Google Analytics Alternative

- Page 4

  • Météo: chute des températures et gelées généralisées la nuit de mercredi à jeudi

    La journée de mercredi débutera sous un temps gris et brumeux, avec parfois de fines pluies voire des précipitations hivernales sur les hauteurs de l'Ardenne. En cours d'après-midi, il fera graduellement plus sec et de timides éclaircies feront leur apparition sur le nord-est. La suite en suivant le lien ci-dessous :

    http://www.lameuse.be/1783575/article/2017-02-08/meteo-chute-des-temperatures-et-gelees-generalisees-la-nuit-de-mercredi-a-jeudi

  • Exposition de photos chez Lisiane à Eben : une cinquantaine de photos de reportage sur le carnaval en Vallée du Geer… Elles sont signées Martin Neven et Ali Aghroum (Présentation VIDEO)

    Depuis ce lundi, une belle exposition de photos de reportage sur le carnaval en Vallée du Geer est présentée au Café Chez Lisiane à Eben. Les magnifiques photographies d’Ali Aghroum côtoient celles tout aussi belles de Martin Neven. L'exposition prendra place jusqu'à la fin de la période des carnavals en notre Vallée.

  • Exclusif. Des loups arctiques aux Grottes de Han

    Ce sera l’une des grandes nouveautés de la rentrée au domaine des Grottes de Han, qui rouvre ce week-end : il va accueillir trois loups arctiques dans les toutes prochaines semaines. « Deux mâles en provenance du Danemark arriveront fin mars », précise Anthony Kohler. « Puis une femelle arrivera d’un parc de France quelques semaines plus tard, à la fin du printemps. Il est essentiel qu’elle attende la naissance d’une nouvelle portée chez sa propre mère pour renforcer son expérience. »

    La femelle fera son choix

    Car l’idée, à terme, est évidemment d’avoir des bébés. Ce ne sera pas pour cette année car ces loups blancs sont assez jeunes (ils vont avoir deux ans) et que la période de reproduction vient de se terminer.

    Pourquoi deux mâles ? « Cela va permettre à la louve de faire son choix, comme cela se passe dans la nature », poursuit Anthony Kohler, qui se réjouit de cette arrivée. « Cela va nous permettre de délivrer plus d’informations didactiques sur les loups. Nous avons déjà chez nous le loup d’Europe, qui est de retour à l’état sauvage aux portes de notre pays. Il est important pour nous de préparer la population à ce retour en dédramatisant son image. » Le loup arctique, au contraire, a une image très positive. On l’appelle le docteur des animaux car, pour se nourrir, il attaque les animaux les plus faibles, ceux qui menacent parfois le groupe dans lequel ils vivent.

    « Le loup gris est considéré comme le grand méchant loup, et le loup arctique comme un bienfaiteur : la réalité est sans doute entre les deux. Nous l’expliquerons à travers des animations en cette saison 2017 qui sera chez nous l’année du loup. »

    Ces loups arctiques, une espèce originaire d’Amérique du Nord, seront présentés dans le haut du parc de Han, pas très loin finalement de leurs cousins européens. Leur mystérieuse blancheur absolue ravira évidemment les visiteurs du parc. ( Source La Meuse mardi 7 février 2017) (Photo Wikipedia)

  • Bassenge – Publifin. Une motion pour plus de transparence

    C’est l’idée souhaitée par Christopher Sortino, conseiller PS 

    À Bassenge aussi, on parle du scandale Publifin ! Jeudi, lors du conseil communal, Christopher Sortino déposera une motion visant à instaurer une certaine transparence. 

    Jeudi prochain, le scandale Publifin sera également abordé par le conseil communal. Le groupe PS, par la voix de Christopher Sortino, déposera ainsi une motion visant à instaurer une certaine transparence dans les mandats qui sont exercés tant au sein des intercommunales que par tous les élus bassengeois. Cette motion demande ainsi que chaque conseiller communal puisse avoir « un droit de regard complet et systématique sur toutes les rémunérations et avantages divers accordés à tous les membres des organes de gestion des intercommunales dans lesquelles la commune détient une participation ».

