Google Analytics Alternative

- Page 3

  • Wallonie. Vache à canule (hublot): le ministre Di Antonio n’en veut plus !

    vache hublot_2.jpgL’image est forte et n’en finit pas de susciter le débat. La canule, c’est cette technique scientifique qui permet d’avoir accès aux entrailles d’une vache vivante en lui plaçant une sorte de « hublot ».

    Concrètement, on vient greffer un « goulot » sur l’abdomen de la vache et la canule permet d’étudier de l’intérieur les micro-organismes qui se développent sur le rumen, le premier estomac des ruminants et dont le rôle est de dégrader les matières végétales avant leur transformation en viande. Mais cette méthode de recherche, menée depuis 2008 aux facultés des sciences agronomiques de Gembloux (ULg) ne plaît pas à tout le monde.

    Voici peu, l’ASBL « Animaux en péril » avait dénoncé l’existence de ces tests, même si les chercheurs assurent que le processus est totalement indolore pour les vaches. Du côté du ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio (cdH), on n’apprécie pas beaucoup plus la méthode des vaches à canule. « Cette technique doit être parfaitement maîtrisée et réalisée par un vétérinaire spécialisé dans les grands animaux », souligne le ministre. « C ela est permis pour l’amélioration des conditions de production des animaux élevés à des fins agronomiques » .

    D’AUTRES MÉTHODES SVP !

    Le ministre a également rappelé que le système digestif des bovins est très sensible, et qu’il convient d’évaluer les nouveaux fourrages, pour assurer la productivité en lait et en viande. « Il en va de l’avenir de notre agriculture, qui doit devenir plus durable et à l’impact environnemental de cette agriculture » .

    Mais Carlo Di Antonio conseille aux chercheurs d’utiliser d’autres méthodes. « Selon mes services, il existe d’autres méthodes permettant ce type de recherches et même si rien d’un point de vue scientifique ne justifie d’interdire cette pratique, je souhaite que soient privilégiées des méthodes alternatives plus respectueuses du bien-être des animaux. » (La Meuse jeudi 17 novembre 2016)

    A VOIR AUSSI SUR ESTAIMPUIS SUDINFO :

    http://estaimpuis.blogs.sudinfo.be/archives/2013/12/index-42.html

  • Vers une pénurie. Les bananes attaquées par deux champignons

    Si vous aimez les bananes, dépêchez-vous d’en consommer. D’abord parce que les prix vont très certainement flamber dans les prochains mois. Ensuite parce que la variété que nous dégustons va peut-être disparaître. Or, c’est pratiquement la seule à être cultivée à travers le monde. La banane Cavendish est en effet menacée par deux virus auxquels elle ne peut génétiquement pas résister.

    UNE SEULE VARIÉTÉ

    Pas de panique : on en trouvera encore dans les rayons dans les mois à venir mais les ingénieurs agronomes tirent la sonnette d’alarme. La pandémie est en train de ravager les plantations partout dans le monde. On tente de l’enrayer sans trop de résultats jusqu’ici. Le problème, c’est que la totalité des bananes exportées sont issues de la même variété. Elles sont donc génétiquement identiques et vulnérables aux mêmes champignons. Les ingénieurs agronomes préconisent donc de diversifier les cultures. Ils travaillent également à la création d’une nouvelle variété qui serait plus résistante aux maladies. Petit hic : cette nouvelle banane n’aurait pas vraiment la même saveur.

    Ce n’est pas la première fois que le fruit le plus apprécié dans le monde est menacé par une bactérie. Dans les années 60, la banane Gros Michel avait été décimée par le virus Panama. Elle aussi représentait la grande majorité de la production de l’époque. La Cavendish lui avait alors succédé sur le marché. (Source La Meuse jeudi 17 novembre 2016)

  • La photo du jour. Hier, c’était la fête du Roi…

    Le look du Prince Laurent a fait sensation…

    (Source André Frédéric Facebook)

    fête du roi photo.jpg

    humour fête du roi,fête du roi,fête du roi novembre 2016,photo du jour fête du roi

  • Déjà un succès ! Échangez vos cents contre un bon d’achat. Enfin une solution pratique et facile pour se débarrasser de toute sa petite monnaie

    Marre d’accumuler les petites pièces de 1 et 2 cents ? Deux Cora et trois Carrefour Market vous aident à vous en débarrasser. Une machine transforme votre trésor encombrant en bons d’achats. 

