Google Analytics Alternative

- Page 3

  • L'indice des matières premières alimentaires au plus haut depuis près de deux ans

    L'indice des prix des matières alimentaires établi par la FAO a atteint en janvier son plus haut niveau depuis près de deux ans, malgré une offre abondante, a annoncé l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

    L'indice s'est établi à 173,8 points en janvier, en hausse de 2,1 par rapport à décembre et de 16,4% par rapport à janvier 2016.

    L'indice s'est établi à 173,8 points en janvier, en hausse de 2,1 par rapport à décembre et de 16,4% par rapport à janvier 2016.

    La plus forte hausse, au sein de cet indice, revient au prix du sucre (+9,9 en janvier), soutenu par des craintes d'un approvisionnement tendu au Brésil, en Inde et en Thaïlande.

    Les prix des céréales ont augmenté de 3,4% par rapport à décembre, pour atteindre un sommet en six mois, les prix du blé, maïs et riz étant tous en hausse.

    Quant aux prix des huiles végétales, ils affichent une hausse d'1,8%.

    Enfin, les prix de la viande sont restés quasi inchangés par rapport à décembre, tout comme ceux des produits laitiers mais ces derniers avaient bondi de 50% entre mai et décembre 2016. (Le Sillon belge)

  • Vallée du Geer – Accueil touristique et cadre de vie. Difficile de s’habituer aux chancres

    Çà et là, en Vallée du Geer, depuis maintenant des mois, des chancres témoignent des actes de vandalisme dont le mobilier public a fait l’objet. A la Guizette à Emael, le dossier d’un banc a été extrait. Il est dans cet état depuis des années. Des clous saillants constituent un réel danger de blessure. Devant le Fort d’Eben Emael, cela fait belle lurette que la poubelle est hors d’usage. Un sachet est accroché à côté d’elle. Côté accueil touristique, le Fort d’Eben Emael, c’est tout de même des dizaines de visiteurs par an… A la sortie de Wonck, sur la Via Jecore, un banc et une poubelle avaient été incendiés. C’était au mois de juillet 2016. Il y a donc 8 mois. A Boirs, rue de l’île, le feu avait été bouté à une poubelle. C’était au mois de mai 2016. Il y a donc 10 mois.

    « Difficile de s’habituer aux chancres. Pourquoi ne les remplacent-ils pas ? » Nous ont dit plusieurs riverains et promeneurs rencontrés lors des prises de vues photographiques.

    Banc à la Guizette à Emael.

    banc guizette 4.jpg

    banc guizette 5.jpg

    Poubelle devant le Fort d'Eben-Emael

    poubelle fort eben emael.jpg

    Banc et poubelle sur la Via Jecore à la sortie de Wonck

    banc wonck 10.jpg

    banc incendié wonck.jpg

    Poubelle rue de l'île à Boirs

    poubelle incendiée boirs2.jpg

  • Bassenge – Conseil communal. Le bourgmestre Josly Piette détaille ses mandats

    piette.jpgLe dernier point du conseil communal a été particulièrement houleux, jeudi soir. Suite à l’affaire Publifin, le PS avait déposé une motion demandant plus de transparence de la part des élus, permettant ainsi aux d’avoir accès aux mandats et rémunérations de leurs conseillers communaux. Une démarche des socialistes qui n’a pas plu à Josly Piette, bourmestre de Bassenge.

    Par la voix de Christopher Sortino, le PS demandait à ce que chaque conseiller communal puisse avoir un droit de regard sur toutes les rémunérations accordées aux christopher sortino portrait.pngmembres des organes de gestion des intercommunales dans lesquelles la commune détient une participation. La motion voulait également permettre aux Bassengeois de connaître les mandats, rémunérations et avantages divers accordés aux conseillers communaux. Et l’intervention du socialiste terminée, Josly Piette, n’a pas mâché ses mots en rejetant la motion : « Recevoir des leçons d’éthique et de transparence de la part du PS, c’est le monde à l’envers ! Venant d’Ecolo, qui a quand même une tradition d’éthique, de décumul des mandats et de transparence que n’ont pas les trois autres partis (PS, MR et cdH, NDLR), je l’aurais accepté. Mais venant du parti qui est le plus mouillé dans cette histoire de Publifin, non. En plus, une seule personne pourrait rendre des comptes dans ce que vous demandez, c’est le bourgmestre de Bassenge. Ça me dérange ».

