Google Analytics Alternative

A proximité. La police met fin à une «rave lockdown party» de 50 jeunes dans une grotte à Lanaye

Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une rave-party, organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés, et la police a saisi le matériel sono et une petite quantité de stupéfiants.
Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps.
Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la Basse-Meuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.
La police a eu vent de leur présence et, vers 8h du matin, les équipes d’Alain Lambert sont intervenues. « Nous avons pu compter sur la collaboration du DNF, qui connaît bien les lieux et qui a pu nous apporter une aide précieuse sur cette intervention », souligne le chef de corps bassi-mosan.
Sous stupéfiants
L’intervention s’est passée dans le calme, même si les participants étaient assez distinctement sous l’influence de produits stupéfiants. « Nous avons tout d’abord fait cesser l’infraction. Sur la cinquantaine de participants, nous étions en mesure identifier une quarantaine d’entre eux, que nous avons donc verbalisés. »
Plusieurs saisies ont également été opérées par la police de la Basse-Meuse. « Nous avons saisi administrativement le matériel des organisateurs à savoir, la sono. Une petite quantité de stupéfiants a également été découverte et, là aussi, saisie. »
Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. »

L’opération de ce dimanche matin a eu l’effet escompté à savoir, l’interruption de la rave-party et l’identification d’une large majorité des participants. Le travail administratif a ensuite occupé largement les policiers qui ont dû rédiger de très nombreux rapports et auditions.

L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 14 décembre 2020 (Photos Regor)

Les commentaires sont fermés.