    Les petites pièces de 1 et 2 cents alourdissent nos porte-monnaie et, bien souvent, elles atterrissent dans un pot ou dans une tirelire. De l’argent qui finit par dormir et dont on ne sait plus trop comment se défaire.

    La solution ? L’Eurocycleur ! Depuis la rentrée de septembre, cinq de ces machines vraiment pratiques ont fait leur apparition dans cinq supermarchés de Wallonie. Aux magasins Cora d’Hornu et de Châtelineau et dans les Carrefour Market de Tamines, Ghlin et Maisières.

    COMMENT ÇA MARCHE ?

    Nous avons testé pour vous ce service. C’est riche de plus de 200 pièces de 1 et 2 euros que nous avons pris la direction du Cora de Châtelineau. La machine a été installée à l’entrée du magasin, juste à côté du rayon tabac. Sur l’Eurocycleur, on apprend qu’on peut échanger des pièces de 1 cent à deux euros. Nous insérons notre magot d’un seul coup dans l’appareil, qui commence à calculer le montant que nous glissons. L’opération est rapide. Verdict : nous en avions pour 2,98 euros de ferraille. Une fois vos pièces avalées, il vous suffit d’imprimer votre bon. En effet, la somme devra être utilisée pour des achats dans le magasin. Le bon a une validité d’un mois.

    EN TEST

    C’est le responsable caisses du Cora d’Hornu qui a soumis cette idée à ses dirigeants. « J’avais remarqué depuis plusieurs années », explique Quentin Vernier, « que les clients étaient particulièrement ennuyés par ces petites pièces. Nous avons contacté des entreprises qui sont spécialisées dans les convertisseurs de monnaie et nous sommes tombés sur la société Eurocycleur. Les machines ont été installées dans deux Cora wallons : Hornu et Châtelineau. Elles sont en phase de test. Si le projet s’avère concluant, on les installera sans doute dans tous les Cora de Belgique . »

    Et pour être concluant, c’est concluant. Les clients sont ravis : « Nous avons eu plus de 1.000 dépôts en octobre » souligne Quentin Vernier. Ce sont surtout les pièces de 1, 2 et 5 cents qui sont glissées dans l’appareil pour le moment. Chaque jour, la monnaie est prélevée et est recyclée pour les fonds de caisse. « Il s’agit d’un vrai service à la clientèle. Mais nous ne sommes pas perdants puisque la monnaie est reconvertie en bons d’achat » explique le responsable.

    Même son de cloche du côté des Carrefour Market : à Tamines, l’appareil a été installé le 4 novembre et remporte déjà un vif succès. Et même principe : l’argent est converti en bons d’achat. Du côté de la direction de Carrefour (NdlR : les trois magasins équipés sont des franchisés), on dit entamer des discussions avec la société Eurocycleur mais aucune décision ne sera prise avant l’an prochain.

    Le système est déjà particulièrement bien développé en France : de nombreux supermarchés Auchan, Leclerc, Cora, les magasins U, Intermarché et Carrefour l’ont adopté. Il est vrai que la société qui commercialise le principe et les machines est française. (Source La Meuse mercredi 16 novembre 2016)

  • Troisième opération d’empoissonnement du Geer. Lundi, 550 kilos de carpes ont rejoint la rivière (Photos + Vidéo )

    empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 4.jpgSi, pour l’empoissonnement précédent, en février dernier, le choix s’était porté sur des lieux situés entre Roclenge et Emael, cette fois c’est la partie en amont du Geer qui a été choisie et ce, au départ de Glons.

