Google Analytics Alternative

  • Conseil communal Bassenge. Lancement des conteneurs à puce à Bassenge: la facture sera finalement moins salée

    bassenge conteneurs à puce 2.pngLe 1er janvier prochain, les Bassengeois passeront aux conteneurs à puce pour gérer leurs déchets. Un changement qui, pour le socialiste Christopher Sortino, allait entraîner une forte hausse des coûts pour les citoyens. Bonnes nouvelle : elle sera finalement moins importante. Explications.
    2021 sera l’année du changement pour les Bassengois. Au 1er janvier, ils en auront fini avec les sacs-poubelles, qui feront place aux conteneurs à puce. Un gris pour les déchets résiduels et un vert pour les déchets organiques. Avec eux, la taxe poubelle a dû être revue. La partie forfaitaire passera de 60 à 80 euros pour les isolés ; de 90 à 110 euros pour les ménages de 2 personnes ; et de 90 à 130 euros pour les ménages de 3 personnes et plus. Une taxe forfaitaire qui comprend une série de services dont un nombre de levées des conteneurs et de kilos.
    Et c’est principalement ça qui a crispé les socialistes. En préparant le conseil communal de jeudi dernier, ils ont en effet sorti leur calculatrice. Sur base du projet de règlement-taxe qui leur avait été envoyé, ils ont calculé ce que le passage aux conteneurs à puce allait coûter aux Bassengeois. Sur base de leurs calculs, l’augmentation allait être de 50 à 139 % suivant la taille du ménage. Une forte hausse principalement due au nombre de kilos gratuits prévus dans la taxe forfaitaire. « Celle-ci prévoyait en effet 75 kg gratuits par ménage, explique Christopher Sortino. « Dans le détail, nous avions 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques. Pour nous, c’est tout à fait discriminatoire puisque cette mesure n’est pas équitable suivant qu’on est seul, à deux ou à plus de trois personnes dans le ménage. Pour nous, ils auraient dû proposer 75 kg gratuits par personne qui compose le ménage. »
    Un argument qu’a défendu le socialiste devant le conseil. Et la majorité a bien dû reconnaître son erreur. « Il y a clairement eu maldonne, reconnaît Philippe Knapen, échevin des Finances. « Pour nous, c’était évident qu’il s’agissait de 75 kg – 50 kg de déchets résiduels et 25 kg de déchets organiques – par personne. D’ailleurs, c’était tellement évidemment que nous avons calculé notre coût-vérité avec ces données. Mais nous ne l’avions pas précisé dans notre règlement. On a donc ajouté cela pour que ça soit clair pour tout le monde. Ça sera bien 75 kg par personne qui compose le ménage. »
    L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 27 octobre 2020