    Christopher Sortino a soutenu mordicus que cette motion ne visait pas personnellement Motion Christopher.pngJosly Piette : « Non, je veux vraiment qu’on en finisse avec ces gens qui confondent tout. Qu’on mette carte sur table le salaire qu’on touche et qu’on envoie un message aux Bassengeois ».

    « 2.000 € tous les mois »

    Et si Josly Piette a campé sur ses positions, il a détaillé ses mandats et rémunérations : « J’ai 23 mandats dont 2 rémunérés. Tous les émoluments que je reçois des autres mandats, ils sont rétrocédés directement dans les caisses communales. Par exemple, je suis depuis 10 ans vice-président de l’AIDE. Tous les mois, il y a près de 2.000 euros qui sont reversés à la commune. Trouvez-moi un socialiste qui en fasse de même ? Alors, puisque votre USC est toujours sous tutelle et que votre motion a été validée par votre tuteur Mauro Lenzini (bourgmestre en titre d’Oupeye, NDLR), je propose que le PS de Bassenge, qui veut laver plus blanc sur un terrain qui n’est pas le sien, demande à Mauro Lenzini de réunir les bourgmestres de la Basse-Meuse et leur demande de rétrocéder à leur commune, les émoluments qu’ils reçoivent dans les intercommunales ».

    Et si Christopher Sortino relayera le message « sans prévaloir dans la réponse », il ne lâchera pas le morceau. Il reviendra le mois prochain avec une motion similaire.

    Quant à Josly Piette, il a fait voter, à l’unanimité, une motion dans laquelle Bassenge demande la clarification de la structure du groupe, la transparence dans le rôle de Finanpart et une refonte des règles de gouvernance.

    Affirmant que « cette campagne de dénigrement outrancière vise à affaiblir, détruire, le modèle intercommunal avec comme seule alternative, la privatisation » et craignant qu’elle ne lui fasse perdre des clients, du chiffre d’affaires et démotive cadres et travailleurs, le conseil communal a réaffirmé sa volonté de maintenir et développer un acteur industriel public majeur actif dans des activités d’avenir indispensable au redéploiement économique de la région liégeoise et de la Wallonie. (La Meuse samedi 11 février 2017 - Aurélie Drion)

  • Les malfrats sont passés par Bassenge. Quatre braquages en une seule soirée... Des infos supplémentaires

    Jeudi soir, de 20h45 à 23h15, deux individus ont commis une série de quatre braquages. Partis de Waremme, ils sont passés par Bassenge, Oupeye et Jupille (Liège). Cagoulés et armés, ils ont d’abord braqué un centre de paris sportifs à Waremme à l’aide d’un fusil. Ils ont emporté 2.500 euros avant de partir en voiture en direction de Bassenge où ils ont braqué le night-shop de la rue Neuve (butin : 900 €), ensuite un autre commerce de nuit à Oupeye (butin : 600 €). Leur virée s’est terminée à Jupille où, là encore, un night-shop était visé (pas de butin, que des cigarettes). Un coup de feu d’intimidation a été tiré à Jupille mais heureusement personne n’a été blessé. Un autre coup de feu aurait été tiré avec une arme à blanc dans un des autres établissements visés. Ils n’ont pas été interceptés et la police est à leur recherche.( Source La Meuse samedi 11 février 2017)

  • Herstal – Chantier E40. Trois mois de retard pour le viaduc

    S’ils pensaient que leur calvaire touchait à leur fin, les milliers d’automobilistes qui empruntent chaque jour le viaduc de Herstal (E40) vont devoir faire preuve d’encore un peu de patience. Les travaux de rénovation et d’élargissement du viaduc ont en effet pris du retard. Annoncé pour le début du printemps 2017, le chantier se terminera finalement à la fin du mois de juin. C’est donc trois mois d’embouteillages monstres supplémentaires que les habitués devront affronter. Un retard qui s’explique principalement par les conditions climatiques hivernales. Le chantier a ainsi dû être stoppé durant plusieurs semaines, en novembre, décembre et surtout janvier. Depuis, le planning a été revu et la fin des travaux est fixée à la fin juin 2017.( La Meuse samedi 11 février 2017)(photo prétexte)

  • Waremme, Oupeye, Bassenge et Jupille: quatre night-shops braqués en quelques heures, ce jeudi soir !