    Ce lundi 14 novembre à 11h00, des membres de la société « Les pêcheurs du Bas-Geer » étaient fidèles au rendez-vous fixé en dessous du viaduc de Boirs et, délégué par le SPF, l’agent Frédéric Henrotay de la Division Nature et forêts (Direction de la chasse et de la pêche) avait rejoint le groupe pour superviser les opérations (contrôle qualité, état sanitaire, suivi).

    empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 1.jpgCinq lieux où, à chaque fois, 110 kilos de carpes ont rejoint la rivière. Des carpes d’un demi kilo environ et âgées de deux ans.

    La première mise à l’eau a été effectuée à proximité du pont de la rue Oborne à Glons, puis à la Bas-Slins ainsi qu’à Boirs etc…

    Ce nouvel empoissonnement fait suite à celui effectué l’année dernière ainsi qu’au mois de février de cette année ; deux opérations dont les résultats ont été probants. En effet, tant les membres de la société de pêche que l’agent du SPW Nature et Forêt ont été unanimes pour avancer qu’aucune mortalité n’a été constatée et que dans le Geer, au contraire et de surcroît, des bancs de poissons ont été aperçus régulièrement en différents endroits (photos à l’appui). Force est donc de reconnaître empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 3.jpgque les efforts consentis tant en matière d’assainissement du Geer, et l’on pense au rôle actif joué par le Contrat de rivière Meuse Aval, qu’en investissement pour les empoissonnements, tous commencent à porter leurs fruits. A ce sujet, notons que les achats de poissons de piscicultures destinés aux empoissonnements de cours d’eau sont subsidiés par  le SPF Nature et Forêt et que ce financement provient des permis de pêche.

    Si l’on additionne les 550 kilos de poissons remis dans le Geer ce lundi avec les 1.377 kilos qui l’ont été précédemment (en deux phases), cela permet de constater que près de deux tonnes de poissons évoluent aujourd’hui dans la rivière.

    Il va sans dire que les différents partenaires pour la réintroduction des poissons dans le Geer, et ils ne sont certainement pas les seuls, souhaitent ardemment que la rivière, milieu naturel qui abrite aujourd’hui de nombreuses espèces soit respectée par tous car les gestes d’incivilités (déchets divers jetés dans la rivière), déjà fortement décriés et interdits, relèvent plus que jamais d’actes criminels volontaires.

    En tout cas, des empoissonnements en lesquels toute la Vallée du Geer fonde énormément d’espoir.

    Toutes les photos dans l'album en cliquant ICI

    Regor

    LA VIDEO

    Voir aussi article précédent:

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/02/25/apres-plus-de-trente-ans-pouvoir-a-nouveau-pecher-dans-le-ge-180337.html

  • Pour contrer les réseaux sociaux, la police compte sur des "patrouilles volantes" pour ses contrôles d'alcoolémie cet hiver

    Afin de contrer les fuites sur les réseaux sociaux, la police va davantage miser sur les «brigades volantes» pour la nouvelle campagne Bob de cet hiver. Les agents resteront ainsi à peine un quart d’heure à un endroit pour effectuer un contrôle avant de se déplacer rapidement vers une autre localisation.

    C’est ce qu’écrivent mardi les journaux du groupe Mediahuis.

    « Nous voulons améliorer la qualité de nos contrôles. C’est pourquoi nos services de police doivent travailler intelligemment, notamment en organisant des contrôles plus courts et rapides. Cela arrivera plus souvent durant la campagne Bob », explique-t-on au cabinet du ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA).

    La police travaillera également avec des patrouilles supplémentaires durant cette campagne qui débutera à la fin du mois.

    Elle envisage en outre 250.000 contrôles d’alcoolémie, comme l’an dernier. (Source La Meuse.be)

    alcool.jpg

  • 1 rue du Paradis, 0612 Ciel: Bpost se charge de l'envoi du courrier à Saint-Nicolas

    La société bpost annonce que, comme les années précédentes, elle se chargera de la transmission du courrier à Saint-Nicolas. Un secrétariat dédié au patron des enfants sages a été ouvert pour réceptionner toutes les lettres et les dessins destinés à ce dernier.

