  de la maladie.

    Le choix variétal et une très bonne aération des plantes sont des méthodes préventives qui permettent de retarder significativement l'extension de la maladie.

    Profiter de la lumière et du soleil

    Certaines espèces de légumes sont plus sensibles que d’autres au manque ou à l’excès de lumière.

    Un excès de lumière peut aller en parallèle avec un excès de température, et inversement. En pratique, cela se concrétise de différentes manières. Pour certaines espèces, cela peut être une sensibilité accrue à la montaison à graines. Pour d’autres, cela peut être une pommaison incomplète (salades, choux). Mais en dehors de situations particulières (beaucoup de clarté pour une variété adaptée à l’automne ou au début du printemps ou l’inverse en été), les plantes se développent mieux quand la luminosité est bien répartie sur la journée.

    L’ombrage fort de longues heures de la journée à cause d’un arbre ou d’un bâtiment, par exemple, aura tendance à faire filer les plantes et à les rendre plus sensibles à des désordres de croissance.

    Bien s’alimenter

    Disposer dans le sol des éléments minéraux en quantités équilibrées est un des fondements d’une bonne santé du végétal.

    Cela ne doit pas être fait chaque année, mais une analyse de terre réalisée dans un laboratoire spécialisé permet de connaître la situation actuelle et surtout de recevoir des conseils adaptés. Le site www.requasud.be/fr nous donne les adresses des laboratoires provinciaux spécialisés dans les analyses de sol.

    Avoir une bonne hygiène

    Pour le potager, une bonne hygiène signifie plusieurs actions.

    Le jardinier surveille bien ses cultures pour détecter rapidement d’éventuels problèmes.

    Les déchets de cultures sont compostés avec efficacité, c’est-à-dire avec une montée franche de la température grâce aux opérations de compostage (voir Le Sillon Belge du 9 décembre dernier).

    Les déchets de plantes porteurs de maladies subiront le même sort avec une rigueur absolue. À défaut, ils seront écartés du potager.

    Pour les cultures sensibles à des maladies transmises par le vent, nous semons ou plantons les différents lots en commençant par les plus précoces du côté où les vents dominants s’évacuent et en allant vers le sens de l’arrivée des vents dominants. En pratique, en Wallonie, les vents dominants viennent du sud-sud-ouest. Si nous plantons quatre variétés de pommes de terre dans le potager, nous installons la plus précoce, celle qui risque d’être la première à porter le mildiou, du côté nord-nord-est. Ainsi, les spores de mildiou produites sur la variété hâtive ne seront pas emmenées directement chez les variétés voisines, le vent se dirigeant dans l’autre sens.

    Mais plus encore

    Nous pouvons agir encore plus en prévention de maladies. Nous pouvons choisir les variétés les plus résistantes ou du moins les moins sensibles aux maladies principales de chez nous. Les catalogues des semenciers sont des références. Les pages de Le Sillon Belge ou d’autres revues spécialisées aussi.

    Quand le jardinier constate que les méthodes préventives montrent leurs limites, quand il estime que le recours à des produits devient nécessaire, il devra suivre les recommandations reprises sur les emballages. Si un produit est destiné à être appliqué sur l’ensemble du feuillage, il devra préparer les bouillies avec soin, vérifier les calculs avec attention. Il devra se rappeler que 1 are équivaut à 100 m². Les bouillies sont bien mélangées dans la cuve du pulvérisateur et mélangées régulièrement pour éviter les dépôts. Elles seront appliquées sur toutes les feuilles de toutes les plantes concernées. Et rien que là !

    La suite des explications sur Le sillon belge en suivant ce lien:

    http://www.sillonbelge.be/860/article/2017-06-08/au-potager-prevenir-vaut-mieux-que-guerir

  • La carte des bonnes nouvelles dans la province de Liège

    Marre d’être inondé de mauvaises nouvelles? Nous avons sélectionné pour vous une dizaine d’informations positives, parues cette semaine et concernant votre région. Régalez-vous!

    A découvrir en suivant ce lien :

    http://basse-meuse.lameuse.be/91126/article/2017-06-10/la-carte-des-bonnes-nouvelles-dans-la-province-de-liege

  • Weekend sans alcool. La police va contrôler votre taux d’alcoolémie

    Attention si vous sortez ce week-end, vous risquez de croiser un alcootest. La police fédérale de la route et une centaine de zones de police locale ont lancé ce vendredi à 18 heures la quatrième opération du « week-end sans alcool au volant ». Jusqu’à 6 heures du matin lundi, des contrôles d’alcoolémie seront organisés dans tout le pays sur les autoroutes, les voiries régionales et communales.

    La police fédérale espère, avec cette action, que « les usagers de la route rechercheront des solutions (logement sur place, taxi, transports en commun, appel à l’aide vers un membre de l’entourage, etc.) ou qu’ils désigneront un BOB avant de sortir afin de ne pas reprendre le volant en étant sous l’influence de l’alcool ou d’autres substances ». Les contrôles visent aussi, bien entendu, à pincer les conducteurs récalcitrants. L'article complet à découvrir en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-10,BASSE-MEUSE,1|13

  • Bonne nouvelle pour les amateurs de la Cara pils de Colruyt : elle est à nouveau dans les rayons et les stocks sont complets.

    La semaine dernière, la célèbre bière en canette des supermarchés Colruyt se faisait rare. Dans certains Colruyt ou Okay, la Cara n’était plus disponible. Si Colruyt a tenu à rester discret sur l’origine du problème au niveau de la chaîne de production, le patron de la Brasserie Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, avait lui été très transparent : « Il y a en effet un problème, mais tout va vite rentrer dans l’ordre », expliquait le fournisseur. « La demande de Cara Pils a fortement augmenté ces dernières semaines. Elle a doublé, notamment grâce au beau temps, et ce n’est pas la production de la bière qui pose problème ».