    Quatre night-shops ont été la cible de braqueurs jeudi soir. Des armes ont été utilisées mais aucun blessé n’est à déplorer. Les malfrats ont notamment emporté des paquets de cigarettes, a-t-on appris ce vendredi au parquet de Liège.

    Entre 21h00 et 23h15, deux individus ont fait irruption dans quatre night-shops situés dans l’arrondissement de Liège (Waremme, Oupeye, Bassenge et Jupille). Ils étaient armés. Dans chaque commerce, ils ont brandi une arme afin de se faire remettre le contenu de la caisse. Dans deux des quatre night-shops, ils ont fait usage de leur arme. «C’était une arme à feu à Jupille et apparemment une arme tirant des balles à blanc dans l’un des autres commerces. Mais personne n’a été blessé», a-t-on précisé au parquet de Liège, soulignant que les malfrats ont a priori fait usage de leur arme davantage pour intimider le tenancier. Les auteurs sont parvenus à prendre la fuite. On ignore s’ils ont emporté de l’argent, mais ils sont repartis avec des paquets de cigarettes.

    La suite sur :

    http://www.lameuse.be/1785434/article/2017-02-10/waremme-oupeye-bassenge-et-jupille-quatre-night-shops-braques-en-quelques-heures

  • Eben - La photo du jour. Le carnaval : c’est parti !

    La preuve.

    Statue de Charlemagne sur le rond-point d’Eben.

  • Wonck. 7 éoliennes : l’enquête publique s’est terminée ce 7 février.

    A Wonck, depuis le mois de décembre du côté de la rue Voie de Liège des avis d’enquête publique pour construire et exploiter un parc éolien de 7 éoliennes avaient été affichés en divers endroits. L’enquête publique s’est terminée le 7 février. Comme l’indique les avis, le parc éolien sera situé Cornu champs / Voie de Liège à Wonck (sur les hauteurs de Wonck vers Houtain). On devrait donc en savoir plus bientôt.

  • Bassenge commune zéro déchet ? Sondage

    Le ministre Di Antonio propose aux communes de participer à un projet intitulé "Zéro déchet" (voir ICI)

    Souhaitez-vous que Bassenge y participe ?

    Il est possible que ce sondage ne soit pas accessible aux smartphones et tablettes. Pour manifester votre accord, cliquez sur "J'aime" !

  • Carlo Di Antonio à la recherche de 10 communes prêtes à s’engager dans le « Zéro déchet »

    Le Ministre wallon de l’Environnement Carlo DI ANTONIO est à la recherche de 10 communes wallonnes prêtes à s’engager dans le « zéro déchet ».  

    Ce mercredi 8 février 2017, il lance un appel à candidatures et invite les communes à participer à cette opération originale en matière de prévention des déchets et d’économie circulaire.

    C’est la première fois qu’une opération de cette envergure sera organisée dans notre Région.

    Le « Zéro Déchet » vise à réduire au maximum notre production de déchets.

    C’est un concept mobilisateur à l’échelle communale : il organise une mise en réseau de tous les acteurs et favorise l’économie locale via les circuits courts. En devenant partenaires, les communes devront s’engager avec leurs entreprises, commerces, écoles, associations et citoyens.

    Par ce projet, Carlo DI ANTONIO souhaite sensibiliser les wallons à notre production de déchets et inscrire la Wallonie dans une dynamique active de réduction des déchets, en faveur de notre environnement.

    LE « ZÉRO DÉCHET », C’EST QUOI ?

    Le « zéro déchet » est ce qu’il reste quand on a appliqué la règle des 4R :

    1. Refuser (éviter le déchet),

     

    1. Réduire (le gaspillage et la consommation)

     

    1. Réutiliser (ou partager, donner, louer, mutualiser, réparer,…)

     

    1. Recycler (valoriser les matières et composter).

    S’inscrire dans une dynamique zéro déchet consiste donc à appliquer ces règles sur le terrain, au quotidien.

    A Roubaix, en France, écoles, mairie, 200 familles, 30 commerces et un Club d’entreprises relèvent déjà le défi.