    Pour chaque envoi, Saint-Nicolas s’engage à répondre aux enfants par courrier et à leur offrir un cadeau, assure bpost.

    Saint-Nicolas réside toujours à la même adresse, soit rue du Paradis, 1 à 0612 Ciel. (Source La Meuse lundi 14 novembre 2016)

  • Bassenge. Journée de l’arbre ce samedi 19 novembre 2016 : distribution gratuite de plants d’arbres et différentes animations

    Comme chaque année, la commune de Bassenge organise sa grande journée de l’arbre sur la Place Louis Piron à Roclenge. Elle prendra place ce samedi 19 novembre dès 14h30. Des animations accompagneront cette grande journée de distribution gratuite de plants d’arbres et, en fin d’après-midi, après son périple dans la Vallée du Geer, Saint Nicolas est attendu sur la Place où il sera accueilli en fanfare pour le bonheur des petits enfants comme des grands.

    Tous les renseignements sur les illustrations ci-dessous : 

    journée de l'arbre 2016 bassenge.png

    journée de l'arbre 2016 bassenge saint nicolas.png

  • La plus grande «super lune» du 21ème siècle aura lieu le 14 novembre

    super lune le soir.jpgLa Nasa est formelle. Ce lundi 14 novembre aura lieu la plus grande «super lune» du 21ème siècle. Un phénomène rare attendu de pied ferme par les amateurs d'astronomie.

    Il faudra en profiter, puisque ce que la Nasa décrit comme l'une des «plus impressionnante apparitions lunaires du siècle» ne se reproduira avec une telle intensité que le 25 novembre 2034.

    La plus belle «super-lune» de l’année est effectivement prévue le 14 novembre, c’est-à-dire une lune énorme et très brillante.

    Notre seul satellite ne tourne pas en suivant un parcours (qu’on appelle «orbite») qui a la forme d’un cercle. Son orbite est ovale. Par conséquent, la distance de la lune à la terre varie au cours d’un mois, soit le temps nécessaire pour que la lune fasse un tour complet autour de notre planète.
    À son périgée (point le plus proche de la terre), la lune semblerait 14% plus grosse et 30% plus brillante qu’à son point le plus lointain (apogée).
    DEUX CONDITIONS RÉUNIES
    Une fois par mois, nous voyons la pleine lune, c’est-à-dire complète, sous la forme d’un beau disque, elle brille donc plus à nos yeux. Lors d’une super-lune, le satellite est à son point le plus proche de la terre mais est aussi visible complètement. La parfaite combinaison de ces deux phénomènes ne se représentera d’ailleurs plus avant le 25 novembre… 2034.
    Ce 14 novembre, la super-lune sera maximale pendant deux heures. Selon la Nasa, la lune paraîtra plus grande et plus visible qu’elle ne l’a jamais été depuis 1948. Dans ces cas exceptionnels, la Nasa parle «d’extra super lunes».
    3 SUPER-LUNES EN 2016
    Une autre super lune a pu être observée le 16 octobre dernier et une prochaine est prévue le 14 décembre.
    En espérant que les nuages ne viendront pas gâcher le spectacle…
    ( Source La Meuse du 6 novembre 2016)

  • Trait d’humour. La meilleure réaction à l'élection de Trump ? (Vidéo hilarante)

    Phil Branch est un jeune animateur de radio bien connu au Canada. Il anime des émissions sur la station Energie 94.3. Il a eu l’idée de revisiter une vidéo qui a déjà fait beaucoup parlé d’elle en y appliquant de nouveaux sous-titres.

    " Trump : on l'a élu quand même"

    Moment d’anthologie…  

  • Neige ce dimanche + verglas la nuit suivante: double avertissement de l'IRM pour les automobilistes

    Après une semaine marquée par les premières vraies averses de neige de cet automne sur les hauteurs du pays, ces prochaines heures seront dans la continuité. L’IRM annonce en effet de la neige au-dessus des 500 mètres ce dimanche et, surtout, du verglas sur quasi l’entiereté du pays la nuit suivante.