    Elle vise aussi à permettre que chaque Bassengeois puisse avoir un « droit de regard complet sur toutes les rémunérations et avantages divers accordés aux conseillers communaux en raison de leur mandat primaire ou dérivés ».

    « Cette idée de motion est venue de l’ensemble du groupe PS », explique Christopher Sortino. « Il faut en effet savoir qu’on s’investit tous énormément pour la commune, sans pour autant percevoir de rémunération pour tout le travail accompli. On veut ainsi démontrer aux citoyens que les politiciens ne doivent pas tous être mis dans le même panier. On veut instaurer une certaine transparence pour ainsi prouver aux gens que la majorité des politiciens ne touchent pas les sommes folles qui ont été avancées par le scandale Publifin. Et si la première partie de la motion vise simplement à faire appliquer la loi, on devrait déjà avoir accès à ce genre d’information mais on l’a finalement de manière très succincte, le second point risque d’être plus « touchy ». Mais l’idée n’est vraiment pas de faire de chasse aux sorcières ou de viser quelqu’un en particulier. Non, on veut être constructif. Pouvoir dire tel élu a autant de mandats et touche autant. Pour ainsi en finir avec certains amalgames ». Cette motion passera-t-elle ? Réponse jeudi. (Source La Meuse lundi 6 février 2017 Aurélie Drion)

  • Vallée du Geer – Invitation. S’investir pour la nature

    natagora, gestion natagora, natagora vallée du GeerCet article est paru dans La Meuse ce lundi 6 février 2017

    « Envie de vous investir pour préserver et valoriser le patrimoine naturel de la Vallée du Geer? Envie de dépenser un peu de temps libre pour une bonne cause? La commission de gestion des réserves naturelles de la Basse Vallée du Geer vous propose de la rejoindre.

    « Une bonne dizaine de réserves naturelles à notre actif, plus d'une dizaine de journées de gestion par an. Sans compter les balades et autres activités. Des réunions permettant l'échange d'idées sur l'avenir de la nature dans la vallée du Geer », dit-elle dans un communiqué publié sur notre blog de Bassenge. Infos sur bassenge.blogs.sudinfo.be » (Source La Meuse lundi 6 février 2017)

  • La photo clin d’œil du jour…

    Elle a été prise devant l’Ecomarché de Bassenge. (Photo Regor)

    sacotte 3.jpg

  • Communiqué de Natagora. Une idée de bonne résolution en ce début d'année ?

    natagora coteau du tunnel.3.jpgEnvie de vous investir dans un tissu local visant à préserver et valoriser le patrimoine naturel de la région ? Envie de dépenser de l'énergie, physique et mentale, et un peu de temps libre pour une bonne cause ?

    Alors, je pense que vous êtes taillé pour rejoindre notre commission de gestion des réserves naturelles de la Basse vallée du Geer !

    Une bonne dizaine de réserves naturelles à notre actif, plus d'une dizaine de journées de gestion par an. Sans compter les balades et autres activités. Des réunions permettant l'échange d'idées sur l'avenir de la nature dans la vallée du Geer.

    Rejoignez notre équipe de volontaires !

    http://amisdelamontagne.wixsite.com/comgesgeer/about

    Et pour découvrir toutes les réserves naturelles de la Vallée du Geer :

    http://amisdelamontagne.wixsite.com/comgesgeer/admissions

    natagora montagne saint pierre gestion août 2016.3.jpg

  • Projet écolo. 400 signatures récoltées pour construire des éoliennes

    Après avoir réalisé une réunion d’informations, pour ensuite faire une étude d’incidence et une enquête publique, la société EDF Luminus a, en collaboration avec la coopérative HesbEnergie, récemment déposé deux demandes de permis pour l’exploitation et la construction de plusieurs éoliennes. Le but de cette initiative ? Faire en sorte qu’un parc de cinq éoliennes soit prévu sur les communes de Juprelle (4 éoliennes) et de Bassenge (1 éolienne) et que sept autres éoliennes soient également implantées dans la campagne située au sud-est du village de Bassenge, au lieu-dit Hauts de Froidmont.