    De leur coté, les citoyens pratiquent le compostage de leurs déchets de cuisine, utilisent ce compost pour fertiliser leur potager ou consomment des produits non transformés et non jetables. En Wallonie, le gaspillage alimentaire constitue 39% de nos déchets organiques. 19 kilos d’aliments sont ainsi jetés par an et par habitant sans avoir été consommés. 

    Dans les écoles, l’utilisation de la boite à tartine est généralisée et les supports informatisés sont privilégiés pour limiter les impressions sur papier. Dans les commerces, cela se traduit pour de la vente de produits en vrac. Dans la ville, des zones de compostage, accessibles à tous, ont été installées.

    APPEL À CANDIDATURES WALLON :

    Les 10 communes sélectionnées bénéficieront d’un accompagnement gratuit pendant 2 ans. Espace Environnement ASBL les aidera à mettre en place une dynamique Zéro Déchet sur leur territoire par :

    -      Des formations

    -      La coproduction d’un diagnostic & d’un plan d’actions sur mesure;

    -      La coordination des activités de terrain & l’accompagnement des acteurs;

    -      Un soutien en communication;

    -      Des activités de réseau : visites de terrain, échanges de pratiques, etc.

    Pour être sélectionnées, les communes devront démontrer un certain niveau de performance actuel en matière de gestion de leur déchet, un certain niveau d’exemplarité de leur Administration communale et de mobilisation locale ou encore déjà pratiquer une gestion différenciée des déchets organiques.

    La proclamation des lauréats interviendra le 21 avril 2017.

    Une permanence d’information est organisée les 16 et 17 février prochains au Salon des Mandataires – Stand Espace Environnement ASBL.

    Le dossier de candidature est à télécharger ici.

    http://www.wallonie.be/fr/developpement-durable-en-wallonie

    LA PRODUCTION DE DÉCHETS EN WALLONIE (chiffres 2015).

    -        La quantité d’ordures ménagères collectées en Wallonie ne cesse de décroitre depuis 1997. On est passé de 260 kg/hab/an à 145 kg/hab/an en 2015.

    -        La collecte sélective en porte à porte a permis de récolter 68kg/an/hab

    -        Dans les bulles à verre, 25kg/an/hab ont été collectés.

    -        156 communes organisent la collecte des déchets organiques en Wallonie. Dans ces communes, on a collecté en moyenne 34,80 kg/habitant/an.

    -        La quantité de déchets collectée en parc à conteneurs est de 272 kg/an/hab.

    Le site du Cabinet du Ministre Di Antonio

    http://diantonio.wallonie.be/carlo-di-antonio-la-recherche-de-10-communes-pr-tes-s-engager-dans-le-z-ro-d-chet

  • Kanne. Important incendie mercredi soir. Elle retourne affronter les flammes pour sauver ses chats ! (Vidéo)

    Hier soir, aux alentours de 23h30, les services d’incendie de Maastricht et de Oost-Limburg (Bilzen Lanaken, et Voeren) ont été appelés pour un important incendie qui s’est déclaré dans un appartement à Kanne. On ne déplore aucune victime mais l’appartement est complètement ravagé. Si elle avait pu quitter précipitamment les lieux, la propriétaire est cependant retourné affronter les flammes pour sauver ses chats. Elle s’en est sortie indemne et les chats ont été sauvés. La dame a tout de même été prise en charge par les services ambulanciers. La suite et la vidéo de l’incendie sur Het belang Van Limburg.be (photo capture écran vidéo HBVL). Cliquer sur le lien ci-dessous:

    http://www.hbvl.be/cnt/dmf20170209_02721127/vrouw-loopt-brandend-appartement-opnieuw-binnen-voor-haar-katten

  • Courrier du Limbourg. Le bassengeois ramasse une branche sur la tête : il décède sur le coup.