    La suite des prévisions sur :

    http://www.lameuse.be/1717204/article/2016-11-13/neige-ce-dimanche-verglas-la-nuit-suivante-double-avertissement-de-l-irm-pour-le

    météo neige 3.jpg

  • Vallée du Geer – Histoire. Un livre et une expo sur les Résistants de 40-45

    Lucien Vanstipelen a repris la plume pour écrire un livre qui met à l’honneur tous les résistants bassengeois de la guerre 40-45. Le livre « Guerre 40-45, Résistants de la Vallée du Geer » compte quelque 900 pages et 350 illustrations. Il est préfacé par Francis Balace, professeur émérite de l’Université de Liège.

    Ce livre est le travail de deux ans d’étude, de recherches, d’interviews…

    « Après avoir remis de l’ordre dans le grenier de la maison familiale, Robert Tilkin est venu me trouver un jour avec deux fardes et une caisse remplie de documents relatifs à l’Armée Secrète de 40-45, explique l’auteur du livre. Son père, Jean Tilkin, était commandant de la résistance pour la section Bas Geer. Ces papiers relataient la création de son équipe de résistants mais aussi, les faits qu’ils avaient accomplis et ce, jusqu’à la libération et le Front de l’Indépendance ».

    Lucien Vanstipelen, après de longues recherches, a découvert de nombreux actes héroïques réalisés par des résistants de la vallée du Geer. « Chaque village a ses résistants. Ils ont caché des juifs, saboté la voie ferrée… et organisé la chaîne d’évasion Comète qui a permis aux aviateurs alliés abattus de rejoindre l’Angleterre. » Un grand chapitre du livre est consacré à Nicolas Monami. Il raconte l’histoire étonnante de cet homme, bourgmestre de Bassenge qui refuse de collaborer avec l’ennemi. ».

    « Guerre 40-45, Résistants de la Vallée du Geer » ne se résume pas à quelques faits marquants.

    Ce livre parle de tous les résistants, du jeune de 13 ans qui passe des armes et des messages au nez et à la barbe des Allemands jusqu’à Albert Ancia, le réseau Comète, l’Opération Marathon, Beaver-Baton…

    Pour marquer la sortie de cet ouvrage, les Passeurs de Mémoire et le Centre Culturel de Bassenge ont mis sur pied une exposition à la salle La Passerelle. L’exposition est accessible du 11 au 15 novembre de 14 à 20h.( La Meuse samedi 12 novembre 2016)

    exposition bassenge résistants.jpg

  • A proximité. Les orages de mai-juin reconnus comme calamités publiques. Et pour Bassenge ?

    Le gouvernement a finalisé le dossier des calamités publiques du mois de mai dernier en reconnaissant les orages violents et coulées des 27, 28 et 29 mai dans les communes de Merbes-le-Château, Assesse, Juprelle et Theux.

    Par ailleurs, l’IRM ayant validé définitivement ses données de précipitations journalières, le gouvernement a étendu la reconnaissance qu’il avait décidée le 7 juillet, concernant les pluies abondantes et inondations des 2 et 3 juin, aux communes de Nassogne, de Tenneville et de Rendeux. La même démarche a été effectuée pour les orages du 5 juin : la reconnaissance comme calamité publique est accordée aux communes de Comblain-au-Pont, Herve, Juprelle en province de Liège, Manhay et Paliseul en province de Luxembourg et Momignies dans le Hainaut.

    Dès la parution des arrêtés de reconnaissance au Moniteur belge, les citoyens auront jusqu’à fin octobre pour introduire un dossier de demande d’indemnisation par le fonds des calamités. Dans un premier temps, les sinistrés doivent d’abord contacter leur compagnie d’assurances, le fonds n’intervenant que de manière supplétive. (Source La Meuse samedi 12 novembre 2016)

    Cela amène tout naturellement la question : « Et pour Bassenge, pas de reconnaissance ? » (Voir vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous)

    https://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/06/02/impressionnant-inondations-du-2-juin-2016-il-a-traverse-rocl-191040.html

    orages reconnus calamités publiques,orages reconnaissance calamités publiques

  • Wikipower précise « L’achat groupé n’est pas une tromperie commerciale »

    Suite à un article publié dans nos pages le 4 novembre (La Meuse), la société Wikipower nous demande d’apporter les précisions suivantes.