    En tout, près de 400 signatures ont été récoltées en faveur de cet important projet qui a d’ailleurs été présenté ce jeudi et ce vendredi aux communes concernées. « Une fois que l’enquête sera terminée, un délégué de la région wallonne va s’occuper de relire l’ensemble de l’enquête. Nous devrons à mon avis attendre un peu plus de six mois pour savoir si le projet va oui ou non être accepté. Une fois que la décision sera rendue, nous aurons deux possibilités : soit il sera accepté mais les personnes qui sont contre introduiront un recours, soit il sera refusé et nous introduirons nous-mêmes un recours. Mais objectivement, toute cette procédure devrait prendre une bonne année », explique Bernard Deboyser, administrateur-délégué d’HesbEnergie. Une initiative écologique qui nécessite quand même d’importantes sommes d’argent quand on sait que pour une seule éolienne, il faut au moins compter trois millions et demi d’euros. « Les gens qui investissent sont gagnants. Ils auront droit à 5 ou 6% du rendement des éoliennes et auront également un impact positif sur le futur écologique de la planète et de leurs enfants. »(Source La Meuse samedi 4 février 2017)

  • Eben-Emaël: Johannie et Olivier lancent leur boucherie à la ferme

    À 25 et 28 ans, Johannie Gillot et Olivier Letihon n’ont pas peur de se tuer à la tâche. Elle sage-femme, et lui commercial, ils viennent de se lancer dans un autre projet qui leur tenait à cœur. «  En parallèle à son travail, mon compagnon est aussi agriculteur  », explique Johannie. «  Et mon beau-père est éleveur de porcs. Tous deux travaillent dans la ferme familiale. Mais depuis quelques années, Olivier et moi voulions nous diversifier et ouvrir une boucherie à la ferme. On a évidemment mûrement réfléchi et puis, on a décidé de se lancer  ». Mais, avant de pouvoir ouvrir quoi que ce soit, et preuve supplémentaire de leur motivation, les deux jeunes gens ont dû suivre une formation de trois ans en boucherie/charcuterie/traiteur, tout en aménageant une partie de la ferme pour pouvoir ouvrir leur commerce et leur atelier. Une boucherie qui accueillera ses premiers clients ce samedi.

     «  Comme on ne sait pas très bien comment tout ça va aller, on ne sera ouvert, dans un premier temps, que le samedi matin, de 9h à 13h. Suivant la demande, on ouvrira à d’autres moments. Pour les produits, notre cuisine n’est pas encore terminée, donc on ne peut pas fabriquer notre propre charcuterie. Mais on se fournira chez un autre éleveur qui fait aussi de la charcuterie 100 % artisanale. Et pour la viande, dans un premier temps, il n’y aura que de la viande de porcs, élevés par mon beau-père. On sait très bien qu’on aura de la demande pour du bœuf. Donc, par la suite, on la fera venir d’autres élevages que nous connaissons et qui travaillent de la même manière que mon beau-père  ».

    La ferme Letihon fait en effet l’élevage raisonné.

    Comme l’expliquait Olivier à notre blogueur Regor, les animaux issus d’un élevage raisonné sont nourris avec une alimentation cultivée sur place, où l’utilisation de pesticides et autres produits chimiques est très limitée. Une attention toute particulière est également apportée au bien-être animal.

    Intéressés ? La ferme Letihon se trouve au 5 de la rue de l’Aumont à Eben-Emaël. Toutes les informations sur les différents produits que l’on pourra y trouver dès demain se trouvent sur la page Facebook « Sous le porche ». (Source Aurélie Drion La Meuse vendredi 3 février 2017)

    Voir aussi l'article que nous y consacrions précédemment :

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/01/31/nouveau-emael-ouverture-d-une-boucherie-a-la-ferme-de-la-via-214791.html

  • Appel aux bassengeois et bassengeoises. Accueil des personnes « Candidats-réfugiés »

    Un communiqué du C.P.A.S. de Bassenge, de la Paroisse de la Vallée du Geer, d’Andrée Delincé, de Claudine Fender, d’Isabelle Herman et de Lucien Vanstipelen. Source Bulletin paroissial « Bonne Nouvelle » n° 299 - février 2017

    « Accueil des personnes candidats-réfugiés

    Nous sommes tous témoins des drames humains vécus par toutes ces familles de réfugiés qui fuient leur pays en guerre. La Belgique en accueille une toute petite part. Bien trop peu pour certains, beaucoup trop pour d’autres. Les avis sont partagés, mais notre propos n’est pas d’engager ici la polémique.

