Google Analytics Alternative

Une pluie de dépôts illégaux en Basse-Meuse...

dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpg(photo prétexte) Les communes réagissent afin de tenter de mettre un terme aux dépôts illégaux, mais c’est surtout le travail de volontaires qui permet de maintenir un certain niveau de propreté. Dans plusieurs coins de la Basse-Meuse, la situation est déplorable. Des caméras de surveillance ont même été détruites sur le territoire visétois.

À gauche de la route, plusieurs sacs-poubelles remplis d’immondices. De l’autre côté, des pneus de voiture et des déchets de bâtiment. Plus loin, un ancien frigo. Et un peu partout, des canettes. Nous sommes à Visé, plus précisément sur les hauteurs près de Wonck et de Bassenge. Là-bas, les dépôts illégaux sont légion. Et depuis plusieurs années !

Ce ne sont pas les seuls. En se rapprochant de la cimenterie CBR, on aperçoit de nouveaux dépôts. Globalement, aucune commune bassi-mosane n’est exempte d’incivilités. Le problème est général. Et il commence à prendre de l’ampleur.

« L’endroit dont vous parlez en premier lieu, c’est le gros point noir sur notre territoire », avoue Luc Ligot, le responsable des travaux à Visé. « Il s’agit d’un chemin isolé. La voirie est quasiment abandonnée. Mais elle demeure importante pour les fermiers ».

Les citoyens s’activent

Ali Aghroum, grand défenseur de la nature, a publié des clichés de dépôts illégaux sur Facebook. Ces derniers ont poussé plusieurs villageois à réagir. De fait, il s’agit encore et toujours du même endroit impacté ! Ainsi, ils ont contacté les communes concernées, à savoir Visé, mais aussi Bassenge qui est voisine.

« Nous avons enlevé les dépôts. Cette fois, un camion de cinq mètres cubes a été nécessaire », reprend Luc Ligot. « En effet, des dépôts comme ceux-ci, on en enlève de manière récurrente là-bas. Ainsi, des dizaines de camions repartent remplis chaque année au départ de ce chemin ».

En découvrant les lieux, nous avons constaté que la commune de Visé a bel et bien nettoyé le plus gros. « Mais il reste encore beaucoup de déchets », relate un villageois en exemplarisant ses propos. « Ici, il s’agit de dépôts antérieurs à ce ramassage. La commune a fait un bel effort. Mais il est nécessaire de trouver une solution pour endiguer le fléau».

L'article complet dans votre journal La Meuse de ce samedi 4 avril 2020

Les commentaires sont fermés.