    « Le système d’achats groupés d’énergies organisés par le PS, en partenariat avec Wikipower, n’est pas une tromperie commerciale mais bien un service gratuit et sans engagement qui offre plusieurs avantages :

    1. Les participants réalisent d’importantes économies grâce aux tarifs et avantages négociés. Dans le cadre de l’actuel achat groupé des citoyens liégeois de Wikipower, l’économie moyenne est de 188€/an par ménage et peut atteindre plus de 500€ dans certains cas.
    2. Les participants bénéficient de conseils et d’un accompagnement personnalisé de Wikipower. Toutefois, l’inscription étant gratuite et sans engagement, Wikipower se rémunère via un forfait administratif versé une seule fois par le fournisseur gagnant, uniquement si le participant accepte l’offre.
    3. Au terme du contrat, le client bénéficie de la carte tarifaire en vigueur au moment de la reconduction. Puisque les avantages sont applicables sur la durée du contrat, Wikipower invite le client à réaliser un nouveau comparatif au terme de son contrat via un achat groupé ou via un comparateur de prix certifié par la CREG (www.comparateur-energie.be) pour s’assurer qu’il bénéficie toujours d’une offre compétitive ». (Source La Meuse samedi 12 novembre 2016)
  • 11 novembre 1918, signature de l’Armistice dans un train. Que s’est-il dit exactement ? Quelle a été la teneur de la conversation ?

    Voici ce qu’on pouvait lire dans le journal Le Soir de l’époque.

    C’est le 6 novembre que le Maréchal Foch reçut un sans-fil du haut commandement allemand, lui demandant de fixer une rencontre avec ses plénipotentiaires pour qu’il pût communiquer à ceux-ci les conditions de l’armistice. La rencontre a eu lieu dans un train à Rethondes, non loin de Compiègne.

    Le Maréchal Foch : « Quel est l’objet de votre visite ? »

    Erzberger (qui conduit la délégation allemande » : «  Nous venons recevoir les propositions des puissances alliées pour arriver à un armistice sur terre, sur mer et dans les airs, sur tous les fronts et aux colonies »

    Le Maréchal Foch : « Je n’ai pas de proposition à faire »

    Le comte Oberndorff « Si monsieur le Maréchal le préfère, nous pourrions dire que nous venons demander les conditions auxquelles les Alliés consentiraient un armistice »

    Le Maréchal Foch : « Je n’ai pas de conditions »

    Erzberger « Notre gouvernement s’appuie sur la note du Président Wilson, disant que le Maréchal Foch est autorisé à nous communiquer les conditions de l’armistice… »

    Et il tire de sa poche un papier qu’il déplie comme s’il en allait donner lecture, sans doute le texte du Président Wilson. Le Marchal Foch faisant signe de la main que cette lecture est inutile.

    Le Maréchal Foch : « Demandez-vous l’armistice ? Dites-moi si vous le demandez et je pourrai vous faire connaître dans quelles conditions il pourra être obtenu »

    Le comte Oberndorff et Erzberger « Oui ! »

    Le Maréchal Foch : « Je vais donc vous faire donner lecture des conditions arrêtées par les gouvernements alliés »

    Le Maréchal Foch s’assied. Chacun en fait de même. Le Général Weygand lit les principaux articles de l’armistice. Chaque article est traduit à mesure par l’Officier-interprète Laperche de sorte que la lecture dure plus d’une heure. Dès les premiers mots, le général allemand Winterfeld tressaille. Ses traits s’altèrent. On devine qu’une profonde douleur l’étreint. Il comprend maintenant qu’il est venu à la conférence, non en négociateur, mais en vaincu.

    (Source Le Soir 100 ans d’actualités)

    Et le traité d'armistice au complet : http://mjp.univ-perp.fr/traites/1918armistice.htm

    Armistice train.jpg