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-08,BASSE-MEUSE,1|18

  • Maltraitance animale. En deux ans, le nombre de p.-v. a explosé en Wallonie

    En matière de maltraitance animale, on est passé, en Wallonie, de 175 procès-verbaux, en 2014, à 239 en 2015. Et l’augmentation dépasse les 100 % en deux ans, si l’on tient compte des 362 p.-v. de 2016 (il s’agit en fait d’une projection sur base des données des dix premiers mois). En moyenne, 67 % des p.-v. ont été dressés par l’Unité du Bien-être animal, le nouveau service créé par le ministre Carlo Di Antonio (cdH).

    « Ces procès-verbaux s’adressent à des personnes coupables de maltraitance ou de négligence. Ce sont, par exemple, des cas où des animaux sont battus ou pas alimentés correctement. Ça peut être un cheval à qui on ne coupe pas les sabots ou des vaches dont l’étable n’est pas nettoyée régulièrement et qui vivent donc sur un tas de fumier », explique le cabinet du ministre.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-09,BASSE-MEUSE,1|16

  • Wonck. Armand Linotte a été retrouvé sain et sauf ! Il est rentré au bercail ce jeudi

    On était sans nouvelle de lui depuis le 31 mai.

    Hier à la demande de ses parents, nous diffusions un avis de recherche sur Bassenge Sudinfo. Grâce aux nombreux partages de l’article sur Facebook, Armand a été aperçu entre Hermalle et Visé par une personne qui l’a tout de suite reconnu. Celle-ci a mis Armand au courant du désarroi dans lequel se trouvait sa famille qui était sans nouvelle de lui depuis tout ce temps. Armand Linotte est rentré au bercail ce jeudi 8 juin 2017 au matin. Nous n’aborderons pas ici les circonstances qui l’ont amené à agir de la sorte pour nous limiter à dire, avec une grande satisfaction, que c’est le soulagement pour toutes et tous. Après son "escapade", Armand se repose actuellement au sein de sa famille.

    Nous tenons à remercier tous nos lecteurs et lectrices pour leurs partages de l’article en forme d’avis de recherche et leur élan de solidarité ayant amené à retrouver ce bassengeois de 41 ans.

    Regor

  • Liège-Disparition. Juliette, Amélyne et Maud ont été retrouvées à Liège

    Plus de peur que de mal pour les proches de Juliette, Maud et Amélyne. En effet, les trois adolescentes qui étaient portées disparues depuis mardi soir ont été retrouvées ce mercredi, en début de soirée.

    Toutes les explications dans l’article ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-08,BASSE-MEUSE,1|6

  • Wonck. Disparition inquiétante : Armand Linotte n’a plus donné signe de vie depuis le 31 mai

    armand linotte.jpgArmand Linotte de Wonck, âgé de 41 ans et souffrant d’un lourd handicap, a disparu de son domicile à Wonck depuis le mercredi 31 mai dernier. Armand n’a ni papiers sur lui, ni GSM. Il souffre de dépression. Ses parents sont dans une profonde inquiétude. La police a été prévenue. Si vous avez aperçu Armand ou si vous disposez d’une quelconque information, n'hésitez pas à contacter les parents si au 0476 78 33 81. (Communiqué à la demande de ses parents)

  • Avis de recherche à Liège: Juliette, Amelyne et Maud ont disparu

    Trois jeunes filles âgées entre 12 et 14 ans ont disparu depuis ce mardi. Les trois adolescentes n’ont plus donné signe de vie depuis 16h30. Leurs parents ont directement averti les différentes polices.

    Amelyne, Maud et Juliette ont été vues pour la dernière fois, ce mardi à 6h30. «  Elles prenaient le bus pour se rendre à l’école, c’est la dernière fois que j’ai vu ma fille  », explique Sophie, la maman de Juliette. Etudiantes à l’école secondaire de Huy 1, les trois jeunes filles n’avaient en réalité pas prévu de suivre leurs cours. «  Nous avons appris par l’intermédiaire de leurs camarades de classe qu’elles avaient décidé et prévu de sécher les cours pour se rendre à Liège.  »

    La suite sur :

    http://liege.lameuse.be/90299/article/2017-06-07/avis-de-recherche-liege-juliette-amelyne-et-maud-ont-disparu

  • Internet et e-commerce. Fraudes et arnaques : 80 plaintes par jour

    En un peu plus d’un an, la plate-forme en ligne poindecontact.belgique.be a recueilli 31.611 signaux concernant des fraudes, des arnaques, une publicité trompeuse ou un affichage de prix erroné. Soit une moyenne d’environ 80 nouveaux signalements chaque jour ! Ce sont les factures fantômes et les fraudes lors d’achats et de ventes en ligne qui mobilisent le plus de signalements. 

    L’article complet à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-07,BASSE-MEUSE,1|18

  • Intercommunale. Josly Piette succède à Cédric Halin chez Publifin

    josly piette bassenge.JPGOn l’annonçait samedi dans La Meuse, Cédric Halin, le « chevalier blanc » d’Olne, celui qui avait révélé le scandale Publifin, a envoyé sa lettre de démission comme administrateur de l’intercommunale Publifin. Il devient auditeur à la Cour des Comptes au premier juillet et ne peut donc conserver ce mandat.

    Etiqueté cdH, c’était donc aux sociaux-chrétiens à pourvoir à son remplacement. Et c’est Josly Piette (74 ans), Bourgmestre de Bassenge, qui a été désigné par Benoît Lutgen, le président du cdH, pour lui succéder.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-06,BASSE-MEUSE,1|8