    C’est ce qu’on pouvait lire, il y a plus de 100 ans, le 23 mai 1914 exactement, dans le Courrier du Limbourg édité à Tongres. Source Hetarchief.be.

    archive journal bassenge 2 Courrier du Limbourg 23 mai 1914.png

    https://hetarchief.be/fr/media/le-courrier-du-limbourg/v7cjEJfhUVWyMJCVX6Y1z86i

  • En 2016, la Wallonie a déboursé 2,6 millions d'euros d'indemnisations pour les véhicules endommagés à cause des routes

    Une petite partie des accidents de la route est causée par l’état de la chaussée. Les conducteurs lésés peuvent se retourner contre le gestionnaire de la voirie. La Région wallonne a fait ses comptes pour 2016 et nous les communique en primeur. Elle a déboursé plus de 2,6 millions d’euros. La facture devrait grimper à 3 millions si on ajoute la Sofico qui a en charge l’entretien des autoroutes et dont le bilan définitif n’est pas encore connu. (Photo prétexte)

    La suite sur :

    http://liege.lameuse.be/42000/article/2017-02-07/26-millionseu-dindemnisations-pour-les-vehicules-endommages

  • AFSCA – Grippe aviaire : le virus H5N8 identifié en Belgique !

    Le 01 février 2017, le virus H5N8 de la grippe aviaire a été identifié chez un détenteur hobbyiste (amateur) dans la commune de Lebbeke. Le caractère hautement pathogène de cette souche doit encore être confirmé. Suite à cette situation, les mesures de prévention obligatoires contre la grippe aviaire sont encore renforcées.

    Dès ce jeudi midi (2 février 2017), toutes les volailles, y compris les ratites, et autres oiseaux captifs des professionnels et des amateurs doivent être confinés ou protégés (filets) de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.

    Tous les rassemblements de volailles et autres oiseaux captifs ainsi que les marchés sont interdits.

    Etant donné qu’il ne s’agit pas d’animaux détenus par un professionnel mais d’oiseaux d’ornement, seule une zone tampon d’un rayon de 3 km est délimitée autour du site. Il n’y a pas d’exploitations professionnelles de volailles dans cette zone, où le transport de volailles, d’oiseaux et d’œufs à couver est interdit. Tout détenteur de volailles doit envoyer un inventaire à la commune dans les 48h.

    Willy Borsus, Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture et de l'Intégration sociale : « Le virus qui touche fortement les pays voisins depuis plusieurs mois atteint désormais la Belgique. A ce stade, le secteur professionnel n’est pas touché, mais nous devons rester très vigilants. La stricte application des mesures de biosécurité est capitale pour que ce cas reste isolé ».

    Pour rappel, depuis le 10 novembre 2016, une période de risque accru est d’application sur tout le territoire et les mesures de prévention avaient déjà été renforcées. Ces mesures sont toujours d’application :

    Les volailles d’exploitations avicoles enregistrées (professionnelles) doivent être confinées ou protégées de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.

    Le nourrissage et l’abreuvement des volailles et des autres oiseaux captifs doit se faire à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages.

    Il est interdit d’abreuver les volailles et les autres oiseaux captifs avec de l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages, à moins que cette eau ne soit traitée pour garantir l’inactivation des virus éventuels.

    Nous rappelons à tous les détenteurs de volailles qu’il est important qu’ils contactent leur vétérinaire s’ils constatent une mortalité élevée dans leur cheptel ou tout autre symptôme de maladie.

    Le consommateur n’encourt aucun risque. La viande et les œufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité.

    Vous trouverez toutes les informations sur http://www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

  • A proximité - Travaux. Déviation à Hermalle à cause d’un chantier

    La police de la zone Basse-Meuse a tenu à informer la population via sa page Facebook. Elle invite les automobilistes à la prudence.

    « Depuis le lundi 30 janvier du côté de Hermalle et ce pour une durée de trois semaines, le rond-point de la rue Wérihet, de la rue des quatre Chemins et de la rue du Passage d’eau est fermé à la circulation automobile.

    Une déviation est mise en place par la rue du Passage d’eau (côté canal) pour rejoindre la rue d’Argenteau par la rampe d’accès en face de la caserne des pompiers. Ces perturbations rentrent dans le cadre du chantier de la pose d’un oxyduc pour Air Liquide qui doit passer sous le canal Albert. La société en charge du chantier présente ses excuses pour les désagréments que ces travaux vont engendrer.

    Nous demandons également aux automobilistes d’adapter leur vitesse dans la rue du Passage d’eau, une voie qui draine habituellement une circulation purement locale ». (Source La Meuse mercredi 8 février 2017)