    Notre commune de Bassenge, comme toutes les communes du Royaume, reçoit un quota de candidats-réfugiés qu’il faut accueillir, loger, nourrir. Actuellement, une dizaine de personnes provenant principalement d’Irak sont placées chez nous, à Bassenge, à Glons, à Wonck, à Emael. Ils attendent soit la reconnaissance du statut de réfugié, soit l’ordre de quitter le territoire.

    En attendant, notre C.P.A.S. prend soin d’eux et veille à ce qu’ils puissent vivre dans de bonnes conditions. Ils reçoivent un toit, de la nourriture, des soins si nécessaire, l’éducation pour les enfants en âge scolaire.

    Nous sommes témoins de la qualité de l’aide apportée par notre C.P.A.S. Mais nous sommes témoins aussi du désarroi de certains candidats-réfugiés. Tous sont marqués par la guerre horrible et les bombardements qu’ils ont fuis, par la persécution qu’ils ont subie. Certains ont perdu des parents proches. La plupart ont été entassés dans des camps de réfugiés dans des conditions inhumaines. Ils ne parlent pas le français, certains sont seuls, ne connaissant personne ici.

    Des habitants de nos villages se sont émus de leur situation et voudraient collaborer avec le C.P.A.S. pour leur offrir, en plus du minimum vital, un peu de réconfort, un peu d’amitié, un peu d’aide dans la mesure du possible. Par exemple : il est très important pour eux d’apprendre le français. Peut-être pourrions-nous mettre en place, chez nous, une table de conversation et d’apprentissage du français ?

    Nous avons l’intention de les inviter à partager un repas fraternel. Pour créer des liens. Les responsables du C.P.A.S. nous disent que ce serait bien si certains d’entre eux disposaient de (vieux) vélos. Nous avons souvent de bons vêtements à partager !?

    Bref, il est possible d’agir et de leur offrir un petit rayon de lumière dans la situation dramatique qu’ils vivent.

    Si vous désirez nous rejoindre dans notre réflexion et dans de petites actions, n’hésitez-pas à contacter le C.P.A.S. de Bassenge, la Paroisse de la Vallée du Geer, Andrée Delincé, Claudine Fender, Isabelle Herman et Lucien Vanstipelen »

    Secrétariat paroissial : 04/2863001

    C.P.A.S. Bassenge : 04/259 88 10

    Isabelle Herman : 0479.262990

    Abbé Lucien Vanstipelen : 0495.702743

    irak guerre 2.JPG

    (Photos Wikipedia)

  • Gaïa rend les bulletins. Ministres du Bien-être animal : Di Antonio premier de classe

    carlo di antonio.pngL’association de défense des animaux Gaia a évalué le travail des ministres régionaux du Bien-être animal. À mi-mandat, pour le travail déjà accompli et celui qu’il reste à faire aux yeux de Gaia, le Wallon Di Antonio (cdH) termine premier de classe (14/20), la Bruxelloise Bianca Debaets (CD&V) est dernière (11/20). Le Flamand Ben Weyts (N-VA) obtient 12/20.

    Di Antonio a gagné des points avec son formulaire en ligne pour dénoncer la maltraitance animale, ses décisions pour l’identification des chiens et des chats, la stérilisation de ces derniers, l’interdiction de l’élevage du vison et des poneys de foire et son futur code wallon du bien-être animal. Gaia attend encore de lui des sanctions pour les animaux laissés en pâture sans abri, la castration des porcelets, la gestion urbaine des pigeons, l’interdiction du gavage (9 fermes de production) et surtout de l’abattage sans étourdissement.

    Debaets a convaincu avec la plainte en ligne pour dénoncer la maltraitance et la mise en place du conseil du bien-être animal. Elle est attendue elle aussi sur l’abattage sans étourdissement, sur des sanctions plus sévères en cas de maltraitance, sur la stérilisation obligatoire des chats, la limitation des ventes d’animaux domestiques, l’interdiction des poneys de manège, des mesures pour les pigeons urbains et contre l’utilisation d’animaux en laboratoire. (Source La Meuse 1er février 2017)